Fugu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Takifugu

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fugu (homonymie).

Le genre Takifugu comprend des poissons appelés fugu (河豚/鰒/鮐/魨/鯸/鯺?), connus pour provoquer de très graves intoxications à la tétrodotoxine. Il est aussi appelé « poisson-globe » et « poisson-ballon » en Méditerranée orientale.

Description[modifier | modifier le code]

Le fugu se gonfle d'eau lorsqu'il se sent menacé, ce qui explique son surnom de poisson-globe[1].

Toxicité[modifier | modifier le code]

Le foie, les ovaires, les intestins et la peau[2] des fugu contiennent un poison très toxique (actif à des concentrations de l'ordre du nanomolaire) : la tétrodotoxine, contre laquelle il n'existe pas d'antidote, la mort intervenant dans un délai de quatre à six heures[3]. Cette neurotoxine paralyse les muscles et entraîne la mort par arrêt respiratoire[1]. Cette paralysie résulte de l'inhibition des canaux sodiques voltage-dépendant provoquant ainsi des potentiels d'action caractérisés par un niveau de seuil plus élevé, une phase ascendante plus lente et une amplitude moindre.

Le fugu ne produit pas cette toxine en milieu d'élevage. En effet, des traces en ont été trouvées dans les algues rouges du genre Jania (en) (Rhodophyta).[pas clair]<--quelle est la relation entre ces deux affirmations ?--> On peut isoler de cette algue une bactérie qui, cultivée, produira ce poison. Celle-ci est vraisemblablement digérée avec l'algue par les animaux, qui accumulent par la suite la tétrodotoxine. Le fugu y est lui-même résistant[4].

Il a été documenté (à une seule reprise jusqu'à présent) que le dauphin utilise ce poison à petites quantités pour se droguer en agitant le fugu pour faire sortir un petit peu de poison dans l'eau[5].

Cuisine[modifier | modifier le code]

Au Japon, seuls les cuisiniers disposant d'une licence accordée par l'État sont autorisés à préparer ce plat considéré comme très raffiné[3]. Pour autant, pour une question de sécurité, l'empereur du Japon tout comme les samouraïs n'avaient pas le droit d'en manger, une loi les en empêchant (cette loi étant toujours d'actualité pour l'empereur)[6]. Pour en retirer la toxine, il leur faut enlever notamment la peau, le foie, les intestins et les gonades. Néanmoins en 2011, 17 personnes ont été empoisonnées par le fugu au Japon, et l'une d'entre elles en est morte[1]. En , les autorités ont ainsi retiré sa licence à un restaurant qui avait servi un foie de fugu à la demande du client[1]. Depuis , tous les restaurants peuvent proposer du fugu, à condition qu'il ait été préparé et nettoyé par un chef agréé[1].

Une personne non connaisseuse pourra le trouver un peu fade, mais la texture particulière, la rareté du mets et le folklore lié à sa préparation font de sa dégustation un événement singulier. Il se sert en sashimi (coupé en tranches très fines, translucides) et en nabe[3]. En 2012, un plat de fugu coûtait plus de 5 000 yens (environ cinquante euros) auprès de la chaîne Torafugu-tei, jusqu'à plusieurs dizaines de milliers de yens dans de grands restaurants[1].

Les Polynésiens préparent le fugu, dans l'archipel des Tuamotu, c'est une tradition qui se transmet de génération en génération. Il est également préparé à Taïwan, en particulier dans les îles Pescadores où il est pêché en grande quantité[7].

Présence naturelle[modifier | modifier le code]

Au Japon, 80 % des fugu pêchés, ou produits par la pisciculture, passent par Shimonoseki, où se concentrent les entreprises spécialisées dans sa préparation. Elles les débarrassent de leurs parties empoisonnées avant de les expédier dans le reste du pays[3],[8].

Depuis quelques décennies[Quand ?], le fugu colonise, avec d’autres espèces végétales et animales, la Méditerranée orientale[9].

En raison de la surexploitation, l'Union internationale pour la conservation de la nature estime que la population mondiale du Takifugu chinensis (es) a diminué de 99,99 % depuis les années 1970[10].

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Selon FishBase (5 févr. 2012)[11] :

Le fugu dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Le célèbre acteur japonais de théâtre kabuki, Bandō Mitsugorō VIII, mourut le des suites d'une intoxication à la tétrodotoxine après avoir voulu impérativement goûter au foie de fugu et surtout, consommer la part de ses invitées afin de les impressionner.

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Dans le livre Maléfices de Maxime Chattam, le détective Brolin subit une injection durant son sommeil qui le conduira jusqu'à une mort déclarée, basée sur de la tétrodotoxine.
  • Dans le livre The Havana Room de Colin Harrison, des sushi de fugu font l'objet d'enchères délirantes, car le poison contenu dans le fugu est, à toute petite dose, une drogue sans équivalent.
  • Dans le roman de la série James Bond et son adaptation cinématographique, Bons baisers de Russie, l'ennemie de Bond Rosa Klebb tente de l'achever avec une lame imprégnée de ce venin. Dans le roman, Bond échappe de peu à la mort par René Mathis, alors qu'il n'est pas touché dans le film, Klebb se faisant tuer avant par Tatiana Romanova.

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • Dans le film Living Death, le personnage principal est empoisonné par la tétrodotoxine.
  • Dans le film John Carter, le héros John explique à son neveu qu'il a utilisé la tétrodotoxine du poisson-globe afin de simuler la mort.
  • Dans le film Charlie et ses drôles de dames, vers la 19e minute, le patron des filles invité à une soirée mange du fugu dans le cadre d'une enquête, même si l'une des filles lui précise qu'un sur soixante est mortel.
  • Dans le film Sushi Girl, des anciens braqueurs de diamants se retrouvent pour découvrir qui a gardé le butin autour d'une sushi girl et de fugu.
  • Dans le film Que justice soit faite, le personnage principal enlève le tueur de sa femme et sa fille avec la tétrodotoxine. en l'injectant depuis une arme à feu modifiée.

Séries TV[modifier | modifier le code]

  • Le fugu apparaît dans la série Les Experts :
  • Homer Simpson a failli être empoisonné avec un fugu (appelé « poisson lune » à tort) dans l'épisode Un poisson nommé Fugu.
  • Dans l'épisode Crash test de la saison 2 de Nip/Tuck, Sean McNamara commande un plat cuisiné à base de fugu pour prouver à sa famille qu'il est un vrai dur sachant qu'il peut mourir empoisonné.
  • Andrea dans Alerte Cobra a été empoisonnée au Fugu et prise en otage le jour de son mariage.
  • Dans l'épisode 5 de la saison 1 du remake de la série V, Anna propose du fugu (alors aussi appelé « poisson lune » à tort) au journaliste Chad pour le convaincre de suivre un traitement dans un de ses centres de soins.
  • Dans l'épisode de Columbo Meurtre à la carte (Murder under glass) (saison 7, épisode 2, diffusé pour la première fois en 1978), le coupable (le critique gastronomique Paul Gérard, interprété par Louis Jourdan) se sert de la toxine du fugu pour assassiner un patron de restaurant qui menaçait de révéler ses agissements louches. La toxine a été introduite dans une bouteille de vin (d'où le titre de l'épisode dans la version originale).
  • Dans les épisodes 226 et 227 de la saison 6 de Détective Conan, Le piège du jeu de combat, la victime meurt des suites d'un empoisonnement à la tétrodotoxine du fugu.
  • Dans l'épisode 16 de l'animé Dragon Ball, les héros sont intoxiqués par une soupe au miso préparée avec du fugu.
  • Dans l'épisode numéro 8 de la saison 2 d’Hawaï 5-0, il y a une femme assassinée par la tétrodotoxine.
  • Dans un épisode de la série animée Shin chan où la famille va manger du fugu au restaurant, le père pense être empoisonné.
  • Dans l'épisode 536 de l'animé One Piece, le héros monte une sorte de requin volant, un fugu.
  • Dans l'épisode 6 de la saison 2 de Grimm, Over My Dead Body, Monroe doit boire une potion basée sur de la tétrodotoxine pour ralentir ses fonctions vitales et simuler sa mort.
  • Dans l'épisode 2 de Charlie la licorne, une des deux licornes crie à Charlie : « Il y a un banc de poissons fugu Charlie ! Poissons fuguuuuuu ».
  • Dans l'épisode 8 de la saison 1 du Caméléon Jarod se sert du fugu pour résoudre son enquête.
  • Dans l'épisode 7 de Hetalia - The Beautiful World, Amérique exprime sa joie d'être encore en vie après avoir goûté du fugu pour la première fois, ce qui laisse Japon perplexe.
  • Dans l'épisode 16 de Mawaru-Penguindrum, un grand-père meurt du poison d'un fugu non coupé par un chef agrée.
  • Dans la saison 2, épisode 7 de Chefs, une partie de l'intrigue tourne autour de la découpe d'un fugu et de l'apprentissage pour y arriver.
  • Dans la saison 2, épisode 7 de Breaking Bad, alors que l'épisode s'appelle Poisson Lune (différent du poisson-ballon) Walter White décrit précisément les caractéristiques du fugu qui symbolisent Jesse Pinkman.
  • Dans la saison 2, épisode 6 de Bron.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Dans le jeu vidéo Hitman 2: Silent Assassin, le tueur doit assassiner un Japonais en l'empoisonnant à l'aide de fugu.
  • Dans le jeu Deepolis, fugu est le nom d'un boss de niveau 50, il s'agit d'un poisson massif de couleur rouge.
  • Dans le jeu vidéo Hitman: Absolution, 47 peut tuer le « roi de Chinatown » en mettant du poison de fugu dans de la nourriture, dans le café ou dans la drogue de sa victime.
  • Dans le jeu vidéo Hitman, 47 peut tuer Yuki Yamazaki, employée de Providence, en empoisonnant les sushis avec du poison de fugu, au bar à sushis.
  • Dans l'extension Vie Citadine pour Les Sims 4, un plat appelé nigiri au fugu peut causer la mort de celui qui le consomme s'il est mal préparé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Shingo Ito (AFP du 15 juin 2012 h 16), « Le poisson globe ou fugu, un plaisir mortel pour les gourmets japonais », sur http://www.romandie.com, Nyon, Virtual Network SA (consulté le 28 novembre 2016).
  2. Donald Voet, Judith G. Voet, Biochimie, De Boeck Supérieur, , p. 754.
  3. a, b, c et d Philippe Pons, « Le fugu, un mets à haut risque », Le Monde, le 2 décembre 2011.
  4. (en) Usio Simidu et al., « Marine Bacteria Which Produce Tetrodotoxin », AEM, vol. 53, no 7,‎ , p. 1714–1715 (PMID 3310884, PMCID 203940, lire en ligne).
  5. Émeline Ferard, « Dauphins filmés se « droguant » au poisson globe », sur http://www.maxisciences.com/, .
  6. Oger 2013.
  7. « Fugu, poisson mortel », Présentation du fugu et de sa préparation à Taïwan, sur l'archipel de Penghu.
  8. Hikari Sumiki, « Le fugu, un poisson mortel que les Japonais apprécient », sur Nippon.com, (consulté le 27 février 2018), p. 2.
  9. Véronique Nizon, Georges Pinol, René Heuzel, Jérémy Simonnot et Erwan Brouillard, Méditerranée : une mer tropicale ?, reportage, France 3-Thalassa, diffusé le 21 décembre 2007.
  10. « L’appétit mondial pour les ressources pousse de nouvelles espèces vers l’extinction – La Liste rouge de l’UICN », sur iucn.org.
  11. FishBase, consulté le 5 févr. 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :