Casernes de la Part-Dieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Casernes de la Part-Dieu
Casernes Margaron
Image illustrative de l'article Casernes de la Part-Dieu
Les casernes de la Part-Dieu

Lieu Lyon
Fait partie de la première ceinture de Lyon
Type d’ouvrage Caserne
Construction 1844
Démolition 1968
Contrôlé par Drapeau de la France France
Effectifs 1844:
3 040 hommes
1 628 chevaux
1855:
2 770 hommes
2 066 chevaux
Coordonnées 45° 45′ 43.6″ N 4° 51′ 20.71″ E / 45.762111, 4.8557528 ()45° 45′ 43.6″ Nord 4° 51′ 20.71″ Est / 45.762111, 4.8557528 ()  

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Casernes de la Part-DieuCasernes Margaron

Géolocalisation sur la carte : Grand Lyon

(Voir situation sur carte : Grand Lyon)
Casernes de la Part-DieuCasernes Margaron

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Casernes de la Part-DieuCasernes Margaron

Les casernes de la Part-Dieu étaient destinées à héberger des régiment de cavaliers et d'artillerie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les casernes ont été construites sur le terrain de l'ancienne redoute de la Part-Dieu acheté par l'État en 1844. Le terrain de 22 ha pouvait accueillir 3 040 hommes et 1 628 chevaux, l'équivalent de deux régiments d'artillerie hébergés dans deux casernes symétriquement placées autour d'une place d'Armes ; les écuries se trouvaient au rez-de-chaussée de chaque bâtiment. D'autres bâtiments, plus petits, hébergent l'infirmerie, les magasins, la forge, le vétérinaire et les cuisines.

En 1855, le maréchal de Castellane, alors gouverneur militaire de Lyon, entreprend de déplacer le régiment d'artillerie vers les camps militaires de La Doua et au fort de la Vitriolerie, laissant place à 16 escadrons (un escadron équivaut à 70 hommes) de cavalerie dans les casernes de la Part-Dieu. Une restructuration des casernes déplace les écuries dans des bâtiments annexes, augmentant les capacités d'hébergement à 2 770 hommes et 2 066 chevaux.

Les casernes hébergeront successivement des régiments de cavaliers, cuirassiers (7e, 9e et 10e régiment ) et de dragons (2e régiment)[1]. La caserne reste occupée par l'armée jusqu'en 1962 où le terrain est cédé à la ville de Lyon.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Les travaux d'urbanisation d'aménagement du centre commercial de la Part-Dieu commencent en 1968 et entrainent la destruction des casernes.

L'actuelle rue des Cuirassiers de Lyon rappelle la présence des casernes de l'époque.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Dallemagne (photogr. Georges Fessy), Les défenses de Lyon : enceintes et fortifications, Lyon, Éditions Lyonnaises d'Art et d'Histoire,‎ 2006, 255 p. (ISBN 2-84147-177-2), p. 209-211

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les casernes de la Part-Dieu », sur museemilitairelyon.com (consulté le 7 avril 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :