Fatima Bedar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fatima Bedar
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 15 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Stains (-), Tichy (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Activité
Militante indépendantiste

Fatima Bedar est une militante indépendantiste algérienne, née le à Tichy et morte lors du massacre du à Paris. Tuée à l'âge de 15 ans, elle est considérée comme une martyre moudjahidine.

Elle est issue d'une famille française musulmane d'Algérie vivant en France métropolitaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

icône image Image externe
Photographie de Fatima Bedar.

Fatima Bedar naît le à Tichy, ville la wilaya de Béjaïa en Kabylie ou elle grandit avec sa mère[1] Dijda[2]. Son père, Hocine Bedar, travaille en France, à Saint-Denis dans le département de Seine-Saint-Denis, où il est sur les gazomètres[1]. Durant la Seconde Guerre mondiale, il combat aux côtés du 3e régiment de tirailleurs algériens, d'abord à la bataille de France, où il est fait prisonnier avant de s'évader et d'être rapatrié en Algérie, puis aux campagnes de Tunisie, d'Italie et de France avec l'Armée française de la Libération[1],[3].

Fatima Bedar émigre en France à l'âge de cinq ans, et rejoint avec sa mère son père, chauffe-four au Gaz de France. Ils vivent dans un bidonville du quartier Pleyel à Saint-Denis puis dans un immeuble situé rue du Port à Aubervilliers[1]. Ils y achètent une maison en 1954, avant de déménager à Sarcelles en 1959[3]. En , la famille emménage dans un pavillon à Stains. Fatima Bedar a six frères et sœurs, les plus âgés sont Zohra, Louisa et Djoudi (né en 1956)[1],[4].

Fatima Bedar souhaite devenir institutrice, mais elle étudie au collège d'enseignement commercial féminin, situé rue des Boucheries à Saint-Denis ; la faute aux « préjugés de l’époque » selon Didier Daeninckx[1].

Après la mort de sa fille Fatima, Djida Bedar tombe à de multiples reprises malade et part se faire soigner dans différentes maisons de repos, avant de décéder le [2],[3]. Hocine Bedar meurt le , à l'âge de quatre-vingt-dix ans[5],[6].

Manifestation du [modifier | modifier le code]

Engagement politique précoce[modifier | modifier le code]

Fatima Bedar grandit au sein d'une famille nationaliste ; son père milite à la fédération de France du FLN[7]. Elle a huit ans lorsqu'éclate la guerre d'Algérie, en 1954[8]. Avec sa sœur cadette, son père l'emmène parfois aux réunions clandestines des indépendantistes[9]. C'est probablement là qu'elle y développe ses idées anticolonialistes[1],[3].

Déroulé de la manifestation[modifier | modifier le code]

Le , la fédération de France du FLN appelle à une manifestation pacifique à Paris, afin de protester contre un couvre-feu proclamé quelques jours plus tôt par le préfet de Police Maurice Papon et visant uniquement les Algériens. Les parents de Fatima Bedar souhaitant y prendre part, ils demandent à ce que leur fille aînée garde ses frères et sœurs[10]. Cependant, elle aussi veut manifester, ce que ses parents lui interdisent. Ils se disputent, puis Fatima Bedar part au collège[1].

Elle ne rentre pas le soir et ses parents, après l'avoir cherchée de longues heures en vain, décident de revenir chez eux tard dans la soirée pour l'attendre. Fatima Bedar a rejoint seule la manifestation, son cartable sur le dos. La police massacre par dizaines les protestataires[3],[10]. Elle est tabassée puis jetée à l'eau, où elle se noie. Elle est alors âgée de quinze ans[11].

Disparition[modifier | modifier le code]

Hocine Bedar signale la disparition de Fatima Bedar le lendemain[10] au commissariat de Stains et Saint-Denis. Djoudi Bedar témoigne que « [s]on père a été très mal reçu par la police avec des insultes, des bousculades ainsi que des coups »[3]. Sa mère, enceinte de leur huitième enfant[1],[4], parcourt pendant deux semaines les rues de Stains et celles des villes environnantes avec Djoudi, cherchant sa fille en pleurant et en priant, en vain[1],[3]. Ensemble, ses parents se rendent dans plusieurs commissariats de la région parisienne, cherchant à faire déposer un avis de recherche national[3]. La recherche se poursuit jusqu'au , jour où le corps de Fatima Bedar[1], coincé dans la septième écluse du canal Saint-Denis[2] avec une quinzaine d'autres[12], est repéré par un ouvrier puis remonté de la Seine. Son père l'identifie le jour même[1], grâce à ses longues nattes noires[3]. Son cartable leur est restitué le lendemain[2]. Alors qu'il ne sait ni lire ni écrire le français, il est obligé de signé un procès-verbal affirmant que Fatima s'est suicidée[1] par noyade[10].

Fatima Bedar est inhumée le dans le cimetière communal de Stains[3],[13]. Grâce au concours de la Fondation du et du ministère des Moudjahidine[14], sa dépouille est exhumée durant l'automne 2006 pour être transportée en Kayblie. Elle est inhumée le dans le carré des martyrs de Tichy, commune où est aussi enterré ses parents[1].

Mémoire[modifier | modifier le code]

Blackout familial[modifier | modifier le code]

Pendant longtemps, les parents garderont le silence sur la mort de leur fille aînée[3],[10]. Jusqu'à une enquête réalisée au milieu des années 1980, les frères et sœurs croient qu'elle a été tuée à la manifestation du à Charonne[10],[15],[16], bien plus médiatisée et commémorée[17]. Leur mère leur explique que « Fatima est morte à l'époque où les policiers français jetaient les Algériens à la Seine[3],[10]. »

Contre-enquête de Didier Daeninckx et Jean-Luc Einaudi[modifier | modifier le code]

Commémoration du massacre, le à Aubervilliers. Didier Daeninckx à droite.

En 1986, quinze ans après les faits, Didier Daeninckx, romancier connu pour son livre Meurtres pour mémoire qui relate les évènements du et sorti trois ans plus tôt[10], publie dans la revue Actualités de l'émigration un article contenant la première liste des morts ; y figure Fatima Bedar[18].

Le journal L'Humanité en publie un résumé, qui parvient aux mains de Louisa Bédar, sœur de Fatima[1],[18]. Cette dernière contacte alors Didier Daeninckx, lui écrivant que sa sœur n'a pas été tuée par les policiers le , mais qu'elle s'est suicidée le 31. Pendant quelques années, Daeninckx réalise avec l'historien Jean-Luc Einaudi une contre-enquête, prouvant que Fatima Bédar a bien été noyée le [1],[11]. Simultanément à des recherches dans les cimetières et à l'institut médico-légal de Paris, ce dernier cherche à faire témoigner la famille, les camarades de classes, la directrice de l'école ou encore l'éclusier. Il ne parvient à en contacter que quelques-unes, la plupart étant décédées. Il obtient notamment le témoignage d'une camarades de classe, pour qui l'hypothèse qu'elle se soit rendue à la manifestation est plausible, contredisant un témoignage inscrit dans le rapport de police. Le père de Fatima Bedar refuse de témoigner, déclarant que rien ne pouvait la faire revenir : « Eh oui, qu'est-ce que tu veux, elle voulait aller à la manifestation »[3].

Postérité[modifier | modifier le code]

« À la mémoire des nombreux Algériens tués lors de la sanglante répression de la manifestation pacifique du  », plaque commémorative déposée à Aubervilliers, à proximité du canal Saint-Denis.

La chahida Fatima Bedar[19] est devenue une des martyrs moudjahidines de la guerre d'indépendance de l'Algérie[2],[11],[20],[21] et un symbole des victimes du massacre du massacre occulté du [12],[22],[23],[24]. Elle est l'une des rares femmes citées parmi les victimes[25].

Djoudi Bedar, petit frère de Fatima, milite pour la mémoire de sa sœur[10],[9],[26]. En octobre 2014, il est décidé que le collège de Stains, anciennement Maurice-Thorez, soit renommé en Fatima-Bedar. Cependant, après le refus du principal de l'établissement, se déclarant « choqué » et pour qui « les élèves n'ont pas le recul nécessaire », le Conseil général vote pour le nom de la chanteuse Barbara. Il est depuis prévu que le gymnase situé à poximité du collège porte le nom de Fatima Bedar[27].

Le [5], un jardin Fatima-Bedar est inauguré à Saint-Denis[10],[28], quartier Confluence[29], non loin de l'écluse où son corps a été retrouvé[4]. La cérémonie voir notamment la présence de l'ancien responsable de la fédération de France du FLN Mohamed Ghafir[5] et de Didier Daeninckx. Son nom est choisi par la population dionysienne, dans un processus de mise en avant des femmes sur les plaques des rues[30]. Un quartier de sa ville natale, Tichy, adopte son nom le [31]. En 2018, son cartable, retrouvé avec elle le , est offert au musée du Moudjahid à Béjaïa le par Djoudi Bedar[32].

Jean-Luc Einaudi dédie à Fatima Bedar son ouvrage La Bataille de Paris, , publié en 1991 à Paris[16],[33]. Didier Daeninckx écrit en 2011 un texte intitulé « Fatima pour mémoire », publié au sein du recueil , 17 écrivains se souviennent codirigé par Samia Messaoudi, Mustapha Harzoune[34]. La même année, à l'occasion du cinquantenaire, Didier Daeninckx est chargé de l'écriture d'une bande dessinée sur le , intitulée Octobre noir, en collaboration avec le dessinateur Mako[35]. Il fait partager à son héroïne, Khelloudja, adolescente de quinze ans aux longues nattes[18],[36], la même histoire que Fatima Bedar. Après avoir rejoint la manifestation en désobéissant à ses parents, elle est portée disparue avant que son corps ne soit retrouvé dans le canal Saint-Denis. En postface, Daeninckx réédite « Fatima pour mémoire »[36]. Toujours en 2011, Mohamed Ghafir lui consacre un chapitre au sein de son ouvrage Cinquantenaire du à Paris. Droit d'évocation et de souvenance paru à Alger[37],[38].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages généraux[modifier | modifier le code]

Ouvrages généraux évoquant Fatima Bedar.

Sur Fatima Bedar[modifier | modifier le code]

Fiction[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Philip Brooks et Alan Hayling, Une journée portée disparue, 1992, 52 minutes
    Plusieurs sœurs de Fatima Bedar y témoignent[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o et p Daeninckx 2011.
  2. a b c d et e El Korso 2006.
  3. a b c d e f g h i j k l et m Ferroudj 2013.
  4. a b et c Berbère Télévision, «  : Inauguration du jardin Fatima-Bedar », sur YouTube, (consulté le ). Discours de Djoudi Bedar.
  5. a b et c « Fatima Bedar et Einaudi honorés à Paris », sur El Watan, (consulté le ).
  6. « M. Bedar Hocine », sur Décès en France (consulté le ).
  7. Hassane Zerrouky, « Jetée à la Seine le  », sur L'Humanité, (consulté le ).
  8. « Un jardin public de la ville de Saint-Denis portera le nom de Fatima Bedar », sur Siwel, (consulté le ).
  9. a et b Dominique Sanchez, « Djoudi n'oublie pas sa sœur Fatima Bedar », sur Le Journal de Saint-Denis, (consulté le ).
  10. a b c d e f g h i et j Christophe Lehousse, « Fatima pour mémoire », Seine-Saint-Denis, le magazine,‎ (lire en ligne).
  11. a b et c Dragan Pérovic, « L'écrivain Didier Daeninckx a rencontré, hier, les lycéens et les collégiens tullistes », sur La Montagne, (consulté le ).
  12. a et b « 50e anniversaire des massacres du à Paris : Ould Kablia, Cherif Abbas et Benhamadi assistent aux cérémonies à Tizi Ouzou », sur El Moudjahid, (consulté le ).
  13. Le Genre humain, numéros 16 à 18, Fayard, (lire en ligne), p. 36.
  14. Hocine Adrar, «  : Hommage à Fatima Bedar dans la ville de Tichy », sur El Watan, (consulté le ).
  15. Marc Heurgon, Histoire du P.S.U. : La fondation et la guerre d'Algérie (1958-1962), La Découverte, , 1950 p. (lire en ligne).
  16. a b et c Brigitte Gaïti, « Les ratés de l'histoire : Une manifestation sans suites : le à Paris », Sociétés contemporaines, no 20,‎ , p. 11 à 37 (lire en ligne).
  17. Issam Fayali et Fabien Barbe, Forger une « identité nationale » dans une école plurielle : Réflexions critiques autour de l'enseignement historique du secondaire, Université Paul-Valéry-Montpellier, , 162 p., PDF (lire en ligne), p. 87.
  18. a b et c (en) Jennifer Howell, The Algerian War in French-Language Comics : Postcolonial Memory, History, and Subjectivity, Lexington Books, , 256 p. (ISBN 978-1-4985-1607-5).
  19. Brahim Takheroub, « L'anniversaire d'une héroïne », sur L'Expression, (consulté le ).
  20. Christine Babic, « Le Roman noir de l'histoire ou comment écrire sur les zones grises de l'histoire. », sur Les Clionautes, (consulté le ).
  21. Samira Bendris-Oulebsir, « Événements du 17 octobre 1961 : La littérature et le cinéma pour rappeler des massacres occultés », sur Liberté, (consulté le ).
  22. «  : la martyre Fatima Beddar, 15 ans, était jetée dans la Seine », sur Algérie 360°, (consulté le ).
  23. Jean-Paul Piérot, « Pour Fatiha et toutes les victimes du  », sur L'Humanité, (consulté le ).
  24. D. C., « On n'oublie pas », Sept jours à Stains, no 664,‎ , p. 3 (lire en ligne) ; « Instant de souvenirs », Sept jours à Stains, no 986,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  25. « Mohamed Ghafir présente son livre et rend hommage à Fatima Bedar », sur DZinfos.com, (consulté le ).
  26. « Le souvenir de Fatima Bédar plane sur la place », sur Le Parisien, (consulté le ).
  27. Lynda Zerouk, « L'ex-collège Maurice-Thorez baptisé Barbara », Sept jours à Stains, no 795,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  28. « Fatima Bedar : Le devoir de mémoire » (version du 28 novembre 2012 sur l'Internet Archive), sur El Watan, .
  29. Sébastien Banse, « Le jardin Fatima-Bedar essaime contre l'oubli », Le Journal de Saint-Denis, no 1057,‎ , p. 3 (lire en ligne [PDF]).
  30. D. Sz., « Inauguration du jardin Fatima-Bedar », sur Le Journal de Saint-Denis, (consulté le ).
  31. Arezki Slimani, « Béjaïa se souvient de Fatima Bedar », sur L'Expression, (consulté le ).
  32. F. A. B., « Le cartable de Fatima Bedar offert au musée du Moudjahid », sur La Dépêche de Kabylie, (consulté le ).
  33. (en) Mike Mason, « Review: Batailles pour la Mémoire », The Journal of African History, vol. 35, no 2,‎ , p. 303-308 (lire en ligne).
  34. Nicolas Treiber, « Samia Messaoudi et Mustapha Harzoune, , 17 écrivains se souviennent », Hommes et migrations, no 1295,‎ , p. 186 (lire en ligne).
  35. Mustapha Harzoune, « Didier Daeninckx et Mako, Octobre noir », Hommes & migrations, no 1295,‎ , p. 181 (lire en ligne). Sur le site du musée de l'Histoire de l'immigration, entretien avec Didier Daeninckx.
  36. a et b (en) Claire Gorrara, « Black October », French Politics, Culture & Society, vol. 36, no 1,‎ , p. 128-147 (lire en ligne).
  37. Kaddour M'HAmsadji, « Cinquentenaire du à Paris de Moahammed Ghafir dit Moh Clichy : Contribuer à la bataille contre l'oubli », sur L'Expression, (consulté le ).
  38. Brahim Taouchichet, « Histoire - Personnalités - Bedar Fatima », Le Soir d'Algérie,‎ (lire en ligne).