Irlandais de Nantes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'expression Irlandais de Nantes désigne une communauté, formée au cours du XVIIe siècle et très importante au XVIIIe, de réfugiés politiques jacobites fuyant les violences des révolutions anglaises du XVIIe siècle, en particulier la Glorieuse Révolution de 1688. Cette communauté a ensuite essaimé sur l'île de Saint-Domingue et dans les ports de Bordeaux et La Rochelle.

Historique[modifier | modifier le code]

Les réfugiés irlandais à Nantes[modifier | modifier le code]

Ce sont pour une grande part des aristocrates, rompus au maniement des armes et à la direction des soldats ; ils vont se lancer, avec leurs descendants, dans le grand commerce colonial avec les Antilles, parfaitement s'intégrer dans la ville de Nantes, multiplier les mariages avec des filles de la noblesse locale, et créer de nombreuses compagnies coloniales françaises, parmi lesquelles les premiers opérateurs de la traite négrière. En Irlande, ces émigrés en France seront appelés les oies sauvages par leurs détracteurs.

Nantes est le premier port d'attache de leur flotte. Sur 60 raisons sociales de maisons de commerce jacobites en Europe au milieur du XVIIIe siècle, deux-tiers sont hébergées dans quatre ports : une douzaine dans l'ensemble Stockholm–Göteborg (mais essentiellement des filiales), 12 à Nantes, 9 à Bordeaux et 8 à Cadix[1].

On trouve aussi un assez grand nombre de prêtres. En 1695, l'évêque de Nantes leur accorde l'usage de sa résidence d'été, le manoir de la Touche, qui va devenir le séminaire des prêtres irlandais de Nantes[2], actif jusqu'à la Révolution. Au même moment, trois évêques exilés, Messeigneurs Barry, O'Keefe et Comerford[2], de la communauté des irlandais de Nantes habitent la ville.

Enfin, on trouve des personnes de rang moyen ou modeste, qui occupent souvent des emplois en rapport avec le commerce maritime : capitaines ou pilotes, mais aussi tonneliers, voire portefaix.

Trois générations d'Irlandais de Nantes[modifier | modifier le code]

La puissance des Irlandais de Nantes n'a cessé d'augmenter, si l'on observe le parcours des membres des trois générations qui les représentent :

  • La première génération, celle de Nicolas Luker, Paul Sarsfield, André Geraldin et Nicolas Lée émigré en France dès le milieu du XVIIe siècle, après les combats de la grande rébellion de 1641 contre les colons irlandais et écossais et pourront accueillir leurs concitoyens irlandais à la suite des conflits ayant suivi la Glorieuse Révolution anglaise de 1688 et le traité de Limérick de 1691. Cette vague n'est pas propre à Nantes. L'historien Gabriel Audisio raconte que dans l'armée du duc de Savoie et du marquis de Pianezza, qui participe à la répression des Pâques vaudoises de 1655, on trouve des soldats catholiques irlandais victimes de Cromwell[3].

Les Irlandais hors de Nantes[modifier | modifier le code]

La communauté des irlandais expatriés est aussi très présente à Bordeaux, où, dès 1715, elle a développé un important commerce de bœuf salé avec l'Irlande, qui permet d'approvisionner en réserves alimentaires les équipages marchands et les colonies[5]. Le bœuf salé est alors en concurrence avec le poisson salé venu de Terre-Neuve, qui représente pour les seules Antilles un marché de 4,5 millions de livres.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Lée est le premier à s'installer à Nantes, dès 1649 lors des premières années de conquête d'Oliver Cromwell[6]
  • Paul Sarsfield s'est installé en France dès 1658 et Louis XIV lui accorde la nationalité française en 1678[6]. Son fils Patrick Sarsfield sert en France dans l'armée de Louis XIV de 1671 à 1678 puis de 1690 à sa mort en 1693, alors qu'il dirige l'armée expatriée de la Brigade irlandaise après le Traité de Limerick.
  • Jean Ier Stapleton a fondé une autre dynastie d'armateurs nantais. A Saint-Domingue, il détenait des plantations, complémentaires de son activité de négociant du commerce triangulaire.
  • Antoine Walsh, le plus grand négociant du port de Nantes au XVIIIe siècle, sera en 1748 le fondateur de la Société d'Angola.
  • Les armateurs Butler, dont le nom a été francisé en Bouteiller, étaient des importateurs importants à Nantes
  • Agnès O'Shiell, fille de Luc O'Shiell devenu l'un des plus riches négociants de Nantes. La propriété de la famille O'Shiell à Saint-Domingue a été étudiée par les historiens.
  • À La Rochelle, Denis Mac Carthy était un négociant important.
  • Victor Martin O'Gorman fut élu député de Saint-Domingue. La famille O'Gorman, installée à Saint-Domingue depuis plusieurs générations, détenait au Cul-de-sac deux plantations.
  • La famille Sutton de Clonard voit l'un de ses descendants participer à l'expédition La Pérouse.
  • La famille O'Riordan, originaire de Cork et de Limerick ; importants négociants et armateurs nantais du XVIIIe siècle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Croix dir., Nantais venus d'ailleurs, Histoire des étrangers à Nantes des origines à nos jours, Nantes-Histoire/Presses universitaires de Rennes, 2007, pages 30-36.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]