Kéa (île)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kéa et Céos.
Kéa
Κέα (el)
Paysage non loin de Vourkari (A.Irini)
Paysage non loin de Vourkari (A.Irini)
Géographie
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Archipel Cyclades
Localisation Mer Égée (mer Méditerranée)
Coordonnées 37° 33′ 00″ N, 24° 22′ 59″ E
Superficie 131 km2
Point culminant Mont Profitis Ilias (560 m)
Administration
Périphérie Égée-Méridionale
District régional Kéa-Kythnos
Dème Kéa
Démographie
Population 2 417 hab. (2001)
Densité 18,45 hab./km2
Plus grande ville Ioulís
Autres informations
Fuseau horaire UTC+2
Site officiel http://www.kea.gr

Géolocalisation sur la carte : Grèce

(Voir situation sur carte : Grèce)
Kéa
Kéa
Îles en Grèce
Les îles de Kéa (à gauche) et de Makronissos (à droite) photographiées depuis la Station spatiale internationale. Le cap Sounion est également visible sur ce cliché

Kéa (en grec moderne Κέα) est une île de la mer Égée appartenant à l'archipel des Cyclades, proche de l'Attique, à 16 milles marins de Lavrio et 12 milles du cap Sounion. Dans l'Antiquité, elle était connue sous le nom de Céos (Κέως) et Zéa (en grec Τζιά /Dziá).

Géographie[modifier | modifier le code]

L'île fait 132 km2 pour un littoral de 88 km et une population (2001) de 2415 habitants. Montagneuse, est découpée en deux vallées verdoyantes plantées d'oliviers, de vignes, de chênes, d'amandiers, d'arbres fruitiers et de cyprès[1]. La plus haute montagne, Profitis Elias, culmine à 570 mètres[1]. Sa capitale est le village de Ioulís ou Ioulída, construit à l'intérieur de l'île et en hauteur comme beaucoup de villages des Cyclades, par crainte des pirates. Korissia est le port principal de l'île[2]. Le village de pêcheurs de Vourkari est très fréquenté par les voiliers de plaisance. À la différence de la plupart des Cyclades, les toits y sont en tuiles.

Administration[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Dépendant administrativement du district régional de Kéa-Kythnos, l'île forme un dème, auquel est rattachée l'île inhabitée de Makronissos ; son siège se trouve à Ioulída. Il est divisé en deux districts municipaux, ceux de Ioulída et de Korissia.

Mythologie[modifier | modifier le code]

Aristée, fils d’Apollon et de Cyrène a séjourné à Céos - alors appelée Ydroussa - peu après la mort de son fils, et y aurait mis fin à une épidémie de peste en offrant des sacrifices à Zeus. Céos, fils d’Apollon et de la nymphe Rodoessi, chef du peuple des Locres, envahit l’île et lui donna son nom. Acontios était originaire de l'île.

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Article détaillé : Histoire des Cyclades.

Des fouilles du début du XIXe siècle à Képhala ont révélé que Kéa était habitée depuis le néolithique : un village et une nécropole datant du IVe millénaire ont été mis au jour. La péninsule d'Agia Irini abrite un important site de l'Âge du Bronze, contemporain du site de Phylakopi sur Milos. Les Ioniens se seraient installés vers 1 000 avant notre ère et auraient construit les quatre cités de Ioulís, Korésia, Piessa et Karthaia. À l'époque archaïque, l'île devint colonie d'Érétrie, cité d'Eubée. Le lion de Kéa à Ioulís date de cette période. L'île fut dans le camp d'Athènes lors des guerres médiques et envoya des navires à Salamine. Elle entra ensuite dans la ligue de Délos. Elle partagea les défaites d'Athènes en Sicile,puis à Chéronée. Kéa passa aux Ptolémées, puis aux Étoliens, puis aux Rhodiens et enfin aux Romains. Au IVe siècle de notre ère, Karthaia fut entièrement détruite par un tremblement de terre.

L'époque byzantine fut florissante pour l'île qui fut capturée par les Latins consécutivement à la Quatrième croisade. Dès 1204, le métropolite d'Athènes, Michel Akominatos, s'était réfugié sur l'île pour échapper aux Croisés. Ce furent des Vénitiens agissant à titre privé, Domenico Michiel et Pietro Guistinian, qui prirent possession de l'île, avec l'accord de Venise et de l'empereur latin[3]. Le pirate lombard Licario reconquit l'île pour le compte de l'Empire byzantin en 1276. L'île fut reprise en 1302 par Giorgio Ier Ghisi, Barteolomeo Michiel et Belletto Giustinian, qui se la partagèrent. Les Almogavres de la compagnie catalane en route pour l'Empire byzantin la pillèrent en août 1303. Par le jeu des mariages et des rachats, l'île appartenait au début du XVIe siècle à deux familles, les Premarini (27/48èmes de l'île) et une branche des Gozzadini de Sifnos et Kythnos (21/48èmes)[4]. Lorsque le Duc de Naxos, Francesco III Crispo devint fou en 1510 et tua sa femme avant de s'enfuir pour Santorin, la régence du Duché, le fils de Francesco III ayant 11 ans, fut confiée à Giacomo I Gozzadini, seigneur de Kéa[5].

L'île fut ravagée par l'expédition de Barberousse en 1537, et passa alors sous domination ottomane indirecte, les Gozzadini (non Vénitiens) devenant tributaires du sultan tandis que la part des Premarini était attribuée au duc de Naxos Giovanni IV Crispo, lui-même devenu tributaire[6]. Elle fut repeuplée par des colons avant 1566[7]. Les derniers Gozzadini furent finalement expulsés quelques dizaines d'années plus tard, probablement en même temps que Giovanni IV en 1566[8]. Vers 1580, elle fut ainsi affermée à des marchands de Patmos[9], puis fit partie des provinces relevant du kapudan pacha. Au cours de la période ottomane l'île connut alors une période de relative prospérité. Elle comptait 3 000 habitants à la fin du XVIIe siècle. Elle fut le théâtre de combats au cours de la guerre de Candie, ainsi en 1647 le dey d'Alger fut assiégé dans la forteresse de Ioulís, qui fut prise rapidement par les Vénitiens[10]. En 1770-1774, lors de leur expédition en Grèce dans leur lutte contre l'Empire ottoman (la Révolution d'Orloff), les Russes occupèrent l'île. En 1789-1790, Lambros Katsonis, héros de la lutte contre les Turcs, utilisa Kéa comme base d'opérations pour ses raids contre la flotte ottomane.

Le 30 août 1806, François-René de Chateaubriand visite l'île[11]. Les sites antiques, notamment la cité de Karthaia, furent fouillés de façon systématique pour la première fois par l'archéologue Peter Oluf Brøndsted en 1811 ; ces recherches permirent d'identifier les emplacements de Ioulís et Karthaia, qui étaient auparavant pris l'un pour l'autre.

En 1821, Nikothimos Roussos et le pope Athanasios Homatianos dirigèrent les actions de l'île lors de la guerre d'indépendance grecque. Kéa reçut de nombreux réfugiés de Chios après les massacres et une violente épidémie se déclencha. Aghios Haralambos (saint Haralambie) serait alors intervenu pour sauver l'île. Il est depuis le saint patron de Kéa.

En 1830, Kéa rejoint le jeune royaume grec indépendant.

En 1837, l'île comptait 3 000 habitants. L'île connaît alors une certaine prospérité, notamment grâce à l'exportation des cupules de chêne, utilisées en teinturerie.

Durant la Première Guerre mondiale, Kéa fut le théâtre du naufrage du paquebot britannique de classe Olympic HMHS Britannic[12]touché par une mine allemande. Le Britannic coula dans le canal de Kéa qui sépare Kéa de sa voisine Makronissos. Son épave fut retrouvée et explorée en 1975 par le commandant Cousteau.

La capitale de l'île, appelée jusqu'alors Kéa, fut officiellement rebaptisée Ioulís ou Ioulída en 1975[13].

L'ancien dictateur Yeóryos Papadópoulos fut emprisonné sur l’île après le retour de la démocratie en Grèce en 1974, jusqu'à son jugement en 1975[14].

Personnalités de l’Antiquité originaires de Kéa[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Cyclades: Discovering the Greek Islands of the Aegean, John Freely, Londres, I.B. Tauris, 2006, 286 p. (ISBN 978-1845111601) Liren en ligne p. 22-33.
  2. (en) Adam Ruck, « Kea, Greece: Secret Seaside », The Telegraph, 3 juin 2014.
  3. R-J Loenertz, Les Ghisi, dynastes vénitiens dans l'Archipel (1207-1390) (1975), p.  90. L'affirmation de Karl Hopf selon laquelle les frères Andrea et Geremia Ghisi auraient participé à l'opération ne serait pas fondée.
  4. B. J. Slot, Archipelagus Turbatus, p. 39
  5. (en) Paul Hetherington, The Greek Islands. Guide to the Byzantine and Medieval Buildings and their Art, Londres, 2001, p. 144-145. (ISBN 1-899163-68-9)
  6. Archipelagus Turbatus, p.  78
  7. Archipelagus Turbatus, p. 114
  8. Archipelagus Turbatus, p.  85
  9. Archipelagus Turbatus, p.  115
  10. Archipelagus Turbatus, p.  168
  11. Gilbert Mayer, Calendrier des déplacements de Chateaubriand à partir de son retour d'exil, Annales de Bretagne, 1946.
  12. (en) Marisa Churchil, « Kea, Greece’s Hidden Gem », The Huffington Post, 9 mai 2014.
  13. Institute for Neohellenic Research.
  14. (en) Robert Shannan Peckham, « Obituary: George Papadopoulos », The Independent, 28 juin 1999.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :