Histoire de la Micronésie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les États fédérés de Micronésie sont entièrement situés dans les îles Carolines, dans le nord-ouest de l'océan Pacifique. Ce confetti d'îles connaît une histoire ancienne qui peut s'organiser en 4 phases d'après les différents mouvements de population et status politiques de l'archipel.

Aux premiers temps[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Peuplement de l'Océanie.

Les ancêtres des actuelles populations s'établirent sur ces îles, il y a 3 000 ans environ. Certains venaient des îles de la Sonde (uniquement les habitants de Yap), la plupart venaient de l'Océanie proche et sont donc des Océaniens, originaires selon toute vraisemblance de l'archipel Bismarck. Les deux populations sont toutes deux de langue austronésienne.

Un système décentralisé, basé sur des chefs de clans ou des conseils des anciens, s'est transformé en un empire économique et religieux plus centralisé dont Yap était le centre. L'archipel connut un empire puissant dont la réalisable la plus palpable et spectaculaire est Nan Madol, complexe architectural et palatial démontrant un haut degré de maitrise de l'environnement.

Explorations européennes et premiers contacts[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, les explorateurs européens, d'abord les Portugais à la recherche des îles aux épices (Indonésie) puis les Espagnols, atteignirent les îles Carolines sur lesquelles l'Espagne établit sa souveraineté après les avoir longtemps délaissées (souveraineté confirmée par le pape Léon XIII en 1885).

Un destin en constant ballotement[modifier | modifier le code]

Les îles passèrent sous contrôle de l'Empire allemand en 1899, puis de l'Empire du Japon en 1914 à la suite de combats durant la Première Guerre mondiale contre les troupes allemandes basées dans ces îles. Le Japon reçut, a posteriori ces îles en mandat de la Société des Nations en 1922. Dans le cadre de la Seconde Guerre mondiale, en 1944, la région fut militairement occupée par les États-Unis qui l'administrèrent ensuite en tant que Territoire sous tutelle des îles du Pacifique selon le mandat de l'ONU délivré aux États-Unis en 1947.

Sous l’administration américaine : un territoire organisé préparé à l'indépendance[modifier | modifier le code]

Ce territoire était divisé en six districts, administrés d'abord par l' US Navy jusqu'au puis par le ministère de l'Intérieur jusqu'au inclus (même si dès 1981, le haut-commissariat américain a surtout préparé la transition progressive vers l'indépendance).

Dans le cadre de l'administration américaine, il est installé un conseil consultatif des districts administratifs de Palau, Yap, des Mariannes, de Chuuk, de Pohnpei et des Marshall (annoncé en 1949 mais qui ne se réunit régulièrement qu'après 1956). Ce conseil propose la création de ce qui deviendra le Congrès de Micronésie. En 1964, le ministre de l'Intérieur décrète le Secretarial Order No. 2882 qui forme un Congrès bicaméral. Le premier Congrès se réunit le et adopte sa première loi, le drapeau du territoire (avec six étoiles). Puis en 1975, le Congrès convoque la Convention constitutionnelle, c'est-à-dire une assemblée constituante à laquelle participent 60 dirigeants élus et traditionnels. Cette Convention rédige une Constitution des États fédérés de Micronésie. Le , un 7e district est créé par une loi du Congrès : c'est celui de Kosrae. Le , le Commonwealth des îles Mariannes du Nord s'en sépare en choisissant des liens plus serrés avec les États-Unis, alors que les six districts restants optent pour une plus grande autonomie. Le , exactement treize ans après sa première réunion, quatre des six districts ratifient la Constitution de la Convention. Au même moment, les représentants des six districts négocient un accord-cadre (en anglais, compact) de libre-association entre les Micronésiens et les États-Unis. À la suite des résultats du référendum, un Secretarial Order No. 3027 du constate le rejet de la Constitution par les Palaos et les îles Marshall tandis que les quatre districts centraux l'ont ratifié formant de facto ainsi les États fédérés de Micronésie. Apparaît alors un Congrès intérimaire, constitué à partir du VIIe Congrès, représentant uniquement ces quatre districts. Ce congrès intérimaire reste en place jusqu'à l'élection du Congrès constitutionnel en mars 1979. La séance inaugurale de ce Congrès se déroule le sur le terrain de la Little League à Kolonia (Pohnpei), la nouvelle capitale de la Nation. En effet, le à 10 h 20, lorsque le Ier Congrès des FSM (Federal States of Micronesia) réunit ses chambres à Kolonia, quatre districts (sur six) des territoires sous tutelle obtiennent l'autonomie interne et ratifient une nouvelle constitution pour devenir les États fédérés de Micronésie ; les deux districts voisins des Palaos et des îles Marshall choisirent de ne pas participer à cette fédération, comme les Mariannes du Nord un an plus tôt. Le , le premier président et le premier vice-président sont élus par le Congrès, ce sont les sénateurs Tosiwo Nakayama (de Chuuk) et Petrus Tun (de Yap). Les nouveaux États fédérés de Micronésie signent alors en 1982 avec les États-Unis un accord-cadre de libre-association (le Compact) qui entra en vigueur le . Après ratification de la fin de la tutelle par le Conseil de sécurité des Nations unies, le , les FSM adhèrent aux Nations unies le .