Thilay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Thilay
Thilay
Place de l'Église.
Blason de Thilay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Charleville-Mézières
Canton Bogny-sur-Meuse
Intercommunalité Communauté de communes Meuse et Semoy
Maire
Mandat
Robert Pascolo
2014-2020
Code postal 08800
Code commune 08448
Démographie
Gentilé Thilaysiens, Thilaysiennes
Population
municipale
1 064 hab. (2016 en augmentation de 0,38 % par rapport à 2011)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 52′ 25″ nord, 4° 48′ 29″ est
Altitude Min. 147 m
Max. 492 m
Superficie 36,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Thilay

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Thilay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thilay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thilay

Thilay est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Thilay est située au nord de Charleville-Mézières. Elle contient les villages de Thilay, Naux, Nohan, Navaux, les Vieux Moulins de Thilay, et une partie de la Neuville-aux-Haies (maison forestière).

Situation de Thilay.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Thilay
Hargnies Gedinne (Belgique) Les Hautes-Rivières
Monthermé Thilay Les Hautes-Rivières
Tournavaux
Haulmé
Neufmanil Gespunsart

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est située à l'ouest de la Croix-Scaille, point culminant du massif ardennais en France, à cheval sur la frontière entre la France et la Belgique, dont l'altitude est de 504 mètres. La Croix-Gillet avec ses 492 mètres de hauteur est le point culminant de la commune, situé à l'ouest du petit village, les Vieux Moulins de Thilay, et l'un des sommets les plus élevés du massif ardennais en France.

La commune est classée en zone de sismicité 2, correspondant à une sismicité faible[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Thilay, le village chef-lieu de la commune, est bordé par la rivière Semois dont il occupe un méandre, en aval du village des Hautes-Rivières, ce dernier faisant également partie du canton de Monthermé.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Situé dans la forêt de la principauté de Château-Regnault, le village est rattaché au domaine royal en 1629. Les chanoines de Braux y possèdent de nombreuses propriétés. Le cours de la Semoy sert au flottage du bois.

Des forges y existent dès cette époque. Au milieu du XIXe siècle apparurent de véritables usines, telles que les boulonneries Laurent à Linchamps en 1850 et la boulonnerie Mangon et Rousseau à Thilay. Aujourd'hui encore la métallurgie est le principal secteur d'activité de ce village.

Au début XVIe siècle, Jean de Louvain construit sur une colline escarpée une forteresse, le château de Linchamps, d'où il rançonne population des alentours et voyageurs. Le château est détruit par les troupes royales en 1550 et reconstruit par le duc de Guise un peu plus tard.

Thilay et le hameau des Vieux Moulins de Thilay sont un lieu de résistance pendant la Seconde Guerre mondiale[2].

Exode des habitants[modifier | modifier le code]

Au cours de Seconde Guerre mondiale, entre le 10 et 15 mai 1940[3], les habitants de Thilay et ses hameaux sont dirigés vers le canton Noirmoutier-en-l'Île : La Guérinière, Barbâtre et L'Épine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
17/4/1842 ? 3/5/1844 ? Jacques Herisson    
1917 1917 Emile Faynot    
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2014[4] Lionel Ladouce[5] PS  
2014 En cours Robert Pascolo PS Retraité de l'enseignement

Thilay a adhéré à la charte du Parc naturel régional des Ardennes, à sa création en décembre 2011[6].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2016, la commune comptait 1 064 habitants[Note 1], en augmentation de 0,38 % par rapport à 2011 (Ardennes : -2,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8259058721 0091 2481 3341 4521 5101 525
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 5491 6591 6601 6601 6751 6171 5591 6401 536
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 6631 5101 4311 4731 3521 0891 2371 2771 245
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016 -
1 1971 1511 1431 0931 0681 0641 0671 064-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Emile Faynot (1878-1962) : fondateur et président directeur général des Établissements Faynot à Thilay, aquarelliste et illustrateur ;
  • Marguerite Fontaine (1900-1988) : résistante, avec sa famille aux Vieux Moulins de Thilay du maquis des Manises ;
  • Eva Thomé (1903-1980) : enseignante, résistante et romancière née à Thilay.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Thilay

Les armes de Thilay se blasonnent ainsi :

écartelé : au 1) d’azur aux trois fleurs de lys d’or, au bâton péri en bande de gueules en abîme, au 2) d’argent à la tour de sable ouverte, ajourée et maçonnée du champ, au 3) d’argent à l’enclume de sable, au 4) d’azur à la crosse d’or senestrée d’une clef à deux pannetons contournée du même [11].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Plan séisme » (consulté le 4 juin 2017)
  2. « Résistance et Libération de Thilay », sur le site www.thilay.fr
  3. « Monthermé en 1939-1945 », sur ajpn.org
  4. F. A., « « C’est une fonction corrosive » : « Je ne regrette rien, même si la fonction de maire est devenue un métier, qui ne laisse plus beaucoup de place à la vie personnelle » . À 62 ans, Lionel Ladouce a donc décidé de raccrocher. Il aura été maire pendant trois mandats successifs… qui faisaient eux-mêmes suite à deux mandats pendant lesquels il a été adjoint. », La Semaine des Ardennes, no 234,‎ , p. 3.
  5. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin 2008 (fichier au format PDF)
  6. Création du PNR des Ardennes
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=16329