Frédéric Née

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frédéric Née
Stade rennais - Le Havre AC 20150708 32.jpg
Frédéric Née en juillet 2015.
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (42 ans)
Lieu Bayeux (France)
Taille 1,83 m (6 0)
Période pro. 1996 - 2006
Poste Attaquant
Parcours junior
Saisons Club
1990-1996 Drapeau de la France SM Caen
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1996-1998 Drapeau de la France SM Caen 064 (24)
1998-2001 Drapeau de la France SC Bastia 104 (43)
2001-2003 Drapeau de la France Olympique lyonnais 038 0(6)
2003-2006 Drapeau de la France SC Bastia 099 (10)
1996-2006 Total 305 (83)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
2001 Drapeau : France France 001 0(0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Frédéric Née, né le à Bayeux (Calvados), est un footballeur international français des années 1990 et 2000, reconverti comme entraîneur adjoint.

Attaquant formé au Stade Malherbe Caen, il s'affirme comme un bon buteur du championnat de France au SC Bastia, en terminant notamment meilleur buteur français de Division 1 lors de la saison 2000-2001. Il connaît alors son unique sélection en équipe de France. Recruté par l'Olympique lyonnais, il est victime de plusieurs blessures qui l'éloignent de son meilleur niveau. De retour à Bastia, il met un terme à sa carrière sportive en décembre 2006, à 31 ans, après une nouvelle blessure.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Frédéric Née découvre le football au collège Pierre Aguiton de Brécey, section foot, et à l'AS Bayeux, le club de sa ville natale, d'où il part à 15 ans au centre de formation du Stade Malherbe Caen[1]. Attaquant de l'équipe réserve, aux côtés du jeune William Gallas notamment, il remporte sous la direction de Pascal Théault le championnat de National 2, le plus haut niveau pour une équipe réserve[2].

En 1996, à la suite du retour du club en première division, il est intégré au groupe professionnel par l'entraîneur Guy David. Il joue son premier match le 24 août 1996 pour la réception de Lyon (1-1) et s'impose rapidement comme titulaire en pointe dans une équipe qui lutte pour le maintien, aux dépens des recrues Bancarel, Mendy et l'international Vahirua. Blessé pendant l'hiver, il réalise une excellente fin de saison en marquant huit fois en treize rencontres, notamment les deux buts des victoires sur Lille et Marseille. Malheureusement le club termine 17e et premier relégable[3]. Malgré des propositions de transfert, venant notamment du FC Nantes, il reste en Normandie la saison suivante. Dirigés par Gabriel Calderón, les Caennais réalisent un début de saison très décevant qui conduit à l'arrivée de Théault sur le banc. L'équipe se redresse bien, mais sans pouvoir se joindre à la lutte pour la montée. Le club normand n'a plus les moyens de retenir ses meilleurs joueurs et notamment Née, qui a confirmé ses talents en pointe en inscrivant treize buts en 34 matchs de championnat : il signe au SC Bastia, en première division.

À Bastia, Née poursuit sa progression et réalise trois bonnes saisons en Division 1, marquant respectivement onze, onze et seize buts lors de la saison 2000-2001, dont il termine meilleur buteur français. Il forme un duo d'attaquant redoutable avec Pierre Yves André . À l'issue de la saison, il obtient sa première sélection en équipe de France face à l'Australie (0-1)[4],[5] sans parvenir à marquer de but, au cours de la Coupe des confédérations 2001 jouée au Japon et en Corée du Sud et remportée finalement par les Français.

Née est alors recruté par l'ambitieux Olympique lyonnais, où brille le buteur brésilien Sonny Anderson, pour 51 millions de francs (soit 7,7 M€)[6], en même temps que Peguy Luyindula, Éric Carrière ou encore le Brésilien Juninho. Il commence la saison comme titulaire et découvre la compétition européenne en Ligue des champions, au cours de laquelle il inscrit son premier but lors de la victoire lyonnaise sur le terrain du Bayer Leverkusen en octobre 2001 (2-4). Mais son inefficacité le pousse sur le banc à partir de novembre, avant qu'il ne se blesse sérieusement en janvier 2002. Il ne retrouve pas les terrains de la saison, et assiste de loin au premier sacre des Lyonnais à l'issue d'un duel serré avec le RC Lens, sur un maigre bilan personnel de deux buts en dix-huit matchs de championnat. Sa deuxième saison est encore plus difficile : il ne participe qu'à onze matchs, dont huit en championnat (pour 170 minutes de jeu), et n'inscrit qu'un seul but.

Devenu indésirable à Lyon, il profite du transfert du milieu de terrain Michael Essien de Bastia à Lyon pour faire le chemin inverse[7]. Mais il est toujours handicapé par des blessures à répétition, notamment à la hanche, et ne retrouve pas son efficacité d'antan. Complément de Florian Maurice, puis de Tony Vairelles et Pierre-Yves André, il n'est l'auteur que de quatre et trois buts en championnat les deux saisons suivantes, et voit son club être relégué en deuxième division en 2005. Après une saison et demi à ce niveau, il contracte une nouvelle blessure lors la réception du FC Gueugnon le 8 décembre 2006, et décide de suivre l'avis des médecins en mettant un terme à sa carrière[8].

Entraîneur[modifier | modifier le code]

À la suite de sa retraite sportive, il doit encore deux ans de contrat au club et se reconvertit donc dans l'encadrement, à la demande de Christian Bracconi, directeur du centre de formation du SC Bastia[1]. Il devient adjoint au centre de formation responsable du secteur offensif. Il forme des joueurs comme Gaffory, Niangbo ou Rocchi[9].

À l'été 2010, il se rapproche de l'équipe première en devenant entraineur des attaquants des équipes de Ligue 1 et de CFA2 de Bastia, dans le staff de l'entraîneur Frédéric Hantz. Il passe en parallèle son DEF, diplôme d'entraîneur[8].

Cinq ans plus tard, le , il intègre l'encadrement technique de l'équipe professionnelle du Stade rennais, en qualité d'adjoint de Philippe Montanier chargé des attaquants[10]. Quelques mois plus tard, en , Montanier étant remercié et remplacé par Rolland Courbis, Frédéric Née quitte également le Stade rennais[11].

Le 23 novembre 2016, la FFF annonce l'arrivée de Frédéric Née dans le staff d'Olivier Echouafni, entraîneur de l'Equipe de France féminine. Comme au Stade rennais, il supervise le secteur offensif.[12]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques de Frédéric Née au 28 janvier 2016[13]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Compétition(s)
continentale(s)
Drapeau : France France Total
Division M B M B M B C M B M B M B
1996-1997 Drapeau de la France SM Caen Division 1 22 9 2 0 3 2 - - - - - 27 11
1997-1998 Drapeau de la France SM Caen Division 2 34 13 3 0 0 0 - - - - - 37 13
Sous-total 56 22 5 0 3 2 - - - - - 64 24
1998-1999 Drapeau de la France SC Bastia Division 1 27 11 1 0 1 0 Coupe Intertoto 5 3 - - 34 14
1999-2000 Drapeau de la France SC Bastia Division 1 30 11 1 0 4 1 - - - - - 35 12
2000-2001 Drapeau de la France SC Bastia Division 1 33 16 0 0 2 1 - - - 1 0 36 17
2001-2002 Drapeau de la France SC Bastia - - - - - - - Coupe Intertoto 1 0 - - 1 0
Sous-total 90 38 2 0 7 2 - 6 3 1 0 106 43
2001-2002 Drapeau de la France Olympique lyonnais Division 1 18 2 2 2 0 0 C1+C3 4+3 1+0 - - 27 5
2002-2003 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 8 1 0 0 1 0 C1 2 0 - - 11 1
Sous-total 26 3 2 2 1 0 - 9 1 - - 38 6
2003-2004 Drapeau de la France SC Bastia Ligue 1 27 4 0 0 2 0 - - - - - 29 4
2004-2005 Drapeau de la France SC Bastia Ligue 1 26 3 1 0 1 0 - - - - - 28 3
2005-2006 Drapeau de la France SC Bastia Ligue 2 28 2 1 0 1 0 - - - - - 30 2
2006-2007 Drapeau de la France SC Bastia Ligue 2 11 1 1 0 0 0 - - - - - 12 1
Sous-total 92 10 3 0 4 0 - - - - - 99 10
Total sur la carrière 264 73 12 2 15 4 - 15 4 1 0 307 83

Son bilan est le suivant[13] :

Palmarès[modifier | modifier le code]

En Club[modifier | modifier le code]

En Équipe de France[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b « Dans les coulisses du SCB … Frédéric Née », Journal de la Corse, (consulté le 5 janvier 2011)
  2. « Saison 1994-1995 », sur Petite histoire du Stade Malherbe de Caen (consulté le 5 janvier 2011)
  3. « Saison 1996-1997 », sur Petite histoire du Stade Malherbe de Caen (consulté le 5 janvier 2011)
  4. « Frédéric Née », FFF (consulté le 29 octobre 2016)
  5. « Rapport du match Australie - France », FIFA (consulté le 5 janvier 2011)
  6. « Née rejoint l'Olympique Lyonnais », (consulté le 4 janvier 2011)
  7. « Transferts », Le Parisien, (consulté le 4 janvier 2011)
  8. a et b « Que deviens-tu ? / Frederic Née : « entraîneur à Bastia ». », Football365.fr, (consulté le 4 janvier 2011)
  9. À Bastia, Frédéric Née a gardé un but en vue, Maville.com, le 13 août 2009
  10. « Frédéric Née intègre le staff pro ! », sur staderennais.com, (consulté le 1er juillet 2015)
  11. « Le Stade Rennais enrichit son staff technique malgré le départ de Née », sur ouest-france.fr, (consulté le 28 janvier 2016)
  12. Rédaction, « Equipe de France femmes : Frédéric Née rejoint le staff des Bleues », L'Equipe.fr,‎ (lire en ligne)
  13. a et b Frédéric Née sur footballdatabase.eu