Karaté Kid (film, 1984)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Karaté Kid
Le Moment de vérité
Titre québécois Karaté Kid - Le moment de vérité
Titre original The Karate Kid
Réalisation John G. Avildsen
Scénario Robert Mark Kamen
Musique Bill Conti
Acteurs principaux
Sociétés de production Columbia Pictures
Jerry Weintraub Productions
Delphi Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Arts martiaux
Durée 127 minutes
Sortie 1984

Série Karaté Kid

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Moment de vérité — plus connu sous le titre de Karaté Kid[1] — (The Karate Kid) est un film américain de John G. Avildsen, sorti en 1984. C'est le premier film de la franchise Karaté Kid.

Le film connaît un grand succès commercial en salles. Lors de la cérémonie des Oscars 1985, le partenaire de l'acteur principal Ralph Macchio, l’acteur Pat Morita reçoit une nomination à l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1984, Daniel LaRusso suit sa mère Lucille quand ils déménagent de Newark dans le New Jersey pour s'installer dans la banlieue de Los Angeles en Californie, quand sa mère décroche un nouveau travail ; ils emménagent dans le quartier de Reseda. Le bricoleur de leur appartement est un immigrant japonais originaire d'Okinawa, excentrique mais gentil et humble, nommé monsieur Miyagi.

Un soir sur la plage, Daniel fait la connaissance de la ravissante Ali Mills, mais les deux sont bientôt dérangés par l'irruption d'une bande de motards menée par Johnny, l'ancien petit ami d'Ali, qui aborde brutalement cette dernière. Daniel tente de s'interposer mais reçoit une véritable correction.

Il décide alors d'apprendre le karaté pour se défendre. Monsieur Miyagi, le vieux jardinier, semble être un maître dans cet art et accepte de le lui enseigner. Pourtant, il semble dans un premier temps être plus intéressé de voir Daniel lui repeindre ses palissades, laver ses voitures et lui faire attraper des mouches avec des baguettes que de réellement lui enseigner l'art du combat.

Mais le jeune « Daniel-san » découvrira par la suite les vertus de ces corvées, qu'il croyait inutiles.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

L'idée de départ du film vient du producteur Jerry Weintraub, qui découvre un article en 1983 sur un adolescent maigre victime d'intimidation qui s'est ensuite initié aux arts martiaux[4]. Le scénario est ensuite écrit par Robert Mark Kamen.

Pour utiliser le titre The Karate Kid, Columbia Pictures doit demander la permission à DC Comics car Karate Kid (en) est un personnage de La Légion des super-héros. Même si le film ne ressemble en rien aux comics, DC reçoit un crédit lors du générique de fin[4].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Charlie Sheen et Sean Penn ont refusé le rôle de Daniel LaRusso, alors que Kyle Eastwood ou encore D. B. Sweeney ont participé aux auditions[4]. Ralph Macchio sera finalement engagé. Il a presque 23 ans lorsqu'il interprète pour la première fois le rôle de Daniel LaRusso, qui est supposé n'être qu'un adolescent. Par ailleurs, le nom de famille du personnage était initialement Webber. Il est changé pour correspondre aux origines italiennes de l'acteur[4].

Le célèbre acteur japonais Toshirō Mifune, connu pour ses collaborations avec Akira Kurosawa, a auditionné pour le rôle de Miyagi. Dans un commentaire audio du DVD, le réalisateur John G. Avildsen rapporte que son audition a été très bonne mais qu'il proposait un personnage « trop sérieux ». Mako est ensuite envisagé, mais il est pris par le tournage de Conan le Destructeur. Le rôle revient finalement à Pat Morita. Le producteur Jerry Weintraub ne voulait pas l'auditionner car il le voyait uniquement comme un acteur comique, notamment pour sa prestation dans la série comique Happy Days[4].

Le rôle du senseï Kreese a été initialement écrit pour Chuck Norris mais c'est finalement Martin Kove qui l'incarne dans le film. Les rumeurs disaient que Chuck Norris avait décliné l'offre car il ne voulait pas jouer le rôle d'un méchant à l'écran et qu'il n'aimait pas l'idée qu'on puisse décrire un dojo de Karaté de façon négative. Dans le Adam Carolla Show le , Chuck Norris déclare qu'il n'a jamais décliné cette offre mais qu'on ne lui avait tout simplement rien proposé et qu'il avait déjà d'autres films prévus à cette époque[4].

William Zabka est choisi pour incarner Johnny. S'il n'a alors aucune compétence en art martial, il est cependant un lutteur accompli[4].

Âgée de 21 ans, Elisabeth Shue a dû interrompre ses études à Harvard pour jouer dans ce film. C'est sa première apparition au cinéma. Son frère Andrew Shue fait également une petite apparition[4].

Pat E. Johnson (en), qui signe la chorégraphie de tous les combats du film, joue également le rôle de l'arbitre lors du combat final. C'est un ancien élève de Chuck Norris et un expert en karaté. Il a entraîné de nombreuses stars de cinéma comme Steve McQueen, avec lequel il devint ami.

L'acteur David Schwimmer, plus tard célèbre pour son rôle de Ross Geller dans la série Friends, fait une apparition éclair dans le film en tant qu'élève du club de karaté. Chad McQueen, qui interprète ici Dutch, est le fils de l'acteur Steve McQueen.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a lieu du au . Il se déroule principalement à Los Angeles et ses environs (Woodland Hills, Canoga Park, Reseda, Wilshire Boulevard, North Hollywood, Encino, Malibu, Calabasas) mais également à Phoenix dans l'Arizona[5].

La première scène filmée a été celle de la plage en été[4].

Le dernier coup de pied retourné que reçoit Daniel avant d'être sauvé par M. Miyagi a réellement touché Ralph Macchio, et l'a blessé légèrement[4].

Musique[modifier | modifier le code]

The Karate Kid

Bande originale de divers artistes
Sortie 1984
2007 (réédition)
Durée 36:10
Genre Pop rock
Compositeur Bill Conti
Label Casablanca Records
Varèse Sarabande (réédition)
Critique

Bandes originales de Karaté Kid

La musique du film est composée par Bill Conti, qui avait travaillé avec le réalisateur John G. Avildsen pour Rocky (1976). Gheorghe Zamfir officie à la flûte de pan sur certains morceaux[réf. nécessaire]. La chanson Cruel Summer de Bananarama est présente dans le film mais n'apparait pas sur le disque commercialisé. La chanson est un succès, tout comme You're the Best. Son interprète, Joe Esposito, avouera plus tard qu'elle a été initialement écrite pour Rocky 3 (1982)[4].

En raison du statut de film culte de Karaté Kid, les CD originaux peuvent coûter entre 40 et 120 $[réf. nécessaire].

Bande originale de 1984
No TitreAuteur Durée
1. The Moment of TruthSurvivor
2. (Bop Bop) On the BeachThe Flirts, Jan and Dean
3. No ShelterBroken Edge
4. Young HeartsCommuter
5. (It Takes) Two to TangoPaul Davis
6. Tough Love(Shandi)
7. Rhythm ManSt. Regis
8. Feel the NightBaxter Robertson
9. DesireGang of Four
10. You're the BestJoe Esposito (en)

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes, le film obtient un score de 89 % d'avis favorables, sur la base de 44 critiques collectées et une note moyenne de 6,90/10 ; le consensus du site indique : « Tout à fait prévisible et entièrement de son temps, mais chaleureux, sincère et difficile à résister, en grande partie grâce à l'alchimie détendue entre Pat Morita et Ralph Macchio »[7]. Sur Metacritic, le film obtient une note moyenne pondérée de 60 sur 100, sur la base de 15 critiques collectées ; le consensus du site indique : « Avis généralement favorables »[8].

Box-office[modifier | modifier le code]

Produit avec un budget de 8 millions de dollars, le film engrenage une recette de 90 815 558 dollars rien qu'aux États-Unis[9].

En France, il attire 1 016 343 spectateurs en salles[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Young Artist Awards[10] 1985 :
    • prix du meilleur film familial dramatique.
    • prix de la meilleure jeune actrice dans un second rôle de film musical, comédie, aventure ou drame pour Elisabeth Shue.

Nominations[modifier | modifier le code]

Suites, remake et adaptations télévisée[modifier | modifier le code]

En raison de l’énorme succès du film, John G. Avildsen dirige la suite du film deux ans plus tard : Karaté Kid : Le Moment de vérité 2 (1986). La scène entre les personnages de M. Miyagi et Kreese au début de ce 2e film devait initialement avoir lieu à la fin de Karaté Kid[4].

En 1989, NBC diffuse la série d'animation Karaté Kid qui ne dure que 13 épisodes.

En 1989, sort le long métrage Karaté Kid 3, toujours mis en scène par John G. Avildsen. La même année est produite une série d’animation, qui ne comptera finalement qu'une saison de 13 épisodes.

En 1994, Christopher Cain réalise Miss Karaté Kid, qui marque le retour du maître M. Miyagi (Pat Morita). Le personnage central des trois premiers films, Daniel LaRusso, n'y est cependant pas présent. Miyagi entraîne cette fois une jeune fille, Julie Pierce (Hilary Swank).

En 2010, sort Karaté Kid de Harald Zwart, remake du premier Karaté Kid. Jackie Chan y reprend le personnage de M. Miyagi mais le nom est changé en « M. Han ». Le jeune Jaden Smith, fils de l'acteur Will Smith, joue le rôle de Dre Parker, l'enfant entraîné par M. Han. L'art martial pratiqué par le héros n'est plus le karaté (japonais), comme le voudrait le nom du film, mais le kung-fu (art martial chinois).

En 2018, la série Cobra Kai est diffusée sur la plateforme YouTube Red. Elle se situe 34 ans après le 1er film. Ralph Macchio et William Zabka y reprennent leurs rôles respectifs de Daniel LaRusso et Johnny Lawrence. La série est ensuite diffusée sur Netflix.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Les raisons du succès[modifier | modifier le code]

Sorti en 1984, Karaté Kid devient très rapidement le film de toute une génération car il apporte un regard neuf sur les arts martiaux[11]. En effet depuis le début des années 1970 avec les films de Bruce Lee, puis ceux de Chuck Norris au début des années 1980, le karaté souffrait d'une image très violente et était considéré comme un sport de combat, d'agression et d'attaque et non pas comme un art martial.

Karaté Kid présente alors pour la première fois ce sport sous une autre facette, plus profonde et plus philosophique, grâce notamment à un scénario très imaginatif et très renseigné de Robert Mark Kamen, et à la performance d'acteur de Pat Morita, parfait en vieux maître malicieux.

Avec ce film, le karaté passe dans l’esprit du grand public du statut de sport d'attaque à celui de sport de défense. Une des raisons du succès du film vient également du fait que l'entraînement atypique et surprenant de Daniel se fait par la répétition des gestes anodins du quotidien. Le « Lustré, frotté », « repeindre la palissade, main droite grande planche, main gauche petite planche » ou encore « Haut, Bas », sont devenus des phrases cultes.

Le film est plus engagé qu'il n'y paraît et contient également de nombreux thèmes forts des années 1980 :

  • l'apparition des familles monoparentales et du chômage avec la mère de Daniel qui se trouve dans une situation difficile et l'apparition d'un père de substitution pour Daniel (M. Miyagi) ;
  • le déracinement avec ce déménagement du New Jersey vers la Californie et la difficulté de s'intégrer (Daniel le petit brun, d'origine italienne, au milieu des blondinets californiens) ;
  • les dérives de l'après-guerre du Viêt Nam avec le fanatique sensei Kreese du dojo Cobra Kaï ;
  • le classique duel du bien contre le mal ;
  • la dénonciation des camps de prisonniers américains cantonnant des prisonniers d'origine japonaise durant la Seconde Guerre mondiale (quand les prisonniers d'origine allemande ne subissaient rien) : Des familles y furent cantonnées, avec une assistance médicale réduite (ce qui justifie le décès prématuré de Mme Miyagi et de l'enfant qu'elle porte), alors que certains servaient dans l'armée américaine (comme ce fut le cas pour Miyagi). Évocation du 442 RCT, unité de l'US Army composée de volontaires d'origine japonaise. Il combattit en Europe où elle devint l'unité la plus décorée de l'US Army ;
  • l'histoire d'amour et d'amitié ;
  • la relation maître/élève ;
  • le respect de la sagesse et des traditions ;
  • les bienfaits du travail et la force de la volonté.

L'histoire repose entièrement sur les rapports étroits qui unissent ce jeune garçon devenu le souffre-douleur de jeunes violents et ce vieux Japonais qui deviendra son maître à penser et professeur de karaté. Au-delà d’une simple relation maître / élève, c’est une véritable amitié qui se construit peu à peu entre les deux protagonistes. Et une manière pour ce vieux monsieur de retrouver un enfant qu'il n'a pas pu avoir, sa femme et son enfant étant morts à cause de complications à l'accouchement, comme le suggère la scène de la beuverie.

Les acteurs sont très convaincants, même si Ralph Macchio n'a apparemment aucune aptitude pour les arts martiaux, il incarne parfaitement ce rôle de jeune apprenti et la performance de Pat Morita lui valut l'honneur d'être nommé aux Oscars.

Fort de son expérience acquise sur le tournage de Rocky en 1976, pour lequel il reçoit un oscar, John G. Avildsen a su ici s’entourer des meilleurs, que ce soit pour le script, l'entraînement des acteurs, les chorégraphies, la musique. Il n'hésite pas à faire des plans larges et longs pour forcer ses acteurs à coller au plus près de l'art martial et la musique de Bill Conti ne fait que rajouter une touche finale sur l'ensemble le rendant encore plus fort.

Un film culte donc, où le karaté n'est plus un sport d'attaque avec toutes ses dérives violentes, mais un art martial complet, avec une philosophie fondée sur l'équilibre du corps et de l'esprit. Un film où l'amitié entre un jeune garçon et un vieil homme va finir par bousculer les certitudes.

Clins d’œil[modifier | modifier le code]

  • Le nom de M. Miyagi n'a pas été choisi par hasard, il renvoie à Chōjun Miyagi, un karatéka japonais mythique de l'île d'Okinawa. « Sensei Miyagi » créa son propre style de karaté nommé Goju-ryu, ce qui signifie « style de l'alliance du dur et du souple ».
  • La scène où M. Miyagi utilise des baguettes pour attraper des mouches en plein vol est une référence au film La Voie de la lumière (宮本武蔵完結編 決闘巌流島, Miyamoto Musashi kanketsuhen : Kettō Ganryūjima?) (1956) de Hiroshi Inagaki, dans lequel on retrouve une scène similaire.
  • L'idée des corvées qui sont en fait un entraînement n'est pas nouvelle : on la retrouve dans le film Retour à la 36e chambreGordon Liu apprend le kung-fu en construisant tous les jours pendant 3 ans un échafaudage autour de la 36e Chambre où s’entraînent les moines laïcs. Les observant, Gordon cherche à reproduire leurs gestes sur l'échafaudage.

Répliques cultes[modifier | modifier le code]

  • « La douleur n'existe pas dans ce dojo, n'est ce pas ? » (citation de Kreese dans le film)
  • « La pitié est pour les faibles ! » (citation de Kreese dans le film)
  • « Équilibre Daniel-san, équilibre ! » (citation de M. Miyagi dans le film)

Dans le film Cigarettes et Chocolat chaud (2016) de Sophie Reine, on retrouve un extrait de la réplique culte de M. Miyagi à Daniel LaRusso : « Wax on, Wax off » (« Lustré, frotté » en VF).

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le film est souvent cité ou imité dans d'autres œuvres de fiction.

  • En 2005, M. Miyagi est cité dans le film Hooligans de Lexi Alexander.
  • La chanson Daniel de Bat for Lashes (présente sur l'album Two Suns [2009]), est inspirée par le héros de Karaté Kid, dont elle était amoureuse durant sa jeunesse[12].
  • L'acteur William Zabka (Johnny) apparaît dans plusieurs épisodes de la saison 9 de How I Met Your Mother où il campe son propre rôle, se lamentant d'avoir eu une vie compliquée à cause de son rôle de Johnny qui lui aurait valu (selon le scénario de la série) de nombreuses brimades et agressions depuis la sortie du film. Il est néanmoins l'idole de Barney, l'un des personnages phare de la série, qui fait de lui le réel héros du film, en raison de son penchant pour les anti-héros, et pour qui Ralph Macchio est le « méchant ».
  • L'acteur Martin Kove (Kreese) parodie son rôle dans le téléfilm Le chien qui a sauvé l'été[13], avec Dean Cain. Il y joue un ancien militaire devenu dresseur de chiens. Ses répliques sont elles aussi similaires. Il le fait également dans une publicité pour QuickBooks[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Premier titre d'exploitation en France avant d'être renommé Karaté Kid à la suite de la sortie des autres films de la trilogie.
  2. a et b Dates de sortie et titres - Internet Movie Database
  3. a et b « Karaté Kid », sur JP's Box-office (consulté le 6 septembre 2020)
  4. a b c d e f g h i j k l et m (en) Anecdotes sur l’Internet Movie Database
  5. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  6. (en) « Original Soundtrack The Karate Kid », sur AllMusic.com (consulté le 1er janvier 2015).
  7. (en) « The Karate Kid (1984) », sur Rotten Tomatoes.com (consulté le 7 mars 2021)
  8. (en) « The Karate Kid Reviews », sur Metacritic (consulté le 7 mars 2021).
  9. (en) « The Karate Kid », sur Box Office Mojo (consulté le 6 septembre 2020)
  10. (en) Awards sur l’Internet Movie Database
  11. Secrets de tournage - AlloCiné
  12. 50 chansons inspirées par le cinéma : Daniel de Bat for Lashes - Allociné, 21 juin 2012
  13. https://www.programme-tv.net/programme/telefilm/6598359-le-chien-qui-a-sauve-lete/

Liens externes[modifier | modifier le code]