Futures Vedettes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Futures vedettes)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Futures Vedettes
Réalisation Marc Allégret
Scénario Marc Allégret
Roger Vadim
d'après le roman de
Vicki Baum
Acteurs principaux
Sociétés de production Régie du Film
Orsay Films
Del Duca Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 95 minutes
Sortie 1955

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Futures Vedettes est un film français réalisé par Marc Allégret et sorti en 1955.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans une école d’art, entre les cours de chant, danse et piano, les élèves se débattent avec les affres du passage à l’âge adulte. Deux élèves chanteuses s’éprennent de leur professeur de chant. Mais ce dernier est marié.

Résumé du film[modifier | modifier le code]

1955, en Autriche, tous les élèves du Conservatoire de musique et de danse de Vienne n’ont d’yeux que pour leur beau professeur de chant, le ténor Éric Walter (Jean Marais) ; les garçons l’admirent et les filles sont toutes amoureuses de lui.  Deux d’entre elles, Sophie et Elis, sont plus particulièrement éprises, rêvant de le conquérir bien qu’il soit déjà marié.

Éric, vit séparé depuis quelque temps de sa femme Marie Koukowska-Walter (Denise Noël). Elle, c’est une célèbre cantatrice qui ne songe qu'à son art. Lui, c’est un mari malheureux, faible, qui se console dans les bras de ses maîtresses, mais qui court vers sa femme dès qu’elle lève le petit doigt.

D’abord, prêtant peu d’attention à ces enthousiasmes juvéniles, car on n’est pas sérieux quand on a dix-huit ans, Éric ne peut plus résister, au cours de leçons particulières de chant à son domicile, à cette ravissante et sensuelle apprentie danseuse et chanteuse, Sophie Dimater (Brigitte Bardot), habillée d’une jupe serrée et de chemisiers qui ont bien du mal à dissimuler une poitrine provocante. Elle possède véritablement la beauté du diable. Ils finissent par devenir amants occasionnels dans un climat d’affrontement permanent car, Éric vit mal la séparation avec son épouse à laquelle il reste toujours profondément attaché, malgré les soins attentifs de son dévoué valet (Mischa Auer).

L’autre élève, aussi éperdument amoureuse du professeur, c’est Elis Petersen (Isabelle Pia) qui de caractère est à l’opposé de Sophie. Apprentie de piano et de chant, Elis est une jeune fille blond platine, douce et diaphane, hypersensible. De par sa situation familiale, c’est un personnage romanesque, avec un père artiste-sculpteur (Edmond Beauchamp), égoïste et solitaire, sorte de hors la vie, fou de son art et une mère alitée, gravement malade. Et lorsque cette dernière vient à mourir, Elis croit, durant un moment, avoir gagné l'affection de son professeur bouleversé par sa beauté, sa simplicité et le climat de paix si agréable à vivre par rapport celui de la volcanique Sophie.

Mais lorsque Éric renoue avec son épouse, laquelle ayant perdu sa belle voix et ne pouvant plus interpréter la Tosca, désire reprendre sa place près de son mari, la réaction des deux filles va être totalement différente.

Quand Elis s'aperçoit de son erreur : « il m’a embrassée alors qu’il ne m’aimait pas », elle est tentée alors, par désespoir, comme une héroïne tragique de mettre fin à ses jours. « La mort est une amie » dit-elle à Clément (Yves Robert), son amoureux de répétiteur, qui essaie en vain de la raisonner, pour la dissuader de passer à l’acte.

Au contraire, Sophie, esseulée et triste, après une mémorable crise de nerf, va focaliser son esprit vers la pratique de la danse pour dépasser sa déception. Elle se met aussi à travailler le chant avec ferveur en s’imposant un sacré défi : être la meilleure à la grande soirée de fin d’année du Conservatoire. Sophie triomphe sur scène, en interprétant avec brio la mort d’Isolde, un extrait de Tristan et Isolde, l’opéra de Richard Wagner, devant un public enthousiaste en présence du couple Walter, pendant que, très calmement, seule dans une loge, Elis sort son flacon de poison pour l’absorber, fort heureusement intercepté par Clément arrivé à temps.

A la fin du spectacle, Éric et son épouse viennent ensemble féliciter Sophie, pour sa performance qui lui ouvre un grand avenir. Les deux filles se retrouvent heureuses d’être à nouveau réunies, définitivement détachées de ce « vieux » professeur trop âgé pour elles, afin de s’engager sur la voie de la réussite.

De ces différents épreuves, Éric, reprenant son rôle de professeur d’art lyrique, tire la conclusion que ses élèves, aguerries et mûries par la souffrance, ont gagné leur véritable tempérament d’artiste.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

  • Période de prises de vue : décembre 1954[2].
  • Intérieurs : Studios de Saint-Maurice (Val-de-Marne)[2].
  • Extérieurs tournés à Vienne (Autriche) : Musée Albertina (scène où Sophie et Élis rentrent à la maison), Heldenplatz (scène où Éric dépose Élis en voiture), Académie autrichienne des sciences (extérieurs du « Conservatoire de Vienne » dans le film)[2].
  • Brigitte Bardot[3] : « Je tournais Futures vedettes, et côtoyais Jean Marais toute la journée dans ce film au titre plein de promesses. J’avais le rôle d’une future cantatrice. J’ai fait de la danse pendant très longtemps, j’ai un peu appris la comédie, mais alors le chant, c’était zéro pour moi, surtout les roucoulades des sopranos.
    Il a fallu que j’apprenne à mettre la bouche en chemin d’œuf, à respirer et à prendre des airs de prima donna. Je chantais sur un playback les airs célèbres de La Tosca et de Madame Butterfly
    Une fois de plus, j’étais grotesque !
    Quand j’avais fini de chanter mes classiques, je jouais des scènes d’amour avec Jean Marais. Il fallait vraiment que je me donne un mal fou pour essayer d’y croire, car Jean ne me donnait pas l’impression d’avoir envie de recommencer ces scènes plusieurs fois de suite. Décidément, entre Jean-Claude Pascal[Note 1] et lui, ma vertu ne risquait rien ! »
  • Mylène Demongeot[4] : « Marc Allégret m’a engagée pour interpréter une apprentie chanteuse, au conservatoire, dans la classe de Jean Marais. Une autre de mes vedettes préférées. […] La vedette, c’est la Brigitte Bardot d’avant Et Dieu… créa la femme. […] Elle a un cou de cygne (encore plus long que le mien et ça me réconforte), un port de reine, les pieds en dehors — un corps divin, hyper mince avec de gros seins. Je la vois, je suis verte ! Tout ce que je ne serai jamais ! […] Sa voix est enfantine, lente, très spéciale, tous les mots bien détachés…
    Sur le plateau, elle est très sérieuse, très appliquée à bien faire. Elle joue le rôle d’une danseuse, elle. Et elle est très gentille avec moi.
    Le scénariste du film, c’est Roger Vadim — le mari de Bardot. Il a une réputation sulfureuse. C’est le grand Satan pour nous, les gamines. (Quand je dis nous ce n’est que moi et celle qui est devenue ma grande copine rencontrée sur le tournage, Danièle Heymann, la future journaliste. À cette époque, mon Dieu, nous sommes aussi godiches l’une que l’autre…). […] Par contre, j’ai le béguin pour un jeune danseur beau comme un dieu, Georges Reich. Un vrai dessin de Cocteau, blond avec de grands yeux verts effilés. Il ne fait absolument pas attention à moi. Normal. C’est l’ami de cœur de Jean Marais. Pas de chance ! »

Autour du film[modifier | modifier le code]

Dans cette plongée anecdotique dans les coulisses du Conservatoire de Vienne, le grand intérêt de ce film est de reconnaître quelques talents en herbe, de « futures vedettes » : Yves Robert le futur grand cinéaste, Brigitte Bardot (alors épouse de Vadim) pas encore blonde mais déjà très future BB, Mylène Demongeot (encore prénommée Marielle), un jeune premier, en timide violoniste, dénommé Guy Bedos le futur humoristique, la future Pascale Audret (encore nommée Auffray) et aussi Lila Kedrova, la future interprète de la Bouboulina dans le film Zorba le Grec avec Anthony Quinn.

L’Amérique n’a peut-être rien inventé, car vingt-cinq  années après le film de Marc Allegret, sortait sur les écrans, en 1980, Fame le grand  film musical américain d'Alan Parker décrivant l’immense ambition des élèves adolescents à l'école des arts du spectacle, souhaitant tous devenir célèbres. Ils veulent la gloire, elle va s’acquérir à la sueur de leur front.

Accueil[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Considéré comme « ringard »[Par qui ?], et comme le parfait exemple du film de l'époque morale et rigide de « la France de papa » d'avant Mai 1968, et dont le modèle était déjà rejeté dés le début des années 1960[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Son partenaire dans son film précédent, Le Fils de Caroline Chérie (sorti 2 mois plus tôt, le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. CNC. et Unifrance.org.
  2. a, b et c IMDb : Filming & Production.
  3. Extrait de ses mémoires, Initiales BB, éditions Grasset, Paris, 1996, (ISBN 2-246-52601-9).
  4. Extrait de son autobiographie, Tiroirs secrets, éditions Le Pré aux clercs, 2001, (ISBN 2-84228-131-4).

Liens externes[modifier | modifier le code]