Répressions soviétiques des citoyens polonais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Corps de prisonniers de guerre polonais près des fosses communes du massacre de Katyń, en attente d'un examen médico-légal le .

Au lendemain de l'invasion allemande et soviétique de la Pologne, qui a eu lieu en , le territoire de la Pologne a été divisé en deux entre l'Allemagne nazie et l'Union soviétique. Les Soviétiques avaient cessé de reconnaître l'État polonais au début de l'invasion[1]. Les deux régimes étaient hostiles à la deuxième République polonaise autant qu'au peuple polonais et à sa culture, visant ainsi à leur destruction[2]. Depuis 1939, les autorités allemandes et soviétiques ont coordonné leurs politiques liées à la Pologne et leurs actions répressives. Pendant près de deux ans suivant l'invasion, les deux occupants ont continué à discuter des plans bilatéraux pour faire face à la résistance polonaise lors des conférences Gestapo-NKVD jusqu'à l'opération Barbarossa contre l'Union soviétique, en [3].

Lorsque le pacte Molotov – Ribbentrop a été rompu, les Soviétiques avaient déjà arrêté et emprisonné environ 500 000 ressortissants polonais dans la macrorégion de Kresy, y compris des fonctionnaires municipaux, du personnel militaire et tous les autres « ennemis du peuple » tels que le clergé et les éducateurs polonais : environ un adulte sur dix. Une controverse subsiste quant à savoir si les politiques de l'Union soviétique mises en place vis-à-vis des Polonais étaient plus dures que celles de l'Allemagne nazie jusqu'à cette époque[4].

De grands groupes de citoyens polonais d'avant-guerre, notamment des Juifs et, dans une moindre mesure, des paysans ukrainiens, ont perçu l'entrée soviétique en Pologne comme une occasion de participer à des activités communistes en dehors de leur environnement ethnique ou culturel traditionnel. Leur enthousiasme s'estompa avec le temps, car il devint clair que les répressions soviétiques visaient également tous les groupes, quelle que soit leur position idéologique[5]. On estime qu'au moins 150 000 citoyens polonais sont morts pendant l'occupation soviétique[6]. Il s'agit d'une estimation prudente confirmée par l'analyse, tandis que le nombre non confirmé proposé par le professeur Czesław Łuczak atteint 500 000.

Conséquences de l'invasion soviétique de la Pologne[modifier | modifier le code]

L'Union soviétique annexe plus de 52,1 % du territoire de la Pologne (environ 200 000 km2) comprenant plus de 13 700 000 citoyens à la fin de la guerre défensive polonaise. Concernant la composition ethnique de ces régions : environ 5,1 millions ou 38 % de la population étaient d'origine polonaise (écrit Elżbieta Trela-Mazur[7]) avec 37 % d'Ukrainiens, 14,5 % de Biélorusses, 8,4 % de Juifs, 0,9 % de Russes et 0,6 % d'Allemands[7]. Il y avait aussi 336 000 réfugiés des régions occupées par l'Allemagne, la plupart d'entre eux juifs (198 000)[7]. Tous les territoires polonais occupés par l'URSS ont été annexés à l'Union soviétique à l'exception de la zone de Wilno, qui a été transférée à la Lituanie.

Le , l'Union soviétique et l'Allemagne avaient modifié les termes secrets du pacte Molotov-Ribbentrop. La Lituanie, autrefois souveraine, a été placée dans la sphère d'influence soviétique et rattachée à l'URSS en tant que toute nouvelle RSS de Lituanie parmi les républiques soviétiques. La ligne de démarcation à travers le centre de la Pologne a été déplacée vers l'est, offrant à l'Allemagne plus de territoire polonais[8]. Par cet arrangement nouveau et final — souvent décrit comme une quatrième partition de la Pologne[9], l'Union soviétique a sécurisé les terres à l'est des fleuves Pise, Narew, Bug et San. La zone s’élevait à environ 200 000 kilomètres carrés, habitée par 13,5 millions de citoyens polonais[10].

Initialement, l'occupation soviétique a gagné le soutien de certains citoyens de la deuxième République polonaise. Certains membres de la population ukrainienne ont salué l'unification avec l'Ukraine soviétique. Les Ukrainiens n'avaient pas obtenu leur indépendance en 1919 lorsque leur tentative d'autodétermination a été écrasée pendant les guerres polono-soviétiques et polono-ukrainiennes[11]. En outre, des citoyens polonais d'avant-guerre favorables aux idées communistes voyaient la présence soviétique du NKVD comme une occasion de déclencher une agitation politique et sociale. Certains de ces citoyens ont trahi l'État polonais en participant à des arrestations de Polonais favorables à l'ancien État ou au gouvernement polonais en exil à Londres, à des rafles d'opposants aux Soviétiques et à des exécutions de responsables polonais. Leur enthousiasme s'est cependant estompé avec le temps, voyant que les répressions soviétiques visaient petit à petit toutes les catégories de population[5].

Le règne de la terreur[modifier | modifier le code]

Exhumation des victimes du massacre de la forêt de Katyń, assassinées en 1940 sur ordre des autorités soviétiques.

L'Union soviétique n'a jamais officiellement déclaré la guerre à la Pologne et a cessé de reconnaître l'État polonais au début de l'invasion[1]. Les Soviétiques n'ont pas classé le personnel militaire polonais comme des prisonniers de guerre, mais comme des rebelles contre le nouveau gouvernement soviétique dans l'ouest de l'Ukraine et l'ouest de la Biélorussie. Le règne de la terreur par le NKVD et d'autres services de répression de l'Union soviétique a débuté dès comme une partie inhérente de la soviétisation des Kresy. Les premières victimes du nouvel ordre furent environ 250 000 prisonniers de guerre polonais capturés par l'URSS pendant et après l'invasion de la Pologne. L'Union soviétique n'ayant jamais signé de conventions internationales sur les règles de la guerre, les prisonniers polonais se sont vu refuser le statut juridique de prisonniers de guerre. Les forces soviétiques ont assassiné la quasi-totalité des officiers capturés (soit plus de 25 000 personnes) et envoyé de nombreux soldats ordinaires au goulag soviétique[12],[13]. Dans une atrocité notoire ordonnée par Staline, la police secrète soviétique a systématiquement fusillé les cadres militaires et civils de l'ancien État polonais, dans une région reculée lors du massacre de Katyn. Parmi les quelque 14 471 victimes figuraient notamment quelques officiers généraux, de très nombreux officiers subalternes et supérieurs de l'armée d'active polonaise, des officiers de réserve, des dirigeants politiques, des responsables gouvernementaux, des cadres administratifs et des intellectuels. Quelque 4 254 cadavres ont été découverts dans les charniers de la forêt de Katyne par les nazis en 1943, qui ont invité un groupe international de représentants neutres et de médecins à examiner les cadavres et à confirmer la culpabilité soviétique[5]. Plus de 15 000 Polonais ont été tués dans le massacre de Katyn[9],[14], mais des milliers d'autres ont été victimes des massacres de prisonniers du NKVD au milieu de 1941, avant l'avance allemande à travers la zone d'occupation soviétique.

Au total, les Soviétiques ont tué des dizaines de milliers de prisonniers de guerre polonais. Beaucoup d'entre eux, comme le général Józef Olszyna-Wilczyński (en), capturés, ont d'abord été interrogés, puis abattus le , pendant la campagne de 1939[15],[16]. Le , les Soviétiques ont tué également 42 employés et patients d'un hôpital militaire polonais dans le village de Grabowiec, près de Zamość. Les Soviétiques ont également exécuté tous les officiers polonais qu'ils ont capturés après la bataille de Szack, le .

Les autorités soviétiques considéraient le service à l'État polonais d'avant-guerre comme un « crime contre la révolution »[17] et une « activité contre-révolutionnaire »[18]. Ils ont procédé à l'arrestation d'un grand nombre de membres de l'intelligentsia polonaise, d'anciens fonctionnaires, de politiciens, de scientifiques et de membres du clergé catholique ainsi que les gens ordinaires suspectés de menacer la domination soviétique. Au cours de cette période entre l'invasion soviétique de la Pologne en et l'attaque allemande en contre l'URSS, les Soviétiques ont arrêté et emprisonné environ 500 000 Polonais, soit environ un homme adulte sur dix. Les membres arrêtés de l'intelligentsia polonaise comprenaient les anciens premiers ministres Leon Kozłowski, Aleksander Prystor, Stanisław Grabski (en) et Stanisław Głąbiński (en) et la famille Baczewski. Initialement destinée principalement à lutter contre d'éventuels opposants politiques, en , la campagne du NKVD était également dirigée contre des alliés potentiels, y compris les communistes et les socialistes polonais. Parmi les personnes arrêtées figuraient Władysław Broniewski, Aleksander Wat, Tadeusz Peiper (en), Leopold Lewin (en), Anatol Stern (en), Teodor Parnicki (en), Marian Czuchnowski et bien d'autres[19]. Le NKVD soviétique a exécuté environ 65 000 Polonais emprisonnés après des procès kangourous[5].

Le nombre de Polonais morts en raison des répressions soviétiques au cours de la période 1939-1941 est estimé à au moins 150 000[6].

Déportations massives vers l'Est[modifier | modifier le code]

La Route des Os, construite par les détenus des camps de prisonniers du Goulag soviétique, dont ceux de nationalité polonaise.

Environ 100 000 citoyens polonais ont été arrêtés à compter d', puis pendant les premiers mois de l'occupation soviétique. Les prisons locales de l'ancien État polonais ont rapidement été gravement surpeuplées, tous les détenus étant accusés d'activités anti-soviétiques[5]. Le NKVD a dû ouvrir des dizaines de prisons ad hoc dans presque toutes les villes de la région[20]. La vague d'arrestations et de fausses condamnations a contribué à la réinstallation forcée de grandes catégories de personnes (« koulaks », fonctionnaires polonais, travailleurs forestiers, professeurs d'université, « osadniks ») dans les camps de travail du Goulag et dans les zones d'exil reculées de l'URSS[21]. Au total, les Soviétiques ont déporté plus d'un million cent mille personnes de Pologne en Sibérie. Selon Norman Davies[22], près de la moitié étaient décédés au moment de la signature de l'accord Sikorski-Mayski le . Environ 55 % des déportés vers la Sibérie et l'Asie centrale soviétique étaient des femmes polonaises[23].

Entre février 1940 et juin 1941, les Soviétiques ont déporté au total environ 1 100 000 Polonais lors de quatre vagues de déportations massives des territoires polonais occupés par les Soviétiques. La première grande opération a eu lieu le , avec plus de 220 000 personnes envoyées principalement dans l'extrême nord et l'est de la Russie, dont la Sibérie et le Kraï de Khabarovsk. La deuxième vague du , se composait de 320 000 personnes envoyées principalement au Kazakhstan. La troisième vague de juin à a totalisé plus de 240 000 personnes. La quatrième et dernière vague s'est déroulée en , déportant 300 000 personnes.

Selon la loi soviétique, tous les résidents de la zone annexée, surnommés par les Soviétiques comme citoyens de l'ancienne Pologne[24], ont automatiquement acquis la citoyenneté soviétique. Mais l'octroi effectif de la citoyenneté exigeait un consentement individuel et les résidents étaient fortement poussés à obtenir ce consentement[20]. Les réfugiés ayant refusé ont été menacés de rapatriement vers les territoires sous contrôle allemand de la Pologne[25],[26],[27].

Les Polonais et les Soviétiques ont rétabli les relations diplomatiques en 1941, à la suite de l'accord Sikorski-Mayski du , mais les Soviétiques les ont à nouveau interrompus en 1943 à la suite de l’exigence du gouvernement polonais demandant un examen indépendant des fosses funéraires de Katyn récemment découvertes où plus de 15 000 militaires et civils polonais avaient été exécutés par les troupes armées du NKVD, police politique de l'Union soviétique. En 1943, les Soviétiques ont fait pression sur les Alliés occidentaux pour reconnaître le gouvernement fantoche polonais pro-soviétique de Wanda Wasilewska à Moscou[28].

Réforme agraire et collectivisation[modifier | modifier le code]

L'Armée rouge, qui deviendra théoriquement « armée soviétique » après le déclenchement de l'opération Barbarossa, a semé la confusion parmi les Polonais en affirmant qu'elle arrivait pour sauver la Pologne des nazis[29]. Leur avancée a surpris les communautés polonaises et leurs dirigeants, qui n'avaient pas été informés de la manière de répondre à une invasion bolchevique. Les citoyens polonais catholiques et juifs ont peut-être d'abord préféré un régime soviétique à un régime allemand[30], mais les Soviétiques ont rapidement prouvé qu'ils étaient également hostiles et destructeurs envers les citoyens polonais[31],[32]. Ils ont commencé à confisquer, nationaliser et redistribuer toutes les propriétés polonaises privées et publiques. Les troupes soviétiques ont réquisitionné le maximum de nourriture et de nombreux biens[33]. La base de soutien soviétique a été temporairement renforcée par un programme de réforme agraire initié par le NKVD, dans lequel la plupart des propriétaires de grands terrains étaient étiquetés « koulaks » et dépossédés, leurs terres étant réparties entre les paysans les plus pauvres.

Mais les autorités soviétiques ont lancé une campagne de collectivisation forcée. Cette action a largement annulé les gains politiques antérieurs de la réforme agraire, car les paysans ne voulaient généralement pas rejoindre les Kolkhozes, ni céder leurs récoltes gratuitement pour remplir les quotas imposés par les Soviétiques, ce qui a réduit les besoins matériels de presque tout le monde[34].

Démantèlement des institutions gouvernementales et sociales polonaises[modifier | modifier le code]

Les troupes soviétiques dirigées par la cavalerie entrent dans Wilno qui n'a pas pu lancer sa propre défense.

Alors que les Allemands appliquaient leurs politiques fondées sur le racisme, l'administration soviétique justifiait la politique stalinienne en faisant appel à l'idéologie soviétique[35]. En fait, ils ont initié une soviétisation approfondie et, dans une moindre mesure, une russification de la région. Immédiatement après leur conquête de l'est de la Pologne, les autorités soviétiques ont lancé une campagne de soviétisation des zones nouvellement acquises[21],[36]. Au plus tard plusieurs semaines après la capitulation des dernières unités polonaises, le , les Soviétiques organisèrent des élections par étapes aux Soviets suprêmes (corps législatif) contrôlés par Moscou de Biélorussie occidentale et d'Ukraine occidentale[37]. Le résultat du vote par étapes a été de légitimer l'annexion soviétique de la Pologne orientale[20].

Par la suite, toutes les institutions de l'État polonais ont été fermées, puis rouvertes sous le contrôle des superviseurs nommés par les Soviétiques. L'université de Lwów et de nombreuses autres écoles ont par la suite été rouvertes, mais elles devaient fonctionner comme des institutions soviétiques plutôt que de poursuivre leur ancien. Les frais de scolarité ont été supprimés, car avec les traditions polonophiles de l'institution, cela avait empêché la plupart de la population ukrainienne rurale d'y assister. Les Soviétiques ont établi plusieurs nouvelles chaires, en particulier les chaires de langue et littérature russes. Les chaires du marxisme-léninisme et du matérialisme dialectique et historique, visant à renforcer l'idéologie soviétique, ont également été ouvertes[7]. Les chaires de littérature polonaise et d'études linguistiques polonaises ont été interdites ou dissoutes par les autorités soviétiques. Quarante-cinq nouveaux professeurs ont été affectés à Lwów, transférés d'autres institutions de l'Ukraine soviétique, principalement les universités de Kharkiv et de Kiev. Le , l'université de Lwów a été rouverte et ses professeurs ont débuté leurs enseignements conformément aux programmes soviétiques[38].

Simultanément, les autorités soviétiques ont tenté d'éliminer les traces de l'histoire polonaise dans la région en éliminant une grande partie de ce qui avait des liens avec l'État polonais ou même la culture polonaise en général[7]. Le , la monnaie polonaise a été retirée de la circulation, sans aucun échange possible avec le rouble nouvellement introduit. En une nuit, toute la population de la région avait perdu la totalité de ses économies[39].

Tous les médias ont été placés sous contrôle de Moscou, les autorités soviétiques mettant en place un régime politique similaire à l'État policier[40],[41],[42],[43], de type stalinien, fondé sur la terreur. Tous les partis, syndicats et organisations polonaises de toutes sortes ont été dissous. Seul le Parti communiste polonais, qui avait été interdit à la suite du coup d'État du colonel Beck, en mai 1926, était autorisé à exister, avec des organisations satellites qui lui étaient subordonnées. Toutes les religions organisées ont été persécutées et toutes les entreprises (sauf les artisans) ont été reprises et organisées comme en Union soviétique par les structures étatiques, tandis que l'agriculture était collectivisée.

Exploitation des tensions ethniques[modifier | modifier le code]

Les Soviétiques ont exploité les tensions ethniques passées entre les Polonais et les divers autres groupes ethniques qui y vivaient, les incitant et les encourageant à la violence contre les Polonais, suggérant que les minorités pouvaient « réparer les torts qu'elles avaient subis pendant vingt ans de domination polonaise »[44]. La Pologne d'avant-guerre était dépeinte comme un État capitaliste basé sur l'exploitation des travailleurs et des minorités ethniques. La propagande soviétique prétendait que le traitement injuste des non-Polonais par la deuxième République polonaise justifiait son démembrement. Les responsables soviétiques ont ouvertement incité les foules à commettre des meurtres et des vols (1939–1945)[45]. Le nombre de morts de la première campagne terroriste d'inspiration soviétique reste inconnu.

Restauration de la souveraineté polonaise[modifier | modifier le code]

Le procès-spectacle de 16 dirigeants polonais du mouvement de résistance en temps de guerre, reconnus coupables d'avoir « élaboré des plans d'action contre l'URSS », Moscou, . Les dirigeants ont été invités à participer à l'organisation du nouveau gouvernement polonais d'unité nationale en et immédiatement arrêtés par le NKVD.

Alors que les forces de l'Allemagne nazie ont été repoussées vers l'ouest à compter de décembre 1944 et janvier 1945, la souveraineté officielle de la Pologne a été rétablie par le gouvernement provisoire fantoche formé par les Soviétiques, renommé plus tard comme gouvernement provisoire de la République de Pologne[46]. Le pays est resté sous occupation militaire de facto pendant de nombreuses années à venir, contrôlé par le Groupe soviétique des forces du Nord, qui ont été stationnées en Pologne jusqu'en 1993. Quelque 25 000 combattants non communistes clandestins polonais, dont 300 officiers supérieurs de l'armée de l'intérieur (Armia Krajowa), ont été capturés par des unités du NKVD et des groupes opérationnels SMERSH à l'automne 1944, puis déportés vers les goulags de l'Union soviétique[47].

Entre 1944 et 1946, des milliers de combattants de l'indépendance polonaise se sont activement opposés au nouveau régime communiste, attaquant les bureaux du NKVD, du SMERSH et des structures à leur solde, c'est-à-dire les services secrets communistes polonais (UB)[48]. Les événements de la fin des années 40 ont constitué une véritable guerre civile selon certains historiens, en particulier dans les parties orientale et centrale du pays[49]. Selon les dépositions de Józef Światło (en) et d'autres sources communistes, le nombre de membres de la clandestinité polonaise, arrondis par ordre de Lavrenti Beria du NKVD et déportés en Sibérie et dans divers goulags en Union soviétique, a atteint (seulement en 1945) 50 000[50]. Leurs dirigeants politiques ont été enlevés par l'Union soviétique, interrogés sous la torture et envoyés en prison après une mise en scène du procès des Seize à Moscou. Aucun n'a survécu[51],[52]. Environ 600 personnes sont mortes à la suite de la rafle d'Augustów (en).

Les documents de l'époque montrent que le problème de la violence sexuelle contre les femmes polonaises par des militaires soviétiques est resté important pendant et après l'avancée des forces soviétiques à travers la Pologne[53]. Joanna Ostrowska et Marcin Zaremba de l'Académie polonaise des sciences estiment que les viols de femmes polonaises ont atteint une échelle de masse après l'offensive d'hiver de 1945. Que le nombre de victimes ait pu atteindre ou même dépasser 100 000 n'est qu'une question de devinettes, considérant les tabous traditionnels des femmes incapables de trouver « une voix qui leur aurait permis de parler ouvertement de leurs expériences de guerre » tout en préservant leur dignité[54].

À ce jour, les événements de ces années et des années suivantes constituent des pierres d'achoppement dans les relations entre la Pologne et la Russie. Les demandes polonaises de restitution de biens pillés ou d'excuses pour des crimes de l'ère soviétique sont soit ignorées, soit rejetées. L'État soviétique, dont la fin remonte au , puis la République de Russie rappellent aux Polonais leur version de l'histoire, en refusant d'examiner les crimes et les horreurs commises par toutes les forces de répression soviétiques : « nous vous avons libérés du nazisme : soyez reconnaissants »[55].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b 1939 wrzesień 17, Moskwa Nota rządu sowieckiego nie przyjęta przez ambasadora Wacława Grzybowskiego (Note of the Soviet government to the Polish government on 17 September 1939, refused by Polish ambassador Wacław Grzybowski). Retrieved 15 November 2006.
  2. Judith Olsak-Glass, Piotrowski's Poland's Holocaust. Sarmatian Review, January 1999
  3. "Terminal horror suffered by so many millions of innocent Jewish, Slavic, and other European peoples as a result of this meeting of evil minds is an indelible stain on the history and integrity of Western civilization, with all of its humanitarian pretensions" (Note: "this meeting" refers to the most famous third (Zakopane) conference).

    Conquest, Robert (1991). Stalin: Breaker of Nations, New York, N.Y.: Viking. (ISBN 0-670-84089-0)
  4. "In the 1939-1941 period alone, Soviet-inflicted suffering on all citizens in Poland exceeded that of Nazi-inflicted suffering on all citizens. (...) The Soviet-imposed myth about "Communist heroes of resistance" enabled them for decades to avoid the painful questions faced long ago by other Western countries." Johanna Granville, H-Net Review of Jan T. Gross. Revolution from Abroad.
  5. a b c d et e (en) Jan T. Gross, From Peace to War : Germany, Soviet Russia and the World, 1939-1941, Providence, RI, Berghahn Books, , 47–79, 77 p. (ISBN 1-57181-882-0, lire en ligne)
  6. a et b AFP / Expatica (30 August 2009), Polish experts lower nation's WWII death toll, Expatica Communications BV.
  7. a b c d et e Elżbieta Trela-Mazur, Sovietization of educational system in the eastern part of Lesser Poland under the Soviet occupation, 1939-1941, Kielce, Wyższa Szkoła Pedagogiczna im. Jana Kochanowskiego, (1re éd. 1997), 43, 294 p. (ISBN 83-7133-100-2, lire en ligne). Also in: Trela-Mazur 1997, Wrocławskie Studia Wschodnie, Wrocław.
  8. (pl) « Kampania wrześniowa 1939 » [archive du ] (consulté le ) (September Campaign 1939) from PWN Encyklopedia. Internet Archive, mid-2006. Retrieved 16 July 2007.
  9. a et b (en) George Sanford, Katyn and the Soviet Massacre of 1940 : truth, justice and memory, Londres, Routledge, , 20–24 p. (ISBN 0-415-33873-5, lire en ligne)
  10. Gross 1997, p. 17.
  11. (en) Tadeusz Piotrowski, Poland's Holocaust : Ethnic Strife, Collaboration with Occupying Forces and Genocide in the Second Republic, 1918-1947, Jefferson, N.C., McFarland, , 177–259 p. (ISBN 0-7864-0371-3, lire en ligne), « Ukrainian Collaborators »

    « How are we ... to explain the phenomenon of Ukrainians rejoicing and collaborating with the Soviets? Who were these Ukrainians? That they were Ukrainians is certain, but were they communists, Nationalists, unattached peasants? The Answer is "yes"—they were all three »

  12. Parmi le groupe initial de prisonniers de guerre polonais envoyés en grand nombre dans les camps de travail, quelque 25 000 soldats ordinaires ont été séparés du reste de leurs collègues et emprisonnés dans un camp de travail à Równe, où ils ont été contraints de construire une route. Voir: « Decision to commence investigation into Katyn Massacre » [archive du ], Institute of National Remembrance website, Institute of National Remembrance, (consulté le ).
  13. (en) Marek Jan Chodakiewicz, Between Nazis and Soviets : occupation politics in Poland, 1939-1947, Lanham, Lexington Books, , 499 p. (ISBN 0-7391-0484-5, lire en ligne).
  14. Benjamin B. Fischer, ""The Katyn Controversy: Stalin's Killing Field", Studies in Intelligence, Winter 1999–2000. Retrieved 16 July 2007.
  15. Sanford 2005, p. 23; also in Olszyna-Wilczyński Józef Konstanty, Encyklopedia PWN. Retrieved 14 November 2006.
  16. (pl) « Śledztwo w sprawie zabójstwa w dniu 22 września 1939 r. w okolicach miejscowości Sopoćkinie generała brygady Wojska Polskiego Józefa Olszyny-Wilczyńskiego i jego adiutanta kapitana Mieczysława Strzemskiego przez żołnierzy b. Związku Radzieckiego. (S 6/02/Zk) » [archive du ] (consulté le ) Polish Institute of National Remembrance. Internet Archive, 16.10.03. Retrieved 16 July 2007.
  17. Gustaw Herling-Grudziński, A World Apart : Imprisonment in a Soviet Labor Camp During World War II, Penguin Books, , 284 p. (ISBN 0-14-025184-7)
  18. (pl) Władysław Anders, Bez ostatniego rozdziału : wspomnienia z lat 1939-1946, Lublin, Test, , 540 p. (ISBN 83-7038-168-5)
  19. (pl) Jerzy Gizella, « Lwowskie okupacje », Przegląd polski, no November 10,‎ (lire en ligne[archive du ])
  20. a b et c Jan Tomasz Gross, Revolution from Abroad, Princeton, Princeton University Press, , 396 p. (ISBN 0-691-09603-1, lire en ligne)
  21. a et b various authors, Demography and National Security, Berghahn Books, , 308–315 p. (ISBN 1-57181-339-X), « Stalinist Forced Relocation Policies »
  22. (en) Norman Davies, God's Playground. A History of Poland : 1795 to the Present, vol. 2, Oxford, Oxford University Press, , 449–455 p. (ISBN 0-19-925340-4).
  23. B. G. Smith. The Oxford Encyclopedia of Women in World History: 4 Volume Set, Oxford University Press, 2008, p. 470.
  24. (pl) Various authors, Indeks represjonowanych, Warsaw, Ośrodek KARTA, (ISBN 83-88288-31-8, lire en ligne), « Represje 1939-1941 ».
  25. (en) Tadeusz Piotrowski, Poland's Holocaust : Ethnic Strife, Collaboration with Occupying Forces and Genocide..., Jefferson, N.C., McFarland & Company, , 295 p. (ISBN 0-7864-0371-3, lire en ligne) See also review
  26. Jan T. Gross, op.cit., p.188
  27. Zvi Gitelman, A Century of Ambivalence : The Jews of Russia and the Soviet Union, 1881 to the Present, Indiana University Press, , 116 p. (ISBN 0-253-21418-1, lire en ligne).
  28. Martin Dean, Collaboration in the Holocaust, Sanford, 2005, p. 127 (consulté le 15 juillet 2007).
  29. (en) Norman Davies, Europe: A History, p. 1001–1003.
  30. Gross, p. 24, 32–33.
  31. Peter D. Stachura, p.132.
  32. Piotrowski, p. 1, 11–13, 32.
  33. Piotrowski, p.11
  34. Rieber, p. 14, 32–37.
  35. (pl) Wojciech Roszkowski, Historia Polski 1914-1997, Warsaw, Wydawnictwa Naukowe PWN, , 476 p. (ISBN 83-01-12693-0)
  36. (pl) various authors, Sowietyzacja Kresów Wschodnich II Rzeczypospolitej po 17 września 1939, Bydgoszcz, Wyższa Szkoła Pedagogiczna, , 441 p. (ISBN 83-7096-281-5)
  37. (pl) Bartłomiej Kozłowski, « "Wybory" do Zgromadzeń Ludowych Zachodniej Ukrainy i Zachodniej Białorusi » [archive du ], Polska.pl, Naukowa i Akademicka Sieć Komputerowa, (consulté le ).
  38. « Ivan Franko National University of L'viv » [archive du ] (consulté le )
  39. (pl) Karolina Lanckorońska, Wspomnienia wojenne; 22 IX 1939 - 5 IV 1945, Kraków, ZNAK, , 364 p. (ISBN 83-240-0077-1), « I - Lwów ».
  40. Craig Thompson-Dutton, The Police State : What You Want to Know about the Soviet Union, Dutton, , 88–95 p., « The Police State & The Police and the Judiciary ».
  41. Michael Parrish, The Lesser Terror : Soviet State Security, 1939-1953, Praeger Publishers, , 99–101 p. (ISBN 0-275-95113-8, lire en ligne).
  42. Peter Rutland, The Politics of Economic Stagnation in the Soviet Union, Cambridge, Cambridge University Press, , 320 p. (ISBN 0-521-39241-1), « Introduction », p. 9
  43. Victor A. Kravchenko, I Chose Justice, Transaction Publishers, , 489 p. (ISBN 0-88738-756-X, lire en ligne), p. 310.
  44. Jan Tomasz Gross, Revolution from Abroad: The Soviet Conquest of Poland's Western Ukraine and Western Belorussia, Princeton University Press, 2002, (ISBN 0-691-09603-1), p. 35
  45. Gross, op.cit., page 36
  46. The Great Globe Itself: A Preface to World Affairs By William Bullitt, Francis P. Sempa  
  47. Soviet NKVD, sur www.warsawuprising.com.
  48. The establishment of communist regimes in Eastern Europe, 1944-1949 By Norman Naimark  
  49. Voir Soldats maudits.
  50. Poland's holocaust By Tadeusz Piotrowski. Page 131. (ISBN 0-7864-2913-5).
  51. God's Playground: 1795 to the Present By Norman Davies  
  52. Since Stalin, a Photo History of Our Time by Boris Shub and Bernard Quint, Swen Publications, New York, Manila, 1951. Page 121.
  53. Janusz Wróbel,* "Wyzwoliciele czy okupanci? Żołnierze sowieccy w Łódzkiem 1945–1946." (PDF, 1.48 MB) Biuletyn Instytutu Pamięci Narodowej 2002, nr 7. Quote in Polish: "Poza jednostkowymi aktami gwałtów, zdarzały się ekscesy na skalę masową."
    Dr Janusz Wróbel is a research scientist with the Institute of National Remembrance, author of scholarly monographs about Soviet deportations and postwar repatriation of Poles, including Uchodźcy polscy ze Związku Sowieckiego 1942–1950, Łódź, 2003, Na rozdrożu historii. Repatriacja obywateli polskich z Zachodu w latach 1945–1949, Łódź 2009, 716 pages, and many seminars.
  54. Katherine R. Jolluck, "The Nation's Pain and Women's Shame." In Gender and War in Twentieth-Century Eastern Europe By Nancy Meriwether Wingfield, Maria Bucur. Indiana University Press, 2006. (ISBN 0-253-34731-9)
  55. "Pretty pictures: Russia's president makes some surprising new friends", The Economist, 2 mars 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]