Famille Walsh de Serrant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Famille Walsh de Serrant
Image illustrative de l’article Famille Walsh de Serrant
Armes

Blasonnement d'argent au chevron de gueules accompagné de 3 phéons (fers de lance) de sable, les pointes en haut.
Branches de Serrant
de Valois
de Chassenon
Pays ou province d’origine Drapeau de l'Irlande Irlande
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Demeures Château de Serrant
Château du Plessis-Macé
Château de Chevigné
Château des Vaults
Charges Pair de France
Récompenses civiles Grand d'Espagne
Récompenses militaires Ordre de Saint-Louis
Preuves de noblesse
Admis aux honneurs de la Cour 1770, 1771, 1774, 1785, 1786

La famille Walsh de Serrant est une famille subsistante de la noblesse française, d'extraction chevaleresque, originaire d'Irlande fixée ensuite en Bretagne et Anjou[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

La famille Walsh est originaire du Pays de Galles où on la trouve dès la fin du XIe siècle avec le titre de baron[réf. nécessaire]. Elle se divisa vers le milieu du XIIe siècle en deux branches principales, l'une resta en Angleterre où elle s'éteignit, l'autre s'établit en Irlande où elle fut connue sous le surnom de Brenagh[2],[3].

Sa filiation remonte à Philippe Brenagh, trouvé en 1174[2].

À la fin du XVIIe siècle, Philippe Walsh, écuyer, se fixa en France à la suite des Stuart [2] et fut l'auteur de plusieurs branches.

La famille Walsh fut reçue aux Honneurs de la Cour en 1770, 1771, 1774, 1785 et 1786[1].

Illustrations familiales[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

La famille de Walsh-Serrant reçut les titres suivants[1] :

Châteaux, seigneuries, terres[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

D'argent au chevron de gueules accompagné de 3 phéons (fers de lance) de sable, les pointes en haut. La famille Walsh de Serrant a aussi comme armoiries un cygne transpercé d'une fleche, en rapport a l'un de leurs ancêtres, qui aurait été touché par une fleche, qui serait tombé dans les douves et qui aurait rencontré un cygne lui meme transpercé d'une fleche, les deux auraient survécu.

Alliances[modifier | modifier le code]

Les principales alliances sont : Burke, O'Donnell, O'Dempsey, O'Carrol, O'connor, Power, Fitz-Gérald, Tobin, Butler, Sheffield of Mulgrave, Sutton, White, O'Shiell, Harper, Southwell, de Choiseul-Beaupré, de Lespinay, de Rigaud de Vaudreuil, Bouhier de La Bréjolière, de Certaines, de Scépeaux, de Gimel de Tudeils, de Schomberg, d'Héricy, de Cossé-Brissac, de La Trémoille, de Méneval, de Diesbach de Belleroche, de Bouillé, Rogon de Carcaradec, Le Gouvello de La Porte, de La Jaille, de Chabot, Fourché de Quéhillac, de Flavigny, Marion de Procé, Williamson, de Fremond de La Merveillère, de Grimaudet de Rochebouët, de Rougé, Thursby-Pelham, de Schaetzen, de Lestapis, de L'Estourbeillon, de Ghaisne de Bourmont, Le Moniès de Sagazan, de Baglion de La Dufferie, de La Chapelle, de Raguenel de Montmorel, le Rouge de Guerdavid, etc.

Galerie de portraits[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c E de Séréville, F de Saint-Simon Dictionnaire de la noblesse française, 1975, page 999.
  2. a b et c Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome 6, page 503.
  3. a et b Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles Histoire généalogique et héraldique des pairs de France, 1826, volume 6, page 69 à 100.
  4. Louis-Félicité de Flavigny, Anecdotes sur les personnes de la société de Verneuil et de Vandières (1816-1820), [Genève : J.-G. Fick], 1876, note p. 82-85.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]