Henry Lafont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henry Lafont
Naissance
Cahors (Lot)
Décès (à 91 ans)
Trémuson (Côtes-d'Armor)
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau français République française
Royal Air Force Royal Air Force
Drapeau de la France Forces françaises libres
Arme Armée de l'air
Grade French Air Force-colonel.svg Colonel
Années de service 1938-1966
Conflits Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Algérie
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur
Compagnon de la Libération
Grand Croix de l'Ordre National du Mérite
Croix de Guerre 1939-1945
Croix de la Valeur Militaire

Henry Lafont (Cahors, 10 août 1920 - Trémuson, 2 décembre 2011) est un militaire français, Compagnon de la Libération. Aviateur dans l'armée de l'air française au début de la Seconde Guerre mondiale, il rallie dans un premier temps la Royal Air Force avec laquelle il participe à la bataille d'Angleterre, puis les Forces aériennes françaises libres avec lesquelles il combat au Moyen-orient, en Afrique du nord et sur le front de l'ouest. Après la Seconde Guerre mondiale et la guerre d'Algérie, il occupe des fonctions importantes au sein de l'aéronautique civile en étant notamment le directeur du Salon international de l'aéronautique et de l'espace de Paris-Le Bourget.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant-guerre[modifier | modifier le code]

Henry Lafont naît le 10 août 1920 à Cahors. S'orientant d'abord vers les arts et métiers Ce lien renvoie vers une page d'homonymie, il s'engage finalement en 1938 comme élève-pilote dans l'armée de l'air[1].

Début de la guerre[modifier | modifier le code]

Avec le grade de sergent, il combat en Afrique du nord pendant le début de la guerre. Refusant l'armistice, il fuit Oran le 30 juin 1940 à bord d'un Caudron C.440 en compagnie de René Mouchotte et André Sorret[1]. Après avoir atterri à Gibraltar, ils prennent le bateau pour l'Angleterre où ils arrivent le 13 juillet[2]. Une fois sur place, Henry Lafont signe immédiatement un engagement pour la Royal Air Force[1].

Bataille d'Angleterre[modifier | modifier le code]

Il suit une formation à Sutton Bridge au sein d'une Operationnal Training Unit puis il est affecté au Squadron no 245 avec lequel il effectue des missions de surveillance au-dessus de la mer d'Irlande[1]. En septembre 1940, il est transféré au Squadron no 615 basé successivement à Prestwick, Northolt, Kenley. Aux commandes d'un Hawker Hurricane, il participe à la bataille d'Angleterre pendant laquelle il effectue plus de cent missions[2]. Il s'illustre particulièrement abattant deux avions ennemis les 26 février et 15 mars. De juillet à décembre 1941, il est transféré à l'Operational Training Unit de Crosby-on-Eden, près de Carlisle. Il y forme plus d'une soixantaine de pilotes français[1].

Forces Aériennes Françaises Libres[modifier | modifier le code]

Passé aux Forces aériennes françaises libres, il se rend en janvier 1942 au Liban où il intègre le Groupe de chasse Alsace en pleine formation[1]. Participant à la campagne de Libye, il s'illustre au mois de mai en attaquant un bombardier ennemi puis en juin en faisant face à un ennemi supérieur en nombre, combat au cours duquel après avoir endommagé un Messerschmitt Bf 109 il est blessé et son appareil abattu[2]. Au cours de cette campagne, il effectue une cinquantaine de missions de combat[1]. Il est de retour en Europe avec son groupe de chasse au début de l'année 1943 et participe à compter de cette période aux missions préparatrices des offensives de 1944 puis à ces offensives proprement dites[2]. À l'issue des deux dernières années de la guerre, il totalise 195 missions pour plus de mille heures de vol. Il termine le conflit avec le grade de lieutenant[1].

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Choisissant de rester dans l'armée, il participe plus tard à la guerre d'Algerie pendant laquelle il reçoit un citation en 1960[1]. Allant jusqu'au grade de colonel, il prend finalement sa retraite militaire en 1966[2]. Restant en lien avec le milieu de l'aviation, il est de 1967 à 1984 directeur général du Salon international de l'aéronautique et de l'espace de Paris-Le Bourget et directeur de la société immobilière de l'aéronautique[1]. Il s'éteint le 2 décembre 2011 à Trémuson dans les Côtes-d'Armor.

Décorations[modifier | modifier le code]

Legion Honneur Commandeur ribbon.svg Ruban de l'Ordre de la Libération (2).PNG Ordre national du Merite GC ribbon.svg

Croix de Guerre 1939-1945 ribbon.svg Croix de la Valeur Militaire ribbon.svg Medaille d'Outre-Mer (Coloniale) ribbon.svg

39-45 Star w BoB clasp BAR.svg Air Crew Europe BAR.svg War Medal 39-45 BAR.svg

Africa Star BAR.svg Defence Medal BAR.svg


Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « Biographie - Ordre National de la Libération »
  2. a, b, c, d et e Jean-Christophe Notin, 1061 compagnons : Histoire des Compagnons de la Libération, Éditions Perrin, (ISBN 2-262-01606-2)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henry Lafont, Aviateurs de la liberté : Mémorial des Forces Aériennes Françaises Libres, SHAA, (ISBN 2-904521-46-1).
  • Vital Ferry, Croix de Lorraine et Croix du Sud 1940-1942 : Aviateurs belges et de la France libre en Afrique, Editions du Gerfaut, (ISBN 2-914-62292-9).
  • Mémorial des Compagnons - 1940-1945 : Compagnons morts en le 18 juin 1940 et le 8 mai 1945, Paris, Imprimerie nationale, .
  • Jean-Christophe Notin, 1061 compagnons : Histoire des Compagnons de la Libération, Éditions Perrin, , 822 p. (ISBN 2-262-01606-2).
  • Vladimir Trouplin, Dictionnaire des Compagnons de la Libération, Elytis, , 1230 p. (ISBN 2-356-39033-2).
  • « Les Forces Aériennes Françaises Libres. Juin 1940 : naissance des FAFL au Moyen-Orient », Icare (revue), no 128,‎ .
  • Yves Morieult, « Les French Flight des escadrilles françaises au sein de la RAF », Aéro Journal, no 33,‎ .
  • Dominique Breffort, « Les Forces Aériennes Françaises Libres et la reconstitution de l'armée de l'air (1940-1945) », Wing Masters, no HS n°3,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]