Franck Louvrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Franck Louvrier
Fonctions
Maire de La Baule-Escoublac
En fonction depuis le
(9 mois et 15 jours)
Élection
Prédécesseur Yves Métaireau
Secrétaire du conseil regional Pays de la Loire
chargé du Tourisme de la commission « Entreprise, développement international, tourisme, innovation, enseignement supérieur et recherche »
En fonction depuis le
(5 ans, 4 mois et 2 jours)
Président Bruno Retailleau
Christelle Morançais
Conseiller régional des Pays de la Loire
En fonction depuis le
(11 ans et 30 jours)
Élection 21 mars 2010
Réélection 13 décembre 2015
Président Jacques Auxiette
Bruno Retailleau
Groupe politique Les Républicains et apparentés
Biographie
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance Nantes
Nationalité Française
Parti politique RPR
UMP
Les Républicains
Diplômé de Université de Nantes
ESG Management School
Profession Spin doctor

Franck Louvrier, né le à Nantes, est un communicant et homme politique français.

Ancien conseiller en communication du ministre puis du président de la République française Nicolas Sarkozy, il a également été président de Publicis Events, vice-président de Publicis Consultants, directeur de la communication et des relations institutionnelles à la Maison de la Métropole Nice Côte d'Azur, basée à Paris. Membre de LR, il est maire de La Baule-Escoublac et vice-président à la région des Pays de la Loire chargé du tourisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé en droit et sciences politiques à l’université de Nantes et de la Paris School of Business[1], il est devenu conseiller en communication de Nicolas Sarkozy en 1997 et fut chargé de la communication de la présidence de la République de 2007 à 2012.

Il a d'abord débuté comme assistant parlementaire d'Élisabeth Hubert, député de la Loire-Atlantique, puis dans son cabinet au ministère de la Santé et de l’Assurance maladie où il est chargé des relations avec la presse. Fin 1995, il obtient les mêmes fonctions auprès de Dominique Perben, ministre de la Fonction publique, de la Réforme de l’État et de la Décentralisation.

Au sein du RPR, il est chef du service de presse sous la présidence d'Alain Juppé. À l’automne 1999, il devient chef de cabinet de Nicolas Sarkozy à la mairie de Neuilly-sur-Seine.

Il est nommé conseiller pour la presse et la communication du cabinet de Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur, le . Il occupait les mêmes fonctions lors du passage de Nicolas Sarkozy au ministère de l’Intérieur en 2002, puis au ministère de l'Économie en 2004. En décembre 2004, lorsque Nicolas Sarkozy quitte le gouvernement pour prendre la présidence de l'UMP, Franck Louvrier le suit en devenant directeur de la communication au sein du même parti. Franck Louvrier est le plus proche collaborateur de Nicolas Sarkozy sur les questions de communication et de relation avec les médias. Il suit ce dernier lorsqu'il redevient ministre de l'Intérieur, en intégrant le le cabinet en tant que conseiller pour la presse et la communication[2].

En 2005, Franck Louvrier est à l’origine d’une vaste opération de communication sur Internet pour le compte de l'UMP en envoyant des courriels à près de deux millions d’internautes après avoir loué des fichiers d'adresses électroniques. « Il fallait réveiller la belle endormie et, pour ce faire, passer aux tracts du XXIe siècle », explique Franck Louvrier au magazine Stratégies.

Selon Le Monde, au second semestre 2005, 300 000 euros, soit l'équivalent de 40 % du budget communication, ont été consacrés au nouveau média. Et en 2006, l'effort devait représenter plus de 50 % du budget communication[3].

Il a également fréquemment recours aux sondages qualitatifs, via des panels, permettant d'ajuster le discours de Nicolas Sarkozy.

En mars 2010, il est élu conseiller régional UMP des Pays de la Loire aux élections régionales. Le , il est nommé président de Publicis Events[4]. Le , il est aussi nommé vice-président de Publicis Consultants, responsable du pôle Influence, fonction qu'il cumule avec la présidence de Publicis Events.

En , il se déclare favorable au projet de mariage homosexuel tout en proposant un référendum sur cette question[5].

En , il est élu conseiller municipal de La Baule-Escoublac[6].

Le , il est placé en garde à vue à l'Office anticorruption de la police judiciaire dans le cadre de l'affaire de fausses factures Bygmalion durant la campagne présidentielle de 2012. Il est relâché après son audition sans charge ni poursuites[7].

Depuis l'élection de Bruno Retailleau à la présidence de la région Pays-de-la-Loire, il est vice-président du comité tourisme[8] ainsi que président du syndicat mixte des transports Lila Presqu'île et vice-président du parc naturel régional de Brière.

Candidat lors des élections législatives de 2017 dans la 7e circonscription de la Loire-Atlantique, il est battu au second tour par la candidate de La République en marche, Sandrine Josso, avec 38,89 % des suffrages[9]. Il affirme pendant la campagne qu'il est en mesure de mieux travailler avec Emmanuel Macron que sa concurrente[10].

Le , il est élu président de la fédération de la Loire-Atlantique du parti Les Républicains[11].

Il démissionne de Publicis afin de pouvoir être plus souvent à La Baule, en vue des élections municipales de 2020, lors desquelles il est tête de liste LR. Il annonce qu'en cas d’élection, il quittera son actuelle profession de directeur de la communication de la métropole Nice Côte d'Azur[12].

Le , il est élu maire de La Baule-Escoublac avec 25 voix sur 33. Un recours administratif a été déposé par son opposant à la mairie, le candidat LREM Jean-Yves Gontier concernant une possible fraude aux procurations lors du second tour des élections. Ce dernier estime être en mesure de faire annuler les élections au vu des éléments à sa disposition[13]. Cependant, le 28 janvier 2021, les résultats du second tour sont validés par le président de la 6ème chambre du tribunal administratif de Nantes et l'élection de la liste menée par Franck Louvrier est validée[14].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Année Parti Circonscription 1er tour 2d tour
Voix % Rang Voix % Issue
2017 LR 7e de la Loire-Atlantique 11 852 20,67 2e 16 787 38,89 Battu

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Année Parti Commune Position 1er tour 2d tour Sièges (CM)
Voix % Rang Voix % Issue
2020[15] LR La Baule-Escoublac Tête de liste 2589 37,72 1er 3697 48,06 Élu
25 / 33


Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • La Baule intime, C & F éditions, 2019.

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Valentin Pasquier, « Municipales 2020 : qui est Franck Louvrier, le nouveau maire de La Baule ? », sur France 3, (consulté le 12 juillet 2020).
  2. « Arrêté du 9 juin 2005 portant nomination au cabinet du ministre d'État », sur Légifrance (consulté le 12 juin 2020).
  3. Constance Baudry, « Présidentielle : un premier tour virtuel pour le PS et l'UMP », sur Le Monde, (consulté le 12 juillet 2020).
  4. « Franck Louvrier rejoint Publicis », sur Le Figaro, (consulté le 12 juillet 2020).
  5. « Franck Louvrier pour le mariage gay », sur Le Figaro, (consulté le 12 juillet 2020).
  6. « Dans un contexte politique tendu, Franck Louvrier a été élu maire de La Baule », sur Ouest-France, (consulté le 12 juillet 2020).
  7. « Bygmalion : Louvrier, ex-conseiller de Sarkozy, en garde à vue puis relâché », sur Le Point, (consulté le 12 juillet 2020).
  8. Marion Mourgue, « Le rendez-vous de la Baule », Le Figaro Magazine,‎ semaine du 27 mai 2016.
  9. « Loire-Atlantique (44) - 7ème circonscription - Résultats de la circonscription au second tour », ministère de l'Intérieur (consulté le 19 juin 2017).
  10. « Franck Louvrier estime qu’il saura mieux travailler avec Emmanuel Macron que la candidate d’En Marche ! - Kernews - La Baule+ », sur www.kernews.com (consulté le 29 juin 2017).
  11. « Franck Louvrier élu président des Républicains de Loire-Atlantique », sur Presse-Océan, (consulté le 12 juillet 2020).
  12. Carl Meeus, « Franck Louvrier, de l'ombre à la lumière », Le Figaro Magazine,‎ semaine du 6 mars 2020, p. 44-46 (lire en ligne).
  13. « Municipales à La Baule : Jean-Yves Gontier veut faire annuler l'élection de Franck Louvrier », sur actu.fr (consulté le 31 juillet 2020)
  14. Ville de La Baule, « Elections municipales à La Baule-Escoublac : un recours pour rien », sur Ville de La Baule-Escoublac : Site Internet (consulté le 19 février 2021)
  15. Ministère de l'Intérieur, « Élections municipales et communautaires 2020 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le 11 septembre 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Présidentielle : un premier tour virtuel pour le PS et l'UMP », de Constance Baudry paru dans Le Monde daté du 10 mars 2006.
  • « Les protecteurs de Bercy », d’Emmanuelle Walter paru dans le Nouvel Obs - Paris Île-de-France du 10 juin 2004.
  • « Sarkozy : les secrets d’un virage à droite », de Nathalie Schuck (avec Frédéric Gerschel), Le Parisien du 11.02.2012