Igbo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Igbo
Ìgbò
Pays Nigeria
Région Biafra
Nombre de locuteurs 20 à 35 millions
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-1 ig
ISO 639-2 ibo
ISO 639-3 ibo
IETF ig
Glottolog nucl1417
Échantillon
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (voir le texte en français)

A mụrụ mmadụ nile n'ohere nakwa nha anya ugwu na ikike. E nyere ha uche na mmụọ ime ihe ziri ezi nke na ha kwesiri ịkpaso ibe ha agwa n'obi nwanne na nwanne.
Un locuteur de l'igbo enregistré aux États-Unis.

L’igbo, ou ibo , (autonyme : Asụsụ ìgbò) est une langue parlée au Nigéria par environ 20 à 35 millions de personnes, les Igbos, en particulier dans le sud-est du Nigéria, anciennement le Biafra, et dans des parties du sud-sud-est du Nigéria, principalement dans les régions du delta du fleuve Niger, entre autres l’État du Delta (Agbor) et l’État de Rivers (Port Harcourt). Il utilise, pour son écriture, l’alphabet latin mais aussi le nsibidi, utilisé par la société Ekpe. L’ìgbò est une langue tonale. Il y a des centaines de dialectes et de langues igboïdes mutuellement intelligibles avec l’ìgbò, tels que l’ikwere, l’enuani ou les dialectes ekpeye.

Dialectes[modifier | modifier le code]

L’ìgbò compte plus d’une vingtaine de dialectes vers lesquels convergent graduellement les autres dialectes. La langue littéraire standard actuelle s’est développée à partir de 1972 et est basée sur les dialectes owerri-isuama et umuahia-ohuhu[1].

Les dialectes principaux sont :

  • afikpo ;
  • aniocha ;
  • bonny-opobo ;
  • eche ;
  • egbema ;
  • mbaise ;
  • nasa ;
  • ngwa ;
  • nsuka ;
  • oguta ;
  • ohuhu ;
  • oka-awka ;
  • onitsha ;
  • orlu ;
  • owerri-isuama ;
  • umuahia ;
  • unwana-ungwana lordji.

Écriture[modifier | modifier le code]

Le système de symbole nsibidi a été utilisé en ìgbò.

Les premiers travaux ìgbò écrits avec l’alphabet latin utilise l’alphabet standard de Lepsius de 1854. C’est cet alphabet qui est adopté par Crowther et la Church Mission Society (CMS). En 1929, l’Institut international des langues et civilisations africaines publie l’alphabet international africain. Ce nouvel alphabet est adopté par le gouvernement, les missionaires catholiques et les missionaires méthodistes en 1929, tandis que les missionnaires anglicans de la CMS refuse d’abandonner leur alphabet[2],[3].

L’ìgbò est aujourd’hui écrit avec l’alphabet latin, et des lettres supplémentaires. Plusieurs orthographes ont été utilisées : la dernière orthographe standardisée date de 1961, et a été recommandée par le comité Ọnwụ (du nom de son organisateur).

Alphabet de l’orthographe Ọnwụ
Majuscules A B Ch D E F G Gb Gh Gw H I J K Kp Kw L
Minuscules a b ch d e f g gb gh gw h i j k kp kw l
Phonétique /a/ /b/ // /d/ /e/ /f/ /ɡ/ /ɡb/ /ɣ/ /ɡʷ/ /ɦ/ /i/ /ɪ/ // /k/ /kp/ // /l/
Majuscules M N Nw Ny O P R S Sh T U V W Y Z
Minuscules m n nw ny o p r s sh t u v w y z
Phonétique /m/ /n/ /ŋʷ/ /ɲ/ /ŋ/ /o/ /ɔ/ /p/ /ɹ/ /s/ /ʃ/ /t/ /u/ /ʊ/ /v/ /w/ /j/ /z/

En 2009, Lotanna Igwe-Odunze a créé un nouveau système d’écriture pour l’ìgbò, le ńdébé[4] et a passé 12 ans à le perfectionner. Ńdébé[5] est un syllabaire simple fait de combinaison de consonnes et voyelles qui a l'avantage de marquer les tons, si importants en ìgbò. D'après sa créatrice, il y a en ǹdébé en tout 1174 syllabes possibles, mais seulement 97 sont nécessaires pour écrire et lire le ìgbò.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Asonye 2013, p. 92.
  2. Pritchett 2003.
  3. Ugwuona, p. 208–209.
  4. (en) « Ndebe: A modern Igbo script » (consulté le 17 juillet 2020)
  5. (en) Otosirieze, « The Making of Ńdébé, an Indigenous Script for the Igbo Language », Folio,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Maduabuchi Sennen Agbo, « Orthography theories and the standard Igbo orthography », Language in India, vol. 13, no 4,‎ (ISSN 1930-2940)
  • (en) Emma Asonye, « UNESCO Prediction of the Igbo Language Death: Facts and Fables », Journal of the Linguistic Association of Nigeria, vol. 16, no 1 & 2,‎ , p. 91‒98 (lire en ligne)
  • (en) Patricia L. Carrell, A transformational grammar of Igbo, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-15514-4)
  • (en) E. Nolue Emenajo et F.C. Ogbalu, « Igbo orthography », dans Ayo Bamgbose, Orthographies of Nigerian languages: manual I, Lagos, Federal Ministry of Education, National Language Centre, , 36‒42 p.
  • (en) G. E. Igwe et M. M. Green, A short grammar of Igbo grammar, London, Oxford University Press,
  • (en) Onwu Committee, The official Igbo orthography as recommended by the Onwu Committee in 1961 : notes on script and spelling for teachers, (lire en ligne)
  • (en) Frances W. Pritchett, « A History of the Igbo Language »,
  • (en) Crescentia Ugwuona, « The Igbo language before, during, and after the Biafra War (1500 to Present) in Nigerian: The Igbo question », dans Ozo-Mekuri Ndimele, Language Endangerment: Globalisation and the Fate of Minority Languages in Nigeria, M & J Grand Orbit Communications, , 203–214 p. (ISBN 978-978-54127-2-7)
  • Françoise Ugochukwu et Peter Okafor, Dictionnaire igbo-français ; suivi d'un Index français-igbo, Paris et Ibadan, Karthala et IFRA, , 267 p. (ISBN 2-8458-6480-9)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]