Globotriaosylcéramide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Structure des globotriaosylcéramides.

Un globotriaosylcéramide est un ganglioside également appelé trihexosylcéramide, CD77, Gb3 ou GL-3 dont la structure peut être représentée par αGalβGalβGlcCer :

Ces composés diffèrent les uns des autres uniquement par l'acide gras combiné à la sphingosine de l'unité céramide. Ils comptent parmi les rares clusters de différenciation qui ne soient pas de nature protéique.

Les globotriaosylcéramides sont produits dans les cellules à partir de galactose et de lactosylcéramide sous l'action de l'α-1,4-galactosyltransférase et sont dégradés dans les lysosomes par l'α-galactosidase, enzyme dont l'absence cause la maladie de Fabry[1].

Les globotriaosylcéramides agissent dans la membrane cellulaire comme des récepteurs non peptidiques. Les toxines de Shiga, par exemple, se lient à un globotriaosylcéramide avant de pénétrer dans la cellule par endocytose.

Certains cancers ont pour effet de surexprimer les globotriaosylcéramides dans la membrane cellulaire, ce qui laisse entrevoir de possibles applications dans les traitements contre ces cancers[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Soumeya Bekri, Olivier Lidove, Roland Jaussaud, Bertrand Knebelmann et Frédéric Barbey, « The Role of Ceramide Trihexoside (Globotriaosylceramide) in the Diagnosis and Follow-Up of the Efficacy of Treatment of Fabry Disease: A Review of the Literature », Cardiovascular & Hematological Agents in Medicinal Chemistry, vol. 4, no 4,‎ octobre 2006, p. 289-297(9) (lire en ligne) DOI:10.2174/187152506778520718 PMID : 17073606
  2. (en) Ute Distler, Jamal Souady, Marcel Hülsewig, Irena Drmić-Hofman, Jörg Haier, Alexander W. Friedrich, Helge Karch, Norbert Senninger, Klaus Dreisewerd, Stefan Berkenkamp, M. Alexander Schmidt, Jasna Peter-Katalinić et Johannes Müthing, « Shiga Toxin Receptor Gb3Cer/CD77: Tumor-Association and Promising Therapeutic Target in Pancreas and Colon Cancer », PLoS ONE, vol. 4, no 8,‎ 28 août 2009, e6813 (lire en ligne) DOI:10.1371/journal.pone.0006813 PMID : 19714252