François Hartog

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François Hartog
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Distinctions

François Hartog est un historien français, né en 1946.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien élève du lycée Pasteur (Neuilly-sur-Seine) puis de l'École normale supérieure, il occupe la chaire d'historiographie antique et moderne à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et est membre du Centre Louis Gernet de recherches comparées sur les sociétés anciennes et membre associé du Centre de recherche historique (CRH). En 1997, il est l'un des 60 membres fondateurs de L'Association des Historiens.

Élève de Jean-Pierre Vernant et lecteur assidu de Reinhart Koselleck, son œuvre mêle étroitement histoire intellectuelle de la Grèce antique (sa thèse portait sur l'écriture de l'autre chez Hérodote), historiographie (livres sur Fustel de Coulanges, l'écriture de l'histoire en Grèce ancienne) et étude des formes historiques de temporalisation (ses travaux les plus récents).

Il a largement contribué à la formation et à la diffusion du concept de « régime d'historicité » (cf. son livre éponyme) qu'il définit comme « les modes d’articulation des trois catégories du passé, du présent et du futur, en parlant en termes de catégories, pas du contenu que l’on donne à chacune des catégories, mais des catégories elles-mêmes, et de la façon dont leurs articulations ont varié selon les lieux et selon les époques ». Selon Hartog, ce régime d'historicité (rapport qu'une société a au passé, au présent et à l'avenir) est marqué actuellement par le présentisme qui privilégie la mémoire (traces laissées dans le présent par des passés successifs) à l'histoire (reconstruction et mise à distance de ces passés)[1].

Publications[modifier | modifier le code]

Il est notamment l'auteur de :

  • Le Miroir d'Hérodote. Essai sur la représentation de l'autre, Paris, Gallimard, 1980, 2001 (édition revue et augmentée).
  • Le XIXe siècle et l'histoire. Le cas Fustel de Coulanges, Paris, PUF, 1988.
  • Mémoire d'Ulysse : récits sur la frontière en Grèce ancienne, Paris, Gallimard, 1996.
  • Pierre Vidal-Naquet un historien dans la cité, avec Alain Schnapp et Pauline Schmitt-Pantel, Paris, La Decouverte, 1998. (ISBN 2707129097)
  • Des sciences et des techniques, codirigé avec Roger Guesnerie, Paris, EHESS, coll. "Cahiers des Annales", vol.45, 1998. (ISBN 2-7132-1255-3)
  • Les Usages politiques du passé, avec Jacques Revel, Paris, EHESS, 2001, (ISBN 271321405X).
  • Régimes d'historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2003. (ISBN 2-02-059328-9).
  • Anciens, modernes, sauvages, Paris, Galaade, 2005.
  • Évidence de l'histoire. Ce que voient les historiens, Paris, EHESS, 2005.
  • Vidal-Naquet, historien en personne, Paris, La Découverte, 2007.
  • Croire en l'histoire, Paris, Flammarion, 2013.
  • Partir pour la Grèce, Flammarion, 2015.
  • La nation, la religion, l'avenir : Sur les traces d'Ernest Renan, Gallimard, , 160 p. (ISBN 978-2072699573)

Il a dirigé l'édition critique de :

  • Plutarque, Vies parallèles, Gallimard, collection Quarto, 2001, 2292 pages.
  • Polybe, Histoire, Gallimard, collection Quarto, 2003, 1504 pages.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claire Richard, Politiques de la littérature, politiques du lien, Archives contemporaines, , p. 67

Liens externes[modifier | modifier le code]