Gustave Massiah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gustave Massiah
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Gustave Massiah, dit « Gus », est une des personnalités centrales du mouvement altermondialiste. Ingénieur et économiste né en 1941, cet ancien professeur à l'École nationale supérieure d'architecture de Paris-La Villette (initialement UP6, unité pédagogique n°6) a écrit plusieurs ouvrages sur l'urbanisme et le développement. Il a été président du CRID (Centre de recherche et d’information pour le développement), galaxie d'associations d'aide au développement et de soutien aux luttes des pays du Sud, et vice-président de Attac-France de 2003 à 2006. Il est toujours membre du Conseil scientifique de Attac-France et membre du Conseil international du Forum social mondial.

Parcours[modifier | modifier le code]

Né en Égypte, « d'un père italien et d'une mère d'une famille juive de l'Empire ottoman », Gustave Massiah est ingénieur des Mines de Paris et ancien élève de l'ENSAE[1].
Ingénieur économiste, il s'est spécialisé dans les études de l'organisation industrielle des transports, de la planification, de l'éducation et de la recherche urbaine. Devenu coopérant en Afrique, il s'est engagé très tôt pour la solidarité avec le tiers-monde et a contribué avec d'autres anciens de la commission internationale du PSU à la création du CEDETIM.
De retour en France, parallèlement à son travail dans le bureau d'études ACT, il a enseigné comme professeur d'économie à l'École nationale supérieure d'architecture de Paris-La Villette. Militant notamment à la Gauche ouvrière et paysanne (GOP) organisation issue du PSU, puis à l'Organisation communiste des travailleurs, il participe au travers de la revue Partis pris (avec entre autres Alain Lipietz) à une réflexion critique sur le militantisme d'extrême gauche des années 70, avant de créer en 1983 avec ses anciens camarades ingénieurs et spécialistes du développement l'Association internationale de techniciens, experts et chercheurs (Aitec) qui apporte contre-expertises et conseils dans les milieux syndicaux et associatifs sur les questions urbaines, les services publics et le rôle des institutions internationales. Dès 1985, dans le premier numéro de la revue de l'Aitec, il a ainsi élaboré des analyses du rôle des institutions financières internationales dans une optique que l'on appelle aujourd'hui altermondialiste, notamment dans un article intitulé : « Le FMI ou comment s'en débarrasser »[2].

Il est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine dont les travaux ont commencé le 4 mars 2009.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1975, La Crise de l’impérialisme, avec Samir Amin, Alexandre Faire et Mahmoud Hussein, Editions de Minuit.
  • 1988, Villes en développement - Essai sur les politiques urbaines dans le tiers monde, avec Jean-François Tribillon, La Découverte.
  • 2000, Une économie au service de l’homme

Recueil des rapports à l’université d’été d’ATTAC en août 2000. Rapport de Gustave Massiah «De l’ajustement structurel au respect des droits humains », collection ATTAC Éditions Mille et une nuits.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • L'Altermondialisation entre idées reçues et réalités, de et avec Gustave Massiah. Conférence filmée, 2006.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. "Entretien avec Gustave Massiah" par Gilbert Wasserman, Mouvements, no 42 2005/5
  2. Monde économie en date du 11 septembre 2001

Liens externes[modifier | modifier le code]