Université de Metz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université Paul-Verlaine
Université de Metz
Nom original Université de Metz
Informations
Fondation 1970
Dissolution 2012
Type Université publique (EPSCP)
Régime linguistique Français et Allemand
Budget 107 millions d’euros (en 2009)
Localisation
Coordonnées 49° 07′ 12″ nord, 6° 09′ 58″ est
Ville Metz
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Région Lorraine
Direction
Président Luc Johann
Chiffres clés
Personnel 1 346
Enseignants 771
Étudiants 21 038 (année 2016-2017)
Divers
Site web http://www.univ-metz.fr/

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Université Paul-Verlaine

Géolocalisation sur la carte : Metz

(Voir situation sur carte : Metz)
Université Paul-Verlaine

L’université de Metz est une ancienne université nationale française, créée en 1971 et située à Metz. Depuis 2005, elle portait le nom de Paul Verlaine, poète né à Metz en 1844 où il vécut plusieurs années. Elle accueille pour l'année 2016-2017 environ 21 038 étudiants et 1 300 stagiaires en formation continue[1].

Au , les universités de Metz, Nancy-I et II et l’Institut national polytechnique de Lorraine fusionnent pour créer l’université de Lorraine[2], mettant de facto fin à chacun de ces quatre établissements.

Historique[modifier | modifier le code]

Les prémices de l’université[modifier | modifier le code]

Plusieurs établissements de type universitaire, dits de « haut enseignement » ont existé au XIXe siècle à Metz. Une première faculté des sciences eut une courte existence entre 1811 et 1816. Sous le régime concordataire français, une école centrale rabbinique (1829–1859) fut créée, étant pour le judaïsme l’équivalent des facultés de théologie catholique et protestante. De 1816 à 1850, la ville est dotée de l’un des trois hôpitaux militaires d’instruction en plus de l’école d’application de l’artillerie et du génie (de 1794 jusqu’à 1870) et de l'école de pyrotechnique, qui constituent des sortes de facultés militaires dévolues à la médecine, à la pharmacie et aux sciences appliquées[3]. Réclamée dès 1838[4], la faculté des sciences ne voit pas le jour.

Cependant, l’annexion de la Moselle par l’Empire allemand, entre 1871 et 1918, met un terme durable à l’existence et à l’essor des prémices universitaires messins.

Reconstruction de l'université[modifier | modifier le code]

En 1959, un collège scientifique universitaire voit le jour, puis en 1961, un centre de propédeutique transformé en 1964 en collège universitaire de lettres[5], et en 1965 un centre de capacité en droit. Ces collèges universitaires dépendent alors de l’université de Strasbourg, la Moselle étant demeurée rattachée au rectorat alsacien.

Le , l'université est créée, sous la forme d’un établissement public à caractère scientifique et technique, à partir de leur regroupement. Enfin, elle reçoit le statut d'établissement public à caractère scientifique et culturel par le décret du [6], ce grâce à la forte mobilisation des élus et des universitaires locaux.

Présidents de l'université[modifier | modifier le code]

Période Nom
1971 - 1976 Jean-Pierre Lonchamp
1976 - 1979 Pierre Ferrari
1979 - 1988 Jean David
1988 - 1993 Dominique Durand
1993 - 1998 Gérard Nauroy
1998 - 2002 Marie-Jeanne Philippe
2003 - 2008 Richard Lioger
2008 - 2011 Luc Johann

Les développements récents de l’université[modifier | modifier le code]

L’université Paul-Verlaine - Metz, pluridisciplinaire (sciences « exactes » et naturelles, arts, lettres, langues, sciences humaines, droit, économie, gestion, technologie), regroupait six unités de formation et de recherche (UFR), trois instituts universitaires de technologie (IUT) à Metz et à Thionville - Yutz.

Elle comptait également l’Institut supérieur franco-allemand de techniques, d’économie et de sciences (ISFATES) accueillant un grand nombre d’étudiants désireux de suivre un enseignement bi-culturel et ouvert à l’international, ainsi que huit instituts universitaires professionnalisés (IUP).

D’autre part, l’UPV-M s’est engagée dans des actions de valorisation de la recherche des laboratoires de Metz, notamment sous forme de transfert de résultats vers des tiers-exploitants, de développement de l’entreprise et de soutien à l’innovation pour rapprocher enseignement de qualité et monde du travail.

Elle accueillait aussi les boursiers de l'École nationale supérieure d'ingénieurs de l'université de Lomé par le lien d'un partenariat.

Composantes[modifier | modifier le code]

Unités de formation et de recherche[modifier | modifier le code]

L’UPV-M est composée de six unités de formation et de recherche (UFR) :

  • sciences humaines, Arts et culture (UFR SHA) : Metz, campus du Saulcy ;
  • lettres et langues (UFR LL) : Metz, campus du Saulcy ;
  • droit, économie et administration (UFR Droit) : Metz, campus du Saulcy ;
  • études supérieures de management (UFR ESM-IAE) : Metz, campus du Technopôle ;
  • sciences fondamentales et appliquées (UFR SciFA) : Metz, campus Bridoux et Technopôle ;
  • mathématique, informatique, mécanique et automatique (UFR MIMA) : Metz, campus du Saulcy ;

Instituts[modifier | modifier le code]

L'université compte trois instituts universitaires de technologie (IUT) :

ainsi que de :

Écoles doctorales[modifier | modifier le code]

  • École doctorale EMMA ED 409 Nancy-Metz

Service commun de documentation[modifier | modifier le code]

Une bibliothèque construite en 1970-1971, constitue le noyau de l’actuelle BU du Saulcy. Elle regroupait à l’origine la documentation en sciences et en droit (au début des années 1970 il y avait environ 2 500 étudiants). Plusieurs agrandissements sont opérés au cours des années 1970 tandis que la situation administrative est modifiée en profondeur par le décret 70-1267 du relatif aux bibliothèques universitaires (création de 24 nouvelles bibliothèques sur tout le territoire national, détachées de leurs BU d’origine).

Aujourd’hui, six bibliothèques dont trois à Metz, une à Thionville-Yutz, une à Sarreguemines et une à Saint-Avold, sont rattachées à l’université de Metz. Elles représentent un total de 280 000 livres, 880 titres de revues papier et 26 650 revues en ligne, pour un budget annuel[Quand ?] de 755 000 euros.

Enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

L'université Paul Verlaine - Metz offre un ensemble de formations :

  • DUT,
  • licences,
  • masters et
  • doctorats.

Relations internationales[modifier | modifier le code]

L’université de Metz a choisi, depuis la réforme LMD (licence, master, doctorat), d’orienter sa formation vers un accroissement régulier du développement bi-culturel que permet la région lorraine[réf. nécessaire]. En résulte une adaptation des universitaires messins à la fois en France, en Allemagne et sur la place luxembourgeoise.

L’université Paul-Verlaine de Metz est par ailleurs partenaire de 138 établissements d’enseignement supérieur dans 21 pays européens dont l’université du Luxembourg, l’université de Vienne ou encore l’université de Francfort. Signataire de 150 conventions internationales, elle est un acteur majeur du développement socio-culturel en Lorraine.

Activités de recherche[modifier | modifier le code]

Les laboratoires de l'UPV-M :

  • Laboratoire lorrain des sciences sociales
  • Approches psychologiques et épidémiologiques des maladies chroniques
  • Centre d'études germaniques interculturelles de Lorraine
  • Centre d'études géographiques de l'université Paul-Verlaine-Metz
  • Centre d'études linguistiques des textes et des discours
  • Centre européen de recherche en économie financière et gestion des entreprises
  • Centre de recherche sur les médiations
  • Centre régional universitaire lorrain d'histoire
  • Centre de recherche Écritures
  • Institut de droit et économie des dynamiques en Europe
  • Laboratoire de psychologie de l'interaction et des relations intersubjectives
  • Laboratoire de mécanique biomécanique polymère structures
  • Laboratoire d'automatique humaine et de sciences comportementales
  • Laboratoire de chimie et méthodologies pour l'environnement
  • Laboratoire d'électrochimie des matériaux–institut Jean-Lamour
  • Laboratoire d'étude des textures et application aux matériaux
  • Laboratoire de génie industriel et production de Metz
  • Laboratoire interfaces, capteurs et microélectronique
  • Laboratoire des interactions écotoxicologie biodiversité écosystèmes
  • Laboratoire d'ingénierie moléculaire et biochimie pharmacologique
  • Laboratoire d'informatique théorique et appliquée
  • Laboratoire de mathématiques et applications de Metz
  • Laboratoire matériaux optiques, photonique et systèmes
  • Laboratoire de physique moléculaire et des collisions
  • Laboratoire de physique des milieux denses
  • Laboratoire de physique et mécanique des matériaux
  • Laboratoire de spectrométrie de masse et de chimie laser
  • Neurotoxicologie alimentaire et bioactivité

Implantations[modifier | modifier le code]

L’UPV-M est présente sur sept sites universitaires :

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population universitaire

1987 1988 1989 1990 1991 2000 2001 2002
8 022[7] 8 673[7] 9 406[7] 10 306[7] 11 144[7] 15 898[8] 15 618[9] 15 530[10]
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
15 896[11] 15 844[12] 15 851[13] 15 052[14] 14 430[15] 13 066[16] 13 591[17] 13 823[18]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : http://www.univ-metz.fr/presentation/bienvenue.html
  2. Décret no 2011-1169 du 22 septembre 2011 portant création de l'université de Lorraine
  3. Portrait de l’université de Metz sur le site internet de l’établissement.
  4. Rapport sur la création d'une faculté des sciences à Metz par A. Morin (1838)
  5. « Création d'un collège littéraire universitaire à Metz », BBF, 1964, n° 11, p. 445-445, consulté sur bbf.enssib.fr le 26 février 2011
  6. Décret n°70-1174 du 17 décembre 1970 portant érection d’universités et instituts nationaux polytechniques publié au Journal officiel du 18 décembre 1970, p. 11624
  7. a, b, c, d et e Comité national d'évaluation 1993, p. 10
  8. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  9. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  10. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  11. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  12. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  13. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  14. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  15. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  16. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  17. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  18. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Michaux, Vingt-cinq ans d'histoire de l'université de Metz, Serpenoise, (ISBN 2-87692-264-9)
  • Comité national d'évaluation, L'université de Metz ; rapport d'évaluation, Paris, , 212 p. (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]