Jaleyrac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Cantal
Cet article est une ébauche concernant une commune du Cantal.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Jaleyrac
Christ en majesté dans l'église de Jaleyrac
Christ en majesté dans l'église de Jaleyrac
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Arrondissement de Mauriac
Canton Ydes
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Mauriac
Maire
Mandat
Olivier Roche
2014-2020
Code postal 15200
Code commune 15079
Démographie
Population
municipale
368 hab. (2014)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 15′ 54″ nord, 2° 22′ 16″ est
Altitude Min. 348 m – Max. 742 m
Superficie 16,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jaleyrac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jaleyrac

Jaleyrac est une commune française, située dans le département du Cantal en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Jaleyrac est entourée par la commune de Bassignac et la rivière de la Sumène au nord, la rivière du Mars à l'est lui sert de limite avec la commune de Méallet, au sud on trouve la commune du Vigean et la commune de Sourniac à l'ouest.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une des chapelles de l'église est consacrée à saint Men, elle était autrefois un lieu de pèlerinage pour les lépreux. Il y avait également une léproserie située au lieu-dit la Croix des Anders où l'on soignait le "mal de Saint-Men" ou "Saint-Méen", sorte de gale ou lèpre croûteuse répandue d'Auvergne jusqu'au Limousin[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 avril 2014 Pierre Charlanne    
avril 2014 en cours
(au 17 juillet 2014)
Olivier Roche[2] DVD Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 368 habitants, en diminution de -1,6 % par rapport à 2009 (Cantal : -1,2 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 124 1 070 1 150 1 186 1 147 715 763 796 673
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
719 666 699 691 679 608 598 1 339 625
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
591 679 548 450 435 414 446 412 341
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
322 297 277 261 347 374 382 374 368
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église romane Saint-Martin et ses fresques du XVe siècle restaurées par Yves Morvan de 1977 à 1980 qui se trouvent dans le chœur. On y voit, outre saint Martin et le Christ en majesté, sainte Agathe se faisant arracher les seins, ainsi que saint Georges délivrant du dragon la fille du roi de Libye. La chapelle sud est consacrée à sainte Barbe et à sainte Catherine[7].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. F.Duine.Bio-bibliographie de saint Méen.Annales de Bretagne,1903,vol.19.p.214-240.
  2. Liste des maires du Cantal, site de la préfecture du Cantal (consulté le 17 juillet 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. La peinture murale du XIIe au XVIIe siècle dans le Cantal : Jaleyrac

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :