René Mouchotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

René Mouchotte
René Mouchotte
René Mouchotte et Jack Charles à Biggin Hill en mai 1943.

Naissance
Saint-Mandé, France
Décès (à 29 ans)
Au-dessus de la Manche
Mort au combat
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau de la France France
Air Force Ensign of the United Kingdom.svg Royal Air Force
Flag of Free France (1940-1944).svg FFL
Grade Commandant
Années de service 1939-1943
Commandement Escadrille « Versailles »
No. 65 Squadron RAF
Groupe de chasse Alsace
Conflits Seconde Guerre mondiale
Faits d'armes Trois victoires homologuées
Distinctions Chevalier de la Légion d'honneur
Compagnon de la Libération
Croix de guerre 1939-1945 (6 palmes)
DFC
Croix de Guerre (Tchécoslovaque)

Emblème
liste des Compagnons de la Libération


Page célébrant des victoires du Squadron de Chasse Alsace commandé par René Mouchotte

René Mouchotte est un aviateur français, mort pour la France[1], de la Seconde Guerre mondiale. C'est une figure de la France libre né le à Saint-Mandé (Seine) qui sera abattu le au-dessus de la Manche. Officier des FAFL, il était apprécié tant de ses hommes que des Anglais pour sa grandeur d'âme et ses qualités de chef. Il sera également le premier Français à commander un squadron de la Royal Air Force[2], le 341 squadron de Biggin Hill.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né le à Saint-Mandé, René Mouchotte est le fils d'un distillateur. Ayant appris à piloter à l'âge de 18 ans, il fait son service militaire dans l'armée de l'air, à la base aérienne d'Istres, où il obtient le grade de sergent et son brevet de pilote. Pilote de tourisme à son retour à la vie civile.

Début de la Guerre et évasion[modifier | modifier le code]

il est mobilisé en septembre 1939 et affecté, non dans une escadrille de chasse, comme il l'aurait voulu, mais au Centre d'Instruction de la Chasse, à Chartres (future Base aérienne 122 Chartres-Champhol), puis, en mai 1940, à l'École de formation des sous-officiers du personnel navigant à Avord.

Envoyé à Oran en mai 1940, il est révolté par l'annonce de la demande d'armistice du maréchal Pétain le et décide de rejoindre l'Angleterre. Le matin du , en compagnie d'Émile Fayolle, Charles Guérin, Georges Heldt, Henry Lafont et Hubert Stourm, il s'empare à La Sénia du Caudron Simoun n° 174 et d'un Caudron Goéland, ce dernier avait été saboté afin d'empêcher les décollages non autorisés. Malgré ce changement du pas des hélices, il parvient à rejoindre Gibraltar[3].

Pilote de Chasse dans la RAF[modifier | modifier le code]

Ayant rejoint l'Angleterre en bateau le 13 juillet, il signe un engagement dans la RAF, qui l'envoie en entraînement au 6th Operational Training Unit de Sutton Bridge (Lincolnshire), avant de l'affecter, en septembre 1940 au No. 245 Squadron, au sein duquel il mène avec son ami Henry Lafont et Henri Bouquillard des opérations de surveillance en mer d'Irlande. Promu adjudant en octobre 1940, il rejoint ensuite le No. 615 « County of Surrey » Squadron de la Royal Auxiliary Air Force surnommé "Churchill's own", dans le sud de l'Écosse, et prend part à la fin de la bataille d'Angleterre ; il effectue alors deux à quatre sorties chaque jour. Leader d'une section de son escadrille au début de décembre 1940, il est nommé sous-lieutenant et chef de Flight par intérim en mars 1941, avant de recevoir sa première citation en juin. En juillet, il est nommé lieutenant et — distinction alors inédite pour un étranger — flight commander (chef d'escadrille) d'un squadron britannique. Il abat son premier avion — un Junker 88 — le 26 août 1941 et incendie plusieurs bâtiments allemands en Manche quelques semaines plus tard.

Officier des Forces Françaises Aériennes Libres[modifier | modifier le code]

À la fin de 1941, il crée avec l'aide de Dupérier le groupe de chasse Île-de-France donc il aura la charge de sa formation. le No. 340 « free french » Squadron, unité des Forces aériennes françaises libres, et devient, en février 1942, commandant de l'escadrille « Paris ». Promu capitaine, il effectue sa première mission avec son groupe le 12 avril, reçoit la croix de guerre avec palme des mains du général de Gaulle le 14 juillet et participe à l'opération Jubilee sur Dieppe le 20 août.

Promu commandant, il est, la même année, le premier français à commander un groupe de chasse britannique, le Squadron Leader du No. 65 Squadron RAF. Le 9 janvier 1943, il est chargé de mettre sur pied le squadron, GC III/2, alias No. 341 « free french » Squadron pour la RAF, le groupe de chasse Alsace. Après d'intenses entraînement il est installé à Biggin Hill, prestigieuse base[4] regroupant les meilleures unités au Sud de Londres. Il a sous ses ordres notamment Pierre Clostermann, son ailier ou n°2 le jour de sa disparition. Le 15 mai, à la tête de son unité, il abat un Focke-Wulfe au-dessus de la France. Le 17 mai, à nouveau à la tête de son unité, il abat un Messerschmitt BF109 G au-dessus de Caen.

Le , il décolle pour sa dernière mission épuisé par l'enchaînement des combats aériens et les heures de travail à son bureau de commandement, il est abattu au-dessus de la Manche, lors d'une mission de protection de 187 bombardiers américains B-17 de la 8th USAAF effectuant le premier raid de jour contre le blockhaus d'Éperlecques — il comptabilise alors 408 missions, 141 avec le groupe Alsace, et 1 743 heures de vol. Son corps est retrouvé sur la plage de Westende, hameau balnéaire de la commune de Middelkerke, en Belgique, le 3 septembre suivant. Identifié seulement en mars 1949, il est alors inhumé au cimetière du Père-Lachaise[5].

Testament[modifier | modifier le code]

Il avait écrit dans ses carnets ces quelques mots comme testament :

« Si le destin, ne m'accorde qu'une courte carrière de commandant, je remercierai le ciel d'avoir pu donner ma vie pour la Libération de la France. Qu'on dise à ma Mère que j'ai toujours été heureux et reconnaissant que l'occasion m'ait été donnée de servir Dieu, mon Pays et ceux que j'aime et que, quoi qu'il arrive, je serai toujours près d'Elle»[1].

Hommages[modifier | modifier le code]

Ses carnets sont publiés une première fois sous le titre de Carnets de René Mouchotte par Flammarion en 1949, puis le Service Historique de l'Armée de l'Air (actuel Service historique de la défense) fait paraître en 2001 une nouvelle édition avec un texte conforme au manuscrit original et des notes explicatives.

La 6e Promotion de l'École Militaire de l'Air (1951), aujourd'hui intégrée à l'École de l'Air, porte le nom du Commandant René Mouchotte[6].

Lieux de Mémoires[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Lieux de mémoire
Chapelle au cimetière du Père-Lachaise (division 69).

Certains de ses effets personnels sont aujourd'hui exposés au musée de l'Ordre National de la libération.

Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise (division 69).

Une plaque au Blockhaus d'Éperlecques retrace l'histoire de René Mouchotte, Éperlecques fut l'objectif de la dernière mission à laquelle Mouchotte participa.

Sites Aériens

Après la Base aérienne 103 Cambrai-Épinoy, c'est l'École de Transition Opérationnelle (ETO 00.008) école de formation des pilotes de chasse pour des pilotes Français et étrangers qui est localisée sur la Base aérienne 120 Cazaux porte son nom[7].

Un des aéro-club de l'aérodrome du Plessis-Belleville situé dans la commune de Ermenonville a pris comme nom l'aéro-club René Mouchotte et organise des virées aériennes commémoratives.

Rues

Des rues, avenues portant le nom du Commandant René Mouchotte existent dans de nombreuses communes :

Angleterre[modifier | modifier le code]

Au Lycée Français Charles de Gaulle de Londres une vitrine réalisée par le Yorkshire Air Museum a été réalisée en son honneur et celui des Forces Aériennes Françaises Libres[8].

Le Bâtiment du quartier général de la RAF à Gibraltar a été renommé du nom de Mouchotte lors des Commémorations de "Battle of Britain" en September 2013[9].

Son nom se trouve sur le Battle of Britain Memorial at Capel-le-Ferne[10].

Belgique[modifier | modifier le code]

La commune belge de Middelkerke a donné son nom à l'une des rues du centre-ville et à la place (un grand parking, en fait) qui s'y trouve (René Mouchottestraat; Mouchotteplein).

Témoignages[modifier | modifier le code]

Un certain nombre d'écrits et de transcription d'échanges témoignent de la valeur du commandant Mouchotte.

Témoignages oraux[modifier | modifier le code]

Charles De Gaulle, Philippe de Scitivaux, René Mouchotte, G° Valin

Le soir du 27 août 1943, les dirigeants désolés de Biggin Hill et les autorités du Flighter Command causaient[11] :

- " En Vérité, les Français perdent leur plus grand pilote "
- " Et la Royal Air Force son meilleur ami"

Le Général Valin, ancien chef d'État-Major des F.A.F.L. témoignera lors du retour de la dépouille de René Mouchotte en France[11] :

"... je l'encourageais à être chef par l'exemple plus que par les galons. Il y excellait et fut sans contredit le commandant de groupe le plus aimé de son personnel. Jamais je n'ai remarqué de tristesse semblable à celle qui frappait les escadrilles du groupe "Alsace" le jour où Mouchotte ne revint pas. C'était une véritable désolation. Tous étaient désemparés. Chacun réalisait la perte immense que venait de faire notre aviation de chasse. Ses camarades britanniques parmi lesquels il était le plus populaire des nôtres, étaient eux-mêmes très touchés. Jamais l'on ne vit le mess de Biggin-Hill aussi accablé et sombre qu'en ce soir du 29 août 1943.[...] Comme Guynemer, Mouchotte avait disparu en plein ciel de gloire. [...] Ce commandant René demeurera l'une des figures les plus pures parmi ces fils de France qui se sont tant battus."

Témoignages radiodiffusés[modifier | modifier le code]

Le Colonel Corniglion-Molinier lors de l'émission "Les Français parlent aux Français", à la B.B.C. de Londres le 29 juillet 1943 parlait du commandant Mouchotte en ces termes[11] :

" Le Commandant, vous en avez déjà entendu parler souvent. Il est célèbre c'est lui qui a obtenu la millième victoire de la base il y a quelques semaines. C'est un garçon [...] terriblement sympathique et extraordinairement calme et froid, surtout un Français, car Français, il l'est cent pour cent. [...] C'est lui qui m'a servit d'instructeur. Oui d'instructeur, à moi vieux pilote de la guerre 14-18 et de l'entre deux guerres ! [...] Avant-hier, dans cette bataille dont je vous parle, il a abattu un avion à peu près sûrement, mais quoiqu'il n'y ait pas de doute pour les autres, il n'a pas revendiqué cette victoire pour lui et en a fait profiter un de ses pilotes."

Dans une allocution prononcée au poste National de la Radiodiffusion française en 1946 Pierre Closterman dira de René Mouchotte[11] :

"Une figure d'ascète, brun flegmatique, terriblement jeune, mais qui portait dans le regard l'autorité d'un Chef. C'était un parisien. Il avait un sens tout à fait spécial et inné du mouvement des masses d'appareils de chasse. Je l'ai vu diriger, au cours d'opérations offensives sur la France, avec un brio qui lui attira l'admiration sans limites des plus hautes autorités de la Royal Air Force, deux escadres - soit une dizaine d'escadrilles. Un des rares survivants du groupe de pilotes de l'armée de l'air qui combattit aux côtés de la R.A.F. au cours de la "Battle of Britain", le Commandant Mouchotte faisait revivre la fierté d'être Français. La plus fameuse escadre de chasse de toutes les Forces Alliés, qui était à l'époque celle de Biggin Hill lui fut confiée ; elle comprenait un groupe de chasse français - le groupe "Alsace", et un groupe britannique."

Témoignages écrits[modifier | modifier le code]

Dupérier alors commandant le squadron 341 avec Mouchotte écrira encore en marge du rapport officiel la disparition de René[11] :

"Je viens de vivre une heure atroce à essayer de rédiger un procès-verbal de l'opération de ce jour, sur la France... [...] A Biggin Hill, mous étions encore deux; j'avais là avec moi Réné Mouchotte, l'un des tout premiers parmi les Français Libres et qui était déjà mon compagnon au Squadron 615 en 1941. [...] Plus tard nous avons formé nos cadets pour créer le groupe "Ile de France", qu'ensemble, nous avons mené à son premier combat. [...] Boudier, Martell, de Saxcé" guettaient mon arrivée et sur leurs visages défaits, je pus lire soudain le drame tout entier. Mouchotte était "missing". Mouchotte le sage, le grand pilote adroit et calme, n'était pas revenu, isolé de ses compagnons, qu'il avait en vain cherché à rallier dans l'immensité hostile et froide du ciel crépusculaire [...] Son esprit demeurait et ceux qu'il avait formé devaient faire payer cher à l'Allemand sa victoire. Peu d'hommes ont su jamais se faire aimer comme il l'était, des pilotes dont, chaque jour, il tenant en mail les destinées. sa disparition, ce soir fait briller des larmes dans tous les yeux..."

Le colonel Bernard Dupérier écrira de lui dans son livre la vieille équipe [12]:

" Le lieutenant Réné Mouchotte, assez grand, mince et brun, porte sur un visage pâle un calme imperturbable. C'est déjà un vétéran dans la R.A.F. et il était pilote de réserve de l'Armée de l'Air quand la guerre éclata. Mouchotte représente certainement un élément stable et solide, connaissant à merveille le métier de chasseur. Il a une expérience de la R.A.F. qui est sans prix pour nous. Une extrême bonté et un cœur d'or lui ont acquis chez nos amis anglais une estime profonde."

Pierre Closterman dira de lui dans Le grand cirque[4], livre dédié aux morts des F.A.F.L., comme à ceux de la R.A.F., et en particulier à la mémoire de Mouchotte (et de Martell), car Closterman fut à ses débuts un pilote d'Alsace. Il ne l'a jamais oublié :

" Les Anglais sont si ahuris par cette mise au point si rapide [par le Mouchotte] qu'ils affectent "Alsace" à l'escadre de Biggin Hill, honneur dont nous ne sentons peut-être pas toute la portée; Biggin Hill, au sud de Londres, est la base qui compte le plus de victoires et qui est réservée aux groupes les plus sélectionnés de la R.A.F." L'unité "Alsace" est déjà considérée par les Anglais comme "unité hors classe"

" Le commandant Mouchotte sera notre chef, grand, mince, brun un regard perçant, une voix sèche qui n'admet pas la réplique, puis un sourire amical qui réchauffe... Le genre d'homme avec qui on se fait tuer, sans discuter, presque avec plaisir."

" Il aura été pour nous le chef exemplaire, juste, tolérant, hardi et calme au combat, vrai Français à l'âme trempée, sachant, quelles que soient les circonstances, imposer le respect."

Romain Gary dans son ouvrage La nuit sera calme[13] évoque le souvenir de René Mouchotte :

" Le commandant Mouchotte, c'était un copain [...] Je m'en vais donc rue du Commandant-Mouchotte, rue parfaitement dégueulasse, d'ailleurs. Une cochonnerie de rue, sinistre, avec les hangars de la rue Montparnasse béants de vide, moche au possible, il ne se serait pas fait tuer pour ça, Mouchotte, c'est moi qui te le dis... "

Tableau de chasse[modifier | modifier le code]

Avions
Véhicules terrestres


Véhicules maritimes


Décorations[modifier | modifier le code]

Rubans
Legion Honneur Chevalier ribbon.svg Ordre de la Liberation 2nd ribbon.svg Croix de Guerre 1939-1945 ribbon.svg
United Kingdom Distinguished Flying Cross ribbon.svg Czechoslovak War Cross 1939-1945 Ribbon.png 39-45 Star w BoB clasp BAR.svg
War Medal 39-45 BAR.svg Air Crew Europe BAR.svg
Intitulés des décorations françaises
Intitulés des décorations étrangères

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les carnets de René Mouchotte, Flammarion, 1949 (rééd. 1950, 1962, 1967) et Éditions J'ai lu Leur aventure N°A1-2
  • Mes carnets, SHAA, 2001 : édition reprenant exactement le texte du journal tenu par René Mouchotte (des modifications et des coupures avaient été apportées au texte de Mouchotte dans l'édition de 1949), avec un appareillage critique : préface, notes...
  • Henry Lafont, Aviateurs de la liberté : Mémorial des Forces Aériennes Françaises Libres, SHAA, (ISBN 2-904521-46-1).
  • Pierre Closterman, Le Grand Cirque, Souvenir d'un pilote de Chasse, Paris, Flammarion, 1948
  • Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents, 2006 (ISBN 978-2914611480)
  • Bernard Dupérier, La vieille équipe, Berger-Levrault, 1946
  • Romain Gary, La nuit sera calme, éditions Gallimard, 1974 (ISBN 2070290395)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « René Mouchotte | Chemins de Mémoire - Ministère de la Défense », sur www.cheminsdememoire.gouv.fr (consulté le 29 janvier 2019).
  2. (en) Musée de l'air du Yorkshire, « La Vie du Commandant Mouchotte », sur http://yorkshireairmuseum.org, (consulté le 5 février 2019).
  3. Vital Ferry, Croix de Lorraine et Croix du sud, 1940-1942 : aviateurs belges et de la France libre en Afrique, Le gerfaut, , 286 p. (lire en ligne), p. 252.
  4. a et b Pierre Closterman, Le grand Cirque, Souvenirs d'un pilote de chasse français dans la R.A.F., Paris, Flammarion, , 308 p., p. 21-22.
  5. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents, (ISBN 978-2914611480), p. 576.
  6. « Biographies résumées des parrains des promotions de l'Ecole Militaire de l'air (EMA) », sur https://www.traditions-air.fr (consulté le 21 février 2019).
  7. « ll y a 70 ans, le commandant Mouchotte disparaissait en combat aérien », sur http://www.opex360.com (consulté le 15 février 2019).
  8. « Cérémonies du 18 juin à Londres » [archive du ], Fédération des Associations Françaises en Grande-Bretagne, (consulté le 10 janvier 2014).
  9. « TYPHOON FLYPAST FOR BATTLE OF BRITAIN TRIBUTE » [archive du ], (consulté le 12 janvier 2014).
  10. « The dashing, womanising Battle of Britain hero who stole my heart, by Jan Leeming », sur Mail Online, (consulté le 29 janvier 2019).
  11. a b c d et e René Mouchotte, Les carnets de René Mouchotte, Flammarion.
  12. Bernard Dupérier, La Vieille équipe, Berger-Levrault, , p.41.
  13. Romain Gary, La nuit sera calme, éditions Gallimard, (ISBN 2070290395).