Johann Anton André

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir André.
Johann Anton André
Description de cette image, également commentée ci-après

Johann Anton André en 1840.

Naissance
Offenbach-sur-le-Main
Décès (à 66 ans)
Offenbach-sur-le-Main
Activité principale Compositeur, éditeur de musique
Lieux d'activité Offenbach-sur-le-Main
Années d'activité Éditeur : 17991839 (40 ans)
Ascendants Johann André
Descendants Johann August André

Johann Anton André (né le à Offenbach-sur-le-Main où il est décédé le ) est un éditeur de musique et compositeur allemand, fils de Johann André.

Biographie[modifier | modifier le code]

Johann Anton est le troisième fils de Johann André (1741–1799), éditeur[1]. Il est un talent précoce, élève de Karl Vollweiler à Mannheim en 1792 et 1793. Il maîtrise le piano, le violon et compose alors qu'il entre à l'Université d'Iéna. Après de longs voyages, il reprend l'affaire familiale.

En 1799, André acquiert des manuscrits de Mozart auprès de sa veuve Constance Mozart et les rapporte dans sa ville natale. Ces manuscrits autographes comportent plus de 270 œuvres dont les opéras Le nozze di Figaro, La Flûte enchantée, des quatuors à cordes, des quintettes, des concertos pour piano ainsi que la pièce intitulée Une petite musique de nuit. Il publie le catalogue thématique autographe de Mozart, complété des œuvres acquises. À partir de ces manuscrits, la maison fondée en 1774 par le père de Johann Anton, Johann André, toujours détenue par ses descendants aujourd'hui, publie pour la première fois, de nombreuses partitions du compositeur salzbourgeois.

Le succès de la maison d'édition repose notamment sur la rencontre d'André avec Alois Senefelder, l'inventeur de la lithographie[1]. Senefelder accepte de collaborer avec André et lui accorde le droit d'utiliser sa technique pour la première fois en 1800 pour le propre opéra d'André, Die Weiber von Weinsberg.

En 1839, André laisse les rênes de la maison d'édition au cadet de ses trois fils, Johann August André (1817–1887), alors que Carl August (1806–1887) prend la direction de la succursale de Francfort. Julius (1808–1880) est pianiste, organiste, compositeur, arrangeur de pièces de Mozart pour piano à quatre mains et auteur de Praktische Orgelschule[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

En tant que compositeur, il laisse deux opéras, des symphonies, des messes, des lieder…[1].

Il est aussi théoricien et a écrit un traité, inachevé, sur l'art de la composition, l'harmonie, le contrepoint, le canon et la fugue, Lehrbuch der Tonsetzkunst, en deux volumes (1832 et 1842).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Baker et Slonimsky 1995, p. 87.

Liens externes[modifier | modifier le code]