Chalvignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chalvignac (groupe).

Chalvignac
Chalvignac
Place de l'Église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Mauriac
Canton Mauriac
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Mauriac
Maire
Mandat
Serge Leymonie
2014-2020
Code postal 15200
Code commune 15036
Démographie
Gentilé Chalvignacois, Chalvignacoises
Population
municipale
457 hab. (2016 en augmentation de 4,1 % par rapport à 2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 14′ 28″ nord, 2° 14′ 48″ est
Altitude Min. 259 m
Max. 692 m
Superficie 35,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte administrative du Cantal
City locator 14.svg
Chalvignac

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 14.svg
Chalvignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chalvignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chalvignac

Chalvignac est une commune française, située dans le département du Cantal en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune bordée à l'ouest par la Dordogne (retenue du barrage de l'Aigle), au nord-est et à l'est par son affluent le Labiou, et au sud par son autre affluent l'Auze.

Le bourg.

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Latronche
Corrèze
Neuvic
Corrèze
Arches Rose des vents
Soursac
Corrèze
N Sourniac
O    Chalvignac    E
S
Pleaux Brageac Mauriac

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, Étienne d'Obazine et les moines cisterciens de l'abbaye d'Aubazine, un petit prieuré auvergnat, dans la vallée de l'Auze, au lieu-dit « lo Pestre » (Ce qui signifie : le prêtre) dans le hameau de Doumis, aujourd'hui commune de Chalvignac.
Le lieu se trouvant trop peu propice à la vie monastique et il est choisi de transférer l'abbaye naissante à Auriac[1]. Le premier abbé en est Bégon d'Escorailles[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Eugène Vallat    
mars 2008 En cours Serge Leymonie[3] DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2016, la commune comptait 457 habitants[Note 1], en augmentation de 4,1 % par rapport à 2011 (Cantal : -1,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3478781 0961 2881 2761 2941 1921 1891 125
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2431 1531 2031 1401 1901 3721 2911 2491 323
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1361 0159278908157797351 372781
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
682818610580525497431422446
2016 - - - - - - - -
457--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Paris-Nice 1995 puis 1996 comptent chacun une étape terminant à Chalvignac. Lors de l'édition 1996, Laurent Jalabert est le vainqueur de l'étape[8],[9].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Miremont bâti au XIVe siècle dont les ruines sont inscrites à l'inventaire des monuments historiques depuis 1973[10]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine Lascombes (1840-1905), homme politique français, est né et mort à Chalvignac.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-France Houdart, « Une abbaye cistercienne : Valette », sur http://lemovica.free.fr/, Limousin, une histoire (consulté le 21 juin 2013).
  2. « Abbaye de Valette (comm. Auriac) », sur http://www.archives.cg19.fr, Archives départementales de la Corrèze (consulté le 21 juin 2013).
  3. Liste des maires du Cantal, site de la préfecture du Cantal (consulté le 16 juillet 2014).
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. (en) « Paris-Nice 1996, Stages 1 to 3 », sur cyclingnews.com, .
  9. (en) « Paris-Nice 1996, stages 4 to end », sur cyclingnews.com, .
  10. « Ruines du château fort de Miremont », notice no PA00093487, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Église Saint-Martin », notice no PA00093488, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. Yveline David, « Une émouvante cérémonie s’est tenu samedi, au barrage de l’Aigle », La Montagne,‎ (lire en ligne, consulté le 20 juillet 2014) :

    « Ainsi, on se souvient que, l'an passé, la petite école de Chalvignac avait, au cours d'une autre cérémonie, pris le nom d'André Decelle. »

    .

Liens externes[modifier | modifier le code]