Fourilles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fourilles
Fourilles
La place de la gare (carte postale ancienne).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Moulins
Intercommunalité Communauté de communes Saint-Pourçain Sioule Limagne
Maire
Mandat
Michel Chatet
2020-2026
Code postal 03140
Code commune 03116
Démographie
Gentilé Fourillois, Fourilloises [1]
Population
municipale
194 hab. (2018 en diminution de 3,96 % par rapport à 2013)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 14′ 33″ nord, 3° 11′ 45″ est
Altitude Min. 252 m
Max. 330 m
Superficie 6,98 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Gannat
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Fourilles
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Fourilles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fourilles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fourilles

Fourilles est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village de Fourilles est situé au centre-sud du département de l'Allier[2], à 15,6 km au nord de Gannat[3], à 37,7 km au sud de Moulins[4]. Toutes ces distances s'entendent à vol d'oiseau.

Cinq communes jouxtent Fourilles[5] :

Communes limitrophes de Fourilles
Fleuriel Chareil-Cintrat
Chantelle Fourilles
Ussel-d'Allier Étroussat

Transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par les routes départementales 36 (de Chantelle à Étroussat), 115 (de Chareil-Cintrat à la RD 35 près de Charroux) et 282[5].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fourilles est une commune rurale[Note 1],[6]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[7],[8]. La commune est en outre hors attraction des villes[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,4 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (85,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (61,2 %), zones agricoles hétérogènes (15,4 %), forêts (14,7 %), prairies (4,5 %), cultures permanentes (4,3 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fourilles était le siège d'une seigneurie de ce nom, qui fut érigée en marquisat, par lettres patentes de mars 1610, pour Blaise de Chaumejean, baron d'Huriel, maréchal de camp, mort en 1621 au siège de Montauban.

Thomas Le Lièvre, conseiller d'État, intendant de la généralité de Paris, fit l'acquisition de cette terre en 1647 et l'érection en marquisat fut confirmée à son bénéfice par des lettres patentes d'octobre 1648. Ses descendants conservèrent Fourilles jusqu'à Adélaïde Édouard Le Lièvre de La Grange ; après sa mort sans postérité, ses héritiers vendirent la propriété en 1888.

Quant au titre de marquis de Fourilles, passé à une branche cadette, il s'éteignit en 1904 avec le dernier mâle de cette famille.

Avant 1789 la commune faisait partie de l'ancienne l'ancienne province d'Auvergne[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1919 1928 Jean Allier
(1867-1930)[14]
SFIO
puis PCF
Marchand de bois
avant 1988 ? René Tourret    
mars 2001 mars 2008 Albert Mounin    
mars 2008 En cours
(au 8 juillet 2020)
Michel Chatet[15]   Polyexploitant
Réélu en 2014 et en 2020

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[17].

En 2018, la commune comptait 194 habitants[Note 2], en diminution de 3,96 % par rapport à 2013 (Allier : −1,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
300434479481514503447478503
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
504503498450454443487452468
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
447473463372365344342366339
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
277264237198194188203205207
2013 2018 - - - - - - -
202194-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Fourilles dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Il n'existe aucune école.

Les collégiens se rendent à Bellenaves[20] et les lycéens à Saint-Pourçain-sur-Sioule[21].

Économie[modifier | modifier le code]

L'une des activités de la commune est la viticulture : la commune fait partie du terroir de l'AOC saint-pourçain.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Fourilles. Situé un peu à l'écart du village, il est composé d'un logis rectangulaire appuyé sur une grosse tour ronde. Au sud-ouest, à une cinquantaine de mètres du château, se dresse une autre tour ronde à usage de pigeonnier.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Fourilles (Allier).svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'azur au chevron ondé d'argent accompagné en chef à senestre d'un épi de blé, à dextre d'un épi de maïs et en pointe d'une grappe de raisin feuillée, le tout d'or..

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • C. Grégoire, Le Canton de Chantelle,
    réimprimé sous le titre Chantelle (et ses environs), Paris, Res Universis, coll. « Monographies des villes et villages de France », (ISBN 2-87760-259-1), p. 235-241 - Micberth.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/allier-03
  2. « Fourilles », sur Lion 1906 (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Fourilles et Gannat », sur Lion 1906 (consulté le ).
  4. « Orthodromie entre Fourilles et Moulins », sur Lion 1906 (consulté le ).
  5. a et b Carte de Fourilles sur Géoportail.
  6. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  7. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. Gouvernemens généraux de la Marche, du Limousin, et de l'Auvergne, Robert de Vaugondy, 1753.
  14. https://maitron.fr/spip.php?article90518, notice ALLIER Jean par Georges Rougeron, version mise en ligne le 2 novembre 2010, dernière modification le 2 novembre 2010.
  15. « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], sur maires-allier.fr, Association des maires et présidents d'intercommunalité de l'Allier, (consulté le ).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], sur le site de l'académie de Clermont-Ferrand, Inspection académique de l'Allier, (consulté le ).
  21. « Sectorisation des lycées - 2GT - Allier » [PDF], sur le site de l'académie de Clermont-Ferrand, Inspection académique de l'Allier, (consulté le ).