Nicolas Roussellier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roussellier.
Nicolas Roussellier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Directeur de thèse
Distinction
Prix Guizot ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
La Force de gouverner (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Nicolas Roussellier est un historien français né en 1963[1],[2].

Spécialiste d'histoire politique, il est notamment l'auteur d'un ouvrage de référence sur le pouvoir exécutif en France, La Force de gouverner (2015).

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud (promotion 1983)[3], Nicolas Roussellier réussit l'agrégation d'histoire en 1986[4], puis est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (section politique, économique et sociale) en 1987[5]. Il soutient en 1992 une thèse de doctorat sous la direction de Serge Berstein[6], puis en 2006 un mémoire d'habilitation à diriger des recherches.

Chargé de recherche à l'Institut d'histoire du temps présent (1991-93), puis maître de conférences à l'IEP de Paris (depuis 1993)[4], il préside le conseil scientifique de la Fondation Charles-de-Gaulle[7].

Famille et vie personnelle[modifier | modifier le code]

Il est de confession protestante[8].

Il est apparenté au haut fonctionnaire et résistant Hubert Roussellier[Comment ?].

Travaux[modifier | modifier le code]

Après avoir travaillé sur la genèse de la démocratie française, il s'est concentré sur l'étude de son régime parlementaire.

En 2015, il publie La Force de gouverner, ouvrage de référence sur l'histoire du pouvoir exécutif en France, dans lequel il s'attache à démontrer que la Cinquième République a rompu avec une tradition républicaine fondée sur la souveraineté populaire et la centralité du Parlement[9]. Cet ouvrage marque le retour en force d'une histoire politique délaissée dès sa parution[10], et comble une lacune de l'historiographie dans ce domaine[11].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L'Europe des libéraux, Bruxelles, Complexe, coll. « Questions au XXe siècle », no 41, 1991, 224 p. (ISBN 2-87027-401-7)
  • Éd. d'Hélène Carrère d'Encausse, L'URSS de la Révolution à la mort de Staline : 1917-1953, Paris, Le Seuil, coll. « Points : histoire », no 179, 1993, 375 p. (ISBN 2-02-014049-7)
  • Le Parlement de l'éloquence : la souveraineté de la délibération au lendemain de la Grande guerre, Paris, Presses de Sciences Po, 298 p. (ISBN 2-7246-0713-9) — thèse de doctorat en histoire remaniée
  • La Force de gouverner : le pouvoir exécutif en France (XIXe – XXIe siècles), Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2015, 827 p. (ISBN 978-2-07-044228-7) — mémoire d'habilitation à diriger des recherches en histoire remanié Prix Guizot 2016[12].

Traduction[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice SUDOC.
  2. Daniel Roche (dir.), Répertoire des historiens français de la période moderne et contemporaine : annuaire 2000, Paris, CNRS Éditions, 2000 (ISBN 2-271-05807-4), p. 379.
  3. Voir sur lyon-normalesup.org.
  4. a et b Voir sur chop.sciences-po.fr.
  5. Voir sur sciences-po.asso.fr.
  6. Notice dans le fichier central des thèses.
  7. Voir sur rdv-histoire.com.
  8. Casadesus 2016.
  9. Serge Audier, « Et de Gaulle vengea la monarchie », sur lemonde.fr, .
  10. Voir sur scienceshumaines.com.
  11. Voir sur juspoliticum.com.
  12. « Nicolas Roussellier », sur academie-francaise.fr.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]