Falaises des Vaches Noires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Falaises des Vaches Noires
Vaches Noires.jpg
Géographie
Adresse
Coordonnées
Ville proche
Superficie
71 ha[1]
Administration
Catégorie UICN
IV (aire de gestion des habitats ou des espèces)
Identifiant
Création
1983
Administration
Localisation sur la carte du Calvados
voir sur la carte du Calvados
Green pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Green pog.svg
Falaises des Vaches Noires

Les falaises des Vaches Noires est un site naturel remarquable situé sur les communes de Houlgate, Gonneville-sur-Mer, Auberville, Villers-sur-Mer, dans le Calvados.

« Vaches Noires » désigne des blocs de craie ayant roulé du haut de la falaise sur l'estran, dont la couleur noire est due au varech s'y étant fixé[2].

Statut[modifier | modifier le code]

Le site est classé zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type I, sous le numéro régional no 00020006[3].

Description du site[modifier | modifier le code]

Les falaises des Vaches Noires sont constituées de falaises d'argile coiffées à leur sommet (altitude 110 m), d'une petite falaise de craie.

Cette zone est remarquable sur le plan géologique. Les marnes de l'Oxfordien, sous l'action du ruissellement des eaux de l'aquifère qui les surmonte, sont entaillées de profonds ravins. Ceux-ci sont parcourus de coulées boueuses qui avancent lentement vers la mer et contiennent des blocs de craie crétacée venus du sommet. À marée haute, les vagues attaquent le front des coulées, dégageant des fossiles extrêmement variés[4].

Géologie[modifier | modifier le code]

Les falaises sont constituées d'une succession de couches d'argiles, de marnes et de craie.

De bas en haut, la succession géologique est la suivante[5] :

Altitude /Épaisseur Âge Formation géologique
En dessous du niveau de la mer,
profondeur de 15/20 m,
« Marnes du Mauvais Pas »
Au-dessus du niveau zéro
sur une épaisseur d'environ 8/10 m,
Callovien supérieur,
environ 164 millions d'années
Marnes bioclastiques avec bancs calcaires silteux lumachelliques dites « marnes de Dives »
À 10 m,
sur une épaisseur de 25/27 m
Marnes grises massives avec cordons de nodules et petits bancs calcaire dites « marnes de Villers »
À 37 m,
sur une épaisseur 2 m
Alternance de marnes et de calcaires argileux fossilifères à oolithes dites « oolithes ferrugineuses de Villers »
À 40 m,
sur une épaisseur de 5/7 m
Marnes silteuses avec biothermes de Lopha gregarea
À 47 m,
sur une épaisseur de 12/15 m
Marnes silteuses avec biohermes de Myophorella hudlestoni
À 75/80 m Oxfordien inférieur
(environ 162 millions d'années).
Calcaire d'Auberville
Épaisseur 6/15 m Oxfordien moyen (environ 160 millions d'années) Calcaire oolithique de Trouville » composé de calcaire oolithique et bioclastique, bioturbé, en bancs massifs entrecoupés de cordons de galets intraformationnels
Marnes et des calcaires bioclastiques détritiques à pelletoïdes ferrugineux
épaisseur 1/3 m « Coral rag de Trouville ».
Altitude 100 m
épaisseur 40/50 m
Crétacé (entre 130 et 100 millions d'années environ). Couches de craie glaucomineuse et de craie à spongiaires reposent sur un lit de sable glauconieux
Surface Tertiaire
(à partir de 66 millions d'années)
Argile à silex et de limon des plateaux

Paléontologie[modifier | modifier le code]

Le site des Vaches Noires est célèbre pour ses fossiles qui ont été signalés dès le début du XVIIIe siècle[6],[7].

Les couches inférieures des falaises recèlent des fossiles de nombreux reptiles, dont des crocodiliens (représentés par les genres Metriorhynchus, Steneosaurus et Tyrannoneustes)[8], des ichtyosaures et des plésiosauriens. Pour les dinosaures, la plupart des fossiles appartiennent aux Théropodes (dinosaures carnivores) comme Streptospondylus[9]. C'est notamment aux Vaches Noires que l'abbé Charles Bacheley (1716-1795) se procura les premiers restes de dinosaures trouvés en France [10],[11]. Ces ossements furent décrits par Georges Cuvier et sont d'un point de vue historique les plus anciens restes de dinosaures suffisamment complets pour être les types d'un nom valide de dinosaure.

Les fossiles de poissons sont représentés dans les formations du Jurassique et du Crétacé avec Pycnodus, Mesturus, Asteracanthus ou Leedsichthys, un poisson d'une vingtaine de mètres se nourrissant de plancton[12].

Les mollusques sont largement représentés, dans toutes les formations par les céphalopodes comme les ammonites (dont plusieurs sont des références mondiales), Calliphylloceras demidoffi, Mantelliceras saxbli, Peltoceras constantii, Cardioceras cordatum, Euaspidoceras perarmatum, etc. ou des rostres de Bélemnites Belemnopsis altdorfensis. il est possible de trouver aussi des gastéropodes comme Globularia formosa ou Ooliticia meriani, ou des bivalves comme Lopha gregarea, Gryphaea dilatata, Myophorella clavellata, Trigonia reticulata, Homomya gibbosa, etc[13].

Les brachiopodes comme Cyclothyris compressa, Aulacothyris carinata, Kallirhynchia concinna ou Gallienneithyris galliennei et les échinodermes comme Paracidaris florigemma, Holaster suglobosus ou Nuccleolites scutatus, sont aussi représentés[14].


Faune[modifier | modifier le code]

Les fourrés des falaises sont un lieu de nidification d'espèces d'oiseaux protégés : pic vert, bouscarle de Cetti, poule d'eau...

Flore[modifier | modifier le code]

On note la présence d'espèces rares tels le troscart des marais, l'argousier, la Centaurea microptilon, l'ophrys mouche, l'Epipactis des marais... La grassette commune a été mentionnée en 1950.

Protection[modifier | modifier le code]

Du fait des risques d'éboulement et de la fragilité des falaises d'argile, les falaises sont aujourd'hui protégées, leurs accès ont été interdits par décret de classement en « site d’intérêt scientifique et paysager du département du Calvados » du 20 février 1995 du ministère de l’Environnement.

Le ramassage des fossiles est seulement autorisé sur la grève au pied des falaises[15].

Vue panoramique[modifier | modifier le code]

Rochers et falaises des Vaches Noires depuis la plage à marée basse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les Vaches Noires », sur Conservatoire du littoral (consulté le 15 janvier 2012)
  2. « Cahier pédagogique: Le temps géologique des falaises des Vaches Noires », Paléospace l'Odyssée - Villers-sur-Mer
  3. « Falaises des Vaches Noires - carte :1/100 000e », IGN
  4. « Zone naturelle d'intérêt écologique faunistique et floristique - Zone de type I : Falaises des Vaches Noires », Inventaire du Patrimoine naturel de Basse-Normandie, DIREN-Bourgogne
  5. « Le Site des Vaches Noires - Formations géologiques », Lithothèque de Normandie
  6. Brignon, A. (2015) Les débuts de la paléoichthyologie en Normandie et dans le Boulonnais. Fossiles, Revue française de Paléontologie 21 : 43-62.
  7. Brignon, A. (2017) Les « ossements pétrifiés » du Jurassique des Vaches Noires dans les cabinets d’histoire naturelle du XVIIIe et du début du XIXe siècles. L'Echo des Falaises, Association paléontologique de Villers-sur-Mer 21 : 7-35.
  8. F. Collin et al. (2007) p. 33
  9. Allain, R. (2001) Redescription de Streptospondylus altdorfensis, le dinosaure théropode de Cuvier, du Jurassique de Normandie. Geodiversitas 23(3) : 349–367
  10. Brignon, A. (2016) L’abbé Bacheley et la découverte des premiers dinosaures et crocodiliens marins dans le Jurassique des Vaches Noires (Callovien/Oxfordien, Normandie). Comptes Rendus Palevol 15 : 595–605.
  11. Brignon, A. (2016) Le premier "chasseur de dinosaures" en France : l'abbé Charles Bacheley (1716-1795). Fossiles: Revue française de Paléontologie 27 : 36-42.
  12. F. Collin et al. (2005) p. 52-54
  13. F. Collin et al. (2005) p. 29-34
  14. F. Collin et al. (2005) p. 41-44
  15. classement

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]