Mireille Fanon-Mendès-France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mireille Fanon-Mendès-France
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Père
Parentèle

Mireille Fanon-Mendès-France est une militante française, née en 1953[1], présidente de la Fondation Frantz Fanon à Paris. Elle a écrit de nombreux articles sur les droits de l'homme et le droit humanitaire, sur le racisme et les discriminations[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille aînée de Franz Fanon et la sœur d'Olivier Fanon. Elle fut l'épouse de Bernard Mendès-France (fils de Pierre Mendès France), né en 1933 et mort en 1991[3].

De formation littéraire, elle a enseigné la littérature et la didactique[4] à l'Université Paris V- Descartes et a été professeur invité à l'Université de Californie à Berkeley en droit international et résolution des conflits. Elle a aussi travaillé pour l'UNESCO et pour l'Assemblée Nationale[5].

En 2009, elle a reçu le Prix des Droits de l'Homme du Conseil pour la Justice, l'Égalité et la Paix[6],[4]. Elle était jusqu'en 2012 et membre du bureau de l'Union juive française pour la paix[7]. Depuis 2011, elle est experte au sein du Groupe de travail des Nations unies sur les personnes d'ascendance africaine, dont elle a été la présidente de 2014 à 2016[4],[8].

Elle a utilisé le nom de son époux jusqu'aux années 2010[9] date à laquelle elle se réclame finalement de l'héritage de son père Frantz Fanon et devient présidente de la Fondation Frantz Fanon qu'elle crée[10]. À la même période, les œuvres de son père étaient rééditées par les éditions La Découverte[11] et Frantz Fanon devenait une référence des études post-coloniales se développant en France.

Elle utilise désormais le nom de Mireille Fanon-Mendès France[12].

Elle est signataire de nombreuses pétitions et quelques articles militants sous ses deux noms :

D'abord en utilisant le nom de son mari en nom d'usage[13], Mireille Mendès-France : « Une autre voix juive », un article dans la revue Politis[14], et dans la revue universitaire La Revue internationale et stratégique[15], publication de l'IRIS (Institut de relations internationales et stratégiques), une interview sur la situation des Palestiniens[16].

Ensuite sous son nom de naissance, Mireille Fanon, elle a écrit sur les droits des Palestiniens, contre l'islamophobie[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb166026574
  2. « UJFP », sur www.ujfp.org, (consulté le 7 janvier 2017)
  3. http://mendes-france.fr/contenuego/MF%20genealogie.pdf
  4. a, b et c « Africultures - Biographie de Mireille Fanon-Mendesfrance », sur www.africultures.com (consulté le 7 janvier 2017)
  5. « Members of the Working Group of Experts on People of African Descent », sur www.ohchr.org (consulté le 7 janvier 2017)
  6. « Prix des droits de l’homme à Mireille Fanon-Mendès France du BN de l’UJFP », La Feuille de Chou,‎ (lire en ligne)
  7. Mireille Fanon-Mendès France, « Intervention de Mireille Fanon-Mendes-France à la Journée internationale des prisonniers politiques », sur www.ujfp.org, (consulté le 7 janvier 2017)
  8. « Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine », sur www.un.org (consulté le 7 janvier 2017)
  9. http://www.politis.fr/auteurs/mireille-mendes-france-175/
  10. http://frantzfanonfoundation-fondationfrantzfanon.com/article362.html
  11. https://blogs.mediapart.fr/jean-francois-bayart/blog/181011/relire-fanon
  12. « La Fondation - Fondation Frantz Fanon », sur frantzfanonfoundation-fondationfrantzfanon.com (consulté le 7 janvier 2017)
  13. « Nom d'usage : utilisation du nom de son mari ou de sa femme | service-public.fr », sur www.service-public.fr (consulté le 7 janvier 2017)
  14. http://www.politis.fr/articles/2007/10/la-criminalisation-de-la-politique-2196/
  15. https://www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2005-4-page-43.htm
  16. http://www.ladepeche.fr/article/2005/05/25/318466-mireille-mendes-france-milite-pour-les-droits-de-l-homme.html
  17. http://www.liberation.fr/france/2016/04/08/femmes-voilees-et-esclavage-des-associations-veulent-traduire-laurence-rossignol-en-justice_1444865

Liens externes[modifier | modifier le code]