Trouville-la-Haule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Trouville-sur-Mer (Calvados), Trouville (Seine-Maritime) ou Tourville
Trouville-la-Haule
L'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Bourg-Achard
Intercommunalité Communauté de communes Roumois Seine
Maire
Mandat
Évelyne Desmarais
2014-2020
Code postal 27680
Code commune 27665
Démographie
Gentilé Trouvillais
Population
municipale
775 hab. (2014)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 25′ 11″ nord, 0° 34′ 34″ est
Altitude Min. 0 m – Max. 137 m
Superficie 12,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Trouville-la-Haule

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Trouville-la-Haule

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trouville-la-Haule

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trouville-la-Haule
Liens
Site web http://www.trouvillelahaule.fr

Trouville-la-Haule est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Trouville-la-Haule[1]
Saint-Aubin-sur-Quillebeuf Petiville (Seine-Maritime) Vieux-Port
Sainte-Opportune-la-Mare Trouville-la-Haule[1] Aizier
Bourneville-Sainte-Croix (comm. dél. de Sainte-Croix-sur-Aizier)
Tocqueville
Saint-Thurien Fourmetot Bourneville-Sainte-Croix (comm. dél. de Bourneville)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Thorolf Villa[Quand ?].

Son ancien nom Turufvilla, la demeure de Turold, indique un passé scandinave, faisant suite à une occupation gauloise et gallo-romaine.

La Haule est issue de « Hallr »: une pente, une déclivité[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Son ancien nom Turufvilla, la demeure de Turold, indique un passé scandinave, faisant suite à une occupation gauloise et gallo-romaine. En 1026, Richard II donna Trouville au religieux de Jumièges. Les moines firent de ce village une baronnie, centre religieux et administratif important. Ils construisirent un établissement agricole près de l'église, une maison et de nombreuses dépendances leur permettaient de grouper toutes leurs activités. On y trouvait des étables, un pigeonnier, une tuilerie et surtout une grange dimière qui a donné son nom au village : la Haule. Ce bâtiment devait contenir une gerbe sur dix de toutes les gerbes moissonnées dans toute la baronnie qui comprenait une partie de Quillebeuf, Saint-Aubin, Trouville, Sainte-Opportune et Vieux-Port. La ferme de la Haule existe toujours. Le village prit rapidement de l'extension.

L'église, dédiée à la Vierge fut rapidement trop petite et agrandie à plusieurs reprises. Les religieux de Jumièges avait droit de justice. Beaucoup de procès furent plaidés relatifs aux terres que la Seine laissait à découvert périodiquement.

Trouville, construite sur le plateau possède la portion de fleuve la plus importante du canton. Il n'est pas surprenant que des bateaux aient été gravés sur les murs de l'église. Les amoureux des légendes cherchent toujours les ruines du Manoir Fauvel de la belle Galeswinthe et la pierre aux mille facettes qui cache un trésor, gardé par un animal fantastique.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  2008 Damien Mercier    
mars 2008 en cours Évelyne Desmarais SE Retraitée Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 775 habitants, en augmentation de 2,38 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
769 809 843 955 946 830 858 829 1 003
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 076 1 019 799 728 712 703 681 665 640
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
666 576 568 512 521 524 510 517 534
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
553 571 601 623 676 646 697 757 775
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  2. LE VOCABULAIRE NORMAND D'ORIGINE SCANDINAVE, par Gilles Mauger, membre de l'Association Montfort Culture et Patrimoine
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]