Fais (Micronésie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fais.
Fais
Image aérienne de Fais.
Image aérienne de Fais.
Géographie
Pays Drapeau des États fédérés de Micronésie Micronésie
Archipel Îles Carolines
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 9° 45′ 37″ N, 140° 31′ 15″ E
Superficie 2,8 km2
Point culminant 20 m
Géologie Atoll surélevé
Administration
État Yap
District Îles extérieures de Yap
Démographie
Population 294 hab. (2010)
Densité 105 hab./km2
Autres informations
Fuseau horaire UTC+10

Géolocalisation sur la carte : Micronésie

(Voir situation sur carte : Micronésie)
Fais
Fais
Îles dans les États fédérés de Micronésie

Fais est un atoll surélevé situé approximativement à 87 kilomètres à l'est d'Ulithi et 251 km au nord-est de Yap, dans les îles Carolines dans l'Océan Pacifique. Elle appartient aux îles extérieures de Yap. Elle forme une municipalité de l'État de Yap, dans les États fédérés de Micronésie. Dans le cadre des élections législatives internes à l'État de Yap, la municipalité constitue avec celles de Ngulu, d'Ulithi et la municipalité inhabitée de Sorol le troisième district électoral. Ce district élit pour quatre ans un sénateur au scrutin uninominal majoritaire à un tour.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Dessin figurant en bleu l'océan, en brun clair les terres et par des traits verts, bleus, verts et violets les limites et le mouvement des plaques.
Plaque tectonique des Carolines et plaques voisines.

Fais est la terre la plus proche (à environ 290 km) de Challenger Deep, le point le plus profond mesuré dans les océans. Elle se situe à 60 km au sud-est des Îles de la Tortue, à 87 km à l'est d'Ulithi et à 251 km à l'est-nord-est des îles Yap[1].

L'île est positionnée à l'extrémité ouest de la plaque des Carolines, de mouvement ouest-nord-ouest, et qui se dirige vers la plaque des Philippines au bord oriental de laquelle sont situées les îles Yap. Fais est apparue suite à la rencontre entre ces plaques au Cénozoïque ancien, peut-être plus précisément durant le Miocène, il y a environ 24 millions d'années. Les scientifiques ne savent pas si les deux plaques sont toujours en collision ou si la plaque des Carolines a commencé à passer au-dessous de celle des Philippines. L'île est localisée sur la partie nord de la dorsale des Carolines, séparée de la partie sud par la fosse océanique de Sorol[MC 1].

Géologie et topographie[modifier | modifier le code]

Plan de l'île de Fais : en bleu clair, les récifs ; en jaune, la plage ; en brun, les falaises ; en vert foncé la forêt ; en vert clair, la végétation rase ; en gris, la piste d'atterrissage ; en noir, les zones d'habitat.

De forme oblongue, Fais est un atoll surélevé, une plate-forme de carbonates poreuse, qui a peut-être émergé il y a 20 millions d'années, d'une superficie de 2,8 km2 et d'une altitude maximale de 20 m[2],[MC 2],[PR 1]. Un récif frangeant fait le tour d'environ les deux tiers de l'île et délimite un étroit lagon n'offrant donc qu'une faible faune marine. Ce récif est absent au nord-est et au sud-ouest, zones où la côte, ordinairement sous forme de plages de sable, s'élève en falaises[R 1],[PR 1]. Celles-ci sont percées de grottes formées par des écoulements anciens d'eau douce, et d'où la nappe phréatique s'épanche encore[Z 1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat sur l'île de Fais est équatorial, chaud (27 °C en moyenne), modérément humide et pluvieux tout au long de l'année. La température est relativement uniforme tout au long de l'année : elle s'établit entre 30 et 34 °C à midi et tombe à 22 à 25 °C la nuit. La pression atmosphérique normale s'établit entre 1 000 et 1 013 hPa. L'île se trouve dans une région soumise à des vents constants avec une pluviométrie moyenne annuelle élevée (environ 3 000 mm), sous forme d'intenses pluies de courtes durées. De début décembre à avril ou mai, les vents viennent du nord-est, et de fin juillet à fin septembre du sud-ouest. Ils sont alors plus chargés d'humidité. Les intersaisons comportent des jours plus calmes. La quantité d'eau de pluie peut baisser d'au moins 23 % les années de sécheresse liées au phénomène El Niño. Une absence presque totale de précipitations peut s'étendre sur quatre mois. L'île est affectée par des tempêtes tropicales qui peuvent se transforner en cyclones entre avril et novembre[KR 1],[MC 3],[3],[I 1].

Cyclones et tempêtes tropicales[modifier | modifier le code]

Le cyclone Lupit au-dessus des îles Carolines le .

Des cyclones tropicaux majeurs, également appelés typhons, touchent l'île tous les 10 à 12 ans depuis au moins le milieu du XIXe siècle et occasionnent des destructions[KR 2],[MC 4]. Ils provoquent la chute des noix de coco et endommagent les systèmes de récupération d'eau de pluie, tous deux utilisés pour la consommation humaine[MC 4]. Le premier cyclone tropical renseigné par les sources écrites et ayant atteint l'île est daté du [KR 1].

Le , le cyclone tropical Lupit passe à 50 km au nord-est de Fais avec des rafales atteignant environ 185 km/h à 200 km/h et environ 10 cm de pluie. Des vagues de 4,2 à 5,5 m ont frappé les côtes de Fais et provoqué une grave érosion des plages et les embruns ont contaminé les réservoirs d'eau. Le cyclone a également endommagé ou détruit la plupart des toits et certains réservoirs ne rendant possible la collecte de l'eau de pluie qu'avec des moyens de fortune. Il a dépouillé les cocotiers de leurs fruits et détruit les cultures de subsistance, ne laissant que quelques jours de réserve[MC 4],[4].

Le , le cyclone Sudal passe à 65 km au sud-sud-est de Fais avec une vitesse maximale des vents de 177 km/h. Il a provoqué d'importants dégâts similaires à ceux du passage de Lupit[5]. Il s'y est ajouté une crise économique pendant quatre mois du fait de la panne du cargo transportant des biens de secours, les magasins ayant souffert de pénuries de stocks. Le prix du riz a ainsi triplé et les habitants ont dû leur subsistance à la nourriture traditionnelle (tubercules, poissons du lagon, jus d'agrumes, extraits d'agrumes, etc.)[N 1]. En 2010, une enquête révèle que les modifications environnementales liées aux changements climatiques sont une préoccupation pour les habitants même si elle est moindre que sur d'autres îles moins élevées[N 2]. Quelques jours après le passage du typhon, un petit avion civil a été envoyé sur Fais par l'Agence fédérale des situations d'urgence des États-Unis pour apporter quelques secours[6].

Le cyclone Nanmadol passe le à 89 km à l'ouest-nord-ouest de Fais et déshabille la plupart des arbres de leurs fruits[7]. Les dégâts sont identiques pour une tempête tropicale ayant touché l'île le [8].

Parcours et intensité du typhon Maysak selon l'échelle de Saffir-Simpson.

Le , le typhon Maysak passe à 89 km au nord-ouest de Fais. Le phénomène météorologique est alors à son maximum d'intensité et a atteint la catégorie 5 de l'échelle de Saffir-Simpson (super-typhon). À Fais, alors que des rafales à plus de 280 km/h étaient prévues, la vitesse du vent a finalement atteint jusqu'à environ 260 km/h[9],[10],[Z 2],[11] soufflant tout de même des maisons[Z 3] et provoquant une élévation du niveau de la mer[Z 4]. La population a cherché refuge dans des bâtiments en béton comme l'église et l'école[Z 3]. L'état d'urgence est déclaré dans l'État de Yap par le gouverneur Tony Ganngiyan le [W 1]. Quelques jours après le passage du typhon, le Bureau de l'environnement et de la gestion d'urgence des États fédérés de Micronésie déclare avoir besoin de rations alimentaires pour les trois à six prochains mois pour l'île de Fais du fait de la destruction des cultures. Les réservoirs d'eau ont été endommagés par la tempête ou contaminés par de l'eau salée, l'eau potable est donc dans un premier temps fournie par une pompe alimentée par la Pacific Aviation Mission[Z 3],[Z 5],[Z 6],[W 2]. Quelques jours plus tard, un puits fonctionnant avec un panneau solaire offre une eau nécessitant d'être bouillie pour la consommation[Z 2]. Un second typhon moins puissant (Noul), ne provoquant que des dommages mineurs à Fais — il n'est alors qu'une tempête tropicale — ainsi que dans l'ensemble du pays, au soulagement des officiels du gouvernement fédéral, passe début mai à proximité de l'île[Z 7],[Z 8],[8]. Durant les deux années suivantes, l'Agence des États-Unis pour le développement international finance la reconstruction de maisons[Z 9] et fournit une aide financière pour aider à l'alimentation et à la reconstruction[Z 10]. Des dons privés sont également recueillis par l'association FUNSO (Fais Ulithi Ngulu Sorol Organization) créée pour l'occasion afin d'en assurer la redistribution en partenariat avec l'association américaine Habele[Z 11],[Z 2],[12]. En , dans le cadre de son opération annuelle Christmas Drop l'armée américaine parachute des boîtes contenant des livres, de la nourriture en conserve et des articles comme des filets de pêche pour « aider les insulaires à maintenir leur mode de vie en grande partie basé sur l'économie de subsistance[note 1] »,[Z 12].

Environnement[modifier | modifier le code]

Flore terrestre[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle, l'île de Fais est décrite par le naturaliste Adelbert von Chamisso comme celle ayant le sol le plus riche et la flore la plus luxuriante de toutes les Carolines[Z 13]. Cependant, une grande partie de la forêt d'origine ainsi que le plateau central ont été dévastés par l'exploitation minière extensive menée dans les dernières années de l'administration japonaise, entre 1938 et 1944[B 1]. Environ 45 % de l'île a été affectée[MC 5]. La forêt a depuis été supplantée par le maquis, des forêts secondaires, des prairies et des terres agricoles[B 1]. Les fragments de forêt conservés se situent le long du bord des falaises circonférentielles de calcaire corallien de l'île. Ils forment une ceinture de forêt basse et dense largement dominée par Barringtonia asiatica[FE 1],[B 1]. Il se mélange du côté intérieur des terres avec des arbres et arbustes, principalement Premna serratifolia — appelé localement iar[CF 1] —, Hibiscus tiliaceus, Pipturus argenteus, Melochia compacta, Ficus tinctoria et Morinda citrifolia. Du côté de la mer, il cohabite avec des bouquets de Pandanus tectorius insérés dans un étroit cordon d’Heliotropium foertherianum et de Scaevola taccada. En bord de falaise, il y a une présence massive de Pandanus dubius. Des touffes d'herbacés de type Fimbristylis cymosa et Hedyotis albidopunctata s'accrochent aux irrégularités des falaises[FE 1].

Certains tronçons de la côte en face de la forêt, zones de terrasses soumises aux embruns et érodées, comportent une végétation herbacée clairsemée et de faible hauteur composée d’Heliotropium anomalum, d’Hedyotis albidopunctata, de Fimbristylis cymosa, de Melanthera biflora et de Paspalum distichum[FE 2]. Les zones les plus avancées sont parfois nues mais généralement couvertes de Sporobolus farinosus[FE 3]. L'intérieur du plateau, les bancs de sable à la base des falaises et les pentes arrière des plages sont utilisées pour l'agriculture, la plupart du temps des plantations de noix de coco et d'arbre à pain auxquelles se mêlent Hibiscus tiliaceus, Morinda citrifolia, Calophyllum inophyllum, Premna obtusifolia, Ochrosia oppositifolia, Randia cochinchinensis, Eugenia aquea et Eugenia javanica. Le bananier, le papayer et Tacca leontopetaloides sont communément cultivés de même que, dans certaines zones du plateau non boisées, la patate douce, le manioc, le tabac et le taro géant des marais[FE 1],[Z 14]. Les sommets des plages en deçà des cocotiers présentent un tapis dense de Vigna marina et de Triumfetta procumbens[FE 3]. Trois espèces d’Araliaceae (Polyscias guilfoylei, Polyscias scutellaria et Polyscias fruticosa) sont utilisées pour former des haies[FE 4]. La présence de plants de bambou importés des îles Yap est documentée par Adelbert von Chamisso en 1815-1817[Z 13], mais il n'en reste plus de trace.

Faune[modifier | modifier le code]

Un total de cinquante-sept espèces d'insectes sont identifiées. Ce sont une sauterelle (Phisis willemsei[M 1]), cinq coléoptères (Caccodes marquesanus, Prionocerus caeruleipennis[M 2], Laius palauensis[M 3], Bradymerus faraulepensis[M 4]), dont un chrysomèle (Brontispa mariana[M 5]), trois cicadelles (Nesophrosyne argentatus, Cicadulina bipunctella[M 6], Orosius argentatus[M 7]), un cercope (Lallemandana phalerata[M 8]), une coccinelle (Telsimia nitida[M 9]), seize mouches (Chrysosoma molestum[M 10], Dacus frauenfeldi[M 11], Dasyrhicnoessa phyllodes[M 12], Homoneura prisca, Homoneura acrostichalis[M 13], Hormurus australasiae[M 14], Limnophora plumiseta, Dichaetomyia rufa, Musca domestica[M 15], Lophoteles plumula[M 16], Melanagromyza phaseoli, Ophiomyia cornuta, Pseudonapomyza spicata[M 17], Parasarcophaga knabi[M 18], Telostylinus gressitti, Mimegralla albimana[M 19]), deux insectes à allure de moustique (Limonia arachnophila, Trentepohlia poliocephala[M 20]), deux psoques (Caecilius kraussi, Lobocaecilius fennecus[M 21]), cinq punaises (Cyrtopeltis nicotianae, Creontiades pallidifer[M 22], Nysius caledoniae, Nysius pulchellus, Pachybrachius pacificus[M 23]), deux cochenilles (Icerya aegyptiaca, Dysmicoccus boninsis[M 24]), six fulgores (Bennaria praetor, Myndus spp., Ugyops kinbergi palauana, Chloriona kolophon, Kamendaka lar, Swezeyia polyxo[M 25]). L'île compte également huit libellules (Anaciaeschna jaspidea, Anax guttatus, Diplacodes bipunctata, Neurothemis terminata, Pantala flavescens, Rhyothemis phyllis, Tholymis tillarga, Tramea transmarina) vivant principalement près des cuves en béton utilisées pour la culture des aracées[Z 14], et cinq papillons (Euchrysops cnejus, Lampides boeticus, Zizula hylax, Euploea eunice, Hypolimnas bolina)[Z 15].

Les reptiles sont représentés par onze espèces : six scinques (Emoia caeruleocauda, Emoia jakati, Eugongylus albofasciolatus, Lamprolepis smaragdina, Lipinia noctua, une espèce d’Eutropis), quatre geckos (Gehyra mutilata, Gehyra oceanica, Lepidodactylus moestus, une espèce peut-être inédite de Lepidodactylus) et un varan (Varanus indicus)[B 2]. Celui-ci aurait été introduit par les Japonais au début du XXe siècle[B 3]. Des tortues se rencontrent dans les eaux avoisinantes et viennent de temps en temps à terre[B 3].

L'île abrite plusieurs oiseaux de mer (Phaéton à bec jaune, Frégate du Pacifique, Frégate ariel, Noddi brun, Gygis blanche), des oiseaux côtiers migrateurs (Pluvier bronzé, Pluvier de Leschenault, Chevalier arlequin, Chevalier de Sibérie, Courlis corlieu), un oiseau terrestre (Stourne de Micronésie) et le coq (Gallus gallus), introduit entre et apr. J.-C.[SI 1],[IS 1].

L'île ne comporte pas de mammifères durant le Pléistocène si ce n'est des rats et des chauves-souris[IS 2]. Une espèce de chauve-souris encore non identifiée est encore rencontrée sur l'île[Z 16]. Des cochons et des chiens ont été introduits par l'homme depuis environ apr. J.-C., voire peut-être apr. J.-C., depuis les Philippines, l'Indonésie ou la Mélanésie du Nord, ou peut-être, pour les chiens, des îles Caroline orientales. Ces populations étaient abattues jeunes, peut-être, dans le cas des cochons, par manque de nourriture suffisante pour les élever jusqu'à l'état adulte. Elles paraissent avoir été consommées de temps à autre, peut-être lors de certains évènements[IS 3]. Lors de sa visite de l'île en 1909, l'allemand Krämer compte de nombreux rats, aucun chien, mais trois cochons et des poules pour l'alimentation[KR 3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la Micronésie.

Une origine mythique[modifier | modifier le code]

D'après un mythe connu à Fais, variation d'un mythe polynésien, Motikitik, fils d'une femme nommée Lorop, découvre un jour qu'elle utilise une formule magique pour fournir secrètement à ses deux frères et à lui-même de la nourriture en descendant sous la mer. Il la suit un jour sous la forme d'un oiseau en utilisant cette même formule, ce dont elle s'aperçoit. Elle lui déclare alors qu'à la suite de son acte elle doit maintenant mourir et lui donne des instructions pour son enterrement. Les deux autres frères ne la prenne pas au sérieux. Plus tard, il part pêcher avec eux et réussit à élever une île du fond de l'océan. Ses frères contestent son droit à la terre ainsi pêchée mais l'esprit de leur mère donne raison à Motikitik, le seul à avoir démontré sa piété filiales en l'enterrant. D'après les gens de Fais, Motikitik a perdu son hameçon en partant de Fais pour rejoindre l'atoll d'Ulithi. Un habitant de l'île de Falalop dans cet atoll le retrouve et le ramène aux îles Yap, sachant son pouvoir merveilleux, mais le perd également. Découvert par la femme d'un chef du lieu, elle le ramène au village de Gatschapar (Gachpar dans la municipalité de Gagil) où il est confié à un prêtre. Selon la tradition, qui est connue sur plusieurs îles, si cet hameçon devait être perdu ou détruit, l'île de Fais coulerait au fond de l'océan pour revenir d'où elle vient. Pour cette raison, il est dit que les gens de Fais vivent dans la peur de Yap et qu'ils souffrent de rester sous son emprise[Z 17],[KR 4].

Les débuts de l'occupation humaine[modifier | modifier le code]

Les hypothèses scientifiques[modifier | modifier le code]

Carte de localisation actuelle des langues océaniennes : en rose, les langues micronésiennes auxquelles appartient celle parlée à Fais ; en orange, les langues des îles Yap et des îles de l'Amirauté.

L'archéologue Michiko Intoh propose à la fin des années 1990 deux hypothèses. La première, qui a la faveur de la scientifique, est un déplacement depuis les îles Yap, à la lueur des vestiges archéologiques, d'un petit groupe humain qui adopte dans un second temps un langage venant de l'est, d'une nature totalement différente de celui de Yap. Une deuxième hypothèse, basée sur l'étude linguistique, propose une provenance depuis l'est du Pacifique des premières populations qui s'intègrent à des réseaux d'échanges avec les îles Yap[Z 18]. La première hypothèse ne convainc pas Paul Rainbird qui, en 2004, remarque que Fais est occupée bien après les îles voisines situées à l'ouest. Il pense que l'arrivée précoce des hommes à Fais tient à ce que la très grande majorité des atolls plus à l'est, qui ne sont occupés que quelques centaines d'années plus tard, n'étaient pas encore suffisamment émergés pour accueillir une population humaine[PR 2]. Quelques années plus tard, en 2011, Michiko Intoh ne propose plus qu'un mouvement humain en provenance de l'est conformément à l'approche linguistique, le mobilier archéologique témoignant des échanges avec l'ouest[Z 19]. Une étude des dermatoglyphes parue en 1972 n'a pas permis de distinguer les population d'Ulithi et de Fais, associées dans un même groupe par les chercheurs car partageant la même langue, des autres populations d'Océanie[Z 20].

L'occupation préhistorique d'après les fouilles archéologiques[modifier | modifier le code]

Des sondages archéologiques réalisés en 1991, en 1994 et en 2005, près du village de Faliyow, ont permis la découverte de plusieurs niveaux de sols attestant d'une présence humaine comprise depuis les IIe – IVe siècles[Z 19],[I 2].

Coquilles de Tridacna gigas.

L'île ne possède pas de gisements d'argile et les céramiques nécessaires aux activités culinaires ont donc été importées. Les fouilles ont fourni, dès les niveaux les plus anciens, de nombreux tessons de céramique fabriqués aux îles Yap et quelques tessons de céramique des Palaos résultants peut-être d'échanges avec Yap. L'évolution dans le temps des types de céramique produits aux îles Yap est identique à celle observée à Fais, démontrant des contacts très rapprochés[Z 21],[Z 22],[Z 23],[I 3]. Les fouilles ont également mises au jour des pierres en schiste vert en provenance des Îles Yap, probablement pour faire bouillir l'eau[Z 22], des herminettes en coquille du genre Tridacna depuis l'origine et en coquille du genre Cassis à partir de 800[I 2], des tiges de leurre de pêche à la traîne et des hameçons en os ou en carapace de tortue, certains fabriqués sur place, d'autres datés entre 450 et 750 et entre 1050 et 1400 provenant des Îles Salomon ou des îles Marshall[I 4]. Des ornements — un bracelet et un pendentif — en coquillage majoritairement du genre Tridacna, mais aussi des genres Cassis et Spondylus ont été retrouvés, de même que des fragments de carapace de tortue travaillés, des dents de requin percées, des ossements d'oiseaux consommés, etc., et, dans un niveau daté entre 1000 et 1200, de la gomme d'un arbre courant aux Philippines[Z 22],[I 2].

Des plate-formes de débris de corail, légèrement surélevées, pour permettre un bon drainage, et correspondant à l'emplacement d'anciennes habitations sont observables à Fais. Elles appartiennent à un modèle qui pourrait être originaire des Îles Yap. Elles sont entourées, comme les maisons actuelles de Fais, de pavés de corail blanc usés par l'eau. Des fosses de cuisson avec des grappes de corail brûlées ont été identifiés[Z 24],[I 5].

Nombre de vestiges archéologiques attestent, depuis les débuts de l'occupation humaine à Fais, d'intenses courants commerciaux entre cette île et Yap. Mais, ce constat est valable entre les Carolines centrales et Yap[Z 25],[IS 4]. Étrangement, aucun objet n'illustre des contacts avec les îles Truk et Pohnpei[Z 22].

Quatorze corps correspondant à huit adultes dont six femmes, à un juvénile et à cinq enfants sont datés entre 1300 et 1600. Les squelettes portent les marques d'un mode de vie plutôt actif et physique et d'une santé médiocre. Deux individus portent les traces d'une maladie tréponémique, probablement le pian, et l'émail des dents de la plupart des sujets est révélateur d'une mauvaise nutrition ou d'une maladie ainsi que d'une mauvaise hygiène buccale[Z 26]. Les défunts ont été enterrés avec divers objets : ce sont de petites perles en coquille, des perles en verre d'origine chinoise ou vénitienne et ayant peut-être transité par les Philippines, des bracelets en coquille de Tridacna et de Trochus, un hameçon en coquille[I 6].

Plusieurs des sols fouillés présentent un faciès géologique correspondant au résultat de l'érosion de sols communément associés à de l'agriculture[SI 2]. Celle-ci fut particulièrement intense dès l'origine[I 2]. Des os de rats originaires d'Asie de l'est (Rattus tanezumi), dès les niveaux les plus anciens, attestent de l'introduction d'animaux domestiques depuis l'ouest[SI 2],[Z 22]. Peut-être est-ce l'origine des ancêtres des cochons (Sus scrofa) et des chiens dont des ossements ont été retrouvés et pour lesquels l'analyse de dents par mesure des ratios d'isotope du strontium indique qu'ils ont grandi sur l'île de Fais et ont été pour certains nourris avec du poisson[Z 18],[Z 27]. Les ossements d'oiseaux correspondent à quatorze espèces d'oiseaux de mer, cinq espèces d'oiseaux côtiers migrateurs, quatre espèces d'oiseaux terrestres et une espèce de volaille introduite (Gallus gallus). Neuf espèces d'oiseaux de mer et trois d'oiseaux terrestres ont depuis disparu de l'île[SI 1]. Le coq, originaire du sud-est de l'Asie, est consommé dès l'origine sur l'île mais sa présence est plus importante par la suite[SI 3]. D'après des analyses d'ADN, une nouvelle population de coq arrive entre 1340 et 1470. Elle pourrait être liée à des changements culturels à l'œuvre sur les îles Yap et ayant influencé la population de Fais. Ils se traduiraient par exemple par l'utilisation de grattoirs confectionnés dans des molusques du genre cassis et un nouveau de type de céramique yapaise. Une autre hypothèse est l'introduction de ces animaux depuis la Polynésie[Z 28]. L'origine est-asiatique du cochon, du rat et de la première population de coq, la présence du chien beaucoup plus courante à l'ouest qu'à l'est de Fais, peut-être pour des raisons culturelles, et la rareté de l'attestation de ces quatre animaux pour des périodes anciennes en un même lieu, pourrait être révélatrice de l'importance de l'île de Fais dans les relations entre l'ouest et le centre-est de la Micronésie[Z 29].

L'étude des restes de poisson, couplée à d'autres sources d'informations, amènent Rintaro Ono et Michiko Intoh à proposer une pêche régulière mais peu soutenue des espèces côtières, du fait de l'environnement récifal limité, et donc une exploitation intensive des espèces en pleine mer, notamment le requin, les Serranidae (dont le mérou) et entre 400 et 800 le thon. Ces trois espèces sont les poissons les plus péchés à Fais depuis les débuts de l'occupation. Après 800, la proportion de thon diminue sans doute pour des raisons climatiques. La pêche du requin et du mérou est beaucoup plus importante que partout ailleurs en Micronésie mais aussi en Polynésie et celle du thon est comparable à celle pratiquée en Polynésie. La taille des poissons indique une prédominance du requin et du thon comme source de protéine[Z 19]. Dans des niveaux datés entre 1300 et 1800, les coquilles consommées ou collectées dans des inhumations indiquent un ramassage autour des récifs de corail[Z 30].

Des premiers contacts avec les Espagnols jusqu'à l'indépendance des États fédérés de Micronésie[modifier | modifier le code]

Carte des Nouvelles Philippines datée de 1705. Fais y est dénommée Paiz.
Détail de la Carta general de las islas Palaos, Marianas y Carolinas. Fais, orthographiée Feis, y apparaît aussi sous le nom de Matalotes.

Le , une expédition espagnole dirigée par Álvaro de Saavedra s'arrête sur un groupe d'îles qu'il nomme las Islas de los Reyes (les « îles des Rois Mages » en français). Cet ensemble correspondrait aux îles Yap et à Fais[H 1],[Z 31]. Cette identification n'est pas partagée par Paul Rainbird qui attribue la première visite de Fais, quatorze ans plus tard, le 22 ou , à l'espagnol Ruy López de Villalobos qui y est accueilli en espagnol par des insulaires : la population locale s'approche des navires dans des canots et salue les marins avec des « Buenos días matelotes ! »[Z 32],[PR 3]. Cela pourrait être la résultante de la visite antérieure d'Álvaro de Saavedra ou de contacts avec des navires espagnols en provenance des Philippines[H 2],[Z 33],[PR 3]. En 1808 ou 1809, le commerçant espagnol Jose Maria Fernandez qui souhaite atteindre les Palaos pour s'y fournir en holothuries arrive à Fais par erreur[Z 34]. Par la suite, l'expédition de l'explorateur Otto von Kotzebue, en 1815-1817, avec à son bord Adelbert von Chamisso y débarque[Z 13], alors que Jules Dumont d'Urville qui arrive en vue de cette terre le ne fait que passer à proximité. Il la nomme Astrolabe avant de lui attribuer le nom de Feis, renseigné par le capitaine Lütcke que les insulaires l'appellent ainsi[Z 35]. En de la même année, Louis Legoarant de Tromelin l'observe[KR 5],[Z 36].

Les îles Carolines sont sous domination espagnole du XVIe siècle jusqu'à la fin du XIXe siècle, mais la plupart des communautés des îles de l'actuel État de Yap n'ont que peu de contacts avec les Européens et vivent en toute indépendance. En 1885, à la suite d'un conflit entre l'Espagne et l'Allemagne, l'arbitrage de Léon XIII en confirme la possession à l'Espagne contre des avantages commerciaux pour l'Allemagne[Z 37]. Celle-ci acquiert ces îles en 1899 et les intègrent à la Nouvelle-Guinée allemande[Z 38],[Z 39]. Au début de la première guerre mondiale, en 1914, l'Empire du Japon occupe la zone[Z 40]. Cette occupation est légalisée dans le cadre du Mandat des îles du Pacifique créé en 1919 par la Société des Nations[Z 41]. Le phosphate de l'île est exploité par les japonais entre 1937 et 1944[Z 42]. L'histoire de l'île durant la Seconde Guerre mondiale et le ressenti de la population — interloquée et effrayée — sont connus par un chant composé après la guerre. Durant cette période, Fais est défendue par des forces navales japonaises stationnées sur l'île et un champ de mine est installé sur le plateau. De jeunes hommes sont envoyés sur les îles Yap afin d'y travailler aux défenses contre les bombardements américains. À Fais, un premier contact avec un navire de reconnaissance américain a lieu le . Par la suite, l'île est bombardée par les navires américains et la population ne peut se réfugier que dans des abris de fortune. Des forces armées investissent l'île avec des véhicules amphibies le . Le , les insulaires sont rassemblés devant la maison du chef suprême de l'île pour y assister à la levée du drapeau américain[Z 43].

L'île de Fais ainsi que l'ensemble des îles Carolines passent sous le contrôle des États-Unis qui, en 1947, les administrent en tant que Territoire sous tutelle des îles du Pacifique dans le cadre d'un mandat de l'ONU. Le , un Boeing B-29 Superfortress américain en détresse amérit près de Fais. Les dix membres d'équipage sont accueillis par les insulaires, après le don de cadeaux à Mahol, chef du village. Ils l'informent également de la fin de la guerre. Les aviateurs sont récupérés le lendemain par une opération de secours[13],[14]. En 2002, des tôles de métal sont encore utilisées dans des maisons, pour y découper des couteaux, des cuillères ou d'autres outils, pour constituer un four pour y faire sécher le coprah destiné à l'exportation, un pneu protège une plante, du tissu provenant de l'intérieur de la coque de l'avion est réutilisé pour les lignes de pêche et des ampoules convexes en verre sont employées comme bols pour le service de la table[14].

Les États fédérés de Micronésie accèdent à l'indépendance en 1986[Z 44].

Une île anciennement intégrée aux échanges économiques[modifier | modifier le code]

Schéma figurant les relations entre les îles micronésiennes dans le cadre du sawei.

La documentation archéologique illustre la présence de nombreux échanges avec les îles Yap depuis les débuts de l'occupation humaine. L'île de Fais a été intégrée au sawëy, système de relations hiérarchiques entre les îles Yap et les îles extérieures de Yap, qui a fonctionné pendant cinq siècles avant que les colons allemands puis japonais n'interdisent les voyages inter-îles. Bien que les yapais n'aient eu qu'une hégémonie réelle très limitée sur ces îles, ce système fournissait des avantages appréciables pour l'ensemble des partis[Z 45],[RL 1]. Du fait de leur proximité avec l'île de Yap, l'atoll d'Ulithi et l'île de Fais bénéficiaient d'un statut spécial. Beaucoup d'îles entretenaient des relations avec une île qui lui était supérieure et une ou plusieurs autres qui lui étaient inférieures. Ces échanges ont consisté en tributs envoyés vers l'est et en cadeaux, généralement des tissus, signifiant l'hommage transmis vers l'ouest[Z 45],[RL 2]. La valeur accordée aux tissus était corrélée à leur complexité : un bateau ne partait donc jamais vers les îles Yap sans machi, un tissu de fibres végétales aux motifs recherchés[RL 2],[Z 46].

Les contes narrés dans l'atoll d'Ulithi mentionnent à plusieurs reprises Fais, indice d'échanges fréquents avec l'île[L 1]. D'autres échanges ont également eu lieu avec d'autres îles. Ainsi en 1697, 29 Micronésiens ayant quitté Fais pour Lamotrek arrivent à Samar aux Philippines, poussés par une tempête[H 3]. En 1963, six hommes d'Ulithi partant pour Fais sont pris dans un typhon et finissent également par débarquer à Samar[Z 47]. Dans ces deux cas, les marins ont pris la décision de cesser de rechercher à gagner leur destination pour se replier en un lieu sûr dont ils connaissent la localisation[LU 1]. Les marins utilisent des moyens mnémotechniques, basés sur l'imaginaire, et font intervenir des récifs, des îles et des étoiles. Ces récits sont adaptés par les hommes, en fonction notamment de la localisation de leur lieu de vie[Z 48].

Un point de départ pour l'émigration[modifier | modifier le code]

Une circulation des hommes a également existé à partir de l'île de fais. D'après un mythe des habitants de l'île d'Hatohobei à Palaos, 1 230 km au sud-ouest de Fais, leur île aurait été peuplée par des insulaires de l'île de Fais, qui dans cette histoire prend le nom de Mog Mog. Des études ethnographiques indiquent une parenté culturelle et de langue entre les habitants de ces deux îles. Des histoires de voyages entre ces deux terres sont encore racontées par des anciens au début des années 2000. L'époque de ce peuplement pourrait être datée vers 1700[W 3],[15],[Z 49].

D'après un autre conte, des insulaires de Fais émigrent sur l'île de Mogmog dans l'atoll d'Ulithi, probablement au début du XIXe siècle, et y donnent naissance au clan d'ascendance matrilinéaire Hamakrang. En 1949, la plupart des 25 personnes s'en réclamant descendent d'une femme nommée Thalalmar[L 2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dessin en couleur figurant l'île avec ses toponymes.
Toponymes de l'île de Fais d'après A. Krämer (1937) : en blanc, points marquants du trait de côte ; en noir, les plages et zones de falaises ; cercles noirs, villages avec entre parenthèses les noms actuels.

L'île de Fais a été dénommée Feis ou Feys, dès 1721, ou Pais ou Paiz, dès 1697[Z 50],[Z 35],[KR 6], île Astrolabe en 1828 par Jules Dumont d'Urville d'après son navire[Z 35], Tromelin ou Tromlin island d'après le nom de Louis Legoarant de Tromelin qui l'aborde la même année[KR 5] ou bien encore Fuhaesu et Huhaesu durant l'occupation japonaise[C 1],[Z 51]. Dans les îles Yap, l'île est dénommée Voeêi[KR 6].

Le toponyme Fais vient du terme local Fai signifiant pierre, à cause de son aspect rocheux. Il se prononce comme le mot allemand Eis (glace en français), précédé de la lettre « F »[KR 6].

La toponymie interne à Fais, connue par une source datée de 1937, concerne essentiellement les zones côtières, l'intérieur de l'île étant dénommé Lūel. Les plages et zones de falaises sont différencées par des rochers et autres points marquants du trait de côté[KR 7]. La population s'organise en trois villages contiguës le long des 600 m de la rive méridionale[R 1] : Yiludow, Lecucuy et Faliyow[MC 6].

Administration[modifier | modifier le code]

Fais est une municipalité de l'État de Yap, dans les États fédérés de Micronésie. Elle est dirigée par trois chefs, un par village, dont l'un d'eux est le chef suprême de l'île[KR 8],[14],[RL 3]. En 1937, le chef principal est celui du village de Lecucuy, car c'est le plus peuplé[KR 8].

Dans le cadre des élections législatives internes à l'État de Yap, la municipalité constitue avec celles de Ngulu, d'Ulithi et la municipalité inhabitée de Sorol le troisième district électoral. Ce district élit pour quatre ans un sénateur au scrutin uninominal majoritaire à un tour[X 1],[X 2]. Au niveau national, l'ensemble de l'État de Yap élit un sénateur au mandat de deux ans et un sénateur au mandat de quatre ans pour le Congrès des États fédérés de Micronésie[Z 52].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les villages Yiludow, Lecucuy et Faliyow sont, en 2007, respectivement habités par 67, 116 et 128 habitants[MC 7]. Le dernier recensement en 2010 dénombre 294 habitants[X 3]. En 2007, une centaine de personnes originaires de Fais vivent dans les îles Yap[RL 4].

Évolution démographique
1925 1930 1935 1958 1967 1973
472 368 310 234 213 212
1977 1980 1987 1994 2000 2010
195 207 253 301 215 294
Le recensement de 1920 rassemble sous la dénomination Fais la population de plusieurs îles et atolls. Le chiffre exact de la population est donc inconnu[Z 46].
(Sources : Étude démographique[Z 46] et recensements officiels des populations de l'État de Yap jusqu'en 2000[X 4] et en 2010[X 3])
Évolution démographique de la municipalité de Fais depuis 1920

Langue[modifier | modifier le code]

La langue parlée à Fais est l'ulithian, une langue océanienne du sous-groupe des langues micronésiennes de la sous-famille chuukique[16]. Quelques termes diffèrent toutefois de la langue parlée dans l'atoll d'Ulithi[Z 53] à tel point que William Armand Lessa la considère comme un dialecte[L 3].

Croyances et religions[modifier | modifier le code]

Les insulaires vouaient anciennement un culte aux esprits des ancêtres[RL 3]. Ceux-ci n'étaient pas forcément bienveillants : un conte du début du XIXe siècle narre l'histoire d'un esprit — iälus en ulithian — qui profite du départ d'un homme, parti danser dans la maison des hommes, pour s'attaquer à sa femme et à ses trois enfants et leur ôter les yeux. À son retour, le mari fait fuir l'esprit en soufflant dans un triton avant de s'envoler par un trou du toit[L 4]. Les habitants de Fais se convertissent au christianime après la Seconde Guerre mondiale[RL 3]. En 1948, toutefois, l'ethnologue William Armand Lessa observe encore un sanctuaire bien entretenu dédié aux esprits des ancêtres, un fangeliälus[L 5] et un chant composé après la Seconde Guerre mondiale comporte de nombreuses références à des esprits d'ancêtres — les esprits portent des noms différents de ceux des anciens de leur vivant — et à des dieux. Wolofad est la figure centrale du panthéon local. Associé aux changements culturels, il a tranmis le feu, le tissage et les arts. Il est également un héros porteur de troubles et de calamités[Z 43].

Sous l'influence chrétienne, la croyance aux esprits décline fortement à partir des années 1970 durant lesquelles D. Rubinstein constate l'existence d'« appelants des esprits » officiels, et est témoin du comportement d'une femme, ayant des problèmes familiaux, se disant possédée par son défunt mari[Z 54]. Elle est cependant encore actuelle au début du XXIe siècle puisqu'en 2003, la recette d'un colorant rouge pour la teinture des fibres d'hibiscus a pu être retrouvée par l'apparition en rêve, à un homme de 44 ans, de sa mère morte douze ans plus tôt et la lui révèlant[RL 5].

Éducation[modifier | modifier le code]

L'île dispose d'une école élémentaire, portant le nom d'un ancien chef du nom de Mahol, comportant, en 2001, 87 élèves dont 38 filles pour 7 professeurs dont une de sexe féminin. L'éventuelle poursuite du parcours scolaire nécessite de se déplacer dans les atolls de Woleai et d'Ulithi ou dans l'île de Yap[Z 55],[14].

Santé[modifier | modifier le code]

Crinium asiaticum.

L'île de Fais dispose d'un dispensaire très bien organisé et bien géré. Une étude médicale note, en 2007, l'organisation de réunions par un assistant de santé masculin chaque dimanche après l'église. Le besoin d'une infirmière est alors noté, des femmes ont une certaine difficulté à lui faire part de leurs problèmes spécifiquement féminins[Z 56]. Bien que la médecine moderne soit acceptée, la médecine pratiquée est essentiellement traditionnelle. Il y est utilisé par exemple le Premna obtusifolia, très courant sur l'île, le Barringtonia asiatica — localement gol[CF 2] —, le Crateva religiosa, le Crinum asiaticum, un cultivar de Curcuma, l'Eugenia aquea, l'Ochrosia oppositifolia — appelée localement mo, agent carminatif et à fortes doses abortif[CF 3] —, les feuilles de Vigna marina, une préparation à mâcher à base de feuille de bétel et de noix d'arec[FE 5].

La consommation d'alcool étant prohibée par les chefs, celle-ci s'effectue de façon discrète. En 2007, une étude médicale de la population enregistre une prédominance de l'hypertension, de la goutte liée à la consommation de tortue, du diabète, de la schizophrénie — quatre cas sous traitement dont un féminin —, de la lèpre — six patients en cours de traitement, quatre autres l'ayant achevé —, des douleurs abdominales, des maux de dos et de diverses infections cutanées — présence presque généralisée de la dermatophytose de la peau glabre. Une moitié des individus testés est porteur de filarioses. Aucun traitement pour cette dernière atteinte n'est alors disponible sur l'île[Z 56]. Les habitants de l'île de Fais ont subi une épidémie de dengue à la fin de l'année 2011. Elle a commencé le , s'est propagée dans la première semaine du mois de décembre en atteignant un pic de 72 cas simultanés, et s'est terminée fin . 157 des 294 résidents ont été infectés[Z 57]. Deux ans plus tard, un cas suspect de Chikungunya a été reporté[Z 58].

Médias et équipement en biens électroniques[modifier | modifier le code]

Moins de 20 % de la population bénéficie de l'électricité, obtenue par panneaux solaires, en 2008. Très peu d'habitants (environ 1 %) se procurent des journaux papiers ou profitent des services postaux. L'île ne comporte aucun réseau téléphonique et internet. Un peu moins de 15 % des habitants possèdent une radio et 5 % d'entre eux ont une télévision ou un lecteur DVD. L'accès aux informations extérieures est un faible sujet de préoccupation pour les habitants. Neuf ordinateurs rassemblés dans un même bâtiment sont présents sur l'île en 2002[14],[K 1].

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture et la pêche constituent les moyens de subsistance des insulaires. Deux petits magasins de détail familiaux assurent la distribution de quelques autres produits de consommation[MC 5].

Ressources en eau[modifier | modifier le code]

Quatre enfants sont assis sur un sol gris sous des cocotiers au tronc gris-brun et aux palmes vertes.
Enfants assis sur le sol sous des cocotiers à Fais.

L'eau potable est préférentiellement fournie par les noix de coco, mais l'eau de pluie tombant sur les toits des bâtiments est également récupérée à cet effet et stockée dans des réservoirs[MC 8]. Une noix de coco a une contenance d'environ 300 ml d'eau chargée d'électrolytes et un habitant en consomme trois à cinq par jours. Il peut compléter cet apport en eau et en nutriments en mangeant des papayes, des citrons ou autres productions d'arbres fruitiers[MC 9]. Outre la consommation humaine, l'eau de pluie est également employée pour la cuisine, la vaisselle, la lessive et le rinçage après les bains de mer. Le bord de mer sert pour le lavage du corps et l'élimination des déchets humains, il n'y a donc pas de douche ou de toilettes[MC 10]. L'eau de pluie stockée dans les réservoirs est très peu utilisée pour l'agriculture et seulement pour l'alimentation des porcs[MC 3].

Les ressources en eau de coco et en eau de pluie sont parfois largement amputées par les dégâts occasionnés par certains cyclones. Les sécheresses qui suivent les phénomènes El Niño, tous les huit à quinze ans, peuvent laisser l'île dépourvue d'eau de pluie pendant des mois et réduisent la quantité et la qualité des noix de coco. Les réserves d'eau sont alors consommées en moins de deux mois[MC 11]. Une aide extérieure a parfois été nécessaire lors de longues sécheresses[MC 12]. La nappe phréatique est actuellement accessible par deux puits sur la côte ouest, l'un en forme de cône renversé creusé anciennement à la main et l'autre bétonné et établit sous l'administration japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale[Z 14],[MC 13]. Le puits ancien est creusé dans des sables holocènes peu perméables et qui retiennent donc l'eau. Les parois de sable ont été terrassées et stabilisées par des murs de pierre pour empêcher l'affaissement de la structure[Z 1]. Ces deux puits ne sont utilisés qu'en cas d'urgence du fait de leur éloignement des zones d'habitation. Quatre autres puits ont été installés près des villages entre 1996 et 1999 mais aucun d'eux n'est plus en service et un seul peut être remis en état en cas de nécessité[MC 4]. En cas de manque d'eau dans un réservoir familial, les voisins ont l'habitude de s'entraider même si en parler est relativement tabou[MC 6].

Des analyses réalisées en 2005 ont révélé que l'eau d'un des puits présente des concentrations de sodium et de chlorure très élevés, indication de l'intrusion d'eau salée. Des coliformes fécaux y ont été également repérés ainsi que dans un réservoir d'eau de pluie[W 4]. Du fait de la géologie de l'île, la qualité de l'eau de la nappe phréatique est très variable[Z 1].

Exploitation du phosphate[modifier | modifier le code]

Voie de chemin de fer japonaise pour le transport du phosphate.

Un riche dépôt de phosphate est découvert par une expédition allemande en 1903[Z 42]. Dix ans plus tard, la Compagnie minière allemande de phosphate des Mers du sud acquiert les droits d'exploitation[C 2] mais nuls travaux ne sont cependant menés à cause des difficultés d'accès et de réserves jugées insuffisantes[Z 42]. En 1914, le gouvernement japonais achète les droits à la société allemande et revendique la possession de la presque totalité de l'île, expropriant de fait ses habitants[Z 42],[C 3]. La compagnie japonaise Nanyo Takushoku est chargée de réaliser l'exploitation en 1937. Elle transporte de Palaos à Fais tout l'équipement minier nécessaire et construit des chemins de fer, un quai, un entrepôt, de grandes chambres de séchage pour le phosphate, un magasin, une station de radio, un dortoir pour les travailleurs, etc. La qualité du phosphate était inférieure à celle d'Angaur à Palaos. Le premier chargement de phosphate est expédié en octobre 1938 et le dernier en 1944 lorsque la mine est arrêtée à cause de la Seconde Guerre mondiale. Une moyenne de 30 000 tonnes a été expédiée chaque année[Z 42]. Des jeunes hommes d'Ifalik ont été forcés à venir travailler dans les carrières[LU 2]. L'exploitation, intensive, a ruiné une grande partie des sols les rendant impraticables à l'agriculture[B 1],[N 2]. Il reste de cette période divers vestiges abandonnés : un village japonais, une usine et les zones d'expéditions[N 2].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Pétioles et rhizomes de Colocasia esculenta.
Tubercules de patate douce fraîchement récoltés.

L'agriculture pratiquée sur Fais est une agriculture traditionnelle de subsistance alliant petits espaces cultivés en contact avec l'habitat et zones de culture mixtes, c'est-à-dire qu'une même parcelle accueille à la fois des arbres fruitiers et des plantes potagères[Z 59]. Les habitants consomment très peu de nourriture « moderne » (riz, nouilles instantanées, pain, conserves, etc.) et donc importée[K 2].

Le territoire est traditionnellement organisé en 320 parcelles de terrain nommées[R 2], elles-mêmes subdivisées en parcelles sans nom appartenant à différentes familles. Mais, l'exploitation du phosphate par les Japonais entre 1937 et 1941 a rendu une grande partie des sols incultes. Des arbres, des chemins ou des alignements de pierres de corail sont utilisés pour délimiter le terrain. Les petites parcelles, les parcelles nommées mais également les différentes composantes des familles sont désignées par le terme bogota[R 3]. L'exploitation minière ayant dévasté les terres intérieures, le plateau central ne comporte plus que quelques terrains agricoles[B 1]. On y cultive la patate douce, introduite par les Japonais vers 1850[KR 9], le manioc, le tabac[FE 1], différentes aracées (Alocasia macrorrhizos, Colocasia esculenta, Xanthosoma sagittifolium)[FE 6]. Depuis la fin du XXe siècle, le taro géant des marais est cultivé dans des cuves en ciment. Les plus larges atteignent 10 × 15 m. Les parois s'élèvent en général sur moins d'un mètre de haut et retiennent des quantités variables d'eau de pluie chargée d'algues[Z 14]. Le , la communauté de Fais reçoit une subvention de 75 417 $ offerte par l'ambassade du japon pour la construction de 35 cuves à taro pour améliorer la sécurité alimentaire de la population mise en péril par les typhons et les tempêtes qui frappent l'île chaque année. Il est prévu que ces structures assurent une production de 11 091 kg de taro[Z 60]. L'intérieur du plateau, les bancs de sable à la base des falaises et les pentes arrière des plages sont utilisées pour des plantations de cocotier[FE 1]. Les cocoteraies abritent de l'arbre à pain, de la figue bossue, du nono — appelé localement iol[CF 4] — dont les fruits sont mangés avec de l'eau et du sucre[FE 7]. Les fruits du Muntingia calabura et du papayer ainsi qu'un igname, le Dioscorea esculenta, sont également consommés[FE 8].

La qualité du tabac produit à Fais est reconnue par la population d'Ulithi car il pousse mieux. Les plantations sont ainsi évoquées dans une danse pratiquée par les hommes de l'atoll d'Ulithi. Elle raconte comment un homme fou d'Ulithi devenu magicien, proposa à deux frères un voyage vers les plantations de tabac de Fais et les tua avec lui durant le voyage en invoquant une tornade[Z 61]. Un conte récité aux enfants sur Ulithi narre l'histoire d'un homme de Mogmog, une des îles de l'atoll d'Ulithi, qui tue un requin mangeur d'hommes qui empêchait les gens de son île de venir à Fais. Il en offre la chair aux insulaires de Fais, ce qui expliquerait pourquoi ils sont parmi les seuls à en manger en Micronésie, et reçoit du tabac en échange[L 1].

Quelque 24 porcs sont élevés sur l'île à la fin des années 2000[N 2], autour des habitats, sur la côte ou près des zones agricoles, généralement une patte antérieure attachée à un pieu. Ils sont nourris de coprah et de déchets de légumes[Z 27]. Les poulets restent dans les zones d'habitat et mangent du coprah. Les chiens, laissés entièrement libres, se nourrissent de restes de nourriture dont des os de poisson. Des rats vivent dans la végétation et pourraient aussi servir de nourriture[Z 27].

Pêche[modifier | modifier le code]

Pêcheur portant des thons à une maison des hommes.

Les eaux côtières de Fais, à cause de l'absence de lagon, sont moins riches en poisson que la plupart des autres îles de l'État. La population est donc moins autosuffisante du produit de sa pêche[W 5]. Les hommes de Fais pêchent quotidiennement, de jour mais aussi de nuit, le long de l'estran, dans la zone de descente du récit et plus loin en mer avec des bateaux à essence en fibre de verre — mais le coût de l'essence rend leur utilisation rare — ou des canoës. Ils attrapent entre autres des poissons perroquets, des poissons-chirurgiens, des mérous, des vivaneaux. Équipés d'un masque et de palmes, d'une ligne à main et d'un crochet, les jeunes hommes pêchent des poissons en eaux plus profondes sur le bord extérieur du récif tels des petits thons, des carangues, des mérous et d'autres poissons de pleine mer. Sur commande des hôteliers et restaurateurs des îles Yap, la nuit, la ligne de pêche et le crochet sont remplacés par une lampe sous-marine et ils attrapent des homards. S'ils sont dérangés par des requins, ils laissent tomber une pierre, qu'ils ont pris la précaution de prendre, laquelle attire les requins qui la poursuivent. Les bateaux s'éloignent jusqu'à un mille du large pour pêcher de plus grands poissons pélagiques : thon, mahi-mahi et marlin. Le poisson pêché et destiné à la consommation est partagé avec ceux vivant à proximité du domicile. Le partage des aliments sert à lier la communauté et induit des relations d'échanges réciproques. La pêche à la tortue et la récolte des œufs, également partagés avec les voisins, est autorisée mais réglementée par le chef de l'île qui l'interdit pendant la saison de nidification. Une spécialité locale est l'élaboration de beignets constitués de viande de tortue entourée d'une boule de pâte et frits[Z 62].

Vivaneau à damier (Lutjanus decussatus).

La pêche du requin est destinée à la consommation des insulaires qui sont parmi les seuls aux États fédérés de Micronésie à en consommer[W 6]. Au début des années 2010, la pêche s'effectue en pleine mer avec une épaisse ligne en monofilament terminée par un grand hameçon alourdit par une pierre pour tomber droit[Z 62]. Quelque temps auparavant, il était également pratiqué la pêche au collet[Z 19]. Le requin est lavé près du rivage puis découpé dans un endroit propre près de l'abri à bateaux. Les ailerons ne sont pas consommés. La viande est également partagée[Z 62].

Deux systèmes géographiques permettent aux pêcheurs de différencier les secteurs de pêche. Un premier système est fondé sur un découpage en treize rangs concentriques depuis le littoral jusqu'à la pleine mer en passant par les différentes lignes de récif. Des lignes radiales délimitées par des élévations du corail où des points de pêche connus recoupent ces zones et délimitent les secteurs. Le deuxième système est basé sur la position de blocs de coraux submergés et sur la direction et la distance du bateau par rapport à ces points[R 4].

Artisanat textile[modifier | modifier le code]

L'habilité au tissage est un aspect de l'identité féminine dans toutes les îles extérieures de Yap. Les jeunes filles commencent à apprendre à tisser les fibres de bananier et d'hibiscus sur des métiers à partir de quatre ou cinq ans et sont, au moment de la puberté, pratiquement toutes des tisserandes compétentes[RL 1]. L'apprentissage se fait à Fais sous l'autorité de leur mère ou d'une tante[RL 6].

Types de tissu[modifier | modifier le code]

Dessin d'un détail de machi.

Six types de tissage sont réalisés dans les îles extérieures de Yap. Le plus simple, le marub, est un tissu simple et non teinté en fibre d'hibiscus. Le hulifuy (littéralement hibiscus) et le huluch (littéralement peau de banane) comportent respectivement des bandes de trame en fibre d'hibiscus et en fibre de bananier alternativement non teintés et teintés en bleu. Le peig (littéralement côté) est un tissu de fibres de bananier avec une large section rayée au centre et plusieurs bandes de motifs supplémentaires en fibres teintées de chaque côté. Une variante, le flak (de l'anglais flag), est apparu après la Seconde Guerre mondiale du fait des possibilités de conception offertes par les fils de coton et les fils de polyester multicolores. Il consiste en une large bande de trame centrale à laquelle s'ajoute, de chaque côté de celle-ci, trois ou quatre bandes multicolores plus étroites. La variété de tissage la plus élaborée est le machi, au début des années 2000 devenue spécifique à Fais mais autrefois également pratiquée dans l'atoll d'Ulithi. Ce tissu est décoré de multiples rangées de motifs supplémentaires, dont des figurations humaines très stylisées, de part et d'autre de la bande de trame[RL 7],[RL 8]. Une variété de ce dernier, le mmul, comporte une bande de motifs centrale clairement distincte des autres[RL 3]. Certains des motifs visibles sur les tissus n'ont pas changé depuis au moins deux siècles[Z 63]. Le machi est un tissu très important du point de vue symbolique dans la société de Fais.

Préparation des fils[modifier | modifier le code]

Tronc d’Hibiscus tiliaceus.

Une variété particulière de bananier, appelée malug, est préférée pour sa fibre fraîche et blanche. Dans le machi, elle sert pour les fils de trame et de chaîne de base, alors que la fibre d'hibiscus, qui se colore plus facilement, est employée pour les fils de trame supplémentaires créant les décors. La préparation de la fibre de banane nécessite d'abord, pour le tisserand, d'extraire des couches concentriques externes du bananier, préférées pour la meilleure qualité de la fibre foliaire, des rubans de trois à quatre centimètres de large. Ils sont grattés délicatement au moyen du bord poli d'une coquille de palourde ou d'un petit couteau afin d'en enlever la pulpe. Les rubans de deux mètres de long obtenus sont mis à sécher au soleil puis divisés chacun en filaments minces d'environ un à deux millimètres de largeur. Concernant la fibre d'hibiscus, le tisserand épluche l'écorce fibreuse des branches puis met à tremper l'écorce pendant plusieurs jours, lestée de pierres, dans un trou rempli d'eau de mer sur la partie plate du récif de l'île, ou plus récemment, dans des bassins en béton, jusqu'à ce que la fibre puisse être séparée de l'écorce. Pour les fibres de bananier comme pour les fibres d'hibiscus, les brins individuels sont noués ensemble de bout en bout pour former des fils[RL 2].

Teinture des fils[modifier | modifier le code]

Les fils de trame supplémentaires en fibres d'hibiscus sont colorés avant le tissage, soit en rouge, soit en bleu. Le colorant bleu était à l'origine dérivé des surgeons de bananier et le rouge des racines du nono (Morinda citrifolia), mais durant l'administration coloniale japonaise, probablement à la fin des années 1930, les îliens ont remplacé ces colorants par ceux tirés d'autres plantes locales ou de matières minérales. Au début des années 1970, les femmes de l'île utilisaient du papier de miméographe bleu et des cartouches de colorant rouge synthétique japonais[RL 9]. Par la suite, le colorant rouge devenant difficile d'accès, du coton rouge importé a été utilisé et le procédé de teinture oublié. En 2003, dans le cadre d'un projet de relance du tissage du machi, la teinture par colorant naturel a été redécouverte[RL 2].

Tissage[modifier | modifier le code]

Les fils de chaîne de fibres de bananier obtenus sont gauchés au moyen d'un banc bas, en bois, dans lequel sont insérées quatre chevilles verticales autour desquelles le fil est enroulé. Les chevilles sont ensuite remplacées par différentes pièces du métier à tisser, puis le tout est transféré sur le métier. Le tissage s'effectue sur des métiers à tisser horizontal à pièces en bois d'hibiscus cousues avec des cordelettes de fibres séchées ou d'herbe. La tisserande tisse assise sur le sol, jambes étendues et pieds appuyés contre le cadre du métier à tisser, une sangle fixée au métier passée autour de ses reins. Le fil de chaîne de fibres de bananier, disposé sur une longue navette polie, est fabriqué avec du bois d'oranger. Le fil de trame supplémentaire d'hibiscus teinté est passé à travers les fils de chaîne au moyen d'une aiguille fabriquée à partir d'un dard de raie ou d'un rostre d'espadon[RL 2].

Relance du tissage du machi[modifier | modifier le code]

Au début des années 2000, moins de 25 femmes, surtout des femmes de 40 ans et plus, savent encore tisser le machi. Aucune femme de moins de 30 ans ne sait le réaliser et n'en comprend la signification culturelle. Les causes de cette perte de savoir-faire sont pour D. Rubinstein et S. Limol les influences modernisatrices, en particulier la scolarisation occidentale, l'économie salariale et la migration urbaine. Pour les femmes âgées de Fais, elles seraient le manque de discipline perçu chez les jeunes femmes, leur manque d'intérêt pour la tradition et l'abandon par la communauté de Fais de la coutume d'avoir des femmes dans les grandes maisons menstruelles pendant leurs périodes et après l'accouchement[RL 6]. Un projet de relance et de sauvegarde de cet artisanat a été initié en 2001 à l'instigation notamment de S. Limol, originaire de Fais, dirigeant de l'entreprise Yap State Grant Research Firm et avec l'appui financier du Workforce lnvestment Act (WIA) à Yap financé par les États-Unis, après accord des femmes de Fais, des chefs traditionnels du Conseil de Tamol et la résistance de certains hommes pour des raisons de traditionalisme idiosyncratique, d'opposition à la méthode d'enseignement hors du cadre familial, à la transmission de ce savoir-faire jugé comme appartenant à Fais à des femmes d'autres communautés et à la monétarisation de ce patrimoine très chargé symboliquement. Le chef suprême de Fais a fourni en 2003 un terrain bordant l'école élémentaire de l'île pour la construction d'un bâtiment traditionnel en chaume, érigé par les habitants de l'île, pour loger l'école de machi. Les premières étudiantes ont été diplômées en 2004[RL 10].

Transports[modifier | modifier le code]

Tronc d’Heliotropium foertherianum (anciennement Tournefortia argentea).

Les pêcheurs utilisent des canoës en bois à stabilisateur appelés proa[Z 62]. Ceux-ci sont fabriqués avec du Barringtonia asiatica — localement gol[CF 2] — ou du Tournefortia argentea[FE 9] — localement chel[CF 5].

Une piste d’atterrissage construite au début des années 1990 permet l'accueil de petits avions[MC 14]. L'un d'eux, exploité par une mission protestante locale, la Pacific Missionary Air Service, réalise la liaison entre Ulithi, Fais et les Îles Yap, deux fois par semaine avec deux Beechcraft Queen Air. Ces vols ont pour principale fonction d'assurer le transport vers l'hôpital de Yap de personnes ayant besoin de soins médicaux urgents mais les passagers, jusqu'à huit, et le fret sont possibles. Les tarifs sont cependant trop élevés pour la plupart des familles[K 3],[RL 4],[Z 62]. À partir du et toutes les deux semaines, un avion de la Caroline Islands Air assure le trajet Îles Yap-Ulithi-Fais-Îles Yap[Z 64]. Un navire gouvernemental effectue également des voyages mensuels irréguliers permettant l'approvisionnement et quelques exportations[RL 4],[Z 62].

Culture[modifier | modifier le code]

Structure sociale[modifier | modifier le code]

Famille et statut social[modifier | modifier le code]

Villageois.

L'île compte en 1909 un total de 34 familles, chiffre identique en 2007[KR 10],[R 3]. Chacun des trois villages compte dix familles ou plus comprenant de 3 à 15 membres[R 3]. Les familles, agnatiques et patrilocales[R 3], possèdent généralement de trois à cinq bâtiments[MC 3]. Cet ensemble de constructions est désigné par le terme bogota également employé pour nommer la famille et les parcelles de terrain de premier niveau[R 3]. La famille rassemble plusieurs frères ou agnats, leurs femmes — qui conservent leurs droits sur l'héritage de leurs parents — et les enfants non mariés[R 3],[RL 11], auxquels peut s'ajouter un parent veuf[Z 65]. Le statut de chaque personne dépend des biens patrilocaux. Avant la colonisation, les familles possédaient des connaissances spécialisées dans un domaine comme les rituels magiques associés à certaines techniques de pêche ou d'agriculture, la construction de canoë, la direction des danses, le tissage du machi. Les familles occupant un rang principal, c'est-à-dire la moitié d'entre elles, devaient chaque année fournir une variété spéciale de machi, le mmul au chef unique de l'île. Celui-ci le déposait sur une étagère aux esprits pendant quatre jours en offrande aux ancêtres avant de le ranger soigneusement[RL 3].

Au sein de la famille, les adultes sont chargés de la préparation et de la distribution de la nourriture aux enfants. Le partage des aliments fonde la structure familiale et il est donc enseigné aux enfants à ne manger qu'avec des parents proches, car dans le cas contraire les conséquences pourraient en être « désastreuses ». Manquer le repas familial, c'est courir le risque d'être raillé et de ne rien trouver à manger[Z 66].

L'exogamie est peu pratiquée et ce depuis au moins la fin du XIXe siècle. Elle était plus courante lors d'une époque ancienne lors de laquelle la circulation des bateaux était plus importante[KR 11].

Une étude menée en montre que la dépopulation n'est pas grand sujet d'inquiétude pour les habitants malgré leur faible nombre. Ils se sentent plus concernés par les changements climatiques et ses conséquences sur la pêche, l'agriculture et les infrastructures. L'augmentation des prix et l'évolution de la structure sociale traditionnelle les inquiète encore plus[K 4].

Lorsqu'un étranger arrive à Fais, il est attendu de lui qu'il se vêt selon la coutume locale pour s'intégrer[LU 3].

L'adoption[modifier | modifier le code]

Jeune garçon.

L'adoption d'enfants est une pratique traditionnelle très répandue sur l'île de Fais. Elle s'effectue majoritairement entre membres de la même communauté pour des raisons sociales, politiques et économiques. Les adoptants sont des couples sans enfants, avec trop d'enfants et n'ayant pas les moyens de tous les nourrir convenablement, n'ayant que des garçons ou que des filles et souhaitant varier les sexes puisqu'à chaque sexe est dévolue des tâches dans les activités de subsistance. Ce sont aussi des chefs de village avec beaucoup de terrain agricole et cherchant des bras. Ces adoptions visent également à détacher l'enfant d'une identification exclusive à sa famille naturelle à laquelle il peut toujours rendre visite du fait de la proximité des habitats. En 1977, D. Rubinstein constate que 92 % des enfants de l'île ont fait l'objet d'une adoption mais que seuls 20 % d'entre eux vivent effectivement dans la bogota de leurs parents adoptifs. Ce chiffre s'élève lorsque le couple n'a pas d'enfants au moment de l'adoption. Ces adoptions traditionnelles n'ont le plus souvent pas d'existences légales. Après son mariage, toutefois, l'époux accompagné de sa famille emménage dans un tiers des cas seulement dans la maison de ses parents adoptifs[Z 67],[Z 68].

Place du machi dans la société[modifier | modifier le code]

Le chef Louis Mangtau en 2015.

Le machi était un tissu très important dans les échanges d'hommages avec les îles Yap avant la colonisation allemande et valait l'équivalent d'une vie humaine. Si une personne devait en tuer une autre par accident, le don d'un machi à la famille du défunt était un geste d'excuse et de réconciliation suffisant[RL 12]. Avant l'introduction du christianisme, ce tissu était un emblême de l'entrée dans l'âge adulte : à la puberté, au cours d'une période d'isolement de quatre jours, les jeunes garçons étaient décorés de fleurs comme pour les danses et revêtaient un pagne en machi. Les quatre jours ayant passé, le nouvel adulte présentait le pagne à un parrain rituel, généralement un parent âgé[RL 13]. Jusque durant le XXe siècle, lors de l'apparition de leur règle, les jeunes filles vivaient trois mois recluses dans la maison menstruelle et y tissaient leur premier machi[RL 6].

Ce tissu était aussi une marque de prestige intimement associé à la pratique du pouvoir et le chef de l'île en recevait chaque année un exemplaire de chacune des principales familles. Il appartenait à une classe d'objets désignée sous le terme de tamol bwalungal (en français, « avantages du chef ») comprenant des objets tels que les bouteilles en verre, les bouées flottant autour de l'île, plusieurs espèces d'animaux marins considérés comme tabous comme les baleines, les dauphins et les tortues marines et qui devaient lui être systématiquement amenés[RL 3].

Avant la christianisation, le machi avait un rôle important lors de la cérémonie d'investiture d'un nouveau chef, qui se déroulait à côté de la Maison des hommes du village de celui-ci. Un chef subalterne tenait un machi au-dessus de la tête du futur chef, agenouillé sur un sol sacré, récitait un chant appelant les grandes divinités de l'île à le protéger et l'exhortant à gouverner avec une humilité appropriée, puis posait le tissu sur les épaules du nouveau chef à la manière d'un manteau. Ce tissu liait symboliquement le chef entrant avec ses prédécesseurs et les esprits ancestraux[RL 3].

Encore actuellement, ce tissu n'est jamais utilisé dans le quotidien et comporte toujours une forte valeur symbolique. Il peut être donné à un ami quittant l'île, comme un souvenir ou un élément de richesse. Il est employé lors des cérémonies d'excuses lorsqu'une famille a fait du tort à une autre ou offensée un chef[RL 4]. Le machi est toujours l'expression tangible de l'amour d'une femme, d'une sœur ou d'une fille à la mort d'un homme. Il est le cadeau le plus apprécié dans ces circonstances et accompagne avec d'autres objets le corps lors des funérailles[RL 13]. Le machi est aussi exposé en tant qu'objet décoratif et peut être perçu comme un symbole national des États fédérés de Micronésie. Sa marchandisation a été interdite par le conseil de Tamol, conseil des chefs traditionnels des îles extérieures de l'État de Yap, car il est toujours perçu comme un tamol bwalungal[RL 4].

Costume[modifier | modifier le code]

Pour une femme pubère de Fais, une tenue appropriée consiste en le port d'une jupe tissée enveloppante sans vêtement supérieur. Pour l'homme, elle correspond au port d'un pagne tissé[RL 1]. Le machi ne se porte pas en tant que vêtement[RL 14].

Habitat et bâtiments communautaires[modifier | modifier le code]

La plupart des maisons sont en bois et nombre d'entre elles ont été soufflées par le typhon Maysak fin [Z 3]. Début 2017 est achevé, sur l'atoll d'Ulithi et l'île de Fais, un programme, financé par l'Agence des États-Unis pour le développement international, de reconstruction de maisons en bois à fondations de pilotis en béton prévues pour résister aux vents violents et aux ondes de tempête. Elles sont équipées de réservoirs d'une contenance 3 785 litres[Z 9].

L'île de Fais comporte des maisons des hommes et des maisons menstruelles bâties le long du rivage. Elles sont des lieux de réunion pour les hommes ou les femmes, servent d'espace de réunion ou de travail, d'espace d'apprentissage pour cultiver des compétences professionnelles traditionnelles, de lieu pour accueillir les rites relatifs à la puberté. Les seules femmes autorisées à entrer dans les maisons des hommes sont des servantes ou des concubines[Z 69],[RL 6]. Les vagues provoquées par le passage d'un violent typhon en 1987 ont détruit les maisons menstruelles, situées près de la plage. Plusieurs facteurs ont provoqué le report puis l'abandon de la reconstruction. Le premier est le manque de main d'œuvre du fait de l'éloignement de nombre de jeunes hommes poursuivant des études ou étant employés hors de Fais. Le second est que les insulaires se reposent alors de plus en plus sur les programmes fédéraux américains d'aide en cas de catastrophe pour la reconstruction, mais ces programmes n'ont généralement pas concerné les structures communautaires. Enfin, l'éducation occidentale, l'influence des missions catholiques et l'économie salariale ont miné les raisons culturelles qui conduisaient à ce que les femmes s'isolent pendant leurs menstruations et à atténuer l'autorité suprafamiliale et les échanges sociaux de nourriture et de travail vitaux au fonctionnement de la maison menstruelle mais aussi de la maison des hommes[RL 15].

Danses et fêtes[modifier | modifier le code]

Fleurs de Caesalpinia pulcherrima.

Les habitants de Fais entretiennent de fortes relations avec ceux de l'atoll d'Ulithi. Ils sont invités à participer chaque année au Cultural day organisé sur l'atoll[Z 61]. La danse Langelpiy réalisée par les hommes d'Ulithi est aussi connue à Fais[Z 61]. Des contes enregistrés à Ulithi en 1960 mettent en évidence l'importance des danses dans la culture des insulaires de Fais : dans l'un d'eux, des femmes accueillent des ulithiens par des danses, dans un autre, un mari de Fais quitte sa maison et sa famille, ce dont profite un mauvais esprit, pour aller danser jusqu'au petit matin dans la maison des hommes[L 6]. Des danses réalisées par des femmes puis d'autres par des hommes ont été données en l'honneur d'un des membres de l'équipage du Boeing B-29 Superfortress américain qui avait amerri près de l'île en 1945, revenu sur l'île en 2002, et nommé par le chef suprême Carlos Haruei, citoyen honoraire, consul et chef de l'île[14].

Les guirlandes de fleurs et les « maremar » sont confectionnés avec des fleurs de Caesalpinia pulcherrima, d'un cultivar de Curcuma, de Guettarda speciosa, de l’Hymenocallis littoralis (en), du Mirabilis Jalapa, du papayer et du Plumeria rubra[FE 10].

Comportements face à la mort[modifier | modifier le code]

Soins palliatifs[modifier | modifier le code]

Les habitants de Fais sont connus avec ceux de l'atoll d'Ulithi pour offrir un des meilleurs systèmes de soins palliatifs traditionnels au monde, les soins hachou qui s'effectuent à domicile. Ils impliquent la famille immédiate, des parents plus éloignés, et dans de nombreux cas, l'ensemble de la communauté. La famille proche est déchargée des tâches ménagères pour permettre son implication auprès du mourant. Les changements d'attribution s'effectuent durant la nuit. Ce processus est nommé yach metmat lobong. Les personnes présentes se doivent d'être calmes, soumises et gaies. L'ensemble des parents et la communauté viennent visiter le mourant et lui apporter des aliments spéciaux et des guirlandes de fleurs. Tant qu'il est en état de participer à la discussion, des efforts sont faits pour résoudre les disputes familiales et les questions de succession. Les familles chrétiennes font des prières au chevet du lit et chantent des hymnes. Les familles gardent toujours l'espoir d'une guérison et continuent d'administrer des médicaments traditionnels. Conséquence de considérations éthiques et morales complexes, la douleur est parfois souhaitée par le mourant. Un questionnaire médical et des pratiques divinatoires peuvent être utilisées pour déterminer si un malade peut guérir[Z 70].

Soins aux défunts[modifier | modifier le code]

Après la mort, le corps n'est jamais autopsié. Le défunt est accompagné d'une multitudes de cadeaux en tissu achetés par les membres de sa famille : des tapis tressés, des tissus fabriqués sur des métiers à tisser, des couvertures ou draps achetés en magasin. Ils accompagnent le corps comme objets funéraires ou pour envelopper le corps, ou sont remis à la famille. Le machi, marque de l'amour portée par une femme, une sœur ou une fille, est le plus apprécié des tissus funéraires et peut être réalisé par anticipation pour des parents âgés afin d'être disponible à temps[Z 70],[RL 3]. Lors de l'enterrement, la filiation généalogique des personnes présentes est énuméré. La tombe peut être gardée pendant trois jours pour vérifier que l'esprit du mort est bien sur place et communiquer avec lui. Les biens du défunt qui n'ont pas été détruits ou récupérés avant la mort sont brûlés pour éviter que l'esprit reste près de sa maison. La famille reste quatre jours sans sortir de la maison endeuillée. La culture de quelques champs de taro du défunt peut être suspendue durant six mois en signe de respect. Le nom du défunt n'est plus prononcé jusqu'à ce qu'il soit donné à un nouveau-né de la famille en qui il est espéré retrouver le caractère de son homonyme[RL 13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. The boxes include books, canned food and items like fishing nets that will help islanders maintain their largely subsistence lifestyle.

Livres et articles[modifier | modifier le code]

  • [PDF] (en) Donald W. Buden, « Reptiles of Fais Island, Yap State, Federated States of Micronesia », Pacific Science, vol. 65, no 2,‎ , p. 277-283 (lire en ligne).
  1. a, b, c, d et e Buden 2011, p. 278.
  2. Buden 2011, p. 281.
  3. a et b Buden 2011, p. 282.
  • (en) F. R. Fosberg et Michael Evans, « A collection of plants from Fais, Caroline islands », Atoll Research bulletin, no 133,‎ , p. 1-15 (ISSN 0077-5630, lire en ligne).
  1. a, b, c, d et e Fosberg et Evans 1969, p. 1.
  2. Fosberg et Evans 1969, p. 1-2.
  3. a et b Fosberg et Evans 1969, p. 2.
  4. Fosberg et Evans 1969, p. 11.
  5. Fosberg et Evans 1969, p. 5 à 8, 11, 13.
  6. Fosberg et Evans 1969, p. 4.
  7. Fosberg et Evans 1969, p. 6, 14.
  8. Fosberg et Evans 1969, p. 5, 9 et 10.
  9. Fosberg et Evans 1969, p. 11 et 13.
  10. Fosberg et Evans 1969, p. 5-7, 10, 12, 13.
  • (en) S. J. Hezel, The first taint of civilization : a history of the Caroline and Marshall islands in pre-colonial days, 1521-1885, Honolulu, University of Hawaii press, , XVI-365 p. (ISBN 0-8248-0840-1, lire en ligne).
  1. Hezel 1983, p. 15.
  2. Hezel 1983, p. 19.
  3. Hezel 1983, p. 38-39, 59-60, 88-92, 105, 123.
  • (en) Michiko Intoh et Nobuo Shigehara, « Prehistoric pig and dog remains from Fais Island, Micronesia », Anthropological science, no 112,‎ , p. 257-267 (ISSN 0918-7960, lire en ligne).
  • (en) Michiko Intoh, « Ongoing Archaeological Research on Fais Island, Micronesia », Asian perspectives, vol. 47, no 1,‎ , p. 121-138 (ISSN 0066-8435, lire en ligne).
  1. Intoh 2008, p. 123.
  2. a, b, c et d Intoh 2008, p. 135-136.
  3. Intoh 2008, p. 132.
  4. Intoh 2008, p. 123, 134-135.
  5. Intoh 2008, p. 127.
  6. Intoh 2008, p. 126-127.
  • [PDF] (en) Kei Kawai, Sueo Kuwahara, Ryuta Terada, Shigeto Tominaga, Shinichi Noda et Shunsuke Nagashima, « Influence of Environmental Changes on the Micronesian Region : Case Study of Islands in Yap State, Federated States of Micronesia », South Pacific Studies, vol. 31, no 2,‎ , p. 57-70 (ISSN 0916-0752, lire en ligne).
  1. Kawai et al. 2011, p. 64 et 66.
  2. Kawai et al. 2011, p. 60-64.
  3. Kawai et al. 2011, p. 60.
  4. Kawai et al. 2011, p. 65 et 66.
  • (de) Augustin Krämer, « Lámotrek-Gruppe - Oleai - Feis », dans Georg Thilenius (dir.), Ergebnissen der Südsee-Expedition 1908–1910, vol. 10.1, Hambourg, Friederichsen & DeGruyter, , 413 p. (lire en ligne).
  1. a et b Krämer 1937, p. 299.
  2. Krämer 1937, p. 319.
  3. Krämer 1937, p. 310, 331.
  4. Krämer 1937, p. 381-383.
  5. a et b Krämer 1937, p. 302.
  6. a, b et c Krämer 1937, p. 305.
  7. Krämer 1937, p. 308-313.
  8. a et b Krämer 1937, p. 316-318.
  9. Krämer 1937, p. 330.
  10. Krämer 1937, p. 312-316.
  11. Krämer 1937, p. 312-316.
  • (en) William Armand Lessa, More Tales from Ulithi Atoll: A Content Analysis, Berkeley, University of California Press, , 154 p. (ISBN 0-520-09615-0, lire en ligne).
  1. a et b Lessa 1980, p. 38-39.
  2. Lessa 1980, p. 123.
  3. Lessa 1980, p. 42-43.
  4. Lessa 1980, p. 82-83.
  5. Lessa 1980, p. 105.
  6. Lessa 1980, p. 60, 82-83.
  • (en) Catherine A. Lutz, Unnatural emotions : everyday sentiments on a Micronesian atoll and their challenge to western theory, Chicago, University of Chicago Press, , XII-273 p. (ISBN 0-226-49721-6, lire en ligne).
  1. Lutz 1988, p. 230.
  2. Lutz 1988, p. 28.
  3. Lutz 1988, p. 38.
  • (en) Insects of Micronesia, Honolulu, Bernice P. Bishop Museum, 1954-2017 (lire en ligne).
  1. Vickery, McE. Kevan et English 1999, vol. 5.4, p. 280 [(en) lire en ligne].
  2. Wittmer 1958, vol. 16.2, p. 70 [(en) lire en ligne].
  3. Wittmer 1970, vol. 16.6, p. 279 [(en) lire en ligne].
  4. Kulzer 1957, vol. 17.3, p. 203 [(en) lire en ligne].
  5. Gressitt 1954, vol. 1, p. 176 [(en) lire en ligne].
  6. Fennah 1960, vol. 6.5, p. 322, 334 [(en) lire en ligne].
  7. Linnavuori 1975, vol. 6.9, p. 628 [(en) lire en ligne].
  8. Synave 1957, vol. 6.4, p. 220 [(en) lire en ligne].
  9. Chapin 1965, vol. 16.5, p. 241 [(en) lire en ligne].
  10. Bickel 1995, vol. 13.8, p. 386 [(en) lire en ligne].
  11. Hardy et Adachi 1956, vol. 13.2, p. 10 [(en) lire en ligne].
  12. Sasakawa 1995, vol. 14.5, p. 297 [(en) lire en ligne].
  13. Sasakawa 2009, vol. 14.9, p. 313, 316 [(en) lire en ligne].
  14. Chapin 1957, vol. 3.2, p. 67 [(en) lire en ligne].
  15. Snyder 1965, vol. 13.6, p. 288, 302, 321 [(en) lire en ligne].
  16. James 1962, vol. 13.4, p. 98 [(en) lire en ligne].
  17. Richards 1963, vol. 14.5, p. 150, 155 et 162 [(en) lire en ligne].
  18. Hardy 1958, vol. 13.2, p. 38 [(en) lire en ligne].
  19. Aczél 1959, vol. 14.3, p. 57, 74 [(en) lire en ligne].
  20. Alexander 1972, vol. 12.8, p. 824, 860 [(en) lire en ligne].
  21. Thornton et Chui 1972, vol. 8.4, p. 86, 112 [(en) lire en ligne].
  22. Carvalho 1956, vol. 7.1, p. 46, 80 [(en) lire en ligne].
  23. Barber 1958, vol. 7.4, p. 182, 184, 199 [(en) lire en ligne].
  24. Beardsley 1966, vol. 6.7, p. 398, 408 [(en) lire en ligne].
  25. Fennah 1956, vol. 6.3, p. 58, 75, 91, 117, 143, 148 [(en) lire en ligne].
  • [PDF] (en) Shunsuke Nagashima, « Impacts to the Micronesian islands by environmental change of globalization and climate change », Journal of Ecology and Field Biology, vol. 33, no 2,‎ , p. 79-94 (ISSN 1975-020X, lire en ligne)
  1. Nagashima 2010, p. 91.
  2. a, b, c et d Nagashima 2010, p. 92.
  1. a et b Rainbird 2004, p. 165-166.
  2. Rainbird 2004, p. 80.
  3. a et b Rainbird 2004, p. 15-16.
  • (en) Donald H. Rubinstein, « Native place-names and geographic systems of Fais, Caroline Islands », Micronesia, vol. 14, no 1,‎ , p. 69-82 (ISSN 1449-7336, lire en ligne).
  1. a et b Rubinstein 1978, p. 69.
  2. Rubinstein 1978, p. 72.
  3. a, b, c, d, e et f Rubinstein 1978, p. 70.
  4. Rubinstein 1978, p. 70-71.
  • (en) Donald H. Rubinstein et Sophiano Limol, « Reviving the Sacred Machi : A Chiefly Weaving from Fais Island, Micronesia », dans Roy W. Hamilton et B. Lynne Milgram, Material Choices : Refashioning Bast and Leaf Fibers in Asia and the Pacific, Washington, University of Washington press, , 188 p. (ISBN 978-0-9748729-8-8, lire en ligne), p. 155-172.
  1. a, b et c Rubinstein et Limol 2007, p. 155.
  2. a, b, c, d et e Rubinstein et Limol 2007, p. 158.
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Rubinstein et Limol 2007, p. 160.
  4. a, b, c, d et e Rubinstein et Limol 2007, p. 162.
  5. Rubinstein et Limol 2007, p. 165.
  6. a, b, c et d Rubinstein et Limol 2007, p. 163.
  7. Rubinstein et Limol 2007, p. 156, 158.
  8. Rubinstein et Limol 2007, p. 172, note 8.
  9. Rubinstein et Limol 2007, p. 159.
  10. Rubinstein et Limol 2007, p. 162-165.
  11. Rubinstein et Limol 2007, p. 172, note 2.
  12. Rubinstein et Limol 2007, p. 155, 158.
  13. a, b et c Rubinstein et Limol 2007, p. 161.
  14. Rubinstein et Limol 2007, p. 172, note 4.
  15. Rubinstein et Limol 2007, p. 172, note 9.
  • (en) David Steadman et Michiko Intoh, « Biogeography and Prehistoric Exploitation of Birds from Fais Island, Yap State, Federated States of Micronesia », Pacific Science, vol. 48, no 2,‎ , p. 116-135 (ISSN 1534-6188, lire en ligne).
  1. a et b Steadman et Intoh 1994, p. 131-134.
  2. a et b Steadman et Intoh 1994, p. 119-121.
  3. Steadman et Intoh 1994, p. 130.
  • Autres livres et articles
  1. a, b et c (en) John E. Mylroie, Joan R. Mylroie, John W. Jenson et Rob MacCracken, « Fresh-water lens anisotropy and flank margin cave development, Fais Island, FSM », Speleogenesis and Evolution of Karst Aquifers, vol. 11,‎ , p. 28-31 (lire en ligne).
  2. a, b et c (en) Bill Jaynes, « FSM rebuilding after Typhoon Maysak », The Kaselehlie Press, vol. 15, no 10,‎ , p. 4-5 (lire en ligne).
  3. a, b, c et d (en) « Yap still pounded by winds as atolls start recovery », sur www.radionz.co.nz, Radio New Zealand, (consulté le 19 septembre 2017).
  4. (en) « Maysak upgraded to category 5 super-typhoon », sur www.radionz.co.nz, Radio New Zealand, (consulté le 19 septembre 2017).
  5. (en) Jasmine Stole, « 4 dead, 6,760 people displaced in Chuuk », sur Marianas Variety, Marianas Variety, (consulté le 19 septembre 2017).
  6. (en) Jasmine Stole, « Maysak slams Yap; power restored in Chuuk, regular flights resume », sur www.mvariety.com, Marianas Variety, (consulté le 19 septembre 2017).
  7. (en) « Second typhoon spares FSM states still reeling from the first », sur www.radionz.co.nz, Radio New Zealand, (consulté le 19 septembre 2017).
  8. (en) « Yap’s typhoon disaster relief efforts continue », sur www.mvariety.com, Marianas Variety, (consulté le 19 septembre 2017).
  9. a et b (en) « USAID and IOM complete construction of nearly 100 houses in Yap’s Ulithi Atoll », sur www.kpress.info, Kaselehlie Press, (consulté le 20 septembre 2017).
  10. (en) « As recovery continues, USAID and IOM implement Voucher Assistance Program », sur www.kpress.info, Kaselehlie Press, (consulté le 20 septembre 2017).
  11. (en) « Micronesian Canoe Arrives at Historic South Carolina Plantation », sur www.kpress.info, Kaselehlie Press, (consulté le 20 septembre 2017).
  12. (en) Audrey McAvoy, « Australia, Japan, U.S. drop food, toys on Pacific islands », sur www.telegraphherald.com, Telegraph Herald, (consulté le 18 octobre 2017).
  13. a, b et c (en) Adelbert von Chamisso, A voyage of discovery : into the south sea and Beering's straits, for the purpose of exploring a north-east passage, undertaken in the years 1815-1818, vol. 3, Londres, Longman, Hurst, Rees, Orme, and Brown, , 446 p. (lire en ligne), p. 183-184.
  14. a, b, c et d (en) Donald W. Buden, « The Odonata of Fais Island and Ulithi and Woleai Atolls, Yap State, Western Caroline Islands, Federated States of Micronesia », Micronesia, vol. 41, no 2,‎ , p. 215-222 (lire en ligne).
  15. (en) Donald W. Buden et John Tennent, « New Records of Butterflies from Yap Outer Islands, Micronesia : Fais Island and Ngulu, Ulithi, and Woleai Atolls », Pacific science,‎ , p. 117-122 (lire en ligne).
  16. (en) Gary J. Wiles, John Engbring et Margie V. C. Falanruw, « Population Status and Natural History of Pteropus mariannus on Ulithi Atoll, Caroline Islands », Pacific Science, vol. 45, no 1,‎ , p. 76-84 (lire en ligne).
  17. (en) William A. Lessa, « Myth and blackmail in the Western Carolines », Journal of the Polynesian Society, vol. 65, no 1,‎ , p. 67-74 (ISSN 0032-4000, lire en ligne).
  18. a et b [PDF](en) Michiko Intoh, « Human dispersal into Micronesia », Anthropological Science, vol. 105, no 1,‎ , p. 15-28 (ISSN 0918-7960, lire en ligne).
  19. a, b, c et d (en) Rintaro Ono et Michiko Intoh, « Island of Pelagic Fishermen : Temporal Changes in Prehistoric Fishing on Fais, Micronesia », The Journal of Island and Coastal Archaeology, vol. 6, no 2,‎ , p. 255-286 (ISSN 1556-4894, lire en ligne).
  20. (en) Chris C. Plato, Paul Brown et D. Carleton Gajdusek, « Dermatoglyphics of the Micronesians from the Outer Islands of Yap », Zeitschrift für Morphologie und Anthropologie, vol. 64, no 1,‎ , p. 29-44 (ISSN 0044-314X, lire en ligne).
  21. (en) Michiko Intoh (dir.), « Pottery traditions in Micronesia », dans Jean-Christophe Gallipaud, Poterie Lapita et peuplements - Actes du Colloque Lapita - Nouméa, , Nouméa, ORSTOM, , 230 p. (lire en ligne), p. 67-82.
  22. a, b, c, d et e [PDF](en) Michiko Intoh, « Multi-regional contacts of prehistoric Fais islanders of Micronesia », Bulletin of the Indo-Pacific Prehistory Association, vol. 15,‎ , p. 111-117 (ISSN 1835-1794, lire en ligne).
  23. [PDF](en) Michiko Intoh (dir.) et William R. Dickinson, « Prehistoric pottery movements in Western Micronesia : Technological and petrological study of potsherds from Fais island », dans Stuart Bedford, Christoph Sand et David Burley, Fifty Years in the Field: Essays in Honour and Celebration of Richard Shutler Jr’s Archaeological Career, Auckland, New Zealand archaeological association, , 260 p. (lire en ligne), p. 123-134.
  24. [PDF](en) William H. Alkire et Keiko Fujimura, « Principles of organization in the outer islands of Yap State and their », Micronesica, Supplement, vol. 2,‎ , p. 75-88 (ISSN 0026-279X, lire en ligne).
  25. [PDF](en) Glenn Petersen, « Micronesia's Breadfruit Revolution and the evolution of a Culture Area », Archaeology in Oceania, no 41,‎ , p. 82-92 (ISSN 1834-4453, lire en ligne).
  26. (en) Ai Ling Lee, Kazumich Katayamak et Michiko Intoh, « Morphological Examination of the Human Skeletal Remains from Fais Island, Federated States of Micronesia », People and culture in Oceania, vol. 25,‎ , p. 53-84 (ISSN 1349-5380, lire en ligne).
  27. a, b et c (en) Takashi Gakuhari, Michiko Intoh, Takanori Nakano et Minoru Yoneda, « Strontium Isotope Analysis of Prehistoric Faunal Remains : Excavated from Fais Island in Micronesia », People and Culture in Oceania, vol. 29,‎ , p. 69-81 (ISSN 0911-3533, lire en ligne).
  28. (en) Alice A. Storey, J. Stephen Athens, David Bryant, Mike Carson, Kitty Emery, Susan deFrance, Charles Higham, Leon Huynen, Michiko Intoh, Sharyn Jones, Patrick V. Kirch, Thegn Ladefoged, Patrick McCoy, Arturo Morales-Muñiz, Daniel Quiroz, Elizabeth Reitz, Judith Robins, Richard Walter et Elizabeth Matisoo-Smith, « Investigating the Global Dispersal of Chickens in Prehistory Using Ancient Mitochondrial DNA Signatures », PLoS ONE,‎ (ISSN 1932-6203, lire en ligne).
  29. (en) Stephen Wickler (dir.), « Modelling Colonisation and Migration in Micronesia from a Zooarcheological Perspective », dans Mariana Mondini, Sebastián Munoz et Stephen Wickler, Colonisation, Migration, and Marginal Areas : A Zooarchaeological Approach, Haverton, Oxbow books, , 230 p. (ISBN 978-1-78570-515-1, lire en ligne), p. 28-40.
  30. (ja) Masanori Endo et Michiko Entoh, « An Analysis of Shell Remains Excavated from Hasahape Burial Site on Fais Island, Micronesia », Hokkaido Tokai University bulletin. Humanities and social sciences, vol. 12,‎ , p. 165-181 (lire en ligne).
  31. (es) Archivo general de Indias, Colección de documentos inéditos relativos al descubrimiento, conquista y organización de las antiguas posesiones españolas de América y Oceanía, vol. 5, Madrid, Imprenta Frias y Compañia, , 571 p. (lire en ligne), p. 73.
  32. (es) Archivo general de Indias, Colección de documentos inéditos relativos al descubrimiento, conquista y organización de las antiguas posesiones españolas de América y Oceanía, vol. 14, Madrid, Imprenta José María Perez, , 576 p. (lire en ligne), p. 152-153.
  33. (en) Andrew Sharp, The discovery of the Pacific Islands, Oxford, Clarendon Press, , XIII-259 p., p. 15.
  34. (en) Adelbert von Chamisso, A voyage of discovery : into the south sea and Beering's straits, for the purpose of exploring a north-east passage, undertaken in the years 1815-1818, vol. 3, Londres, Longman, Hurst, Rees, Orme, and Brown, , 446 p. (lire en ligne), p. 117.
  35. a, b et c (en) Jules Dumont d'Urville, Voyage de la corvette l'Astrolabe : exécuté par ordre du roi, pendant les années 1826, 1827, 1828, 1829, sous le commandement de M. J. Dumont D'Urville, capitaine de vaisseau : Observations nautiques, météorologiques, hydrographiques et de physique, Paris, Ministère de la Marine, , 488 p. (lire en ligne), p. 434.
  36. (en) Dunmore John, Who's Who in Pacific Navigation, Melbourne, Melbourne University Press, , 312 p. (ISBN 0-522-84488-X), p. 52, 250.
  37. E. Lefebvre de Behaine, « Léon XIII et le prince de Bismarck », Revue des Deux Mondes, vol. 142,‎ , p. 49-70 (lire en ligne).
  38. Charles Stienon, « La campagne coloniale des Alliés en 1914 et 1915 », Revue des Deux Mondes, vol. 30,‎ , p. 641-676 (lire en ligne).
  39. (es) J. C., El conflicto Hispano-Aleman sobre la Micronesia, Madrid, Imprenta de Fortanet, , XXVI-143 p. (lire en ligne).
  40. Sylvette Boudin-Boyer, 1914-1915 : De Nouméa à Apia… vers un nouvel ordre colonial dans le Pacifique sud dans Angleviel Frédéric et Levine Stephen I. (dir.), La Nouvelle-Zélande et la Nouvelle-Calédonie, voisins, amis et partenaires, Wellington, Victoria University Press, (lire en ligne), p. 171.
  41. Pierre Montagnon, Dictionnaire de la Grande Guerre, Flammarion, (lire en ligne).
  42. a, b, c, d et e (en) Michiko Intoh et Yoji Yamaguchi, « An analysis on historic photographs taken on Fais Island in Micronesia during the Japanese period », Hokkaido Tokai University Bulletin Humanities Social Sciences, vol. 9,‎ , p. 37-63 (lire en ligne).
  43. a et b (en) Suzanne Falgout, Lin Poyer et Laurence Marshall Carucci, Memories of War : Micronesians in the Pacific War, Honolulu, University of Hawai'i Press, , X-275 p. (ISBN 978-0-8248-3130-1), p. 230-239.
  44. Dirk Anthony Ballendorf, « États fédérés de Micronésie », dans Guide des pays fédéraux, Montréal, McGill-Queen'S University Press, (lire en ligne), p. 315-318.
  45. a et b (en) C. Jason Throop, Suffering and Sentiment: Exploring the Vicissitudes of Experience and Pain in Yap, Berkeley, University of California press, , 329 p. (ISBN 978-0-520-26057-3), p. 19-20.
  46. a, b et c [PDF] (en) L. J. Gorenflo et Michael J. Lievin, « Regional demographic change in Yap state, Federated states of Micronesia », Pacific Studies, vol. 13, no 3,‎ , p. 97-145 (ISSN 0275-3596, lire en ligne).
  47. (en) R. T. Simmons, J. J. Graydon, D. C. Gajdusek et Paul Brown, « Blood Group Genetic Variations in Natives of the Caroline Islands and in Other Parts of Micronesia : With a Supplement Table of Voyages Affecting Micronesian Islands », Oceania, vol. 36,‎ , p. 132–154 (ISSN 1834-4461, DOI 10.1002/j.1834-4461.1965.tb00282.x, lire en ligne).
  48. (en) Saul H. Riesenberg, « The organisation of navigational knowledge on Puluwat », Journal of the polynesian society, vol. 81, no 1,‎ , p. 19-56 (lire en ligne).
  49. (en) Peter Black, Douglas Osborne et M. Patricio, « Tobi island artifacts », Micronesica, no suppl. 1,‎ , p. 349-353 (lire en ligne).
  50. (en) An Universal History, from the Earliest Account of Time, vol. 9, Londres, S. Richardson, T. Osborne, C. Hitch, A. Millar, J. Rivington, S. Crowder, P. Davey, B. Law, T. Longman, C. Ware, , 628 p. (lire en ligne), p. 602.
  51. (en) Donald A Bertke, Gordon Smith et Don Kindell, World War II Sea War : Guadalcanal Secured, vol. 8, Dayton, Bertke publication, , 446 p. (ISBN 978-1-937470-13-5, lire en ligne), p. 150, 155.
  52. (en) « 34 Candidates Vie For 14 FSM Congress Seats », sur www.pireport.org, Pacific Islands Development Program, (consulté le 14 mars 2017).
  53. (en) Per Hage et Jeff Marck, « Proto-Micronesian Kin Terms, Descent Groups, and Interisland Voyaging », Oceanic Linguistics, vol. 41, no 1,‎ , p. 145-157 (ISSN 1527-9421, lire en ligne).
  54. (en) Jay D. Dobbin et Francis X. Hezel, « The distribution of spirit possession and trance in Micronesia », Pacific Studies, vol. 19, no 2,‎ , p. 120-121 (lire en ligne).
  55. (en) Akio Hatta, « School education of the federated states of Micronesia and small islands of South Japan », Kagoshima University Research Center for the Pacific Islands, Occasional Papers, no 31,‎ , tabl. 2, 4 et 5 (lire en ligne).
  56. a et b (en) Megan Inada, Mary Le, Timothy S. Duerler et Gregory G. Maskarinec, « A Cross-Sectional Evaluation of the Health Dispensaries, Community Health, and Current Techniques for Improving Health Assistant Education on the Outer Islands of Yap State, Federated States of Micronesia », Journal of Community Health and Clinical Medicine for the Pacific, vol. 14, no 1,‎ , p. 239-244 (lire en ligne).
  57. (en) Sebastian Funk, Adam J. Kucharski, Anton Camacho, Rosalind M. Eggo, Laith Yakob et W. John Edmunds, « Comparative analysis of dengue and Zika outbreaks reveals differences by setting and virus », PLOS Neglected Tropical Diseases,‎ (ISSN 1935-2735, lire en ligne).
  58. (en) Harry M. Savage, Jeremy P. Ledermann, Laurence Yug, Kristen L. Burkhalter, Maria Marfel et W. Thane Hancock, « Incrimination of Aedes (Stegomyia) hensilli Farner as an Epidemic Vector of Chikungunya Virus on Yap Island, Federated States of Micronesia, 2013 », The American Journal of Tropical Medicine and Hygiene, vol. 92, no 2,‎ , p. 434 (ISSN 0002-9637, lire en ligne).
  59. (de) Ann Ames, Todd Ames et Harley Manner, « Traditional Agricultural Systems and Emerging Markets in Yap, Federated States of Micronesia », dans Conference Paper - Proceedings of the 11th Pacific Science Inter-Congress, Papeete, Pacific Science Association, , 9 p. (lire en ligne), p. 2.
  60. (en) « Project for building taro cultivation tanks in Fais Island, Yap », sur www.kpress.info, Kaselehlie Press, (consulté le 20 septembre 2017).
  61. a, b et c [PDF] (en) Toru Aoyama, « Politics of dancing : cultural and social negotiation among the islands of Ulithi atoll and Yap Proper », Kagoshima University Research Center for the Pacific Islands Occasional Paper, vol. 39,‎ , p. 11-15 (lire en ligne).
  62. a, b, c, d, e et f (en) Todd Ames, « Maritime Culture in the Western Pacific : A Touch of Tradition », Pacific Asia Inquiry, vol. 4, no 1,‎ , p. 94-108 (lire en ligne).
  63. (en) Karen L. Nero (dir.), « Missed Opportunities: American Anthropological Studies of Micronesian Arts », dans Robert C. Kiste et Mac Marshall, American Anthropology in Micronesia: An Assessment, Honolulu, University of Hawai'i Press, , XX-628 p. (lire en ligne), p. 255-299.
  64. (en) Bill Jaynes, « Caroline Islands Air announces flights to Ulithi and Fais », sur www.kpress.info, (consulté le 8 avril 2018).
  65. (en) David W. Kupferman, Disassembling and Decolonizing School in the Pacific: A Genealogy from Micronesia, New York, Springer, , 181 p. (ISBN 978-94-007-4672-5, lire en ligne), p. 130.
  66. (en) Elinor Ochs et Merav Shohet, « The Cultural Structuring of Mealtime Socialization », New Directions for Child and Adolescent Development, no 111,‎ , p. 37 (lire en ligne).
  67. [PDF] (en) Manuel Rauchholz, « Discourses on Chuukese customary adoption, migration, and the laws of state(s) », Pacific Studies, vol. 35, nos 1/2,‎ , p. 128-130 (lire en ligne).
  68. (en) Mac Marshall (dir.), « Partial Connections”: Kinship and Social Organization in Micronesia », dans Robert C. Kiste et Mac Marshall, American Anthropology in Micronesia: An Assessment, Honolulu, University of Hawai'i Press, , XX-628 p. (lire en ligne), p. 107-143.
  69. (en) Eric Hanauer, Diving Micronesia, New York, Aqua quest publication, , 129 p. (ISBN 1-881652-19-X, lire en ligne), p. 52-53.
  70. a et b (en) Gregory Maskarinec, Fr. Kelly Yalmadau, Maryann R. Maluchmai, Petra Tun, Cyril Yinnifel et Thane Hancock, « Palliative Care and Traditional Practices of Death and Dying in Wa'ab (Yap Proper) and in the Outer Islands of Yap », Hawaii Medical Journal, vol. 70, no 11, suppl. 2,‎ , p. 27-30 (lire en ligne).

Rapports[modifier | modifier le code]

  • [PDF] (en) Toni L. Carell, Don Boyer, Richard Davis, Marjorie G. Driver, Kevin Foster, Daniel J. Lenihan, David. T. Lotz, Fr. Thomas B. McGrath, James E. Miculka, Tim Rock, Ros S. N. Manibusan, Dennis Blackenbaker, William Cooper, Edward Hood et Suzanne Hendricks, Micronesia, submerged cultural resources assessment of Micronesia, Santa Fe, Southwest cultural resources center, , 624 p. (lire en ligne).
  1. Carell et al. 1991, p. 584, 587-588, 594, 599.
  2. Carell et al. 1991, p. 162.
  3. Carell et al. 1991, p. 184-185.
  • [PDF] (en) Marjorie V. Cushing Falanruw, Trees of Yap: A Field Guide, Hawaï, United States Department of Agriculture, , 268 p. (lire en ligne), p. 40.
  • [PDF] (en) Robert S. MacCracken, John W. Jenson, Leroy F. Heitz, Donald H. Rubinstein et John E. Mylroie, Water resources analysis of Fais Island, Federated states of Micronesia, Guam, Water and Environmental Research Institute of the Western Pacific, , VI-41 p. (lire en ligne).
  • Autres rapports
  1. (en) Typhoon Maysak, Situations Report – No. 1, Palikir, Gouvernement des États fédérés de Micronésie, Bureau de l'environnement et de la gestion d'urgence, , 5 p. (lire en ligne), p. 3.
  2. (en) Typhoon Maysak, Situation Report: No. 3, Palikir, Gouvernement des États fédérés de Micronésie, Bureau de l'environnement et de la gestion d'urgence, , 8 p. (lire en ligne), p. 2, 3 et 7.
  3. (en) Huan Hosei, Rural Education in Palau: A Second Look at Tobi Elementary School, San Diego, San Diego State University, , 69 p. (lire en ligne), p. 7-8.
  4. (en) Murukesan V. Krishnapillai, Timothy Scheidt et Christina Fillmed, Qualitative Examination of Groundwater from Yap and some of its Neighboring Islands, vol. 115, Guam, Water and environmental institute of the western Pacific, University of Guam, , 27 p. (lire en ligne), p. 12, 13, 17 et 26.
  5. (en) L. B. Chapman et P. Cusack, Unpublished report, no 11 : Report on second visit to Yap state, Federated states of Micronesia, 12 july 1984 to 4 april 1985, Nouméa, South Pacific Commission, , IX-47 p. (lire en ligne), p. 3.
  6. (en) Matthieu Juncker, Maya Robert et Eric Clua, Coastal shark fisheries in the Pacific : a brief overview of current knowledge, Nouméa, CRISP, , 28-VIII p. (lire en ligne), p. 15.

Sources gouvernementales[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Constitution, article V, The Legislature », sur www.fsmsupremecourt.org, Cour suprême des États fédérés de Micronésie (consulté le 20 avril 2015).
  2. (en) « Yap State Releases List Of Election Candidates », sur pidp.org, Pacific Islands Development Program, (consulté le 26 mars 2015).
  3. a et b [PDF] (en) « Recensement de 2010 », sur http://catalog.ihsn.org, Office of Statistics, Budget & Economic Management (consulté le 6 mars 2015).
  4. (en) « Recensement jusqu'en 2000 », sur www.pacificweb.org, John Masiwemai (consulté le 6 mars 2015).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Fais », oceandots.com (consulté le 7 février 2016).
  2. « Islands of Federated States of Micronesia » (consulté le 21 juin 2017)
  3. (en) « Climate - Micronesia », sur www.climatestotravel.com, Climatestotravel.com (consulté le 14 octobre 2017).
  4. (en) « Typhoon Lupit », sur www.ncdc.noaa.gov, NOAA (consulté le 14 octobre 2017).
  5. (en) « Typhoon Sudal », sur www.ncdc.noaa.gov, NOAA (consulté le 14 octobre 2017).
  6. (en) « FEMA Coordinating Immediate Extensive Federal Aid For Yap », sur www.fema.gov, FEMA, (consulté le 14 octobre 2017).
  7. (en) « Typhoon Nanmadol », sur www.ncdc.noaa.gov, NOAA (consulté le 14 octobre 2017).
  8. a et b (en) « Tropical storm Omais », sur www.ncdc.noaa.gov, NOAA (consulté le 14 octobre 2017).
  9. (en) Jeff Masters, « Category 5 Super Typhoon Maysak Pounding Micronesia », Weather Underground, (consulté le 18 septembre 2017).
  10. (en) « Prognostic Reasoning for Warning 018 on Tyhoon Maysak », Joint Typhoon Warning Center, (consulté le 18 septembre 2017).
  11. (en) « Typhoon Maysak », sur www.ncdc.noaa.gov, NOAA (consulté le 14 octobre 2017).
  12. (en) « Typhoon Maysak: How can I help Micronesia recover? », sur http://habele.blogspot.fr, Habele, (consulté le 20 septembre 2017).
  13. (en) Harlie Glen Turner, « H.G. Turner, Hogan's Goat Ditched At Sea », sur www.angelfire.com, Harlie Glen Turner, (consulté le 15 octobre 2017).
  14. a, b, c, d, e et f (en) Harlie Glen Turner, « Fais island return », sur www.angelfire.com, Harlie Glen Turner, (consulté le 15 octobre 2017).
  15. (en) « Fais, Tobi and Ramoparuhe », sur http://www.friendsoftobi.org, FOTI (consulté le 5 octobre 2017).
  16. (en) « Ulithian », sur www.ethnologue.com, SIL International (consulté le 7 octobre 2017).