Sourniac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sourniac
Sourniac
Le château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Mauriac
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Mauriac
Maire
Mandat
Serge Viallemonteil
2020-2026
Code postal 15200
Code commune 15230
Démographie
Population
municipale
201 hab. (2017 en diminution de 1,95 % par rapport à 2012)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 16′ 41″ nord, 2° 20′ 24″ est
Altitude Min. 471 m
Max. 706 m
Superficie 11,72 km2
Élections
Départementales Canton d'Ydes
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Sourniac
Géolocalisation sur la carte : Cantal
Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 14.svg
Sourniac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sourniac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sourniac

Sourniac est une commune française située dans le département du Cantal, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Arches Jaleyrac Rose des vents
N Jaleyrac
O    Sourniac    E
S
Chalvignac Le Vigean Jaleyrac

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Alain Meynial    
mars 2014 En cours
(au 17 août 2014)
Serge Viallemonteil[1] DVD Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2017, la commune comptait 201 habitants[Note 1], en diminution de 1,95 % par rapport à 2012 (Cantal : -1,54 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
182174188173200420363360343
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
341327336308301311320303305
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
291280296281242213223242214
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
179166126162182178189190205
2017 - - - - - - - -
201--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Jean-Baptiste des XIXe et XXe siècles.
  • Château de Sourniac, monument historique inscrit depuis 1983[6].
  • Chapelle Saint-Amand, ancienne église remontant au XIe siècle inscrite comme monument historique en 1983[7].
  • Ortigier[Note 2], hameau qui a été un membre de la commanderie de Carlat à l'époque des Hospitaliers[8] et dont l'origine pourrait remonter aux Templiers établis non loin de là à Montfort[9]. La maison du Temple de Montfort est attestée en 1293[10]. En 1346, Ortigier est qualifiée d'annexe de la commanderie de Carlat[11] puis on trouve en 1467, frère Louis de Rillac, commandeur de Carlat et d'Ortigier[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.
  2. (fr1835):Ortrigiers

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires du Cantal, site de la préfecture du Cantal (consulté le 17 août 2014).
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  6. « Château », notice no PA00093694, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Ancienne église », notice no PA00093695, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Dominique Larcena, Fiefs & arrière-fiefs de l'archiprêtré de Mauriac au milieu du XVe siècle, (présentation en ligne)
  9. Roger & Anne-Marie Sève, Le procès des templiers d'Auvergne, Éd. du CTHS, , 322 p. (présentation en ligne), p. 27
  10. Augustin Chassaing, Spicilegium Brivatense : recueil de documents historiques relatifs au Brivadois et à l'Auvergne, Impr. nationale (Paris), , p. 212 (199-214, N°84), disponible sur Gallica
    Ce document contient la liste des commanderies templières et hospitalières à cette date en Auvergne, on trouve de preceptore de Montfort que Roger Sève identifie bien comme étant Montfort sur la commune d'Arches.
  11. J.-B Bouillet, Nobiliaire d'Auvergne, t. VI, (lire en ligne), p. 168
  12. J.-B Bouillet, Nobiliaire d'Auvergne, t. III, (lire en ligne), p. 121