Julietta (film, 1953)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Julietta.
Julietta
Réalisation Marc Allégret
Scénario Françoise Giroud
Acteurs principaux
Sociétés de production Indus-Films
Panthéon Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 99 minutes
Sortie 1953

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Julietta est un film français réalisé par Marc Allégret, sorti en 1953.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Jeune fille romanesque et rêveuse, Julietta se refuse à accepter le vieux monsieur mondain que sa mère lui a choisi pour mari, décidée à conduire sa vie comme elle l'entend. Par hasard sur son chemin, elle rencontre l’homme rêvé. Un vaudeville pétillant et léger comme une bulle de champagne! Une vraie comédie à l'américaine, avec quiproquo et happy end. Un film militant pour le féminisme avant l’heure!

Résumé[modifier | modifier le code]

De retour de vacances en compagnie de sa sœur Martine (Nicole Berger), Juliette Valendor (Dany Robin), jeune fille romanesque et rêveuse, accepte difficilement le fiancé quinquagénaire que lui a choisi son autoritaire de mère (Denise Grey) : le très mondain prince Hector d'Alpen (Bernard Lancret). L'occasion lui est donnée de rencontrer, dans le train du retour, l'homme de ses rêves en la personne de l'avocat André Landrecourt (Jean Marais). Mais André ne s'aperçoit pas tout de suite qu'il a en face de lui la femme de sa vie. À cause d'un étui à cigarettes oublié et d'un train raté, il héberge pour une nuit Julietta dans sa maison de Poitiers. Mais le lendemain celle-ci, audacieuse, refuse de partir. La fausse ingénue s’installe dans le grenier de la maison de l’avocat, s’immisce dans sa vie. L’arrivée imprévue de la fiancée attitrée d’André, la capricieuse Rosie Farabey (Jeanne Moreau), ex-maîtresse du prince d'Alpen, va provoquer nombre de situations cocasses, car André, se démenant sans relâche dans une infernale course-poursuite à travers la maison, doit à tout prix éviter que les deux femmes puissent se rencontrer. Rosie, outrée par l’étonnant et distant accueil d’André, décide de rompre leur relation et repart au bras du prince. Enfin conscient du charme de Julietta, André rejoint son amour au grenier. Les rêves et les chimères de Julietta se matérialisent enfin. Elle a trouvé son mari idéal, son bonheur, son prince charmant.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Jean Marais l'acteur principal refusa la première mouture du scénario. Ce fut Françoise Giroud qui modifia le scénario que Marc Allégret tourna. Adapté du roman éponyme de Madame Louise de Vilmorin, le film en respecte l'intrigue, tout en rajoutant le personnage de la sœur de Julietta, le premier rôle à l'écran de Nicole Berger, et, donnant plus d'importance au rôle du jardinier-intendant incarné par George Chamarat.

C’est une fois de plus un simple objet (ici un porte-cigarette) qui déclenche l’intrigue du roman et du film. Les objets ont beaucoup d'importance chez la romancière, comme des boucles d'oreilles dans Madame de... film réalisé par Max Ophuls et adapté par Marcel Achard.

Liens externes[modifier | modifier le code]