Fort de Caluire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fort de Caluire
Image illustrative de l’article Fort de Caluire
Entrée du fort

Lieu Caluire-et-Cuire
Fait partie de la première ceinture de Lyon
Type d’ouvrage Fort
Construction 1831
Architecte Hubert Rohault de Fleury
Démolition 1933
Contrôlé par Drapeau de la France France
Coordonnées 45° 47′ 35″ nord, 4° 50′ 12″ est

Le fort de Caluire est une ancienne fortification située à Caluire-et-Cuire. Aujourd'hui disparu, il faisait partie de la première ceinture de Lyon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fronton de l'entrée de la champignonnière

Construit en 1831, il était relié au fort de Montessuy par l'intermédiaire d'une longue enceinte, avec lequel il interdisait l'accès au plateau de la Croix-Rousse depuis la route de la Dombes.

Placé sur le versant de la Saône, il permettait de défendre le fleuve, couplé au fort de Loyasse, au fort de la Duchère et au fort Saint-Jean.

Il était de forme carrée avec un bastion dans chaque angle.

Ce qui était au départ un abri à chevaux est devenu par la suite une champignonnière, exploitée dans les années 1860 au sein de l'enceinte reliant les deux forts[1]. L'entrée se faisait au milieu de l'enceinte. Celle-ci était constituée de 61 pièces occupant les casemates :

Plan de la champignonnière entre les forts






  • Flèche bleue: Entrée de la champignonnière
  • A: 6 pièces de 4,5 x 4,5m
  • B: 55 pièces de 4,5 x 4,5m

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Wagonnet de la champignonnière

Le fort a été démoli en 1933 pour la construction de l'actuel stade Henri-Cochet.

De rares éléments physiques et toponymiques permettent actuellement de le situer, telle que la montée des Forts ; l'entrée du fort se trouvait en effet à l'actuel croisement de la montée des Forts et de l'avenue Paul Doumer.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Dallemagne (photogr. Georges Fessy), Les défenses de Lyon : enceintes et fortifications, Lyon, Éditions Lyonnaises d'Art et d'Histoire, , 255 p. (ISBN 2-84147-177-2), p. 124–126

Références[modifier | modifier le code]

  1. Visite de l'ancienne champignonnière de Caluire-et-Cuire, Lyon, Association OCRA-LYON, , 7 p. (lire en ligne).

Sur les autres projets Wikimedia :