Aller au contenu

Ebersmunster

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ebersmunster
Ebersmunster
Vue du village et de l'église.
Blason de Ebersmunster
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Sélestat-Erstein
Intercommunalité Communauté de communes de Sélestat
Maire
Mandat
Sylvie Hirtz
2020-2026
Code postal 67600
Code commune 67116
Démographie
Gentilé Ebersmonastériens[1]
Population
municipale
557 hab. (2021 en augmentation de 10,3 % par rapport à 2015)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 18′ 43″ nord, 7° 31′ 29″ est
Altitude Min. 160 m
Max. 168 m
Superficie 7,39 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Sélestat
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sélestat
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Ebersmunster
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Ebersmunster
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
Ebersmunster
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
Ebersmunster

Ebersmunster est une commune française située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Ebersmunster est située dans la plaine d'Alsace, à environ quarante kilomètres au sud de Strasbourg et une trentaine de kilomètres au nord de Colmar.

Communes limitrophes d’Ebersmunster
Kogenheim
Ebersheim Ebersmunster Hilsenheim
Muttersholtz

Hydrographie

[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique

[modifier | modifier le code]

La commune est dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par l'Ill, le Giessen, le ruisseau l'Aubach, le ruisseau le Friesengraben, le ruisseau le Bornen, le ruisseau le Daechertsgraben, le ruisseau le Fossgraben, le ruisseau le Maerdergraben, le ruisseau le Muhlbach d'Ebermunster, le ruisseau le Schwarzlachbach et le ruisseau l'Hambach[2],[Carte 1].

L'Ill, d'une longueur de 217 km, prend sa source dans la commune de Winkel et se jette dans le Grand Canal d'Alsace à Offendorf, après avoir traversé 68 communes[3]. Les caractéristiques hydrologiques de l'Ill sont données par la station hydrologique située sur la commune de Kogenheim. Le débit moyen mensuel est de 35,6 m3/s[Note 1]. Le débit moyen journalier maximum est de 262 m3/s, atteint lors de la crue du . Le débit instantané maximal est quant à lui de 283 m3/s, atteint le [4].

Le Giessen, d'une longueur de 34 km, prend sa source dans la commune de Urbeis et se jette dans l'Ill sur la commune, après avoir traversé 18 communes[5]. Les caractéristiques hydrologiques du Giessen sont données par la station hydrologique située sur la commune de Sélestat. Le débit moyen mensuel est de 3,23 m3/s[Note 2]. Le débit moyen journalier maximum est de 125 m3/s, atteint lors de la crue du . Le débit instantané maximal est quant à lui de 153 m3/s, atteint le même jour[6].

L'Aubach, d'une longueur de 13 km, prend sa source dans la commune de Scherwiller et se jette dans l'Ill sur la commune, après avoir traversé cinq communes[7].

Le Friesengraben, d'une longueur de 12 km, prend sa source dans la commune de Baldenheim et se jette dans le Bornen sur la commune, après avoir traversé cinq communes[8].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseau hydrographique d'Ebersmunster[Note 3].

Gestion et qualité des eaux

[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Giessen Liepvrette ». Ce document de planification concerne les bassins versants du Giessen et de la Lièpvrette. Son périmètre s’étend sur 317 km2. Il a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est le Syndicat des eaux et de l'assainissement Alsace Moselle[9].

La qualité des cours d’eau peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Risques d'inondation

[modifier | modifier le code]

La vallée de l'Ill comme l'ensemble du département a connu plusieurs inondations importantes. On peut citer au 20e siècle, les crues de 1910, 1919, 1947, 1955, 1983 et 1990 notamment qui ont causé de nombreux dégâts (destructions de ponts, inondations de zones industrielles et d’ agglomérations). Les inondations de l'Ill ont lieu essentiellement en période hivernale et printanière à la suite de pluies abondantes parfois associées à la fonte du manteau neigeux. Les crues de 1983 et de 1990 ont présenté une période de retour entre 20 et 50 ans. Afin d'anticiper et de gérer une éventuelle inondation, un Plan de prévention des risques d'inondation de l'lll a été approuvé par arrêté préfectoral le [10]. Le territoire communal est totalement concerné par les zones inondables. Lors des crues, le village se trouve entièrement entouré d’eau. Les zones d’extension du village sont très restreintes. Quelques secteurs urbanisés sont touchés par les zones inondables, tels que la rue du Haut Fossé, la rue de l'Ill, et le quartier rues Saint Benoît et Sainte-Odile. Le centre urbain, situé sur un tertre, est très peu affecté par les inondations[11].

En 2010, le climat de la commune est de type climat des marges montargnardes, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[12]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat semi-continental et est dans la région climatique Alsace, caractérisée par une pluviométrie faible, particulièrement en automne et en hiver, un été chaud et bien ensoleillé, une humidité de l’air basse au printemps et en été, des vents faibles et des brouillards fréquents en automne (25 à 30 jours)[13].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,6 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 582 mm, avec 7,2 jours de précipitations en janvier et 9,6 jours en juillet[12]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Selestat Sa », sur la commune de Sélestat à 8 km à vol d'oiseau[14], est de 11,4 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 621,1 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 39,3 °C, atteinte le ; la température minimale est de −17 °C, atteinte le [Note 4],[15],[16].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[17]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[18].

Au , Ebersmunster est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[19]. Elle est située hors unité urbaine[20]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sélestat, dont elle est une commune de la couronne[Note 5],[20]. Cette aire, qui regroupe 37 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[21],[22].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (72,2 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (71,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (57 %), forêts (22,2 %), terres arables (10,7 %), zones urbanisées (4,5 %), prairies (4,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1 %)[23]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 3].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Au temps des Celtes, l'île de Noviento, formée par les bras de l'Ill, constitue un lieu de culte en l'honneur du dieu Teutatès, plus connu sous le nom de Toutatis. Lors de la colonisation romaine, le lieu fut dédié à Mercure et à Diane. Le lieu devait être d'importance puisque Jules César y fit faire un sacrifice à Mercure après sa victoire sur les Germains. Le temple ou l'église furent rasés par Attila, et seuls quelques ermites religieux s'installèrent sur place. Vers 675, l'abbé irlandais Déodat (le futur saint Dié) fonde une communauté de moines sur le domaine donné par le duc d'Alsace Adalric, père de sainte Odile. Sous les Mérovingiens, le monastère de Ebrotheim devient un centre de christianisation de la Moyenne Alsace. La famille de ducs d'Alsace fait de nombreuses donations à l'abbaye d'Ebersmunster. Ces possessions s'étendent dans près de 80 villages le long de l'Ill et du vignoble de Mulhouse à Erstein au nord. Ces biens devaient permettre aux moines de vaquer à la prière, de faire œuvre d'évangélisation et de donner l'aumône aux pauvres. À la suite du synode d'Aix-la-Chapelle de 817, la communauté d'Ebersmunster adopte la règle bénédictine au cours du IXe siècle.

Le , l'abbaye est attaquée. En 1525, durant les guerres des Rustauds, l'abbaye est occupée et pillée par un groupe de paysans. Le est fondée à Ebersmunster la congrégation bénédictine dite de Strasbourg, groupant les monastères alsaciens d'Altorf, d'Ebersmunster et de Marmoutier, ainsi que des abbayes badoises. Dans la nuit du 4 au 5 octobre 1632, l'église, l'abbaye et la ville d'Ebersmunster sont incendiés par les troupes suédoises du maréchal Gustaf Horn. Les moines s'établissent à l'Hôtel d'Ebersmunster, construit au XVIe siècle à l'intérieur de l'enceinte de Sélestat. Ils reviennent à Ebersmunster après les traités de Westphalie, celui de Münster pour l'Alsace en 1648. L'église et le monastère sont lentement reconstruits. Le 15 mai 1785, Jean-Baptiste-Joseph Gobel, évêque auxiliaire de Bâle et futur évêque constitutionnel de Paris, donne en l'église d'Ebersmunster la bénédiction épiscopale à Jean-Jacques Lantz, évêque auxiliaire de Strasbourg.

Durant la Révolution française, les moines sont dispersés et les biens vendus aux enchères comme biens nationaux. Le , la bibliothèque qui comportait 9 025 volumes est transportée jusqu'à Strasbourg à bord de cinq péniches, les ouvrages seront détruits en place publique. En 1829, l'abbaye, qui a servi à des usages différents durant la Révolution, est acquise par les frères marianistes qui y installèrent une école normale et un noviciat. Depuis 1889, elle est le siège d'une œuvre éducative des sœurs de Saint Joseph de Saint-Marc.

Au XIXe siècle, Ebersmunster était un point de péage et de transbordement des marchandises qui étaient transportées par voie fluviale sur l'Ill entre Mulhouse et Strasbourg. Les marchandises qui y transitaient était du bois, de la paille, du foin, du gravier, du sable, mais aussi du vin. Les bateliers devaient acquitter un péage en fonction des marchandises transportées. Une fois ce péage acquitté, le pont sur lequel la rue principale passait, était relevé pour permettre aux bateaux de continuer leur voyage.

Héraldique

[modifier | modifier le code]


Blason d'Ebersmunster

Les armes d'Ebersmunster se blasonnent ainsi :
« D'azur à la façade d'église de deux tours d'argent, posée sur une champagne d'or chargée d'un sanglier de gueules. »[24].

Politique et administration

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1978 mars 1983 Henri Keller    
mars 1983 mars 2008 Paul Heiligenstein    
mars 2008 En cours
(au 31 mai 2020)
Sylvie Hirtz[25],[26]
Réélue pour le mandat 2020-2026
   
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[28].

En 2021, la commune comptait 557 habitants[Note 6], en augmentation de 10,3 % par rapport à 2015 (Bas-Rhin : +3,22 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7367137891 0531 025915919921859
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
9301 011870822689640611668663
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
648645615584485443447396489
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
463436407434445435470471516
2021 - - - - - - - -
557--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]

Il est probable, que l'abbaye bénédictine de Novientum ait été construite, au VIIe siècle, sur les restes d'un camp fortifié romain.
Sa fondation est attribuée au père de sainte Odile, le duc Ettichon duc d'Alsace. Le monastère est déclaré abbaye de droit impérial en 870.
L’abbatiale romane construite en 1112, qui est consacrée en 1155, a vraisemblablement remaniée durant la période gothique.
Incendiée en 1632, par les troupes suédoises durant la guerre de Trente Ans, l'abbatiale Saint-Maurice est reconstruite en 1712, par l'architecte autrichien Peter Thumb en style baroque allemand. De nouveau brulée par la foudre en 1717, elle est une nouvelle fois rebâtie de 1720 à 1726.
C'est une des plus belles de l'Est de la France.
Le chœur de l’abbatiale actuelle date de cette reconstruction. La nef fut mise en chantier en 1725 par l'architecte autrichien Peter Thumb. Le gros œuvre fut terminé en 1728 et la décoration intérieure achevée en 1759. À l'intérieur, les peintures de la voûte et des plafonds sont consacrées à saint Maurice (patron de l'église) et à saint Benoit (à l'origine, l'abbaye était une abbaye bénédictine). On peut aussi admirer le maître-autel qui date de 1728 et qui est l'œuvre de Jean-Léonard Meyer. L'orgue a été réalisé entre 1730 et 1732 par André Silbermann (1678-1734), c'est un des mieux conservés du maître. Il a été restauré entre 1997 et 1999 dans le plus grand respect historique. L'église a été épargnée durant la période Révolutionnaire mais elle subit des dégâts durant la Seconde Guerre mondiale.

Autres monuments

[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

André Silbermann

Drapeau de l'Allemagne St. Peter (Allemagne)[31]

Chaque année entre les mois de mai et juillet puis entre les mois d'août et d'octobre, Les Heures Musicales d'Ebersmunster, organisées par l'Association des Amis de l'Abbatiale, offrent à un public averti une demi-douzaine de concerts de musique classique ainsi que quatre récitals à l'orgue Silbermann.Les produits issus de ces Heures Musicales sont entièrement affectés au financement de travaux de conservation et de restauration de l'église abbatiale et de son orgue Silbermann, tous deux classés monuments historiques.

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Les moyennes interannuelles (écoulements mensuels) ont été calculées le 21/05/2024 à 02:05 TU à partir des 211 QmM (débits moyens mensuels) les plus valides du 01/10/2006 au 01/04/2024.
  2. Les moyennes interannuelles (écoulements mensuels) ont été calculées le 21/05/2024 à 02:05 TU à partir des 698 QmM (débits moyens mensuels) les plus valides du 01/01/1966 au 01/04/2024.
  3. Les ruisseaux intermittents sont représentés en traits pointillés.
  4. Les records sont établis sur la période du au .
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. « Réseau hydrographique d'Ebersmunster » sur Géoportail (consulté le 11 juin 2024).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le )
  3. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. « Le nom des habitants du 67 - Bas-Rhin - Habitants », sur habitants.fr (consulté le ).
  2. « Fiche communale d'Ebersmunster », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines Rhin-Meuse (consulté le )
  3. Sandre, « l'Ill »
  4. « Station hydrométrique A2360030 », sur l'Hydroportail, Ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires, (consulté le )
  5. Sandre, « le Giessen »
  6. « Station hydrométrique A2350200 », sur l'Hydroportail, Ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires, (consulté le )
  7. Sandre, « l'Aubach »
  8. Sandre, « le Friesengraben »
  9. « SAGE Giessen Liepvrette », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  10. « Plan de Prévention des Risques d'Inondation (PPRi) de l'Ill - approuvé le 30 jenvier 2020. », sur bas-rhin.gouv.fr (consulté le )
  11. « Plan de Prévention des Risques d'Inondation (PPRi) de l'Ill - approuvé le 30 jenvier 2020 - Rapport de présentation » [PDF], sur bas-rhin.gouv.fr (consulté le ), p. 52
  12. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  13. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  14. « Orthodromie entre Ebersmunster et Sélestat », sur fr.distance.to (consulté le ).
  15. « Station Météo-France « Selestat Sa », sur la commune de Sélestat - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  16. « Station Météo-France « Selestat Sa », sur la commune de Sélestat - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  17. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  18. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  19. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  20. a et b Insee, « Métadonnées de la commune ».
  21. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Sélestat », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  24. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur labanquedublason2.com (consulté le ).
  25. [PDF] [~~~http://www.bas-rhin.pref.gouv.fr/site/fichier.php\?idFichier=597&nomFichier=Liste_des_Maires_du_Bas_Rhin_au_1er_avril_2008.pdf Liste des maires au 1 avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.]
  26. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  31. « Jumelages France - Bade-Wurtemberg », sur de.ambafrance.org, (consulté le ).

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :