Hargnies (Ardennes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hargnies.

Hargnies
Hargnies (Ardennes)
L'église.
Blason de Hargnies
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Charleville-Mézières
Canton Revin
Intercommunalité Ardenne-Rives-de-Meuse
Maire
Mandat
André Vincent
2014-2020
Code postal 08170
Code commune 08214
Démographie
Gentilé Harnicots et Harnicottes
Population
municipale
476 hab. (2016 en diminution de 0,21 % par rapport à 2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 01′ 11″ nord, 4° 47′ 30″ est
Altitude Min. 167 m
Max. 492 m
Superficie 42,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte administrative des Ardennes
City locator 14.svg
Hargnies

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Hargnies

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hargnies

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hargnies
Liens
Site web [2]

Hargnies est une commune française située dans le département des Ardennes, en région Grand Est, dans une clairière de la forêt ardennaise.

Ses habitants s'appellent les Harnicots et les Harnicottes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situé à une altitude de 310 mètres (au centre du village) dans une région très boisée, Hargnies est une commune de 4 200 hectares, dont 4 000 hectares de forêt ce qui en fait l'une des communes les plus boisées de France. Hargnies est situé sur le plateau des Ardennes à une dizaine de kilomètres d'Haybes et de Fumay et à 20 kilomètres de Givet, dans une clairière. Le village est distant de 35 km de Charleville-Mézières, la préfecture des Ardennes.

Les autres communes à proximité de Hargnies sont : Fépin, Montigny-sur-Meuse, Landrichamps, Vireux-Wallerand, et Vireux-Molhain entre autres. Les villes françaises proches de Hargnies sont : Fourmies à 53 km, Jeumont à 58 km, et Maubeuge à 65 km.

Par ailleurs, la commune est située à environ trois kilomètres de la Belgique que l'on rejoint par la route du Pont Collin en direction de Willerzie.

Le plateau sur lequel se situe Hargnies est traversé par la vallée de la Meuse qui a creusé un profond sillon dans le plateau ardennais.

Les Héez d'Hargnies (492 m), un des points culminants des Ardennes, offre un très beau panorama sur la région.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Hargnies
Vireux-Wallerand Aubrives/Ham-sur-Meuse/Chooz Beauraing (Drapeau de la Belgique Belgique)
Haybes Hargnies Gedinne (Drapeau de la Belgique Belgique)
Revin Thilay Gedinne (Drapeau de la Belgique Belgique)

Ressources, Faune et Flore[modifier | modifier le code]

Hargnies est situé dans le Parc naturel régional des Ardennes sur un territoire offrant une très grande richesse végétale et animale, et signalé, en tant que tel, depuis plus de 150 ans par les botanistes et zoologistes[1].

On y trouve des grives et des tétras, la rarissime trientale d'Europe (entre autres espèces végétales spécifiques) et une flore caractéristique des zones humides d'altitude.

La région abrite aussi un patrimoine naturel composée de landes, rocailles et buxaies qui sont l'habitat de nombreuses espèces remarquables (reptiles, oiseaux, chauves-souris, papillons) qui ont notamment justifié la création d'une réserve naturelle outre la Réserve naturelle nationale de la pointe de Givet, une réserve naturelle d'intérêt géologique (Réserve naturelle nationale de Vireux-Molhain).

La région d'Hargnies est plus particulièrement connue pour ses tourbières à sphaignes et à molinie bleue et zones paratourbeuses (sur la route entre Les Hautes-Rivières et Hargnies, où vivent quelques castors (castor européen) dont les barrages entretiennent. On y trouve notamment une variété rare d'orchidée sauvage (Dactylorhiza sphagnicola).

On raconte aussi que la région abriterait quelques rares coqs tétras[2] (espèce en voie de disparition).

Histoire et traditions[modifier | modifier le code]

L'existence du village remonte au IXe siècle [3]. Si l'on en croit les cartes anciennes[4], au XVIe siècle la commune était presque entourée d'une vaste forêt.

Hargnies et Haybes, longtemps parties prenantes du comté de Namur, ont été cédés à la France en 1697 par le traité de Ryswick[5]. Le village, situé à la frontière franco-belge, a été un ancien observatoire allemand pendant la Première Guerre mondiale, et un centre de parachutage pendant la dernière guerre.

Hargnies a gardé ses anciennes traditions de village forestier, comme ses tenderies aux grives (pièges et lacets tendus au passage des oiseaux).

Le site Gallica (Archives de la parole) offre la possibilité d'écouter la chanson : Malheurs d'une femme mariée, en patois mélangé [6].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le 24 août 1914, l'armée allemande passe la frontière franco-belge au Pont-Colin et traverse Hargnies, provoquant la fuite de certains habitants vers Haybes.

Les habitants subirent quatre ans d'occupation allemande jusqu'à l'armistice.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lors de la bataille de France, le village est pris le par les Allemands de la 6e Panzerdivision de Werner Kempf qui se dirigent vers Monthermé[7]. Le passage des Allemands dans le village est observé par les Français de la 61e division d'infanterie qui guident les tirs d'artillerie ; plusieurs véhicules allemands sont mis en flammes[7].

Hargnies finit par être libéré le 5 septembre 1944 à la suite du dernier combat entre Américains et Allemands. Le 4 septembre, un maquisard est tué sur la route de Vireux en se rendant au village ; dans la nuit du 4 au 5 septembre, un char américain arrivant par la route de Haybes est attaqué par les troupes allemandes encore présentes dans le village, incendiant la boulonnerie et diverses maisons. Les habitants voulant éteindre l'incendie ont été molestés par les troupes allemandes ; sept d'entre eux ont été fusillés[8].

À Hargnies sont inhumés plusieurs pilotes de bombardiers du Commonwealth : D. Mathieson R.85609, Flight Sergeant, Royal Canadian AirForce ; C.C. Stevens[9], Air Gunner, Royal Air Force ; E.F. Valentine, Air Gunner, Royal Air Force ; K.V. Whelan, Royal Air Force (abattus le 20 mai 1942)[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[11]
Période Identité Étiquette Qualité
1790 an 1 Verdcheval    
an 1 an 2 Nicolas Limbour    
an 2 an 3 Jean Chame    
an 3 an 8 Joachim Chaiot    
an 8 an 9 Gilles Buffet    
an 10 1807 Jean-Baptiste Senée    
1808 1812 Lambert Brichet    
1812 1814 Jean-Baptiste Nehaut    
1814 1827 Jean Simon    
1827 1830 Jean-Baptiste Buffet    
1830 1831 Henry Brichet    
1831 1848 Henry Limbour    
1848 1865 Hyacinte Rolin    
1865 1873 Louis Henrot    
1875 1876 Henri Pirot    
1876 1887 Clément Brichet    
1887 1888 Constant Limbour    
1888 1896 Clément Brichet    
1896 1897 Louis Istace    
1897 1913 Charles Collignon    
1913 1919 Achille Choppelet    
1919 1935 Constant Brichet    
1935 1945 Toussaint Pirot    
1945 1946 Maria Brichet née Delhalle    
1948 1959 Albert François    
1959 1965 Gaston Dumargme    
1965 1969 Charles Hubert    
1969 1983 Vital Dupont app.PCF  
1983 1989 Gaston Robinet    
1989 1995 Gaston Hubert    
1995 2010 Michel Hubert    
2010 2017 André Vincent   Retraité
2017 actuel Bernard Deforge   Par intérim

Hargnies a adhéré à la charte du parc naturel régional des Ardennes, à sa création en décembre 2011[12].

Le syndicat mixte de ce parc naturel régional des Ardennes (PNR Ardennes) est installé à Hargnies[13].

Spécialités[modifier | modifier le code]

Le village abritait autrefois de nombreux cafés dans lesquels on dégustait l'eau-de-vie de prune notamment. La distillation de l'eau de vie à Hargnies fait d'ailleurs l'objet d'un documentaire de la RTBF réalisé en 1979 (« Les fijeus de goutte - Distillateurs et bouilleurs de crus »)[14].

Parmi les autres spécialités on trouve la « burutte », sorte de boudin noir constitué de sang de cochon et de beaucoup d'échalotes, le boudin blanc…

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2016, la commune comptait 476 habitants[Note 1], en diminution de 0,21 % par rapport à 2011 (Ardennes : -2,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9621 0131 0831 2811 3551 4891 5421 6201 659
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 7741 7431 6971 4731 4171 3501 2411 2031 161
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 093912896805758564590677623
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016 -
573561511514500498466476-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Boulonnerie Delhalle à Hargnies, Place de l'Aulnet, Ardennes.
  • L'église paroissiale Saint-Lambert : l'église a été reconstruite au XIXe siècle mais conserve des vestiges du XVIIe siècle (tour carrée) ainsi que des statues du XVIIIe siècle en bois : Vierge à l'Enfant, saint Lambert, saint Éloi, saint Pierre, saint Hubert.
  • Chapelle Saint-Roch : située sur la route de Vireux-Wallerand à côté de l'église : elle est dédiée à saint Roch, patron et protecteur des pestiférés.
  • Place de l'Aulnet : autrefois bordée de platanes centenaires, elle abritait un grand lavoir municipal et la boulonnerie industrielle Delhalle. Le 4 septembre 1944, les Allemands en retraite mirent le feu à la boulonnerie et tuèrent les habitants qui tentaient d'éteindre l'incendie.
  • Moulins : des trois antiques moulins, il reste le moulin Limbourg et le moulin Page[19].

Maison du Parc Naturel Régional des Ardennes[modifier | modifier le code]

Hargnies a été désignée en 2013 par le comité syndical du Parc Naturel Régional des Ardennes pour l'implantation de la Maison du Parc[20].

Après une polémique locale sur son emplacement[21] dans le village, le conseil municipal d'Hargnies a finalement acté le 2 mars 2015 la construction du bâtiment sur la place de l'Aulnet à la place de la salle de fête (emplacement de l'ancienne boulonnerie). Mais l'emplacement de cette maison du parc a été envisagé ensuite à Renwez, et un nouveau projet a été défini, puis remis en cause[22].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Maison Brichet - Delhalle

Joseph Monin, (1741-1829), curé d'Hargnies puis évêque constitutionnel des Ardennes. La chavée Monin, située à l'angle de l'école des filles et en face de l'église, a reçu ce nom en hommage.

Maria Delhalle (1876 - 1946), Maire d'Hargnies, résistante active du réseau Comète elle organisera l'évasion vers l'Espagne d'aviateurs alliés abattus en opération, en les hébergeant ou en les accompagnant depuis la Belgique, déguisés en séminaristes, avec l'aide de l'abbé Grandjean[23] de Willerzie (torturé et déporté à Buchenwald sans trahir le réseau). Les aviateurs regagnaient l'Angleterre par l'Espagne. Élue maire d'Hargnies à la Libération, elle devient l'une des premières femmes maires de France.

Bernard Deforge, (1947-....), helléniste éminent, Professeur emeritus des Universités, spécialiste du théâtre d'Eschyle, écrivain, essayiste, poète .

Héraldique[modifier | modifier le code]

Hargnies
Blason de Hargnies Blason Parti: au 1er de sinople à l'arbre d'or, au 2e d'or au lion couronné de sable; au chef de gueules chargé d'une fasce d'or.
Détails

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Paul Lotterie, Roger Dainche (illustrations) et Christophe Lotterie (photographies), Hargnies : un village ardennais pendant les deux guerres mondiales, P. Lotterie, , 207 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1]Alphonse Milne-Edwards, Adolphe Brongniart, Joseph Decaisne, Annales des sciences naturelles et botanique, Paris, 1849
  2. Maurice Duquef, « Picardie écologie », Revue des associations d'étude et de protection de la nature en Picardie, no 1,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  3. Harnye ou Harneas figurent pour la première fois dans l'Édit de 837 de Louis le Débonnaire
  4. voir carte, page 2/4 in 1589 : Namur vue par un cartographe allemand, par Marc Ronvaux]
  5. François Charles Joseph Grandgagnage, Léopold Génicot, Joseph Balon, Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de la Belgique, Coutumes de Namur et coutume de Philippeville, Bruxelles, 1869
  6. « Malheurs d'une femme mariée », sur Gallica.bnf
  7. a et b Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal, , p. 228-229
  8. « Libération », sur Hargnies08.fr
  9. (en) « Remembering-Black-Country-airman-killed-in-WWII », sur http://www.blackcountrybugle.co.uk
  10. (en) « Squadron Aircraft Crew Détails », sur 156squadron.com
  11. (fr) « Les maires de Hargnies », sur www.francegenweb.org (consulté le 18 juin 2010)
  12. Création du PNR des Ardennes
  13. Page sur le PNR des Ardennes et dresse du syndicat mixte, sur le site internet de la région Champagne-Ardenne
  14. « Archives Sonuma - Souvenirs de bois et d'ardoise - Les fijeus d'goute - Distillateurs et bouilleurs de crus » (consulté le 28 juin 2015)
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  19. Ardennes 2008 Petit Futé, par collectif, page 147. (ISBN 9782746921931)
  20. « Hargnies, la victoire à deux voix près », L'union,‎ (lire en ligne)
  21. « Coup de blues à Hargnies » (consulté le 6 avril 2015)
  22. Guillaume Lévy, « La Maison du parc naturel des Ardennes aux oubliettes : 125 000 euros dans la nature », L'Union,‎ (lire en ligne)
  23. « Réseau comète », sur http://www.evasioncomete.org

Liens externes[modifier | modifier le code]