François de Scépeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François de Scépeaux
Seigneur de Vieilleville
François de Scépeaux peint par François Clouet en 1566, musée des beaux-arts de Besançon.
François de Scépeaux peint par François Clouet en 1566, musée des beaux-arts de Besançon.

Surnom maréchal de la Vielleville
Naissance 1509
Décès (à 62 ans)
au Château de Durtal (Anjou)
Origine Royaume de France Royaume de France
Grade maréchal de France (1562)
Années de service 1525-1564
Commandement Gouverneur des trois évêchés (1553)
Conflits Guerres d'Italie
Guerres de religion
Faits d'armes Bataille de Pavie
Bataille de Melphe
Combat naval de Naples (1528)
Siège de Perpignan (1541)
Sièges de Saint-Dizier, de Landrecies, de Hesdin et de Thérouanne
Bataille de Cérisoles (1544)
Siège de Boulogne (1549)
Prise du Havre (1563).
Distinctions Page d'honneur, chevalier (1541), comte de Durtal (1564).
Autres fonctions Ambassadeur
Conseiller du roi
Famille Famille de Scépeaux
Blason famille fr Scépeaux.svg
vairé d'argent et de gueules

François de Scépeaux de Vieille-Ville (1509-1571) seigneur de Vieilleville (étymologie : "Ville des Levieux" ou "Levieil"), 1er comte de Durtal, est un gouverneur, diplomate, ambassadeur, conseiller du roi et maréchal de France du roi François Ier, et un des acteurs importants des guerres entre François Ier et Charles Quint et des guerres de religion entre huguenots et catholiques.

Origine[modifier | modifier le code]

Né en 1509, fils du seigneur René de Vieilleville et de Marguerite de Durtal[1], aîné d'une sœur Françoise. Il est le petit-fils de son homonyme, François de Scépeaux, chambellan du roi Charles VIII[2]. Il fut, par suite de l'amitié qui s'établit entre lui et Jean du Matz, abbé de Saint-Thierry-lès-Reims, son frère utérin, seigneur de la Vezouzière et de Bouère.

Il est élevé comme page d’honneur, puis comme panetier de Louise de Savoie, mère du roi François Ier.

Légende historique[modifier | modifier le code]

Il est connu dans l'histoire sous le nom du maréchal de Vielleville et dans les romans par une foule d'exploits incroyables. L'abbé Garnier avait déjà reconnu le côté fabuleux des Mémoires d'un écrivain faussaire qui se donnait pour Vincent Carloix, secrétaire du maréchal[3], mais il restait à disséquer le roman pour lui enlever tout crédit et écrire une vraie vie du maréchal. Cette œuvre a été faite par l'abbé Marchand[4], et malgré les soupçons antérieurs, il y avait pour l'abbé Angot du mérite à le faire avec une telle précision, alors que l'ouvrage jouissait encore d'un crédit presque absolu auprès des auteurs régionaux.

François de Scépeaux n'est plus ce personnage invraisemblable qui sort de pages pour accomplir du premier coup, sur terre, sur mer, des exploits fabuleux ; il n'est plus le conseiller outrecuidant, qui reprend les plus illustres capitaines, réforme les décisions souveraines, prévoit tous les désastres, prépare tous les succès. Mais il reste le brave qu'a loué et connu Brantôme, le politique aussi avisé dans les affaires de l'État que pour ses intérêts personnels.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Il épouse en 1532 Renée Le Roux de la Roche des Aubiers (fille du seigneur Jean Le Roux de Chemans) dont il a deux filles :

  • Marguerite, comtesse de Durtal et baronne de Matheselon (-1603), épouse du marquis Jean II d'Espinay.
  • Jeanne, épouse du seigneur Olric de Deuilly

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Il fait ses premières armes à la bataille de Pavie le 24 février 1525 puis à la bataille de Melphe en 1528, et se distingue dans un combat naval livré aux abords de Naples. En 1536, il s'attache à la maison du duc d'Orléans, qui sera Henri II. On l'envoie en Italie surveiller l'état des affaires du maréchal de Montjean, 1538.

Il sert au siège de Perpignan, où il est adoubé chevalier en 1541. Il prend part aux sièges de Saint-Dizier, de Landrecies, de Hesdin et de Thérouanne.

Ils firent avec sa femme quelques constructions au château de Saint-Michel-du-Bois[5].

Il se signale à la bataille de Cérisoles le 14 avril 1544. On l'envoie en Angleterre pour prévenir une rupture qui éclata à son retour (23 mai - 1er juin 1545). Il participe au siège de Boulogne en 1549. Du 31 mai au 2 juin 1551, il reçut Henri II à son château de Durtal (Anjou).

Conseiller du roi[modifier | modifier le code]

Appelé au conseil du roi d'Henri II en 1552, il suggère de mettre un terme aux invasions des armées de Charles Quint en s'emparant des trois évêchés de Metz, Toul et Verdun. « L'empereur vous fait la guerre en sous-main, dit-il au roi, il faudrait la lui déclarer ouvertement. Ainsi emparez-vous desdites cités, puisqu'il vous en offre l'occasion. »

Gouverneur et Maréchal de France[modifier | modifier le code]

Nommé gouverneur des Trois-Évêchés en 1553, il y introduisit Ambroise Paré, il s’empare encore de Pont-à-Mousson et de Thionville en 1558. Il est un des négociateurs du traité du Cateau-Cambrésis en 1559.

Il alla en Allemagne à l'avènement de Charles IX, y traita la question du concile projeté et celle du futur mariage du roi ; fit une nouvelle et infructueuse démarche auprès d'Élisabeth Ire d'Angleterre pour empêcher son intervention en faveur des protestants. Le roi lui donna le bâton de Maréchal de France en 1562. Le 27 décembre 1562, il remplaça Jacques d'Albon de Saint-André, assassiné.

Désormais, sa vie se dépensa en courses contre les rebelles, en Normandie, à Lyon et en Provence, en Suisse où il alla renouveler une alliance compromise par les embarras financiers, dans la Touraine, le Maine, l'Anjou et le Poitou.

En 1564, le roi créa le comté de Durtal en octobre dont il est le 1er comte et le nomme gouverneur de Lyon, où il rétablit la situation en faveur du roi : il désarme les huguenots, met un terme aux affrontements, rouvre les églises et permet la construction de trois temples. Il est cependant remplacé par Jean de Losses[6].

Durant les guerres de religion, il combat les Huguenots, avec humanité et modération. Sous les ordres du connétable de Montmorency, il participe à la reprise du Havre aux Anglais en juillet 1563, avec trois autres maréchaux (Brissac, Montmorency et Bourdillon).

Ambassadeur de France[modifier | modifier le code]

Il jouit de la pleine confiance du roi qui le charge d’ambassades en Allemagne, en Angleterre et en Suisse.

Il est chargé à plusieurs reprises de missions intérieures par le roi, en particulier lors de l'application des édits de pacification entre protestants et catholiques, tâche dans laquelle il se distingue par sa modération et son zèle pacificateur[7].

Disparition[modifier | modifier le code]

Trois fois encore, le 9 novembre 1565, en avril 1570, en novembre 1571, il reçut le roi en son château de Durtal. Gouverneur de Bretagne, il meurt pendant cette troisième visite royale le 30 novembre 1571 en son château de Durtal, empoisonné par « quelques méchants jaloux du bon visage et de l’amitié que lui portait le roi ».

Dédicaces[modifier | modifier le code]

Il est dédicataire du Cinquieme livre de Pseaumes de David mis en musique à quatre parties en forme de motets de Claude Goudimel (Paris : Adrian Le Roy et Robert Ballard, 1562, rééd. 1566). Lesure 1955 n° 78.

De même, des Pseaumes de David, mis en rime françoise par Clément Marot & Théodore de Bèze, nouvellement mis en musique à quatre parties par Claude Goudimel... (Paris : Adrian Le Roy et Robert Ballard, 1562). Lesure 1955 n° 77.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ou encore Marguerite de la Jaille.
  2. Son neveu est Jean de Thévalle.
  3. Collection complete des mémoires relatifs à l'histoire de France depuis le règne de Philippe Auguste sur Google Livres, p. 43
  4. Persée.fr [1]
  5. Comme le rappelle une inscription sur ardoise indiquée par Célestin Port : ...[1]542 je fuz commencé par [François] Descepeaulx et Renée Lero[ux] son espouze.
  6. Miquel 1980 p. 253.
  7. Foa 2005.

Références[modifier | modifier le code]

  • « François de Scépeaux », dans Alphonse-Victor Angot et Ferdinand Gaugain, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Laval, Goupil, 1900-1910 [détail des éditions] (lire en ligne), t. III, p. 699-700 ; t. IV, p. 868.
  • Brantôme, Vie des hommes illustres et grands capitaines français de son temps, Leyde, Sambix le Jeune, 1665, 2 vol. in-16°.
  • Mémoires de la vie de François de Scépeaux, sire de Vieilleville et Comte de Duretal, Maréchal de France; Contenants plusieurs Anecdotes des Regnes de François I, Henri II, François II, et Charles IX, composés par Vincent Carlois, son secrétaire. Paris : H.L. Guerin, L.F. Delatour, 1757. 5 tomes in-8°. [Ces Mémoires contiennent beaucoup d'affabulations et sont considérés comme peu fiables. Leur attribution à Carlois est mise en doute et leur rédaction date du XVIIIe siècle].
  • Mme C. Coignet, Un gentilhomme des temps passés François de Scépeaux, sire de Vieilleville, 1509-1571, portraits et récits du seizième siècle, règne de Henri II. Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1886, in-8°. [Ouvrage surtout riche d'anecdotes et de scènes imagées].
  • Jérémie Foa, « La pacification de la paix ? la mission du maréchal de Vieilleville à Clermont en Auvergne (1570) », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français 151/2 (2005), p. 231-264.
  • François Lesure et Geneviève Thibault, Bibliographie des éditions d'Adrian Le Roy et Robert Ballard (1551-1598). Paris : 1955. Supplément in Revue de Musicologie 40 (1957) p. 166-172.
  • Abbé Ch. Marchand, Le Maréchal François de Scépeaux de Vieilleville et ses Mémoires. Paris, Alph. Picard et Fils, 1893, in-8°. [Cet ouvrage cite nombre de sources historiques et discrédite les Mémoires de Carlois comme l'ouvrage de Mme Coignet. Voir le compte rendu qui en est fait dans la Revue historique 48/1 (1892), p. 215-216 (sur JSTOR)].
  • Pierre Miquel, Les Guerres de Religion, Paris, Club France Loisirs, 1980 (ISBN 2-7242-0785-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]