Famille Butler (Irlande)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les contributeurs sont tenus de ne pas participer à une guerre d’édition sous peine de blocage.

Cette page a subi récemment une guerre d’édition au cours de laquelle plusieurs contributeurs ont mutuellement annulé leurs modifications respectives. Ce comportement non collaboratif est proscrit par la règle dite des trois révocations. En cas de désaccord, un consensus sur la page de discussion doit être obtenu avant toute modification.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Butler.
 Ne doit pas être confondu avec Famille de Butler.
Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille Butler (Irlande).
image illustrant l’Irlande image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant l’Irlande et l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Butler
Armes de la famille.
Armes de la famille : Butler

Blasonnement « Gules, three covered cups or »
Devise « Comme je trouve » (en français), « Depressus extollor »
Période XIe siècle XXIe siècle
Pays ou province d’origine Normandie, Angleterre, Irlande
Allégeance Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Fiefs tenus Comté d'Ormonde
Demeures Kilkenny, Cahir
Charges Grand-trésorier d'Irlande, vice-roi d'Irlande, grand-maître de la Maison de la reine.
Fonctions militaires Général des troupes d'Irlande, vice-amiral d'Angleterre, gouverneur des cinq ports.
Fonctions ecclésiastiques Hubert, archevêque de Cantorbéry en 1193
Récompenses civiles Ordre de la Jarretière
Preuves de noblesse
Admis aux honneurs de la Cour Prince de la comté-palatine de Tipperary, comte, puis duc d'Ormond (1682),

La Famille Butler (ou en français de Butler), dont le nom est issu du mot français « bouteleur » ou « bouteiller », est une famille noble d'origine Hiberno-Normande ou Cambro-Normande, célèbre dans l'histoire de l'Irlande où elle s'est établie en 1206. Elle est la seule à être comparable à celle des Géraldine, qui était sa voisine et sa pire rivale. Elle a donné de nombreuses branches.

Origine et histoire[modifier | modifier le code]

Cette famille, dont on croit qu'elle est la famille des comtes de Brionne arrivée avec Guillaume le Conquérant, a une filiation prouvée qui commence avec Hervey Gaultier, qui possédait le manoir de Newton, dans le Suffolk, à l'époque du roi Henri II (1154-1189). D'après la grande enquête de 1212, il avait marié vers 1160 son fils Walteri ou Galtier avec Matilda ou Maud, fille de Thibaud de Valognes, qui était devenu seigneur de Parham à Plomesgate dans le comté de Suffolk et dont la sœur Berthe avait épousé Ranulf de Glanville, grand justicier du roi. On leur connaît trois fils, Hubert, archevêque de Cantorbéry en 1193, Rotgier, Hamo et Theobald (en) († 1206)[1],[2].

Ce dernier devint grand Bouteiller (ou « boteleur ») d'Irlande, c'est-à-dire échanson, charge héréditaire qui donnera à la famille le nom « Butler ».

Branches[modifier | modifier le code]

Butler d'Ormonde[modifier | modifier le code]

Branche principale, elle regroupe les comtes, puis ducs d'Ormond ou d'Ormonde. Sa devise était « Comme je trouve » (en français). Le Château de Kilkenny a appartenu à cette branche pendant plus de 500 ans, de 1391 à 1935[3].

Article détaillé : Comte d'Ormonde.


Butler de Cahir[modifier | modifier le code]

Cette branche commence avec Jacques Butler, 2e comte d'Ormond, (1331-1382), fils cadet de Jacques Butler, 1er comte d'Ormond et d'Eleonore Bohun, auquel le roi Edouard III donne le domaine et le château de Cahir. De son mariage avec Elisabeth Darcy, il a une fille, Eleanor, qui apporte Cahir à Gerald FitzGerald, 4e comte de Desmond.

Leur fille Catherine, dame de Cahir, le rapporte à son cousin germain Jacques Butler, 3e comte d'Ormond, qu'elle n'épouse pas mais dont elle a au moins quatre enfants naturels. L'aîné de ces bâtards, Seamus Galda, dit Jacques, hérite de Cahir et fait la souche des Butler, seigneurs de Cahir.

Son descendant, Thomas, marié à une autre Éléonore de Butler d'Ormond, fille de Piers le Rouge, sera fait baron de Cahir le 10 novembre 1543. Il meurt en 1557, et son fils Edmond, 2e baron de Cahir, peu après en 1560.

Leur devise était « God be my guide ».

Butler d'Ikerrin[modifier | modifier le code]

Cette branche commence avec Somerset Butler (1718-1774), fils de Pierce, 1er vicomte d'Ikerrin en 1629, marié à Ellen Butler, fille de Walter Butler, 11 comte d'Ormond et d'Hellen Butler.

Lui-même descendait de Jean Butler of Clonamelchon, fils cadet d'un Edmond VI Butler, comte de Carrick.

Butler de Carrick[modifier | modifier le code]

Butler, comtes de Carrick

La terre de Carrick a appartenu à Edmond VI Butler, comte d'Ormonde, sans doute à cause d'une confiscation provisoire, car elle revient dans la famille Bruce. Cette branche, titrée comte de Carrick, commence avec Sommerset Butler (1718-1774), fils de Thomas, 6e vicomte d'Ikerri (+1719) et de Marguerite Hamilton.

La filiation se poursuit avec substitutions jusqu'à nos jours avec : David-James Butler, 10e comte de Carrick, né en 1953.

Leur devise est : « Soyez ferme ».

Butler de Dunboyne[modifier | modifier le code]

Cette branche commence avec le mariage de Thomas (+1329), fils de Théobald IV Butler (1242-1285), grand bouteiller d'Irlande, et de Joan Fitz-Geoffroy, avec Synolda Le Petit, dame de Dunboyne.

Après plusieurs substitutions, cette branche a subsisté jusqu'à nos jours.

Sa devise était : « Timor domini fons vitae ».

Butler de Galmoye[modifier | modifier le code]

Galmoy est une des neuf baronnies du comté d'Ormonde.

Cette branche, cousine des Mountgarrett, commence avec Piers FitzThomas, fils naturel de Thomas le Noir (1532-1614), 10e comte d'Ormond, qui lui-même a un fils William qui reçoit de son grand-père la terre de Galmoy.

Son arrière-petit-fils, Edouard de Butler (1652-1740), 3e vicomte de Galmoye, reste dans l'entourage de Jacques Ier Stuart, et s'établit en France où il est naturalisé. Il possédait un régiment à son nom dit "le Régiment de Galmoye" ou 2e régiment de cavalerie irlandaise, dont il était colonel, sera nommé maréchal des camps (1702) et lieutenant général des armées du roi. Il décède en 1740 avant son fils, à Saint-Germain-en-Laye, et c'est son neveu Jacques de Butler qui devient 4e vicomte de Galmoy, et qui avait déjà hérité de son régiment.

Leur devise était : « Non fortiorquam justius ».

Butler of Mountgarret[modifier | modifier le code]

Sa devise était « Depressus extollor ».

Titres et fonctions[modifier | modifier le code]

Châteaux[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

(en) Article complet sur l'Encycolpédie Britannica 1911

Compléments[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]