Dumbéa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dumbéa
Dumbéa
Vue sur les monts Koghi et l'agglomération nouméenne depuis le Pic Malaoui, à Dumbéa
Blason de Dumbéa
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité Nouvelle-Calédonie
Province Province Sud
Aire coutumière Djubéa-Kaponé
Maire
Mandat
Georges Naturel (LR)
2020-2026
Code postal 98830, 98835, 98837, 98839
Code commune 98805
Démographie
Gentilé Dumbéens
Population
municipale
35 873 hab. (2019 en augmentation de 12,77 % par rapport à 2014)
Densité 141 hab./km2
Ethnie Européens : 27,7 %
Kanak : 24,4 %
Wallisiens-Futuniens : 19,7 %
Métis : 13,9 %
Asiatiques : 4,1 %
Tahitiens : 3,1 %
Ni-Vanuatu : 1,1 %
Autres : 5 %
Non déclarés : 0,9 %
Géographie
Coordonnées 22° 10′ 38″ sud, 166° 26′ 19″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 1 250 m
Superficie 254,6 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Calédonie
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Calédonie (détail)
City locator 14.svg
Dumbéa
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Calédonie
Voir sur la carte topographique de Nouvelle-Calédonie (détail)
City locator 14.svg
Dumbéa
Liens
Site web ville-dumbea.nc

Dumbéa est une commune française de Nouvelle-Calédonie. Elle fait partie de l'agglomération du Grand Nouméa, de la Province Sud et de l'aire coutumière Djubéa-Kaponé.

Géographie[modifier | modifier le code]

Pont routier sur le fleuve Dumbéa.

Le nom de la commune est dérivé du terme Djubéa ou Drubéa qui sert à la fois à désigner un pays coutumier (situé plus ou moins au nord-ouest de Nouméa, et donc s'étendant sur les territoires de Dumbéa mais aussi de Païta et au nord du Mont-Dore) et la langue kanak qui y est parlée (le nââ drubéa). Le fleuve qui la traverse porte le même nom. Le point culminant de la commune est le Mont Dzumac.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Le réseau de transport en commun de l'agglomération du Grand Nouméa, Tanéo, dessert la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier acte constitutif d’une identité pour Dumbéa est un arrêté de 1868 qui fixe le périmètre de Dombéa portant la signature du gouverneur Guillain.

Puis le 3 avril et le , deux arrêtés portent sur la création d’un bureau d’état civil et la désignation des officiers d’état civil. MM. Joubert et Maillot sont rapidement remplacés par MM. de Greslan et Malan.

C’est à la même époque qu’est constituée la Commission municipale de Dumbéa.

Dumbéa devient une mairie de plein exercice en mai 1961. Victor Fayard, alors président de la Commission municipale, est le premier à porter le titre de maire de Dumbéa de 1961 à 1967. Municipalité de statut local, elle devient une commune de droit commun français en 1969.

Vers 1900 la première mairie est construite à côté de l’école primaire, peu avant que le service des postes s’installe en 1904.

Aujourd'hui, Dumbéa fait partie de l'agglomération nouméenne, ou Grand Nouméa. L'essentiel de sa population est ainsi regroupé dans les quartiers de Koutio et d'Auteuil qui sont totalement insérés dans le tissu urbain du chef-lieu du territoire et où on retrouve la piscine municipale de Koutio (un bassin de 50 mètres en tôle, un petit bassin et un toboggan aquatique), un collège, le lycée général et technologique du Grand Nouméa, rebaptisé lycée Dick Ukeiwé en 2020[1], et la galerie marchande Kenu'in qui comporte surtout un hypermarché Carrefour. L'essentiel des infrastructures de santé, dont notamment la plupart des services du CHT jusqu'ici concentrées à Nouméa, ont été installées dans ce quartier en un site baptisé « Médipôle », ouvert en 2016. Les lotissements et zones d'activité de Dumbéa-sur-mer, de Cœur-de-ville et de Panda, le long de la Voie express au sud-ouest de la commune, sont également en développement, fruits d'une planification engagée par les pouvoirs publics depuis les années 2000.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1961 1967 Victor Fayard    
1967 1974 Maurice Gané    
1974 1977 Robert Fessard    
1977 1979 Charles Fayard    
1979 1983 Emmanuel Nicaisse FNSC  
1983 2008 Bernard Marant RPCR
puis Calédonie Demain
puis Alliance puis Avenir ensemble
 
2008 En cours Georges Naturel Rassemblement-LR  
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1956. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee, mais la loi relative à la démocratie de proximité du a, dans ses articles consacrés au recensement de la population, instauré des recensements de la population tous les cinq ans en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française, à Mayotte et dans les îles Wallis-et-Futuna, ce qui n’était pas le cas auparavant[2]. Ce recensement se fait en liaison avec l'Institut de la statistique et des études économiques (ISEE), institut de la statistique de la Nouvelle-Calédonie. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3], les précédents recensements ont eu lieu en 1996, 1989, 1983, 1976, 1969, 1963 et 1956.

En 2019, la commune comptait 35 873 habitants[Note 1], en augmentation de 12,77 % par rapport à 2014 (Nouvelle-Calédonie : +0,98 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1956 1963 1969 1976 1983 1989 1996 2004 2009
2844631 3044 1915 53810 05213 88818 60224 103
2014 2019 - - - - - - -
31 81235 873-------
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes jusqu'en 1999[4] puis population municipale à partir de 2006[5]. Isee)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Chaque année depuis 1984, le premier week-end après la fête pascale, une omelette géante est confectionnée et distribuée gratuitement au public par les membres de la Confrérie Mondiale de l'Omelette Géante. Ce rendez-vous annuel a lieu dans le Parc Victor Fayard et attire à chaque fois entre 15 000 et 20 000 visiteurs.

Sports[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les gorges sauvages et la vallée de la Dumbéa, Parc Provincial de la Dumbéa (2013), Réserve naturelle de la Haute-Dumbéa,
  • La forêt primaire des Monts Koghi, sentiers balisés, Chapeau de Gendarme, Koghi Parc aventure, accrobranche,
  • Les grands espaces naturels des Monts Dzumac (parapente), et de la Couvelée (trou des Nurses, vallée de la Haute-Couvelée),
  • Le Parc Victor Fayard, animations, base nautique,
  • Le Val Fleury, propriété des Scouts et Guides de Nouvelle-Calédonie, association membre des Scouts et Guides de France,
  • la plage de Nouré,
  • le Garden golf 18 trous,
  • la base d'ULM, de Nakutakoin,
  • le circuit de karting, de Nakutakoin,
  • les randonnées équestres, à La Couvelée,
  • les pistes de VTT, à Koé.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Dumbéa Blason
Écartelé : au 1er d'azur à un soleil non figuré à seize rais droits d'or, à la fasce engrêlée alésée et abaissée, fascée engrêlée de quatre pièces du champ et d'argent, brochant sur le tout, au 2e de gueules au club de golf d'or posé en barre le fer en bas, senestré en pointe d'une balle de golf du même, au 3e de gueules à un épi de maïs feuillé d'or posé en bande, au 4e d'azur à la clé renversée, contournée et posée en barre d'or ; le tout sommé d'un comble d'or combiné à une filière du même et chargé de l'inscription « DUMBEA » en lettres capitales italiques de sable[6].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au , millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au , date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]