Al Badil Ettounsi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Al Badil Ettounsi
Description de cette image, également commentée ci-après
Logotype officiel.
Nom arabe البديل التونسي
Présentation
Fondation
Fusion de Tounes Awalan
Fondateur Mehdi Jomaa
Légalisation [1]


Représentation
Députés (2019)
3 / 217
Orientations
Idéologie Centrisme
Libéralisme
Couleurs Bleu et rouge
Informations
Site web www.albadilettounsi.net

Al Badil Ettounsi (arabe : البديل التونسي soit « L'Alternative tunisienne ») est un parti politique tunisien fondé par l'ancien chef du gouvernement tunisien Mehdi Jomaa.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après avoir quitté le poste de chef de gouvernement, le , Mehdi Jomaa sort de son silence le et annonce dans une conférence de presse son retour en politique à travers la création d'un nouveau parti, Al Badil Ettounsi[2]. En vue des élections municipales prévues pour le , Al Badil Ettounsi, ainsi que sept autres partis, en demandent le report dans une déclaration conjointe[3]. Ils appuient leur demande sur le retard des préparatifs, la situation inadéquate que traverse le pays et l'absence du code des collectivités locales pour les municipalités, mais surtout à cause de l'absence de président pour l'Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE)[4]. Les huit partis sont alors reçus par Béji Caïd Essebsi, le président de la République, qui annonce que les élections auront lieu dès qu'un nouveau président de l'ISIE serait désigné[3]. Ces élections sont finalement reportés au .

En janvier 2018, Al Badil Ettounsi forme, avec dix autres partis, une coalition baptisée « Union civile »[5],[6]. La coalition remporte finalement 1,77 % des voix au niveau national, soit 66 conseillers et deux maires sur l'ensemble du territoire.

Après ces élections, le parti Tounes Awalan annonce sa fusion avec Al Badil Ettounsi, fusion qui conserve le nom de ce dernier[7],[8]. Le parti organise également un grand meeting à Ksar Hellal, le , dans le cadre de la préparation aux élections législatives de 2019. Mehdi Jomaa affirme lors de ce meeting qu'il détient un programme de réformes pour sortir le pays de la crise, ainsi qu'un message de réunification des forces démocratiques du pays[9].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Année Voix % Rang Sièges Gouvernements
2019 46 046 1,61 10e
3 / 217

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Année Candidat Voix % Résultat
2019 Mehdi Jomaa 61 371 1,82 12e

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ar) « Déclaration de l'Alternative tunisienne », sur albadilettounsi.net, (consulté le 20 novembre 2018)
  2. « L’hommage du président Caïd Essebsi aux membres du gouvernement Jomaa », sur businessnews.com.tn, (consulté le 27 décembre 2018)
  3. a et b « Tunisie : BCE reçoit les partis politiques demandant un report des municipales », sur tunisienumerique.com, (consulté le 27 décembre 2018)
  4. « Tunisie : huit partis politiques demandent le report des élections municipales », sur tunisienumerique.com, (consulté le 27 décembre 2018)
  5. Composée de membres des partis suivants : Al Badil Ettounsi, Afek Tounes (en partie), Machrouu Tounes (en partie), Al Joumhouri, la Voie démocratique et sociale, l'Initiative nationale destourienne (en partie), la Rencontre démocratique, Tounes Awalan, le Mouvement démocrate, le Parti du travail patriotique et démocratique et Moustakbel Tounes
  6. « Tunisie : onze partis politiques participent aux municipales dans des listes communes », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le 27 décembre 2018)
  7. « Fusion d'Al Badil Ettounsi et de Tounes Awalan », sur mosaiquefm.com, (consulté le 20 novembre 2018)
  8. « Tunisie : fusion d'Al Badil Ettounsi et de Tounes Awalan », sur tunisienumerique.com, (consulté le 28 décembre 2018)
  9. « Tunisie : Mehdi Jomaâ en meeting à Ksar Hellal », sur tunisienumerique.com, (consulté le 28 décembre 2018)