Ettakatol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ettakatol
Description de cette image, également commentée ci-après
Logotype officiel.
Présentation
Fondation
Président Khalil Zaouia
Légalisation
Positionnement Centre gauche
Organisation de jeunesse Jeunes socialistes démocrates
Journal Mouwatinoun

Représentation
Députés (2019)
0 / 217
Orientations
Idéologie Social-démocratie
Laïcité[1]
Affiliation européenne Parti socialiste européen (observateur)
Affiliation internationale Internationale socialiste,
Alliance progressiste
Couleurs Rouge, vert et blanc
Informations
Siège Résidence Omar, Bloc B, 1er étage, Montplaisir
1001 Tunis
Site web www.ettakatol.org

Ettakatol, nom courant du Forum démocratique pour le travail et les libertés (arabe : التكتل الديمقراطي من أجل العمل والحريات soit et-Takatol ed-Dīmoqrāṭī min ajl il-‘Amal wal-Ḥoriyāt) ou FDTL, est un parti politique social-démocrate tunisien fondé le et reconnu le . Il est dirigé par son fondateur, le médecin et radiologue Mustapha Ben Jaafar, jusqu'en 2017, lorsqu'il est remplacé par Khalil Zaouia.

Le parti est membre de l'Internationale socialiste en tant qu'observateur (vu qu'il n'a pas payé ses cotisations[2]) et ce jusqu'au , date à laquelle il est élu membre permanent, disposant ainsi du droit à la parole et au vote[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant le régime de Zine el-Abidine Ben Ali, le parti ne joue qu'un rôle secondaire. Il est membre de la coalition du 18-Octobre pour les droits et les libertés, aux côtés du Parti démocrate progressiste, du Parti communiste des ouvriers de Tunisie et de quelques islamistes. Le parti commence à éditer en 2007 un hebdomadaire arabophone intitulé Mouwatinoun (Citoyens).

Élections de 2009[modifier | modifier le code]

En 2009, il participe pour la première fois aux élections législatives, ne remportant que 0,12 % des voix[4] et aucun siège à la Chambre des députés.

En vue de l'élection présidentielle organisée le même jour, le secrétaire général Mustapha Ben Jaafar crée un « coup de théâtre » lorsqu'il annonce sa candidature pour l'élection le 9 avril[5]. En effet, bien que dirigeant d'un parti récent qui n'a pas encore tenu de congrès électif à ce moment-là[6], Ben Jaafar défend sa candidature lors d'un entretien avec Jeune Afrique, le  :

« La loi dit qu'il faut être élu, et je le suis. Mes pairs du FDTL m'ont choisi en tant que numéro un du mouvement. Je suis donc habilité à me porter candidat à la candidature pour l'élection présidentielle de 2009 dans le strict respect de la loi[5]. »

Il appuie sa candidature sur une analyse de juristes portant sur l'amendement constitutionnel de [7]. Mais Zouheir M'dhaffer, ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la Fonction publique et du Développement administratif et ancien président du Conseil constitutionnel, insiste sur le fait que « le dirigeant d'un parti qui se présente à la présidentielle doit être élu par un congrès, et non par l'instance fondatrice de son mouvement »[8]. Néanmoins, Ben Jaafar rappelle que « ni la constitution, ni le Code électoral, ni la loi sur les partis ne font état d'une telle exigence » et que celle-ci dépend du règlement intérieur des partis[8].

À l'occasion de son premier congrès organisé les 29 et , Mustapha Ben Jaafar est reconduit et les douze membres du bureau politique sont renouvelés[9].

Ben Jaafar affirme que sa candidature, confirmée par le congrès du FDTL, a surtout pour « enjeu de changer les règles du jeu politique et de rompre avec des pratiques d'une autre planète »[10] tout en restant ouvert au dialogue, y compris avec le parti au pouvoir[11]. Il pense qu'« à défaut d'avoir des moyens égaux, [les candidats] doivent avoir au départ les mêmes chances »[12].

Il propose ainsi plusieurs réformes, dont la limitation du nombre de mandats présidentiels à deux et, rejoignant Ahmed Brahim du mouvement Ettajdid, la création d'une instance électorale autonome et indépendante pour organiser l'élection, en lieu et place du ministère de l'Intérieur[10]. Il faut aussi, selon lui, une ouverture sur le champ médiatique audiovisuel qui lui est interdit selon lui[12]. Cette condition est pour lui « une demande fondamentale pour que le prochain scrutin ne soit pas une occasion manquée, comme tous ses précédents »[10]. Il s'écarte ainsi de l'opinion de l'opposant radical Ahmed Néjib Chebbi, qui désire des observateurs internationaux pour contrôler l'élection[11]. De plus, Ben Jaafar dit ne pas écarter l'éventualité pour toute l'opposition dite démocratique de présenter un seul candidat à la présidentielle[10].

Le 24 septembre, il est le dernier candidat à présenter sa candidature, en affirmant qu'« il y a des compétences capables d'assumer les plus hautes responsabilités politiques [...] et que l'alternance au pouvoir est possible », sa démarche cherchant à « sortir les Tunisiens de la léthargie et de l'état de démission, dans lesquels ils se trouvent »[13].

Devant ses partisans réunis dans l'enceinte du Conseil constitutionnel, il réclame la libération de syndicalistes condamnés dans la foulée du mouvement social de 2008 dans la région minière de Redeyef. Le Conseil constitutionnel invalide cependant cette candidature au motif qu'il ne remplit pas la condition selon laquelle un candidat doit être le chef élu de sa formation depuis au moins deux ans[14],[15]. Par conséquent, Ben Jaafar appelle le 5 octobre à voter pour Brahim qui est le « seul candidat sérieux » selon lui[16].

Après la révolution[modifier | modifier le code]

Après la révolution de 2011, Ettakatol devient l'un des principaux représentants du centre-gauche[1],[17]. Le , Ben Jaafar est nommé ministre de la Santé publique dans le gouvernement intérimaire[18] mais démissionne quelques jours plus tard pour protester contre la présence de ministres issus du parti de Ben Ali[19]. Dès lors, le parti s'appuie principalement sur le bénévolat de ses membres et ses activités dans les médias sociaux[20].

Lors de l'élection de l'assemblée constituante du , le parti remporte vingt des 217 sièges, devenant la quatrième force politique du pays. Durant la campagne électorale, les cadres du parti s'engagent à ne pas s'allier avec Ennahdha[21]. Par la suite, le parti entre en coalition avec le mouvement islamiste Ennahdha et le Congrès pour la République (CPR)[22], ce qui donne naissance à ce qu'on appelle la troïka. En conséquence, Ben Jaafar est élu président de l'Assemblée constituante le [23] ; le parti soutient la candidature de Moncef Marzouki (CPR) à la présidence de la République et la nomination de Hamadi Jebali (Ennahdha) comme chef du gouvernement.

De 2011 à 2014, le parti participe aux gouvernements Jebali et Larayedh, avant de soutenir le gouvernement Mehdi Jomaa.

À l'issue des élections législatives de 2014, le parti perd sa représentation parlementaire.

Le , le candidat du parti à l'élection présidentielle de 2019 et l'un de ses leaders, Elyes Fakhfakh, est désigné comme chef du gouvernement par le président de la République Kaïs Saïed[24]. Le , Fakhfakh démissionne de ses responsabilités au sein d'Ettakatol, afin de se consacrer à la composition du gouvernement[25].

Deuxième congrès[modifier | modifier le code]

Le deuxième congrès du parti se tient du 5 au à Tunis et voit Ben Jaafar être réélu secrétaire général du parti. Plusieurs personnalités, essentiellement des représentants de partis socialistes, sont invitées à y assister[26] :

Troisième congrès[modifier | modifier le code]

Le , Ben Jaafar annonce qu’il ne se représente pas à la tête du parti lors de son troisième congrès[27]. Il est remplacé le 10 septembre par Khalil Zaouia[28] en tant que président du parti et Kamel Gargouri en tant que secrétaire général.

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Président[modifier | modifier le code]

Secrétaires généraux[modifier | modifier le code]

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Année Voix % Rang Sièges Gouvernements
2009 0,12 % 8e
0 / 214
Extra-parlementaire : Gannouchi II (2011)
2011 AC 284 989 7,03 % 4e
20 / 217
Coalition (troïka) : Jebali (2011-2013) et Larayedh (2013-2014)
2014 24 592 0,72 % 14e
0 / 217
Extra-parlementaire
2019 7 506 0,26 % >31e
0 / 217
Extra-parlementaire : Fakhfakh (2020)

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Année Candidat Voix % Résultat
2014 Mustapha Ben Jaafar 21 989 0,67 10e
2019 Elyes Fakhfakh 11 532 0,34 15e

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Celeste Hicks, « Tunisia election: Loving and loathing Islamists », sur bbc.co.uk, (consulté le 21 janvier 2020).
  2. « Partis membres de l'International socialiste », sur internationalesocialiste.org (consulté le 21 janvier 2020).
  3. « Ettakatol élu membre permanent de l'Internationale socialiste »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur tap.info.tn, .
  4. « Résultats des élections présidentielle et législatives »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur elections2009.tn.
  5. a et b Abdelaziz Barrouhi, « Ben Jaafar aussi », sur jeuneafrique.com, (consulté le 21 janvier 2020).
  6. Abdelaziz Barrouhi, « Qui face à Ben Ali en 2009 ? », sur jeuneafrique.com, (consulté le 21 janvier 2020).
  7. Abdelaziz Barrouhi, « Candidature, mode d'emploi », sur jeuneafrique.com, (consulté le 21 janvier 2020).
  8. a et b Abdelaziz Barrouhi, « Ben Jaafar, le cinquième homme », sur jeuneafrique.com, (consulté le 21 janvier 2020).
  9. Mourad Sellami, « Répartition des tâches au sein du bureau politique du FDTL »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur letemps.com.tn, .
  10. a b c et d « L'opposant Ben Jaafar candidat à la présidentielle d'octobre », sur jeuneafrique.com, (consulté le 21 janvier 2020).
  11. a et b Abdelaziz Barrouhi, « Ben Jaafar ouvre une brèche », sur jeuneafrique.com, (consulté le 21 janvier 2020).
  12. a et b Néjib Sassi, « La présence du secrétaire général adjoint du RCD à notre congrès est un signe fort de dialogue et de décrispation »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur letemps.com.tn, .
  13. « Tunisie : Ben Jaffar candidat à la présidence, pour l'alternance au pouvoir », sur portalangop.co.ao, (consulté le 21 janvier 2020).
  14. Florence Beaugé, « Tunisie : l'opposant Ben Jaafar écarté de la course à la présidentielle », sur lemonde.fr, (consulté le 21 janvier 2020).
  15. « Décision d'irrecevabilité d'une candidature à la présidence de la République »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur archives.lapresse.tn, (consulté le 21 janvier 2020).
  16. « Présidentielle : Ben Jaafar écarté se rallie à Brahim, un candidat de gauche », Agence France-Presse, 5 octobre 2009
  17. (en) Rachel Shabi, « From Arab Spring to elections: Tunisia steps into a new era », sur independent.co.uk, (consulté le 21 janvier 2020).
  18. (en) « Who are Tunisia's main opposition figures? »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur af.reuters.com, .
  19. (en) Angelique Chrisafis, « Tunisian elections: the key parties », sur guardian.co.uk, (consulté le 21 janvier 2020).
  20. (en) Sam Bollier, « Who are Tunisia's political parties? », sur aljazeera.com, (consulté le 21 janvier 2020).
  21. Frida Dahmani, « Tunisie : quel héritage politique laisse l'ancien président Moncef Marzouki ? », sur jeuneafrique.com, (consulté le 7 août 2020).
  22. (en) « Tunisia coalition agrees top government posts », sur bbc.co.uk, (consulté le 21 janvier 2020).
  23. (en) Sadok Ayari, « Mustapha Ben Jaafar Elected President of the Constituent Assembly »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur tunisia-live.net, .
  24. « Officiel : Elyes Fakhfakh, nouveau chef du gouvernement désigné », sur mosaiquefm.net, (consulté le 20 janvier 2020).
  25. « Elyes Fakhfakh démissionne d’Ettakatol », sur businessnews.com.tnconsulté le=22 janvier 2020, .
  26. (fr + ar) « Congrès national 2013 », sur congres2013.tktl.org (consulté le 21 janvier 2020).
  27. « Mustapha Ben Jaâfar confirme qu’il quitte la présidence d’Ettakatol », sur espacemanager.com, (consulté le 21 janvier 2020).
  28. « Ettakatol : Khalil Zaouia succède à Mustapha Ben Jaâfar », sur kapitalis.com, (consulté le 21 janvier 2020).
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Democratic Forum for Labour and Liberties » (voir la liste des auteurs).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]