Iakov Djougachvili

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Iakov Djougachvili
Image dans Infobox.
Iakov Djougachvili en 1941.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Baji, Georgia (en) (Koutaïssi, Empire russe)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 36 ans)
SachsenhausenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
იაკობ იოსების ძე ჯუღაშვილი et Яков Иосифович ДжугашвилиVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Allégeance
Formation
Académie militaire des forces de missiles stratégiques (en)
Institut moscovite des ingénieurs en transport ferroviaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Mère
Fratrie
Svetlana Allilouïeva
Artyom Sergueïev
Aleksandr Davydov (d)
Konstantin Kouzakov (en)
Vassili Djougachvili
Unnamed infant Jughashvili (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Zoya Gunina (d)
Ioulia Meltzer (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Elena Yakovlevna Dzhugashvili (d)
Evgueni Djougachvili
Galina DjougachviliVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Arme
Grade militaire
Premier-lieutenant (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Lieu de détention
Distinctions

Iakov Iossifovitch Djougachvili (géorgien : იაკობ ჯუღაშვილი, russe : Яков Иосифович Джугашвили) ( - ) est l'un des trois enfants de Joseph Staline, avec Svetlana Allilouïeva et Vassili Djougachvili. Il est le fils de la première femme de Staline, Ekaterina Svanidzé.

Biographie[modifier | modifier le code]

Iakov naît dans le village de Borji (près de Koutaïssi) en Géorgie, qui fait alors partie de l'Empire russe. Jusqu'à quatorze ans, il est élevé par sa tante à Tbilissi (sa mère étant décédée et son père, Joseph Staline, toujours absent). En 1921, son oncle, Alexander Svanidzé, lui conseille d'aller à Moscou pour y faire des études supérieures. Iakov ne parle alors que le géorgien et c'est après être arrivé à Moscou qu'il commence à apprendre le russe, pour faire des études universitaires.

Iakov et son père Staline ne s'entendirent jamais. En effet, Staline était constamment exaspéré par la lenteur et le manque d'assurance de « Yacha »[1], auquel il ne montrait que rarement son affection : lui envoyant un jour un livre, il l’accompagna du message « Yacha, lis de suite ce livre. J. Staline »[2].

La belle-mère de Iakov, Nadejda Allilouieva, raconta qu'elle avait vu un jour la jeune fille avec qui Iakov s'était fiancé s'enfuir en larmes de leur datcha de Moscou. Quand Nadejda entra, elle vit Iakov, qui venait d'annoncer ses fiançailles à son père, si désespéré qu'il était sur le point de se trouver mal. Subitement, Iakov courut vers sa chambre à coucher et l'on y entendit un coup de feu : il avait essayé de se tuer en se tirant une balle dans la poitrine[3]. Mais il tremblait tant, à la suite de sa dispute téléphonique avec son père, que la balle ne l’avait qu’éraflé[1]. Pendant que Nadejda s'occupait de soigner son beau-fils et qu'elle faisait venir un médecin, Staline, qui n'éprouvait aucune compassion devant ce « chantage »[3], se contenta de dire : « Il ne peut rien faire correctement. Dire qu'il n'a même pas pu viser juste, je ne peux rien avoir en commun avec lui[4]. »

En 1935, Iakov se marie avec Ioulia Meltzer et a deux enfants[5],[6] :

  • Evgueni Djougachvili (1936-2016), qui a donné beaucoup d'interviews pour parler de son grand-père ;
  • Galina Djougachvili (1938-2007)[6],[7].

Iakov sert dans l'Armée rouge pendant la Seconde Guerre mondiale comme lieutenant de régiment d'artillerie dans la 14e division de tanks. Il est capturé par la Wehrmacht entre la Pologne et l'Ukraine le . Il fut enfermé en isolement comme prisonnier de choix avec le fils de Léon Blum, Robert Blum, à Lübeck[8]. Les Allemands proposent à l'URSS de l'échanger contre Friedrich Paulus, feld-maréchal allemand capturé par l'Armée rouge à Stalingrad. Staline refuse en prétextant que l'on n'échange pas un maréchal (Paulus) contre un lieutenant (son fils)[9],[10],[11].

Les circonstances de la mort de Iakov restent obscures. Selon l'historien britannique John Erickson, il se serait suicidé en apprenant la nouvelle du massacre de Katyń, à la prison (Zellenbau) du camp de Sachsenhausen, où il était détenu[12]. Officiellement, les Allemands déclarèrent qu'il était mort en touchant une clôture électrique, en voulant s'échapper[9] ; d'autres laissèrent entendre qu'il avait été assassiné sur ordre d'Hitler, à la suite de l'échec de l'échange contre Paulus[4]. Des dossiers maintenant déclassés établissent que Djougachvili a été abattu par un garde pour refus d'obéissance. Alors qu’il marchait dans le camp, on lui ordonna de revenir aux baraquements en menaçant de tirer sur lui. Djougachvili refusa et cria « Tirez donc ! ». Le garde lui logea une balle dans la tête[13]. Quoi qu’il en soit, cette façon de mourir fut considérée par Staline comme une mort moins lâche que le suicide et il modéra légèrement ses critiques[14]. L'historien Édouard Calic (1910-2003) donne une autre version de sa mort : Himmler redoutait qu'en cas de révolte dans le camp où il se trouvait les insurgés soviétiques le mettent à leur tête. Ne voulant pas ordonner lui-même la mort du fils de Staline, Hitler donna carte blanche aux services de Himmler. Iakov Djougachvili fut appelé pour sa promenade quotidienne dans la cour du Zellenbau. Au moment où il longeait le mur, le SS qui le surveillait lui tira deux balles dans la nuque et jeta aussitôt le corps sur les barbelés électrifiés. Pour camoufler l'assassinat, on convoqua une commission de la R.S.N.A., qui déclara que la preuve était faite que c'était en voulant s'évader que le prisonnier avait été abattu. Comme des prisonniers de marque doutaient de la tentative d'évasion du fils de Staline, sautant par-dessus un mur et des barbelés, les SS affirmèrent qu'il s'agissait d'un suicide[15].

Comme de nombreux prisonniers de guerre Soviétiques morts dans des camps de prisonniers, le fils de Staline sera enterré dans une fosse, sans traitement de faveur, avec d'autres prisonniers de guerre, dont des Soviétiques. Lors de l'arrivée de l'armée Rouge, en avril 1945, au camp de Sachsenhausen, des recherches seront effectuées en vain pour retrouver le corps. Staline décidera de ne pas aller plus loin dans la recherche du corps de son fils, et il considérera désormais qu'il repose avec ses frères d'armes, qui sont donc considérés comme des héros Soviétiques de la grande guerre patriotique contre les Allemands.

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Dans L'Insoutenable légèreté de l'être, Milan Kundera associe la mort de Iakov à un différend avec ses codétenus anglais sur le souillage des latrines par ses excréments : contraint par ceux-ci à les nettoyer, il n'obtient pas gain de cause auprès du commandant de camp et se suicide. Estimant que « mourir pour de la merde n'est pas une mort dénuée de sens », Kundera en conclut que « la mort du fils de Staline a été la seule mort métaphysique au milieu de l'universelle idiotie de la guerre[16] ».

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Montefiore, la cour du tsar rouge, t. I.
  2. Montefiore, la cour du tsar rouge, t. I, p. 201.
  3. a et b Montefiore, la cour du tsar rouge, t. I, p. 35.
  4. a et b Julien Arbois, Histoires insolites de la Seconde Guerre Mondiale, City Éditions 2014, p. 11-13.
  5. (en)Helen Rappaport, Joseph Stalin: A Biographical Companion, ABC-CLIO, (ISBN 9781576070840, lire en ligne), p. 72.
  6. a et b (en) « Galina Dzhugashvili », sur thetimes.co.uk, (consulté le ).
  7. Elle aura un fils, Salim (1970) lourdement handicapé.
  8. Genami.org.
  9. a et b Emmanuel Carrère, Limonov, folio, p. 44.
  10. Lilly Marcou, Staline, vie privée, Paris, Calmann-Lévy, 1996, 343 p.
  11. « Pas facile d'être la fille de Staline », sur Slate, (consulté le ).
  12. « Revealed: how Stalin's brutal massacre at Katyn shamed his PoW son into suicide », dans The Telegraph du 30 juillet 2000.
  13. Stalin’s son was executed in Nazi camp – archives de RT du 10 mai 2012.
  14. Antony Beevor, (2012). The Second World War. Grande Bretagne : Weidenfeld & Nicolson.
  15. Édouard Calic, Himmler et l'empire SS, Nouveau monde édition, 2009, p.548.
  16. Milan Kundera, L'Insoutenable légèreté de l'être, « Sixième partie : La Grande Marche », chapitres n° 1 et 2.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Simon Sebag Montefiore (trad. de l'anglais par Florence La Bruyère et Antonina Roubichou-Stretz), Staline : La cour du tsar rouge, vol. I. 1929-1941, Paris, Perrin, , 723 p. (ISBN 978-2-262-03434-4). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Liens externes[modifier | modifier le code]