Braquage de la banque de Tiflis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La place Erivan dans les années 1870 (aujourd'hui appelée place de la Liberté), lieu du braquage.

Un braquage de la banque de Tiflis survient le dans la ville de Tiflis (aujourd'hui Tbilissi, capitale de la Géorgie). Une diligence de la banque est attaquée par les bolcheviks pour financer leurs activités révolutionnaires.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Bien que les sociaux-démocrate rejettent officiellement le terrorisme individuel et les attentats à la bombe[1],[N 1], l'attaque est orchestrée au plus haut niveau par des personnalités bolcheviks, incluant Lénine, Joseph Staline (qui a peut-être aussi participé directement au braquage), Maxime Litvinov, Leonid Krassine et Alexandre Bogdanov, et effectuée par un groupe de révolutionnaires géorgiens menés par Kamo, compagnon et allié de Staline, et qui n'en était pas à son coup d'essai[2]. L'attaque est menée par un grand nombre d'assaillants (une trentaine). Elle tue quarante personnes et en blesse cinquante autres selon les archives officielles, pourtant peu suspectes d'exagération[3]. Les braqueurs s'échappent avec 341 000 roubles. La police impérial annonça peu après que 100 000 roubles avaient été marqués[4]. Lénine toucha au moins 140 000 roubles[5].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Selon l'historien britannique Simon Sebag Montefiore : « Le hold-up de Tiflis fit de Kamo un personnage de légende, mais ses répercussions contribueraient à ébranler le Parti [social-démocrate de Russie] et, en 1918, elles menaceraient de porter encore atteintes à Staline[6]. » L'affaire déclencha des jalousie et certains braqueurs exigèrent une restitution du butin, sans quoi ils mena%aient de s'en prendre à un membre du comité central[5]. L'événement frappe les esprits et trouve un écho dans la presse internationale, qui s'émeut du carnage[7]. Un immense scandale ébranle Tiflis... et Saint-Pétersbourg. La banque d'État ne savait pas elle-même exactement combien on lui avait dérobé : 250 000 ou 350 000 roubles.

L'événement a aussi des répercussion à l'interne, dans le mouvement communiste lui-même. Plusieurs commissions sont nommées (en particulier par les mencheviks) pour déterminer qui est le véritable commanditaire du bain de sang, commissions qui visent principalement Lénine et Staline, qu'on n'arrive pourtant pas à relier directement au braquage. Staline devient personne non grata à Tiflis ; deux jours plus tard. il s'installe à Bakou.

Dès 1918 (bien avant d'être dictateur), Staline fit tout pour étouffer le rôle qu'il avait jouer dans ces « expropriations », et força les témoins au silence jusque dans les années 1930[8].

Le butin fut transféré à l'étranger. Simon Sebag Montefiore rapporte qu'une partie de la somme dérobée fut blanchie au Crédit lyonnais[9]. Pourtant, malgré une collaboration policière internationale, l'argent réapparut pas.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette rejet de la violence terroriste n'est pas une simple gesticulation, mais repose sur des fondements théoriques défendus de longue date (Anna Geifman 1993, p. 84).

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.