Paterne Berrichon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berrichon (homonymie).
Paterne Berrichon
Paterne Berrichon - Autoportrait.jpg
Autoportrait, paru dans La Plume en 1904.
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Paterne Berrichon, pseudonyme de Pierre-Eugène Dufour, né à Issoudun (Indre) le et mort à La Rochefoucauld (Charente) le , est un poète, peintre, sculpteur et dessinateur français.

Il est surtout connu pour avoir été le beau-frère et l'éditeur d'Arthur Rimbaud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études au lycée de Châteauroux, Pierre-Eugène Dufour s’installe à Paris où il apprend la sculpture et la peinture et ne tarde pas à fréquenter les milieux artistiques et littéraires. Il rencontre le critique d’art George-Albert Aurier originaire de Châteauroux, fait la connaissance de Paul Verlaine et adopte le pseudonyme « Paterne Berrichon ».

Il publie en 1896 ses poèmes de jeunesse, dans lesquels il montre son côté original et un peu outrancier. Admirateur fervent d’Arthur Rimbaud, il entame une correspondance avec Isabelle, la sœur cadette du poète, qui se termine en 1897 par un mariage. Dès lors, ensemble, ils s’attachent à perpétuer le culte du poète de Charleville.

En osmose avec les mentalités de l’époque, la démarche, pas toujours très objective, qui présida à leurs travaux autour de la pensée et de la vie de Rimbaud, est empreinte d’une forte volonté idéologique liée aux valeurs traditionnelles, de respectabilité et de moralité. Leur volonté première fut de réaliser une présentation angélique de Rimbaud en gommant les périodes sulfureuses du poète, en cherchant à prouver que la relation avec Paul Verlaine fut chaste, et qu'Arthur Rimbaud retrouva la foi catholique sur son lit de mort[1]. Dans l'édition des œuvres d'Arthur Rimbaud, pour laquelle il a obtenu la caution de Paul Claudel, Paterne Berrichon a fait disparaître un tiers au moins des poèmes et deux tiers environ de la correspondance[2].

Paterne Berrichon fut l’ami de Paul Claudel et entretint avec lui une correspondance fournie de 1912 à 1919. Il peignit aussi des tableaux, pour lesquels sa femme lui servit souvent de modèle, et exécuta le buste du poète carolopolitain pour le Monument à Rimbaud érigé dans sa cité natale[3].

Une maison d’édition, établie à Crest (Drôme) et spécialisée dans la poésie, a pris symboliquement le nom d’« Ennemis de Paterne Berrichon » pour dénoncer les pratiques de falsification et de commercialisation qu'aurait pratiquées le beau-frère de Rimbaud.

Publications[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Le Vin Maudit, petits poèmes, avec un frontispice de Paul Verlaine, 1896.
  • Poèmes décadents 1883-1895, 1910.

Ouvrage sur Rimbaud[modifier | modifier le code]

  • La Vie de Jean-Arthur Rimbaud, Paris, Mercure de France, 1897 (texte en ligne Gallica/BNF)
  • Lettres de Jean-Arthur Rimbaud - Égypte, Arabie, Éthiopie, Mercure de France, 1899, introduction et notes de Paterne Berrichon (texte en ligne sur Archive.org) (texte en ligne sur Gallica/BnF)
  • Jean-Arthur Rimbaud le poète (1854-1873), Paris, Mercure de France, 1912. Réédition : Paris, Klincksieck, 2004 (texte en ligne Gallica/BNF).
  • Arthur Rimbaud. Œuvres, vers et proses, poèmes retrouvés, Paris, Mercure de France, 1912.
  • Arthur Rimbaud. Poésies, notice de Paterne Berrichon, portrait d'après Fantin-Latour, Messein, Paris, 1919.
  • Arthur Rimbaud. Œuvres, vers et proses, poèmes retrouvés, revues, mises en ordre et annotées par Paterne Berrichon, préface de Paul Claudel, Paris, Mercure de France, 1924.

Correspondance[modifier | modifier le code]

  • Arthur Rimbaud. Ébauches, suivies de la correspondance entre Isabelle Rimbaud et Paterne Berrichon et de Rimbaud en Orient, variantes et documents divers recueillis par Marguerite Yerta-Méléra, Paris, Mercure de France, 1937.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lefrère et Dupuis 2014.
  2. Velter 1991.
  3. L'ABCdaire de Rimbaud, Flammarion 1978, p.68.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]