Histoire des Tonga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'histoire des îles Tonga commence aux alentours de 5000 av. J-C pour se poursuivre aujourd'hui. Son histoire connaît environ trois phases : le peuplement, l'établissement d'un empire puissant et l'entrée dans la sphère coloniale.

Les premiers temps[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Peuplement de l'Océanie.

Il y a 5 000 ans (3 000 av. J.-C.), des habitants du littoral de la Chine du Sud, cultivateurs de millet et de riz, commencent à traverser le détroit pour s'installer à Taïwan. Vers 2 000 avant J.-C., des migrations ont lieu de Taïwan vers les Philippines. De nouvelles migrations commencent bientôt des Philippines vers Sulawesi et Timor et de là, les autres îles de l'archipel indonésien. Vers 1 500 av. J.-C., un autre mouvement mène des Philippines en Nouvelle-Guinée et au delà, les îles du Pacifique. Les Austronésiens sont sans doute les premiers navigateurs de l'histoire de l'humanité. Ils colonisèrent les îles Tonga vers le XIIIe siècle av. J.-C..

Ces Polynésiens apportèrent avec eux chiens, porcs, poulets, poterie, agriculture (particulièrement la culture de racines) et, évidemment, des bateaux. Ils se répandirent rapidement dans l'ensemble des îles Tonga. Selon une croyance populaire, le royaume de Tonga serait, parmi les îles de la Polynésie, le premier groupe occupé par l'homme à l'ère préhistorique. Dans les temps modernes, mais avant l'arrivée des occidentaux, les îles avaient des densités de population de 60 à 75 hab/km².

Sous le règne d'un puissant empire[modifier | modifier le code]

Première dynastie[modifier | modifier le code]

Une royauté s'est établie à Tongatapu au début du Xe siècle et la dynastie actuelle se réfère encore à l'empire Tuʻi Tonga. La première dynastie, fondée par 'Aho'eitu, fut celle des Tuʻi Tonga, qui demeura dominante jusqu'au XVe siècle. Au XIIIe siècle, l'empire connut son apogée, et le pouvoir royal s'est même étendu jusque dans les îles d'Hawaii. Toutefois, c'est également au XIIIe siècle que l'empire perdit le contrôle des Samoa.

Deuxième dynastie[modifier | modifier le code]

Vers 1450, la dynastie des Tuʻi Tonga céda le pouvoir temporel à une nouvelle dynastie, les Tuʻi Haʻatakalaua. Ceux-ci conservèrent le pouvoir jusqu'en 1600 environ, date à laquelle les Tuʻi Kanokupolu, dont est issue l'actuelle dynastie, prirent l'ascendance[1].

Un empire capable de gigantisme architectural[modifier | modifier le code]

Des siècles avant que les Occidentaux n'arrivent, les Tonguiens créèrent de grandes maçonneries monumentales, les plus notables étant le Ha'amonga (un trilithe) et les Langi (tombeaux en terrasse). Le Ha'amonga mesure 5 mètres de haut et est fait de trois pierres en calcaire pesant chacune plus de 40 tonnes. Les Langi sont des pyramides basses très plates à deux ou trois niveaux et qui marquent les tombes des anciens rois.

Haamonga-A-Maui

Des contacts à la colonisation[modifier | modifier le code]

Premiers contacts[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, le Tonga avait unifié les chefferies et conservait un empire maritime, certes réduit mais qui incluait les régions conquises des Fidji. À cette époque, l'empire des îles Tonga avait une population d'environ 40 000 personnes. En 1616, certaines des îles de l'archipel du Tonga furent aperçues par les navigateurs néerlandais William Schouten et Le Maire. Le 21 janvier 1643, Abel Tasman découvrit Tongatapu et visita une partie des îles. Entre 1773 et 1777, l'anglais James Cook prit contact avec les insulaires de Tongatapu. Il baptisa l'archipel Îles des amis en raison de l'accueil chaleureux qu'il y avait reçu (il trouvait les habitants paisibles et hospitaliers malgré le massacre de plusieurs de ses hommes).

Carte des îles Tonga datant de 1777

Un protectorat très organisé[modifier | modifier le code]

En 1845, les îles furent unies en un royaume, sous le roi George Tupou Ier de la dynastie Tuʻi Kanokupolu. Elles devinrent une monarchie constitutionnelle sous ce même roi en 1875, et un protectorat britannique le 18 mai 1900. L'archipel acquit son indépendance en 1970 et devint aussi un membre du Commonwealth. Depuis 2004, ses modestes forces armées participent à la coalition militaire en Irak[2].

Aujourd'hui : entre tradition et modernité[modifier | modifier le code]

Le Tonga reste la seule monarchie du Pacifique, si l'on excepte les Samoa, qui au décès de leur roi sont devenues une république en 2007, et des pays tels l'Australie, la Nouvelle-Zélande, Tuvalu et les Îles Salomon, qui reconnaissent la reine Elizabeth II comme leur monarque. Le roi tonguien actuel, George Tupou V, est l'arrière-arrière-arrière-petit-fils de George Tupou Ier. Il succéda à son père Taufa'ahau Tupou IV, décédé en 2006. George Tupou V dut rapidement faire face à des émeutes semble-t-il provoquées par des mouvements pro-démocratiques. Le roi dut s'engager à accélérer les réformes vers plus de démocratie.

En juillet 2008, trois jours avant son couronnement, le roi George Tupou V annonça qu'il renonçait à l'essentiel de son autorité, et qu'il se conformerait désormais aux recommandations de son premier ministre[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) "Tonga", Département d'État des États-Unis
  2. (en) Pacific Command Chief Praises Little Tonga for Big Iraq Contribution
  3. (en) "Tonga's king to cede key powers", BBC, 29 juillet 2008