Aller au contenu

Trouville-la-Haule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Trouville-la-Haule
Trouville-la-Haule
L'église Notre-Dame.
Blason de Trouville-la-Haule
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Intercommunalité Communauté de communes Roumois Seine
Maire
Mandat
Damien Mercier
2020-2026
Code postal 27680
Code commune 27665
Démographie
Gentilé Trouvillais
Population
municipale
754 hab. (2021 en diminution de 2,58 % par rapport à 2015)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 25′ 11″ nord, 0° 34′ 34″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 137 m
Superficie 12,25 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Le Havre
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bourg-Achard
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Trouville-la-Haule
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Trouville-la-Haule
Géolocalisation sur la carte : Eure
Voir sur la carte topographique de l'Eure
Trouville-la-Haule
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Trouville-la-Haule
Liens
Site web http://www.trouvillelahaule.fr

Trouville-la-Haule est une commune française située dans le département de l'Eure, en région Normandie.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Localisation

[modifier | modifier le code]

Hydrographie

[modifier | modifier le code]

La commune est riveraine de la Seine.

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[3]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat contrasté des collines », correspondant au Pays d’Auge, Lieuvin et Roumois, moins directement soumis aux flux océaniques et connaissant toutefois des précipitations assez marquées en raison des reliefs collinaires qui favorisent leur formation[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,4 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 888 mm, avec 13,1 jours de précipitations en janvier et 8,8 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Petiville à 5 km à vol d'oiseau[5], est de 12,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 844,9 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Au , Trouville-la-Haule est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[9]. Elle est située hors unité urbaine[10]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction du Havre, dont elle est une commune de la couronne[Note 1],[10]. Cette aire, qui regroupe 116 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (71,4 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (71,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (45,4 %), forêts (20,9 %), prairies (20,3 %), eaux continentales[Note 2] (7,7 %), zones agricoles hétérogènes (5,7 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Le nom de la localité est attesté sous les formes à la finale latinisée Turotvilla vers 999 (charte de Richard II), Turoltvilla en 1025[14], Turolvilla vers 1060 (charte de Guillaume le Conquérant), Turovilla en 1174 (charte de Henri II), Torovilla en 1205, Toronvilla et Turovilla en 1258, Trouvilla en 1338 (cartulaire de Jumiéges), puis Trouville sur Seine en 1708 (Th. Corneille), Trouville-sur-Quillebeuf en 1828 (Louis Du Bois)[15].

La « demeure de Turold »[14],[16], indique un passé scandinave, faisant suite à une occupation gauloise et gallo-romaine.

La Haule : « la grange », endroit ou se trouvait une vaste grange dîmière de l’abbaye de Jumiéges, voisine de l’église de Trouville-la-Haule, qui a donné son nom au lieu-dit[15].

En 1026, Richard II de Normandie donna Trouville au religieux de l'abbaye de Jumièges. Les moines firent de ce village une baronnie, centre religieux et administratif important. Ils construisirent un établissement agricole près de l'église, une maison et de nombreuses dépendances leur permettaient de grouper toutes leurs activités. Il s'y trouvait des étables, un colombier, une tuilerie et surtout une grange dimière qui a donné son nom au village la Haule. Ce bâtiment devait contenir une gerbe sur dix de toutes les gerbes moissonnées dans toute la baronnie qui comprenait une partie de Quillebeuf, Saint-Aubin, Trouville, Sainte-Opportune-la-Mare et Vieux-Port. La ferme de la Haule existe toujours. Le village prit rapidement de l'extension.

L'église, dédiée à la Vierge fut rapidement trop petite et agrandie à plusieurs reprises. Les religieux de Jumièges avait droit de justice. Beaucoup de procès furent plaidés, notamment ceux relatifs aux terres que la Seine laissait à découvert périodiquement.

Trouville, construite sur le plateau, possède pourtant la portion de fleuve la plus importante du canton. C'est la raison pour laquelle des bateaux à fonction d’ex-voti ont été gravés dans la pierre des murs de l'église. Selon une légende, il existait un manoir Fauvel où vivait Galswinthe, dont les ruines hypothétiques cacheraient un trésor, dont la pierre aux mille facettes qui était gardé par un animal fantastique.

Politique et administration

[modifier | modifier le code]
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  2008 Damien Mercier DVG  
mars 2008 2020 Évelyne Desmarais DVG-PS[17] Retraitée Fonction publique
2020 En cours Damien Mercier DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[19].

En 2021, la commune comptait 754 habitants[Note 3], en diminution de 2,58 % par rapport à 2015 (Eure : −0,5 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7698098439559468308588291 003
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0761 019799728712703681665640
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
666576568512521524510517534
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
553571601623676646697714757
2014 2019 2021 - - - - - -
775762754------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine

[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Armand Salacrou y a passé six mois par an pendant quinze ans à partir de 1935 et y a écrit de nombreuses pièces de théatre dont "L'Inconnue d'Arras"[27].

Héraldique

[modifier | modifier le code]
Blason de Trouville-la-Haule Blason
D'argent au griffon mariné de sinople portant à l'épaule un diamant taillé en losange du champ, chaperonné d'azur et terrassé de sinople.
Détails
Création Denis Joulain. Adopté le 13 novembre 2013.

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  2. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  4. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  5. « Orthodromie entre Trouville-la-Haule et Petiville », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Petiville » (commune de Petiville) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  7. « Station Météo-France « Petiville » (commune de Petiville) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  9. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  10. a et b Insee, « Métadonnées de la commune ».
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Le Havre », sur insee.fr (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  14. a et b F. de Beaurepaire - Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, p. 202.
  15. a et b Ernest Poret de Blosseville, Dictionnaire topographique du département de l’Eure, Paris, , p. 221.
  16. René Lepelley - 1999 - La Normandie dialectale: petite encyclopédie des langages et mots régionaux de la province de Normandie et des Îles anglo-normandes, Page 121.
  17. « Résultats des élections départementales 2015 », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  22. Notice no IA00018988, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. Notice no IA00018990, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. Notice no IA00018992, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. Notice no IA00018991, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Pitarcadaire · Pitarcadaire, 27680 Trouville-la-Haule, France », sur Pitarcadaire · Pitarcadaire, 27680 Trouville-la-Haule, France (consulté le ).
  27. « La province et mon cœur - Le Havre, avec Armand Salacrou (1ère diffusion : 10/09/1960) ».

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

[modifier | modifier le code]