Kasimir Malevitch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la culture russe
Cet article est une ébauche concernant la culture russe.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Kasimir Malevitch
Casimir Malevich photo.jpg
Naissance
Décès
(à 57 ans)
Leningrad, URSS
Nom de naissance
Kasimir Severinovitch Malevitch
Nationalité
russe, soviétique
Activité
Peintre, sculpteur et théoricien
Lieu de travail
Mouvement
Œuvre réputée

Kasimir Severinovitch Malevitch (en russe : Казимир Северинович Малевич ; ISO 9 : Kazimir Severinovič Malevič ; en polonais : Kazimierz Malewicz), né à Kiev (Empire russe), le , de parents polonais et mort le , à Léningrad, à l'âge de 57 ans d'un cancer[1], est un des premiers artistes abstraits du XXe siècle. Peintre, dessinateur, sculpteur et théoricien, Malevitch est le créateur d'un courant artistique qu'il dénomma « suprématisme ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Kasimir Malevitch nait à Kiev à la maternité catholique Kiev-Vasilkovskaja de Saint-Alexandre[2]. Son père, Severin Antonovitch Malevitch (1845-1902), est le directeur de l'une des usines de raffinage de sucre industriel (betterave) de l'homme d'affaires russe Nicolas Terechtchenko (ru). Sa mère, A. Ludwig (1858-1942), est femme au foyer. Kasimir Malevitch est l'aîné de 14 enfants dont 9 filles ayant survécu à l'âge adulte[réf. nécessaire][3].

De 1896 à 1898, il étudie au collège de Parhomivka (Ukraine)[1].

De 1898 à 1904, le jeune Kasimir vit à Koursk (Russie), puis s'installe à Moscou dès 1904, après le décès de son père et il travaille comme dessinateur industriel pour les chemins de fer.

Il se marie en 1899 avec Kazimiera Zglejc (ou, retranscrit du russe : Kasimira Ivanovna Zgleits) (1883[réf. nécessaire]-1942), avec laquelle il a deux enfants, Anatolii (1902) et Galina (1909)[1].

Après une formation de dessinateur technique à Moscou en 1902-1904, et après avoir fréquenté, de 1895 à 1896, l'école de peinture de Kiev[4] dans la classe du peintre Mykola Pymonenko, à l'âge de seize ans. Malevitch développe en autodidacte son œuvre plastique qu'il décline au cours de sa vie dans une dizaine de styles différents : réalisme, impressionnisme, symbolisme, cézannisme, fauvisme, néo-primitivisme, cubo-futurisme, cubisme alogique, suprématisme, supranaturalisme. Il fait un bref voyage à Paris en 1912.

En 1915, après l'Exposition Tramway V du mois de mars, il présente à l'Exposition 0,10 tenue à Pétrograd, du 19 décembre 1915 au 19 janvier 1916, un ensemble de 39 œuvres qu'il appelle « suprématies », dont Quadrangle, connu sous le nom de Carré noir sur fond blanc, que Malevitch instituera plus tard en œuvre emblème du suprématisme[5].

Avec la Révolution de 1917, il est élu député au Soviet de Moscou[6]. Malevitch accepte des fonctions institutionnelles comme enseignant à l'Académie de Moscou, puis à l'École artistique de Vitebsk, invité par Marc Chagall, ensuite à Petrograd en tant que chercheur. Il lutte également pour la démocratisation.

En 1918, il peint Carré blanc sur fond blanc, qui est considéré comme le premier monochrome de la peinture contemporaine[7].

En 1927, Malevitch part en voyage en Allemagne, il y laisse 70 tableaux et un manuscrit Le Suprématisme ou le Monde sans objet, publié par le Bauhaus. Durant la guerre, une quinzaine de ses tableaux disparaissent et ne seront jamais retrouvés, une partie se trouve au Stedelijk Museum d'Amsterdam et une autre au MoMA de New York.

Artiste prolifique, il ne cesse de peindre tout au long de sa vie.

En 1929, le pouvoir soviétique le stigmatise pour son « subjectivisme » et le qualifie de « rêveur philosophique ». Au cours des années 1930, les besoins du pouvoir soviétique en matière d'art ayant évolué, Kasimir Malevitch est sans cesse attaqué par la presse et perd ses fonctions officielles — il est même emprisonné et torturé. Même si les autorités lui décernent des funérailles officielles en 1935, la condamnation de son œuvre et du courant suprématiste s'accompagnent d'un oubli de plusieurs décennies.

La reconnaissance de cet artiste intervient à partir des années 1970. Depuis, de nombreuses rétrospectives à travers le monde ont consacré Kasimir Malevitch comme l'un des maîtres de l'art abstrait.

Théière et tasses constructivistes créées par Kasimir Malevitch en 1932.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

De 1907 à 1935, il participe à 35 expositions d'avant-garde en Russie et à l'étranger. Malevitch est un membre actif de l'avant-garde artistique russe et côtoie Kandinsky, Chagall, Matiouchine, El Lissitzky, Rodtchenko.

Parallèlement à son œuvre plastique, Malevitch produit des textes théoriques sur l'art. Une vingtaine d'écrits paraissent entre 1915 et 1930, mais de nombreux manuscrits restent non publiés. Tous ne sont pas directement liés aux seules pratiques artistiques. Ainsi par exemple, La Paresse comme vérité effective de l'homme, écrit en 1921, et publié aux éditions Allia en 1995 en langue française, texte révolutionnaire dans la mesure où le communisme lui-même y apparaît dépassable.

Les paysages et les scènes de la vie quotidienne présentent souvent une dominante du rouge et du vert, couleurs que l'on retrouve également dans certaines icônes orthodoxes. Les gouaches des années 1910-1911 sont influencées par le fauvisme mais aussi par le néo-primitivisme et le protocubisme. Dans les années 1912-1913, il produit des toiles cubistes et futuristes.

Le suprématisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Suprématisme.

En 1915, Malevitch peint trois éléments qu'il inclura plus tard parmi les éléments fondateurs du suprématisme : le Carré noir, la Croix noire et le Cercle noir[8].

Maniant des formes simples à caractère géométrique et unicolores, disposées sur la toile ou érigées dans le réel (architectones), le suprématisme montre le caractère infini de l'espace, et la relation d'attraction et de rejet des formes.

Pour Malevitch, l'art est un processus amenant la sensation (c’est-à-dire le rapport de l'artiste au monde) à se concrétiser en œuvre, grâce à un module formateur étranger au support, l'« élément additionnel », qui structure la masse picturale ou les matériaux. Il introduit le concept d'élément additionnel dans ses écrits des années 1920, ainsi que dans son enseignement[9].

Suivant son appellation, le suprématisme se pose comme modèle supérieur de la finalité artistique d'art pur, dominant et formant dans son sillage l'art appliqué[réf. nécessaire].

C'est sur la conception du rapport de l'art pur à l'art appliqué que Malevitch entre en conflit avec les constructivistes.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Réalité peinte d'un joueur de football. Masses colorées dans la 4e dimension, 1915, Institut d'art de Chicago, Chicago

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Kazimir Malevich Biography - InCoRM [PDF]
  2. (uk) Историк: "В некоторых анкетах 1920-х годов в графе "национальность" Казимир Малевич писал: украинец", Pravda ukrainienne, 9 avril 2009.
  3. (en) Kazimir Malevich Biography, Galleria d'Arte Moderna Palazzo Forti.
  4. Dora Vallier, L'Art abstrait, Pluriel/Hachette, 1980, p. 122
  5. Jean-Claude Marcadé, Malevitch, Paris, Casterman/Nouvelles éditions françaises, 1990 ; Linda Boersma, 0,10 (zéro - dix). Dernière exposition futuriste, Hazan, Paris, 1997.
  6. Amsterdam Stedelijk Museum. Kasimir Malevitch et l'avant-garde russe, Le mONDE dEs ARTS.
  7. Alphonse Allais s'est essayé à la peinture monochrome de façon humoristique, dès 1882, avec sa Récolte de la tomate par des cardinaux apoplectiques au bord de la Mer Rouge. Il produit aussi, en 1887, Stupeur de jeunes recrues en apercevant pour la première fois ton azur, ô Méditerranée, Partage d'un apéritif anisé entre Asiates ictériques dans un champ de blé, etc.
  8. Cf. la notice sur la Croix noire de Malevitch dans Laurent Le Bon (dir.), Chefs-d’œuvre ?, catalogue d’exposition, Metz, Éditions du Centre Pompidou-Metz, 2010, p. 197 (ISBN 978-2359830040), 567 p.
  9. En français, cf. les écrits de Malevitch sur l'élément additionnel dans K. Malevitch, La Lumière et la couleur. Textes inédits de 1918 à 1926, traduits du russe par Jean-Claude Marcadé et Sylviane Siger, Lausanne, L'Âge d'Homme, coll. « Slavica. Écrits sur l'art, 1981 », p. 119-160.
  10. (en) On the Boulevard, Wikipaintings.org
  11. Eric Darragon, Marianne Jakobi, Centre interuniversitaire de recherche en histoire de l'art contemporain (France), La Provocation. Une dimension de l'art contemporain (XIXe ‑ XXe siècles), Publications de la Sorbonne, 2004 (ISBN 978-2-8594-4470-9), p. 133 [lire en ligne]
  12. a et b Le futurisme à Paris. Le cubo-futurisme russe, exposition au Centre Pompidou, 2008-2009.
  13. Pays-Bas : Un Anglais à Moscou, de Kasimir Malevitch, On ira loin.
  14. Ce carré entouré de blanc symbolise le monde sans objet, forme fondamentale du suprématisme, une remise à zéro de la représentation du monde avant l'exploration colorée du « Rien libéré ».[réf. nécessaire]
  15. Croix [noire] - Centre Pompidou
  16. (en) Stroyuschiysya dom [House under construction], Google Cultural Institute
  17. Femme avec un rateau - Casimir Malévitch - L'Atelier des copistes
  18. Supermetism - Artproject.
  19. Kazimir Malevitch, Larousse.
  20. Peter Leek, La Peinture russe, Parkstone International, 2012 (ISBN 978-1-7804-2845-1), p. 248 [lire en ligne]
  21. L'homme qui court, Centre Pompidou
  22. Homme et cheval, Centre Pompidou

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie française[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres,sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, vol. 9, éditions Gründ, , 13440 p. (ISBN 2700030192), p. 99-101.

Écrits de l'artiste[modifier | modifier le code]

  • Écrits, présentés par Andréi Nakov, traduits du russe par Andrée Robel, illustrations, Paris, éditions Champ Libre, 1975
  • La Paresse comme vérité effective de l'homme, trad. Régis Gayraud, Allia, 1995, nombreuses rééditions.
  • Écrits sur l'art, tome 1 : De Cézanne au suprématisme, L'Âge d'Homme, 1993.
  • Écrits sur l'art, tome 2 : Le Miroir suprématiste, L'Âge d'Homme, 1993.
  • Écrits sur l'art, tome 3 : Arts de la représentation, L'Âge d'Homme, 1993.
  • Écrits sur l'art, tome 4 : La Lumière et la couleur. Textes inédits de 1918 à 1928, L'Âge d'Homme, 1993.

Monographies[modifier | modifier le code]

  • Gilles Néret, Kazimir Malévitch et le suprématisme (1878-1935), Taschen, 96 p. (ISBN 978-3822819623).
  • Andréi Nakov, Malévitch. Aux avant-gardes de l'art moderne, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard », 2003, 128 p. (ISBN 978-2070301928).
  • Shishanov V.A. [:ru:Витебский музей современного искусства Vitebsk Museum of the Modern Art] History of Creation and Collection. 1918-1941. Minsk, Medisont, 2007, 144 p.
  • Andréi Nakov, Kazimir Malewicz le peintre absolu, Thalia Édition, Paris, 2007, 4 vol., 1 596 p., 1 642 illustrations.
  • Jeannot Simmen et Jolja Kohlhoff, Malévitch, (trad. Catherine Makarius), Könemann, Cologne, 2000 (ISBN 3-8290-2925-X).
  • Frédéric Valabrègue, Kasimir Sévérinovitch Malévitch. J'ai découvert un monde nouveau, Images en manœuvre, coll. « Une vie d'artiste », 1999, 352 p. (ISBN 978-2908445152).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]