Chooz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chooz
Chooz
La mairie de Chooz.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Charleville-Mézières
Canton Givet
Intercommunalité Ardenne-Rives-de-Meuse
Maire
Mandat
Gérard Saint-Maxin
2014-2020
Code postal 08600
Code commune 08122
Démographie
Gentilé Calcéens, Calcéennes
Population
municipale
746 hab. (2015 en diminution de 3,49 % par rapport à 2010)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 06′ 15″ nord, 4° 48′ 28″ est
Superficie 13,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte administrative des Ardennes
City locator 14.svg
Chooz

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Chooz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chooz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chooz

Chooz ([ʃo][1], en wallon Tchô) est une commune française située dans le département des Ardennes, en région Grand Est. La commune de Chooz est surtout connue pour sa centrale nucléaire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Chooz se situe dans la vallée de la Meuse et au cœur du massif ardennais, au nord de la pointe de Givet.

Au XIXe siècle elle avait comme écarts :

  • La Briqueterie, sur le chemin de Ham à Givet ;
  • les Trois fontaines, presque à l'entrée de Givet où l'on extrayait des pierres bleus ;
  • le Bâtis ;
  • le Hayaumé ;
  • la chapelle st-Roch.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Chooz
Foisches Givet Rancennes
Ham-sur-Meuse Chooz Charnois
Ham-sur-Meuse Hargnies Landrichamps

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès 860 le village était la propriété de l'abbaye de Landrichamps. Un record de 1741 fait le point sur les possessions du comte d'Egmont, l'abbaye et le baron de Hierges[2]. Le village dépendait donc de la principauté de Liège, doyenné de Chimai et archidiaconé de Famenne.

Lors de la bataille de France, des Allemands de l'Aufklärung-Abteilung 32, unité de reconnaissance de la 32. Infanterie-Division de Franz Böhme, franchissent la Meuse et s'infiltrent dans la boucle de Chooz le [3]. La rive gauche est défendue par les Français du 62e régiment d'infanterie du lieutenant-colonel Le Barillec, mais elle ne le semble que faiblement aux Allemands du fait de leurs infiltrations réussies ; ceux-ci espèrent alors pouvoir faire franchir en force la Meuse à leur 32e division d'infanterie le jour même[3]. Mais lorsque la division arrive à son tour sur les bords de la Meuse, l'artillerie française du 18e régiment d'artillerie et du fort de Charlemont ouvre le feu sur les concentrations de troupes allemandes sur la rive droite, et les Allemands constatant alors la présence de défenses solides, repoussent alors leur traversée au lendemain[3]. Malgré les pertes infligés par la défense des rives par le II/62e régiment d'infanterie (chef de bataillon Dardant) qui ont dû se passer de l'aide de l'artillerie, les Allemands réussissent à passer le fleuve et s'emparent de Chooz le [4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Sous les formes de Calcum, Chaud, Chos, Choz et Chou.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune de Chooz est connue pour sa centrale nucléaire.

  • 1962 : Début de la construction du premier réacteur REP français (sous licence américaine Westinghouse) Le réacteur est bâti dans les installations souterraines creusées par les allemands pendant la seconde guerre mondiale.
  • 1967 : mise en service du réacteur de 305 MW.
  • Années 1980 : conflit relatif à la construction de deux nouveaux réacteurs PWR en prévision du remplacement de la première tranche de 305 MW. Violents affrontements en 1982. Plusieurs blessés parmi les habitants du village de Vireux, ainsi que parmi les forces de l'ordre. Le gouvernement socialiste engage les travaux de deux réacteurs de 1450 MW en 1984.
  • 1991 : arrêt de la tranche de 305 MW après 28 ans de fonctionnement. Mise sous cocon en attente d'un démantèlement futur.
  • 1997 - 1998 : mise en service des deux nouveaux réacteurs de 1450 MW chacun.
  • 2009 : La candidature de Chooz pour un EPR, déposée par le Conseil Général est rejetée par le président de la République le 28 janvier.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1876 Sohet[5]    
1877   Devaux[6]    
1989[7] 2014[7] Michèle Marquet PS Conseillère générale du canton de Givet (2001-2008)
mars 2014[8] en cours Gérard Saint-Maxin    

Chooz a adhéré à la charte du Parc naturel régional des Ardennes, à sa création en décembre 2011[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11].

En 2015, la commune comptait 746 habitants[Note 1], en diminution de 3,49 % par rapport à 2010 (Ardennes (département) : -1,94 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
486449495549570611641667681
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
681680719712718687696684668
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
677569578582604556634630655
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2015
809802803749762764766757746
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Louvain-la-Neuve, Peeters, (lire en ligne), p. 104.
  2. Dr Halkin, Inventaire des titres de l'abbaye, Liège, 1897, pièce N°519.
  3. a, b et c Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal, , p. 258 à 260
  4. Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal, , p. 335 (carte)
  5. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, 1876, p207.
  6. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, 1877, p239.
  7. a et b F.A., « « Le maire prend tout » : Les maires de demain sont en voie de disparition. Ça pourrait pourtant être une très belle fonction… » Il a fallu cependant un peu de temps à Michèle Marquet pour dire ce qu’elle avait sur le cœur. À la question de savoir pourquoi elle avait décidé de raccrocher, cette femme engagée dans la vie publique depuis 37 ans - dont quatre mandatures en qualité de maire - avait d’abord répondu de façon lapidaire », La Semaine des Ardennes, no 234,‎ , p. 3.
  8. « Liste des maires du département des Ardennes » [PDF], Préfecture des Ardennes, (consulté le 31 août 2014), p. 3.
  9. Création du PNR des Ardennes
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. Bureau d'études Greisch : pont de Chooz
  15. Jacques Joseph Haus, « Rapport sur la notice biographique de Sohet », dans Observations sur l'ouvrage de Sohet, (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean d'Ardenne, Guide du touriste en Ardennes, TI, p167-168.
  • Almanach Matot-Braine, Notice historique sur le canton de Givet, dom ALbert Noel, 1909, p146-150.
  • C.-G. Roland, Les anciennes propriétés de l'Abbaye de Stavelot-Malmedy dans les Ardennes françaises, §. IV : Chooz, dans la Revue historique ardennaise, vol. 5, publiée par Paul Laurent, Paris : Librairie Alphonse Picard et fils, 1898, pp. 68-77 [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]