Élections législatives tunisiennes de 2022-2023

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élections législatives tunisiennes de 2022-2023
154 des 161 sièges de l'Assemblée des représentants du peuple
(1er tour)
15- à l'étranger
(2e tour)
Type d’élection Élections législatives
Durée de campagne -
Corps électoral et résultats
Population 11 803 588[1]
Inscrits au 1er tour 9 136 502
Votants au 1er tour 1 025 418
11,22 % en diminution 30,5
Votes blancs et nuls au 1er tour 69 402
Inscrits au 2d tour 7 853 447
Votants au 2d tour 895 002
11,40 %
Votes blancs et nuls au 2d tour 45 898
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Indépendants
Sièges en 2019 13
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Mouvement du peuple
Sièges en 2019 15
Chef du gouvernement
Sortante
Najla Bouden
Indépendante
Instance supérieure indépendante pour les élections

Les élections législatives tunisiennes de 2022-2023 ont lieu le afin d'élire les membres de l'Assemblée des représentants du peuple de la Tunisie. Un second tour a lieu le dans les circonscriptions en ballotage.

Il s'agit des 17e élections législatives tunisiennes et des premières depuis l'adoption de la Constitution entrée en vigueur le .

Les élections sont convoquées à la suite de la crise politique initiée en 2021 et des mesures exceptionnelles mises en place par le président de la République Kaïs Saïed, en application de l'article 80 de la Constitution[2].

Contexte[modifier | modifier le code]

Kaïs Saïed

Le , jour de la fête de la République, après des mois de crise politique entre le président de la République Kaïs Saïed et l'Assemblée des représentants du peuple, des milliers de manifestants réclament la dissolution de cette dernière et un changement de régime[3]. Le gouvernement se voit reprocher l'état catastrophique de l'économie et son inaction, qui conduit notamment à l'aggravation de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Le soir même, invoquant l'article 80 de la Constitution, Kaïs Saïed limoge le gouvernement Mechichi avec effet immédiat, en particulier Hichem Mechichi de ses attributions de chef du gouvernement et de ministre de l'Intérieur par intérim, annonce la suspension de l'assemblée — dont il lève l'immunité des membres —, la formation d'un nouveau gouvernement — qui sera responsable devant lui — et sa décision de gouverner par décrets ; il indique également qu'il présidera le parquet[4]. Ennahdha dénonce aussitôt un « coup d'État »[5]. Cette qualification de coup d'État est partagée par des analystes politiques et juristes[6].

Le , il confirme par décret le prolongement des décisions ainsi que la dissolution de l'Instance provisoire chargée du contrôle de la constitutionnalité des projets de loi, et décide de suspendre les salaires et les bénéfices accordés au président de l'Assemblée des représentants du peuple et ses membres[7], et s'octroie le droit de gouverner par décret, récupérant de facto le pouvoir législatif[8],[9]. Sa décision est critiquée par la plupart des partis représentés au Parlement[10].

Le , le président charge Najla Bouden de former un nouveau gouvernement. Elle devient de ce fait pionnière dans le pays ainsi que dans le monde arabe[11].

Du au a lieu une consultation électronique sur les réformes à proposer en prévision du référendum. Lors du scrutin, qui a fait l'objet d'un très faible taux de participation, les options d'un passage à un régime présidentiel et au scrutin uninominal pour les législatives, l'emportent[12],[13],[14].

Le , 120 députés, sous la présidence du deuxième vice-président de l'assemblée Tarek Fetiti[15], se réunissent lors d'une session virtuelle pour voter la fin des mesures d'exception en vigueur depuis le . Le jour même, Kaïs Saïed dissout le Parlement, ce qu'interdit pourtant la Constitution durant la période où l'état d'exception est appliqué, et menace les députés de poursuites judiciaires[16],[17].

Le , Kaïs Saïed annonce que les élections se tiendront au scrutin uninominal majoritaire à deux tours[18]. Le , il indique que la loi électorale sera élaborée en considérant les recommandations des soutiens du processus du , et que le reste de la classe politique sera exclue de ce processus[19]. La loi électorale devra être publiée au plus tard le pour respecter les délais[20].

Le , la nouvelle Constitution est adoptée par référendum avec 94,60 % des voix[21]. Une nouvelle loi électorale est ensuite publiée par décret le [22]. La suspension du parlement est prolongée en attendant l'investiture de la nouvelle législature[23].

Système électoral[modifier | modifier le code]

Intérieur de l'assemblée.

Ancienne loi électorale[modifier | modifier le code]

L'Assemblée des représentants du peuple est définie par l'article 50 de la Constitution de 2014 comme l'institution qui représente le peuple et qui lui permet d'exercer le pouvoir législatif. D'après l'article 53, peut être candidat aux législatives tout électeur détenant la nationalité tunisienne depuis dix ans au moins, âgé d'au moins 23 ans lors de la présentation de sa candidature et qui ne se trouve dans aucun des cas d'interdiction prévus par la loi. Les articles 55 et 56 précisent que les membres de l'Assemblée des représentants du peuple sont élus au suffrage universel, libre, direct et secret pour un mandat de cinq ans, lors des soixante derniers jours du mandat parlementaire, tout en garantissant le droit de vote et de représentativité des Tunisiens de l'étranger en son sein.

Jusqu'en 2022, le scrutin est proportionnel : les 217 sièges sont pourvus pour cinq ans au scrutin proportionnel plurinominal à listes bloquées dans 27 circonscriptions électorales de quatre à dix sièges en Tunisie même, totalisant 199 sièges, et six circonscriptions pour les Tunisiens de l'étranger. Ces dernières se décomposent en deux circonscriptions de cinq sièges en France, une circonscription de trois sièges en Italie, une d'un siège en Allemagne, une de deux sièges pour le reste de l'Europe et le continent américain et une autre de deux sièges également pour les pays arabes et le reste du monde, pour un total de 18 sièges. Une fois le décompte des suffrages effectué, la répartition des sièges se fait dans un premier temps sur la base du quotient électoral puis sur la base du plus fort reste[24]. Les partis ont l'obligation de présenter des listes avec une parité homme-femmes, mise en œuvre via l'alternance de noms de candidats masculins et féminins[25]. Les listes doivent également comporter dans les circonscriptions de plus de quatre sièges au moins un homme et une femme de moins de 35 ans parmi leurs quatre premiers candidats[26].

Nouvelle loi électorale[modifier | modifier le code]

La nouvelle loi électorale est publiée le . L'Assemblée des représentants du peuple est composée de 161 sièges pourvus pour cinq ans au scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans autant de circonscriptions, dont 151 en Tunisie et 10 à l'étranger[27]. Est élu le candidat qui réunit au premier tour la majorité absolue des suffrages exprimés. À défaut, un second tour est organisé entre les deux candidats arrivés en tête au premier tour, deux semaines après la publication des résultats définitifs et expiration d'éventuels recours. Le candidat qui réunit le plus de suffrages au second tour est déclaré élu[28].

Les candidats doivent être âgés d'au moins 23 ans, ne doivent avoir aucun antécédent ou privation judiciaire, et ne peuvent se présenter que dans la circonscription dans laquelle ils habitent. Les candidats ayant une autre nationalité que celle de la Tunisie ne peuvent en revanche se présenter que dans des circonscriptions à l'étranger, ce qui interdit aux Tunisiens binationaux de se porter candidats dans des circonscriptions du territoire national. Sont également interdits d'être candidats ceux qui occupent ou ont occupé il y a moins d'un an des fonctions de membres du gouvernement, chefs de cabinets, juges, chefs de missions diplomatiques et centres diplomatiques et consulaires, les gouverneurs, les premiers délégués et secrétaires généraux des gouvernorats, les imams et les présidents des organisations et clubs sportifs[29].

Lors du dépôt d'une candidature, il est nécessaire de déposer à l'ISIE son programme électoral ainsi qu'une liste nominative de 400 parrainages avec signatures légalisées. Ces parrains doivent respecter l'égalité des sexes dans le nombre de signataires — donc 50 % d'hommes et 50 % de femmes — et les jeunes de moins de 35 ans doivent représenter au moins 25 % des parrains. Chaque électeur ne peut parrainer qu'un seul candidat[30].

En cas de rejet de candidature par l'ISIE, les candidats peuvent faire appel dans un délai de 48 heures auprès du Tribunal administratif qui tranchera. Des peines d'amendes, de prison et de privation du droit de se porter candidat sont également prévues pour les candidats qui pratiquent des abus financiers comme le soudoiement des électeurs ou le don, ainsi que ceux qui bénéficient de financement étranger ou de source inconnue durant les campagnes électorales[29].

Campagne[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

L'ISIE publie le calendrier électoral le [31]. Conformément au décret du appelant les électeurs à élire les membres de l'Assemblée des représentants du peuple[32], la date des élections législatives est fixée au sur le territoire national, et du 15 au à l'étranger[31].

L'enregistrement automatique des électeurs qui ont 18 ans avant le est effectuée à partir du [33]. La période électorale commence le à minuit, date à laquelle il est interdit de diffuser et publier les résultats de sondages d'opinions liés aux élections[34]. L'actualisation des inscrits au registre électoral ainsi que le changement des bureaux de vote ont lieu du au [35]. La liste définitive des électeurs est publiée le , après la réception des recours contre les listes préliminaires les 29 et , examinés les 1er et .

Le dépôt des candidatures est ouvert du au . Elles sont étudiées par l'ISIE le pour publier le lendemain, le , la liste des candidats dans les locaux de l'ISIE. La liste définitive des candidats est annoncée le . La campagne électorale commence le . Elle s'achève le à l'étranger et le sur le territoire national, dates respectives après lesquelles commence le silence électoral.

Les résultats préliminaires sont annoncés le , et les résultats définitifs le [31]. Le Tribunal administratif rejettant l'ensemble des recours le , le second tour est alors fixé au [36],[37].

Réactions[modifier | modifier le code]

Après avoir appelé les forces démocratiques et progressistes à se rassembler pour préparer des candidatures communes aux législatives, et proposé une feuille de route en cas de victoire[38], le Parti destourien libre annonce finalement le qu'il ne participera pas à des élections législatives considérées comme un « crime d'État », et la loi électorale à venir comme une loi « illégale »[39]. Il compare par ailleurs les élections législatives à une désignation de membres d'un « conseil similaire à celui de la Choura, comme dans les pays islamistes » et condamne le non-respect des normes internationales dans le processus. Le parti annonce également la tenue d'une journée de colère et de manifestation dans tout le pays le [40]. Le boycott des élections par le PDL risque d'affaiblir la légitimité des résultats étant donné que le parti est donné vainqueur par les sondages d'opinion[41].

Le Front de salut national, présidé par Ahmed Néjib Chebbi, annonce qu'il boycotte les élections législatives, les comparant aux élections qui étaient tenues sous le président Zine el-Abidine Ben Ali[42]. Cette coalition, qui avait également boycotté le référendum constitutionnel[43], est formée de plusieurs partis politiques dont Ennahdha, Al Amal, la Coalition de la dignité, Au cœur de la Tunisie et le mouvement Citoyens contre le coup d'État, ainsi que de membres de la société civile, créée pour s'opposer au coup de force du [44].

Une coalition formée d'Ettakatol, d'Al Joumhouri, du Courant démocrate, du Parti des travailleurs et du Pôle démocratique moderniste annonce également son boycott des élections[45]. La coalition Soumoud appelle également les citoyens à boycotter les élections[46].

Afek Tounes[47], Machrouu Tounes[48], la Voie démocratique et sociale[49] et le parti de l'Alliance nationale de Néji Jalloul boycottent également les élections législatives[50].

Le Syndicat national des journalistes tunisiens (ar) dénonce la situation des médias confisqués et menace de boycotter les élections en cas d'absence de dialogue avec le gouvernement[51].

Candidatures déclarées[modifier | modifier le code]

  • La Tunisie en avant annonce que le parti participera aux élections législatives[52] malgré des réserves sur certains articles de la loi électorale qui pourraient avoir des répercussions sur les résultats, selon le mouvement[53]. Ils appellent par ailleurs à la formation d'un front électoral réunissant toutes les forces progressistes qui soutiennent le processus du 25 juillet[54]. Le secrétaire général du parti Abid Briki n'est pas candidat à titre personnel[55].
  • Le Parti unifié des patriotes démocrates annonce qu'il participera aux élections dans l'objectif de réunir la gauche tunisienne[56]. Son dirigeant et ancien député Mongi Rahoui se porterait lui-même candidat[57]. Toutefois, à quelques mois du scrutin, le parti décide de le boycotter[58].
  • Le Parti national tunisien, présidé par Faouzi Elloumi, annonce qu'il soutiendra tous les adhérents et militants du parti qui souhaitent se présenter aux élections[59].
  • Le Harak du 25 juillet annonce sa participation aux législatives[60]. Ils menacent toutefois de boycotter les élections si le président de la République ne prend pas en considération les recommandations de son entourage[61]. Ils participent finalement aux élections avec 141 candidats dont 15 femmes, sans la participation des membres du bureau politique du mouvement suite à leur rejet des critères de parrainages[62].
  • Le parti de la Troisième République, présidé par Olfa Hamdi, annonce sa participation aux législatives[63].
  • Ahmed Chaftar, membre de la campagne explicative du référendum, annonce qu'il sera candidat dans la circonscription de Zarzis[64].
  • Fatma Mseddi, l'ancienne députée de Nidaa Tounes, annonce sa candidature dans la circonscription de Sfax Sud[65].
  • Meriem Laghmani, ancienne députée du parti Au cœur de la Tunisie, annonce sa candidature dans la région du Kef[66].
  • L'initiative politique « Pour que le peuple triomphe », fondée le et réunissant 25 personnalités indépendantes soutenant le processus du 25 juillet, est pressentie pour participer aux élections[67],[68]. L'ancien bâtonnier de l'ordre des avocats et membre de l'initiative, Brahim Bouderbala, confirme sa candidature personnelle aux législatives ainsi que la participation du groupe aux élections[69].
  • L'avocat Mounir Ben Salha annonce sa candidature aux législatives[70].
  • L'acteur et réalisateur Atef Ben Hassine dépose le sa candidature dans la circonscription de Chebba[71].

Participation des partis[modifier | modifier le code]

Le , le porte-parole de l'ISIE, Mohamed Tlili Mansri, annonce que les partis politiques sont interdits de faire campagne pour les élections législatives et que les candidats doivent mener leur campagne à titre individuel[72]. Il ajoute qu'il est interdit aux candidats d'indiquer dans leur dossier de candidature le parti qu'ils représentent[73]. Suite à la dénonciation de ces interdictions par des acteurs politiques[74],[75], le chef de l'État précise que les partis politiques peuvent participer à la campagne électorale mais uniquement en les soutenant à titre personnel[76]. Le porte-parole de l'ISIE précise également que les partis peuvent soutenir les candidats sans prendre part à la campagne, et que leurs candidats peuvent utiliser le logo officiel et le programme du parti politique durant leur campagne[77]. Toutefois, les partis ayant décidé le boycott des élections ne pourront pas être concernés par les législatives[78].

Le porte-parole de l'ISIE annonce le que les partis politiques et associations ne peuvent pas financer les candidats aux législatives puisqu'ils ne sont pas considérés comme personnes physiques pouvant participer au financement privé[79].

Le , le secrétaire général du Mouvement du peuple Zouhair Maghzaoui annonce que son parti va présenter des candidats dans au moins 120 circonscriptions dont des députés de la dernière législature[80],[81].

Affaire des parrainages illégaux[modifier | modifier le code]

Le , l'ISIE annonce que certains potentiels candidats aux législatives ont tenté d'obtenir illégalement des parrainages en exploitant les ressources publiques, en abusant de leur pouvoir ou en contrepartie d'une rémunération. Une enquête est donc ouverte et les personnes suspectées sont arrêtées[82],[83].

Selon le président de la République, parmi les infractions se trouvent le refus de la légalisation de signature des parrainages par des conseils municipaux, la facilitation de la légalisation des signatures pour certains candidats, ou le fait de « terroriser les citoyens » pour obtenir leurs parrainages[84].

Face à cette affaire, Kaïs Saïed compare les parrainages à de la « marchandise qui se vend et s'achète » et évoque, le , la nécessité d'amender une deuxième fois la loi électorale[85]. Le président de l'ISIE réagit à cette déclaration en faisant savoir qu'il serait préférable de ne pas amender la loi alors que la période électorale a commencé et que des parrainages ont déjà été récoltés. Il précise qu'il sera impossible de renoncer aux parrainages que les candidats ont reçus avant un potentiel deuxième amendement[86]. Il insiste également sur l'importance d'examiner la situation avant d'opérer des réajustements techniques de la loi et de consulter l'ISIE à cette étape de la campagne[87].

Le , le vice-président de l'ISIE Maher Jedidi confirme que la présidence de la République prépare un nouvel amendement de la loi électorale et que l'instance indépendante aura un rôle consultatif lorsque celle-ci sera prête. Il insiste tout de même sur l'importance de garder en l'état les conditions de candidature et que, si certains points techniques étaient changés, l'ISIE aurait son mot à dire, laissant envisager une défiance à une telle action de la part du président par l'ISIE[88].

Sondages[modifier | modifier le code]

Résultats[modifier | modifier le code]

Les résultats préliminaires du premier tour sont prévus pour le , et ceux définitifs pour le [140]. Les résultats définitifs de l'ensemble du scrutin sont prévus pour le [141].

Résultats préliminaires des élections législatives[142],[143]
Partis Premier tour Second tour Total +/-
Voix % Sièges Voix % Sièges
Harak du 25 juillet
Mouvement du peuple 12 en diminution 3
Autres partis
Indépendants
Sièges non pourvus 7 -
Votes valides 956 016 93,23
Votes blancs 45 613 4,45
Votes nuls 23 789 2,32
Total 1 025 418 100 21 100 133 161 en diminution 56
Abstentions 8 111 084 88,78
Inscrits / participation 9 136 502 11,22 9 136 502

Analyse[modifier | modifier le code]

Les élections connaissent un taux de participation historiquement faible qui s'établit à 11,22 %, contre 41,70 % en 2019[143]. La Tunisie battrait ainsi le record mondial d'abstention lors d'une élection[144]. Le rejet de la classe politique en général, couplé aux appels au boycott de la part des principaux partis ainsi qu'au désintérêt pour une assemblée aux pouvoirs considérablement restreints, conduisent comme attendu à une désaffection massive des électeurs, davantage préoccupés par les conditions économiques qui affectent le pays[145],[146],[147].

Un total de 23 candidats sont élus au premier tour, dont dix automatiquement en l'absence d'opposants : sept en Tunisie même et trois dans la diaspora. Sur les dix sièges réservés à la diaspora, seuls ces trois derniers sont par ailleurs pourvus, les sept autres restant vacants en l'absence de candidats dans les circonscriptions[141],[148].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population au 1er janvier 2022 », sur ins.tn, INS (consulté le ).
  2. Frida Dahmani, « Tunisie : référendum, Constitution, élections… ce que prévoit Kaïs Saïed », sur jeuneafrique.com, (consulté le ).
  3. « En Tunisie, des milliers de manifestants défilent contre leurs dirigeants », sur letemps.ch, (consulté le ).
  4. « Kais Saied prend tous les pouvoirs en main, suspend le parlement, limoge Mechichi et s'érige en chef de l'exécutif et du parquet », sur leaders.com.tn, (consulté le ).
  5. « Tunisie : le président s'arroge le pouvoir exécutif, Ennahdha condamne un « coup d'État contre la révolution » », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  6. « En Tunisie, la crise politique débouche sur une crise constitutionnelle », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  7. « Le président de la République publie des dispositions exceptionnelles », sur mosaiquefm.net, (consulté le ).
  8. « Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  9. « Kaïs Saïed, seul maître à bord en Tunisie », sur letemps.ch, (consulté le ).
  10. « Tunisie : mécontentement dans la classe politique après les annonces de Kaïs Saïed », sur rfi.fr, (consulté le ).
  11. « Tunisie : Najla Bouden Romdhane chargée de former un nouveau gouvernement », sur france24.com, (consulté le ).
  12. « Tunisie : la consultation citoyenne du président Kaïs Saïed a du plomb dans l'aile », sur franceculture.fr, (consulté le ).
  13. « Tunisie : une consultation largement boudée plébiscite un régime présidentiel », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  14. « Tunisie : échec de la consultation nationale en ligne voulue par le président Saïed », sur rfi.fr, (consulté le ).
  15. « Ftiti : leur but était de pousser le chef de l'Etat à organiser un dialogue national ou à dissoudre le Parlement », sur tunisienumerique.com (consulté le ).
  16. « Tunisie : la crise institutionnelle s'aggrave », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  17. Frida Dahmani, « Tunisie : poussé dans ses derniers retranchements, Kaïs Saïed dissout l'Assemblée », sur jeuneafrique.com, (consulté le ).
  18. « Tunisie : Saïed annonce des nouvelles règles de vote aux élections législatives », sur challenges.fr, (consulté le ).
  19. « Législatives : un nouveau projet avec les "adhérents au 25 juillet" », sur mosaiquefm.net, (consulté le ).
  20. « Kaïs Saïed exclut ses opposants de l'élaboration de la loi électorale », sur businessnews.com.tn, (consulté le ).
  21. « Référendum en Tunisie : la nouvelle Constitution adoptée malgré une forte abstention », sur france24.com, (consulté le ).
  22. « En Tunisie, une nouvelle loi électorale réduit le rôle des partis politiques », sur france24.com, (consulté le ).
  23. « Tunisie : Saied prolonge la suspension du Parlement, nouvelles élections en décembre 2022 », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  24. « Majlis Nawwab ash-Sha'ab (Assemblée des représentants du peuple) », sur archive.ipu.org (consulté le ).
  25. Thierry Portes, « Tunisie : duel entre séculiers et islamistes », sur lefigaro.fr, 25-26 octobre 2014 (consulté le ), p. 6.
  26. (en) « IFES Election Guide », sur electionguide.org (consulté le ).
  27. « En Tunisie, le président Kaïs Saïed instaure une nouvelle loi électorale marginalisant les partis politiques », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne, consulté le ).
  28. Abdelkrim Dermech, « En cas d'un deuxième tour des législatives : la composition du prochain Parlement, en mars 2023 », sur lapresse.tn, (consulté le ).
  29. a et b « Tunisie-Législatives : à propos de la loi électorale publiée dans le Jort », sur kapitalis.com, (consulté le ).
  30. « Tunisie : les grandes lignes du nouveau code électoral, instituant un scrutin uninominal à deux tours », sur news.gnet.tn, (consulté le ).
  31. a b et c « Tunisie : le calendrier électoral des législatives publié dans le JORT », sur webdo.tn, (consulté le ).
  32. « Tunisie : parution du décret appelant les électeurs à élire les membres de l'Assemblée », sur news.gnet.tn, (consulté le ).
  33. Hajer Cherni, « Tunisie : démarrage de l'inscription automatique des électeurs pour les législatives », sur aa.com.tr, (consulté le ).
  34. a et b « Tunisie : démarrage de la période électorale pour les législatives », sur kapitalis.com, (consulté le ).
  35. « Législatives 2022 : démarrage de l'opération d'actualisation des bureaux de vote », sur jawharafm.net, (consulté le ).
  36. Hajer Cherni, « Tunisie/Législatives : le Tribunal administratif rejette l'ensemble des recours contre les résultats du premier tour », sur aa.com.tr, (consulté le ).
  37. Malek Jomni, « Tunisie/ISIE : le second tour des législatives pourrait avoir lieu le 29 janvier 2023 », sur aa.com.tr, (consulté le ).
  38. « Tunisie : Abir Moussi tente l'impossible, rassembler une opposition éclatée », sur kapitalis.com, (consulté le ).
  39. « Abir Moussi : le Parti destourien libre ne participera pas aux élections législatives », sur tunisienumerique.com, (consulté le ).
  40. « PDL : 17 septembre, journée de colère dans tout le pays », sur webdo.tn, (consulté le ).
  41. « Tunisie : quel crédit auraient des législatives sans le PDL ? », sur kapitalis.com, (consulté le ).
  42. « Le Front du salut national boycotte les législatives », sur mosaiquefm.net, (consulté le ).
  43. « Tunisie : le Front du salut réitère son appel au boycott du référendum constitutionnel », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  44. « Création officielle du Front de salut national présidé par Nejib Chebbi », sur lapresse.tn, (consulté le ).
  45. « Tunisie : une coalition politique annonce son boycott des prochaines législatives », sur news.gnet.tn, (consulté le ).
  46. « La coalition Soumoud appelle les Tunisiens à boycotter les législatives », sur tunisienumerique.com, (consulté le ).
  47. « Afek Tounès appelle Saïed à une présidentielle anticipée », sur mosaiquefm.net, (consulté le ).
  48. « Machrou Tounes "n'est pas concerné" par les législatives », sur mosaiquefm.net, (consulté le ).
  49. « Al Massar ne participera pas aux prochaines législatives », sur mosaiquefm.net, (consulté le ).
  50. « L'Alliance nationale boycotte les législatives », sur mosaiquefm.net, (consulté le ).
  51. « Tunisie : le SNJT menace de boycotter les législatives », sur webdo.tn, (consulté le ).
  52. « Le mouvement "La Tunisie en avant" participera aux prochaines législatives », sur tunisienumerique.com, (consulté le ).
  53. « Législatives : "La Tunisie en avant" y sera, malgré des réserves », sur mosaiquefm.net, (consulté le ).
  54. Cherif Benyounes, « « La Tunisie en Avant » appelle à la formation d'un front électoral regroupant les progressistes soutenant le processus du 25 juillet », sur kapitalis.com, (consulté le ).
  55. « Abid Briki : Je ne me présenterai pas aux législatives », sur tunisie-tribune.com, (consulté le ).
  56. « Mongi Rahoui : Al Watad participera aux élections législatives », sur tunisienumerique.com, (consulté le ).
  57. « Mongi Rahoui : je me porterais candidat aux législatives », sur businessnews.com.tn, (consulté le ).
  58. Malek Jomni, « Tunisie : le parti des patriotes démocrates unifié réitère son appel au boycott des élections législatives », sur aa.com.tr, (consulté le ).
  59. « Le Parti national tunisien annonce sa participation aux législatives », sur lapresse.tn, (consulté le ).
  60. (ar) « 'حراك 25 جويلية' يعلن مشاركته في التشريعية وينتقد أداء هيئة الانتخابات », sur mosaiquefm.net,‎ (consulté le ).
  61. « Le Mouvement du 25 juillet hausse le ton et avertit Kais Saïed », sur tunisienumerique.com, (consulté le ).
  62. « Législatives : 141 candidats pour le Harak du 25 juillet », sur mosaiquefm.net, (consulté le ).
  63. « Olfa Hamdi : "Mon parti peut remporter 82 sièges aux Législatives" », sur webdo.tn, (consulté le ).
  64. « Ahmed Chaftar candidat aux prochaines législatives », sur webdo.tn, (consulté le ).
  65. « Législatives 2022 : Fatma Mseddi candidate », sur webdo.tn, (consulté le ).
  66. « Meriam Laghmani annonce sa candidature aux législatives 2022 », sur businessnews.com.tn, (consulté le ).
  67. « 25 personnalités pro-Saied lancent l’initiative "Pour que le peuple triomphe" », sur webdo.tn, (consulté le ).
  68. « Pour que le peuple triomphe – Nouvelle initiative politique des partisans de Saïed », sur businessnews.com.tn, (consulté le ).
  69. « Brahim Bouderbala candidat aux législatives », sur webdo.tn, (consulté le ).
  70. « Législatives 2022 : Mounir Ben Salha candidat », sur webdo.tn, (consulté le ).
  71. « L'acteur Atef Ben Hassine candidat aux législatives », sur mosaiquefm.net, (consulté le ).
  72. « Tunisie : les partis politiques interdits de faire campagne pour les législatives anticipées », sur espacemanager.com, (consulté le ).
  73. Abdelkrim Dermech, « Législatives anticipées : quel avenir pour les partis politiques ? », sur lapresse.tn, (consulté le ).
  74. « Législatives 2022 : l'Alliance pour la Tunisie dénonce l'interdiction des partis de mener des campagnes électorales », (consulté le ).
  75. « Issam Chebbi : les restrictions excessives aux partis confirment l'illégitimité des prochaines législatives », sur tuniscope.com, (consulté le ).
  76. Abdelkrim Dermech, « Les partis politiques et les législatives du 17 décembre 2022 : les doutes, enfin, levés », sur lapresse.tn, (consulté le ).
  77. « ISIE-Élections législatives : les candidats peuvent utiliser les logos des partis politiques », sur tunisienumerique.com, (consulté le ).
  78. « Législatives : pas de campagne pour les partis ? », sur mosaiquefm.net, (consulté le ).
  79. « Tunisie/Législatives : les candidats n'auront droit ni à un financement public, ni à celui des partis et associations », sur news.gnet.tn, (consulté le ).
  80. « Zouhair Maghzaoui : les candidats du Mouvement Echaâb présents dans 120 circonscriptions électorales », sur tunisienumerique.com, (consulté le ).
  81. « Législatives : Al-Chaâb va présenter des candidats dans un moins 120 circonscriptions », sur espacemanager.com, (consulté le ).
  82. « Législatives : tentatives de parrainages illégaux et arrestations... », sur mosaiquefm.net, (consulté le ).
  83. « Législatives tunisiennes : enquête judiciaire à l'encontre de candidats ayant tenté d'obtenir des parrainages illégalement », sur kapitalis.com, (consulté le ).
  84. « Face à Charfeddine, Saïed énumère les dépassements dans la collecte des parrainages », sur businessnews.com.tn, (consulté le ).
  85. « Tunisie : les parrainages poussent Kais Saied à amender la loi électorale ! », sur webdo.tn, (consulté le ).
  86. « Tunisie : "Il vaut mieux ne pas toucher à la loi électorale, en cette période" (Bouaskar) », sur news.gnet.tn, (consulté le ).
  87. « Le président de l'ISIE contre l'amendement de la loi électorale », sur webdo.tn, (consulté le ).
  88. Souleymane Loum, « L'ISIE ose fixer une ligne rouge, vers un combat contre Saied ? », sur tunisienumerique.com, (consulté le ).
  89. (ar) « حسب مؤسسة امرود كونسلتينغ:54،2% من التونسيين سينتخبون قيس سعيد مباشرة من الدورة الاولى اذا تمت اعادة الانتخابات », sur facebook.com,‎ (consulté le ).
  90. « Emrhod Consulting », sur facebook.com (consulté le ).
  91. « Tunisie : le PDL de Abir Moussi crédité du plus grand nombre de voix aux législatives, selon un sondage SIGMA », sur tunisienumerique.com, (consulté le ).
  92. (ar) [vidéo] Rendez Vous 9 S02 - Ep116 P02 sur YouTube (consulté le ).
  93. « Intentions de vote : Ennahdha et le PDL au coude à coude », sur kapitalis.com, (consulté le ).
  94. « Sigma Conseil : Kais Saied en tête des intentions de vote », sur shemsfm.net, (consulté le ).
  95. a et b (ar) [vidéo] Rendez Vous 9 S02 - Ep180 sur YouTube (consulté le ).
  96. « Intentions de vote : un nouveau duel qui se dessine entre Ennahdha et le PDL », sur kapitalis.com, (consulté le ).
  97. (ar) « جريدة المغرب | خاص: نوايا التصويت في الانتخابات التشريعية والرئاسية », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  98. « Emrhod Consulting », sur facebook.com (consulté le ).
  99. (ar) « جريدة المغرب | خاص: نوايا التصويت في التشريعية والرئاسية », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  100. « Emrhod Consulting », sur facebook.com (consulté le ).
  101. (ar) « جريدة المغرب | سبر آراء نوايا التصويت في التشريعية والرئاسية - سبتمبر 2020 », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  102. « Emrhod Consulting », sur facebook.com (consulté le ).
  103. (ar) « جريدة المغرب | خاص: سبر آراء نوايا التصويت في الانتخابات التشريعية والرئاسية الاستقطاب في التشريعية بين الدستوري والنهضة وقيس سعيّد يواصل التحليق في الرئاسية », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  104. (ar) « جريدة المغرب | خاص: نوايا التصويت في الانتخابات التشريعية والرئاسية نوفمبر 2020 في التشريعة: فوز ساحق للدستوري الحر في الرئاسية: قيس سعيّد منذ الدور الأوّل رغم تراجعه بـ9 نقاط وعبير موسي تصعد إلى المرتبة الثانية », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  105. « Le PDL et Kaïs Saïed toujours en tête des intentions de vote selon le sondage Emrhod », sur businessnews.com.tn, (consulté le ).
  106. « Sondage Emrhod : Kaïs Saïed et Abir Moussi en tête des intentions de vote à la présidentielle », sur businessnews.com, (consulté le ).
  107. (ar) « جريدة المغرب | خاص: نوايا التصويت في التشريعية والرئاسية - جانفي 2021 الدستوري الحرّ يعمق الفارق مع النهضة بصفة غير مسبوقة », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  108. « Kaïs Saïed et le PDL en tête des intentions de vote », sur businessnews.com.tn, (consulté le ).
  109. (ar) « جريدة المغرب | خطّ الفرز الأساسي: معاداة الإسلام السياسي », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  110. « Le baromètre politique d'Emrhod Consulting pour le mois de février 2021 », sur facebook.com (consulté le ).
  111. (ar) « جريدة المغرب | خاص: نوايا التصويت في التشريعية والرئاسية - مارس 2021 », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  112. « Baromètre Emrhod : le PDL caracole en tête des intentions de vote aux législatives », sur businessnews.com.tn, (consulté le ).
  113. (ar) « جريدة المغرب | خاص: نوايا التصويت في التشريعية والرئاسية - أفريل 2021 في التشريعية: ويتواصل تقدم الدستوري الحرّ في الرئاسية: قيس سعيّد وعبير موسي في الدور الثاني », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  114. « Sondage avril : le PDL recule ; Attayar, Ennahdha et Kaïs Saïed montent », sur businessnews.com.tn, (consulté le ).
  115. (ar) « جريدة المغرب | خاص: نوايا التصويت في التشريعية والرئاسية - ماي 2021 », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  116. « Législatives : le PDL, Ennahdha et Al Karama en baisse et entrée en force des indépendants », sur businessnews.com.tn, (consulté le ).
  117. (ar) « جريدة المغرب | نوايا التصويت في التشريعية والرئاسية - جوان 2021: الدستوري الحرّ يعمق الفارق- رغم تراجعه بأربع نقاط يبقى قيس سعيّد دون منافسة جديدة », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  118. « Emrhod Consulting », sur facebook.com (consulté le ).
  119. (ar) « جريدة المغرب | خاص: الباروميتر السياسي لشهر أوت 2021 لأول مرة منذ 6 سنوات 77،1 ٪ البلاد تسير في الطريق الصحيح 94،9 ٪ يساندون قرارات رئيس الجمهورية يوم 25 جويلية », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  120. « Emrhod Consulting », sur facebook.com (consulté le ).
  121. (ar) « جريدة المغرب | خاص: الباروميتر السياسي لشهر سبتمبر 2021 رغم بقائهما في مستوى مرتفع، تراجع في نسبتي التفاؤل والثقة الكبيرة في رئيس الدولة », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  122. « Emrhod Consulting », sur facebook.com (consulté le ).
  123. (ar) « جريدة المغرب | خاص: نوايا التصويت في التشريعية والرئاسية - أكتوبر 2021 », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  124. « Emrhod Consulting », sur facebook.com (consulté le ).
  125. (ar) « جريدة المغرب | خاص: نوايا التصويت في التشريعة والرئاسية لشهر نوفمبر 2021 », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  126. « Emrhod Consulting », sur facebook.com (consulté le ).
  127. (ar) « جريدة المغرب | خاص: نوايا التصويت في التشريعة والرئاسية لشهر ديسمبر 2021 », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  128. « Emrhod Consulting », sur facebook.com (consulté le ).
  129. (ar) « جريدة المغرب | خاص: نوايا التصويت في التشريعية والرئاسية - جانفي 2022 », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  130. « Emrhod Consulting », sur facebook.com (consulté le ).
  131. (ar) « جريدة المغرب | خاص: نوايا التصويت في التشريعية والرئاسية - فيفري 2022 », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  132. « Emrhod Consulting », sur facebook.com (consulté le ).
  133. (ar) « جريدة المغرب | خاص: نوايا التصويت في التشريعية والرئاسية - مارس 2022 », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  134. « Emrhod Consulting », sur facebook.com (consulté le ).
  135. (ar) « جريدة المغرب | الدستوري الحرّ يعمق الفارق • 69،6 ٪ لا يدلون بنوايا تصويتهم شروط المنافسة مازالت منعدمة • 29،8 ٪ لا يدلون بنوايا تصويتهم », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  136. « Emrhod Consulting », sur facebook.com (consulté le ).
  137. (ar) « جريدة المغرب | خاص: نوايا التصويت في التشريعية والرئاسية - ماي 2022 », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le ).
  138. « Sondage Emrhod - Abir Moussi largement en tête pour les législatives », sur businessnews.com.tn, (consulté le ).
  139. « Sondages et publicité politique interdits, l'ISIE lance la phase pré-référendum », sur webdo.tn, (consulté le ).
  140. « Tunisie : le calendrier électoral des législatives publié dans le JORT », sur webdo.tn, (consulté le ).
  141. a et b (en) « Tunisia: 23 Constituencies Not Concerned By Legislative Runoff, Says Mnasri », sur allafrica.com, (consulté le ).
  142. « Résultats », sur isie.tn (consulté le ).
  143. a et b « Tunisie : 11,22 % de participation aux élections législatives anticipées », sur aa.com.tr, (consulté le ).
  144. « Record mondial d'abstention en Tunisie : le désaveu du président Saïed », sur radiofrance.fr, (consulté le ).
  145. « En Tunisie, des élections législatives sans débat ni passion », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne, consulté le ).
  146. « Tunisie : faible mobilisation pour l'élection d'un Parlement sans vrais pouvoirs », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le ).
  147. « Tunisie : très faible affluence pour élire un Parlement au rôle limité », sur information.tv5monde.com, (consulté le ).
  148. (en) « Tunisia set for runoffs after low turnout parliamentary elections », sur aljazeera.com, (consulté le ).