Poum (Nouvelle-Calédonie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poum.
Poum
Pum
Plage de Nennon
Plage de Nennon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité Nouvelle-Calédonie
Province Province Nord
Aire coutumière Hoot Ma Waap
Maire
Mandat
Henriette Tidjine-Hmae
2014-2020
Code postal 98826
Code commune 98826
Démographie
Population
municipale
1 463 hab. (2014)
Densité 3,1 hab./km2
Ethnie Kanak : 84,6 %
Blanc : 9,4 %
Métis : 2,2 %
Ni-Vanuatu : 0,8 %
Indonésiens : 0,3 %
Wallisiens-Futuniens : 0,2 %
Tahitiens : 0,2 %
Autres : 1,9 %
Non déclarés : 0,4 %
Géographie
Coordonnées 20° 14′ 29″ Sud, 164° 01′ 01″ Est
Altitude Min. 0 m – Max. 414 m
Superficie 469,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Calédonie

Voir la carte administrative de Nouvelle-Calédonie (détail)
City locator 14.svg
Poum
Pum

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Calédonie

Voir la carte topographique de Nouvelle-Calédonie (détail)
City locator 14.svg
Poum
Pum

Poum (en langue puma : Pum) est une commune française de Nouvelle-Calédonie, constituant l'extrémité nord-ouest de la Grande Terre en Province Nord, côte ouest, sur la Route provinciale Nord 1 (RPN 1), à 430 km de Nouméa, à 60 km au nord-ouest de Koumac, et à plus de 100 km à l'ouest de Ouégoa ou Pouébo (côte est).

La commune, forte d'environ 1500 habitants, fait partie de l'aire coutumière Hoot ma Waap. La langue est le nêlêmwa-nixumwak.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Poum est une commune isolée, tout au nord de la Grand Terre, créée en 1977, par détachement de 46% du territoire de Koumac, et d'une partie du territoire d'Ouégoa. Sa superficie est de 463 km². Les communes voisines sont Ouégoa au Sud Est et Koumac au Sud Ouest, dont elle était une dépendance.

Les îles Belep sont à environ 50 km au nord.

La côte a un grand nombre d’îles et d’îlots habités (Baaba, Yandé, Taanlo et Yenghébane) et non-habitées.

Du Nord au Sud une chaîne de faible altitude traverse la commune, dont le massif de Poum forme le point le plus élevé (414m).

Histoire[modifier | modifier le code]

Plusieurs versions du peuplement de la commune existent. Dans toutes les versions, la notion de migration est importante. Poum était un lieu de passage maritime, accueillant les différents clans venant et allant vers les îles ou la Grande Terre. D’après différentes sources, les clans des îles se seraient installés sur la Grande Terre afin de limiter l’arrivée d’autres clans venant du sud. Certains conflits coutumiers seraient nés de cette époque, pré-coloniale.

Les langues vernaculaires parlées sont le nyelâyu dans le district d’Arama, et le nêlêmwa-nixumwak dans le district de Nénemas.

En 1852, Mgr Douarre acquiert du "premier chef d'Arama, Buéone et de son frère Tobuitma" un terrain, où construire l'église catholique d'Arama, contre « étoffes, haches, bêches, pioches, couvertures, hameçons, tabac et verroterie » (Rozier 1990:243).

En 2010, la deuxième édition spéciale de Koh-Lanta, Le Choc des héros, se déroula près de Poum dans l'archipel de Malabou[1].

Administration[modifier | modifier le code]

Partie jusqu'en 1977 de la commune de Koumac, la municipalité, à part entière, regroupe tous les établissements fonctionnels : mairie, école, collège, dispensaire, agence OPT, agence OGAF (Opération groupée d'aménagement foncier).

La zone du littoral (zone maritime) est habitée par les gens des îles (sous forme de locations, squats et terres privées)[1].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 1983 Raymond Bwauva-Kaleba    
1983 1989 Emmanuel Dayé LKS puis  
1989 2001 Alphonse Dayé FLNKS-UC  
2001 2008 Emmanuel Dayé FLNKS-UPM  
2008 en cours Henriette Tidjine-Hmae FLNKS-UC  

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1956 1963 1969 1976 1983 1989
- - - - 816 1 038
1996 2004 2009 2014 - -
1 320 1 390 1 388 1 463 - -
Koumac et Poum jusqu'en 1976. Poum a été créée en janvier 1977.
(Source : Isee[2])

Tribus[modifier | modifier le code]

La commune de Poum se situe dans l’aire coutumière Hoot Ma Waap. Les deux districts coutumiers Nénemas et Arama regroupent dix tribus.


La tribu de Titch se situe au nord ouest de la Presqu’île de Poum, entre le massif de Poum et la mer, avec une population recensée en 2009 de 120 individus[1].

« La société d'Arama, ou Grande Maison Teâ Aâôvaac, mweemwa Teâ Aâôvaac, est constituée de quatre hameaux eux-mêmes nommés Maisons, la Maiosn Puu Doo, la Miaosn Nooet, la Maison Tiari et la Maison Pagany » (qui pourraient rappeler la situation de 1852)(Monnerie 2005:55).

Personnalités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • agriculture,
    • cultures vivrières : igname, patate douce, manioc, walei, bananier, plantain, canne à sucre, citrouille, pastèque, ananas, ambrevade, oignon, tomate, salade, taro d'eau, herbes diverses, etc
    • cocotier, manguier, papayer, goyavier,
  • élevage (chevaux), chevaux ensauvagés,
  • pêche, poissons, crustacés, bêches-de-mer, crabes de palétuvier,
  • chasse : cerf, porc, tortue marine, dugong, roussette,
  • tourisme : Malabou, Néhoué, Nenon, Tiabet, Poingam, Kejaon, Golone, Cawi, Boat Pass...
  • mines : Pilou (cuivre, 1886-1930), Ao (cuivre), Baaba (nickel et cuivre), Yandé (chrome et cobalt), la Mérétrice, massif de Poum (nickel à Spur A)

La revendication d'une usine de retraitement du minerai de nickel dans le nord de la Province Nord est assez générale, vers Arama par exemple.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les établissements d'enseignement sont l'école primaire publique CAVET-JUU (à Tiabet), l'école Saint Joseph (à Arama) (école primaire privée), et l'école primaire publique (Circonscription 5) à Poum.

Points d'intérêt touristique[modifier | modifier le code]

  • extrême bout de la Grande-Terre, savanes, forêts de niaoulis, mangroves, plages désertes (Nennon...),
  • paysages sauvages, préservés,
  • sérénité (relative),
  • chevaux en liberté (ou sauvages ?),
  • élevages ː bovins, chevaux, cerfs, dindons, cochons...
  • exploitation du nickel et du cuivre (Pilou),
  • océan, îles, archipels, lagons,
  • croisières, balades en mer,
  • pêche (réglementée), sportive et récréative, poissons, crustacés,
  • Poum,
  • Arama (tribu Bouara, et autres), et Pilou,
  • productions artisanales : sel, fleur de sel, huiles essentielles,
  • marché de Poum, le mercredi matin, de Güü le vendredi, de fruits de mer en août,
  • fête de la mer, en juillet, à Shelloh,
  • hébergement : hôtel-resort à Malabou (Néhoué), gîte-camping à Poingam, Pagop, Kejaon, Golone, chambre d'hôte à Malabou, campings divers,

Festival Cebu Nyâbi[modifier | modifier le code]

Depuis 2010, la commune programme un festival de danse, de musique et de chant, à Poum, tribu de Tiabet, Festival Cebu Nyâbi.

En août 2016, la 7e édition est baptisée Hiyac Civa Xuut (mettre en scène le pilou, en nenewwa) accueille les délégations des quatre aires coutumières de la Province Nord, et des invités des provinces Sud et Îles. Au programme : 400 festivaliers[3],

  • chants polyphoniques, contes,
  • danses : Hoot Pwaidaan ma Whaatabween (ouverture), troupes Hali Laan (Poum), Toka (Tiga), Mhoru Wedi (Poya), Wehout (Hienghène), Ukeinemel (Lifou), Daagac (Bélep), Nâba (Konè), Résurrection (Nouméa), Keredu (Thio), Nedokwe (Canala), Cia I Meevu (Ouégoa),
  • fabrication de jeux traditionnels, tapas, monnaie kanak, parures de danse, maquillage, vannerie, sculpture sur bois et pierre savon, bambous gravés,
  • exposition Mélanésia 2000, projection de films, stands divers,

Repères Koumac-Poum-Poingam[modifier | modifier le code]

vers le nord : Poum, Poingam[modifier | modifier le code]

  • Koumac-Poum, RT1-RPN7-RPN8 :
    • Koumac nord, par la RT1,
    • route de Ouanac - Wanatch, route RM16 du Pont des Catholiques vers Karakak et Pago, route de Panuna,vers le nord
    • pont sur la Koumac,
    • Koumac aérodrome,
    • route ouest RPN8, vers Paagoumène, baie de Sable, mine Étoile du nord, port minéralier, île de la Table,
    • route est RPN7 vers Ouegoa et la côte est,
    • rivière la Firdoline, aire aménagée,
    • vallée de Chagrin, cimetière des Tonkinois,
    • vue sur la mine de Tiebaghi, ancien village minier,
    • au nord de Paagoumène, baie d'Ohland, îlot Tiam Bouene,
    • vallée de la Néwé, village de Néouhé, baie de Néhoué, îles : Ti-Ac, Ti-Tienghène, Néangambo, Boh, Tani, Ouanne,
    • piste vers la pointe de la presqu'île de Babouillat, plage, randonnées,
    • pont sur La Pwéyan,
    • route secondaire RPN9-RM6-RM7, Barabache, vers Arama, Bouarou, Pèngaï, Naaraatch, Phagaany (côte est, baie d'Harcourt), cols d'Arama et de Pointe, (et Poingam-Tiabet),
    • route de Malabou, hôtel-resort, aérodrome de Poum, plage, presqu'île de Goloné, plage, camping, îles : Maabounghi, Tanlé, Boh,
    • Phwayaaé, Goloné (camping, table d'hôtes),
    • creek Inyi, zone marécaguese à niaoulis, biotope spécifique,
    • route vers Poingam, VU4-RM8-RM16, plage, relais, camping, et vers Tiabet (pointe de Dju, route panoramique),
    • Tamié, baie, port minéralier,
    • îlot Maaboughi, récif de Bammahame,
    • Poum, Niagu, Oléa, Poum centre, église, dispensaire, mairie, gendarmerie, OPT, station-service, nakamal, Pointe de Gaé, nakamal,
      • tribu de Thiic,
      • massif de Poum, secteur minier,
    • baie de Banaré, îles : Mouac (Mwak), Pionne (Piyon), Yoyoé, Tuany, Nba,
  • vers le nord : RM8-RM16,
    • Poum-plage, îlot Naajalé,
    • Hnakemimaxexe, chateau d'eau, petite randonnée, point de vue,
    • petit magasin Guillaume,
    • Gü, marais salants naturels,
    • baie de Banaré, Nénon / Nennon, plages (moustiques, taons, aire aménagée), îles : Paaïo (Phaayo), Yava, îlot Roche Percée, île Néba (Nééva),
    • vers la baie d'Harcourt : Arama (église), mine de cuivre Pilou, Naraï, Naaraatch, Nénébwa, Phagany, Péngaï, RM7, forêt d'Ougne, pas toujours praticable,
      • îles Yaba, Neba,
    • vers Tiaboui (est), Pwawa, Nomoia, îlot Saint-Phalle, île Balabio,
    • Kéjaon, Cawi, baie, plage, camping, îlot Paäio,
    • plage de Bora(-Bora),
    • Babaré, baie,
    • RM9, ouest ː Tiabet, Presqu'île de Bwa Vodo, Pabem, Juu (Djuu, Djou, route panoramique),
    • RM18 est, vers Nomoïa (est), puis Arama,
    • RM17 est, vers Olaan,
    • RM8, route nord, non goudronnée, vers Poingam (Pwagam), plage, relais, camping, marais salant de Ko, îlot Noua, île Tié (Cé),
    • RM10, route sud-ouest, vers Bouara (Bwa Ra), Boléé, et Pagop, plages, gîte et camping,
    • pointe Nahârian, chenal de Boat Pass, Xa,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Gilibert (1818-1891), mariste (Arama, Belep, etc), journal,
  • Jean Guiart, Le voyage au pays des morts. Le pays des morts selon les premiers pères [article], tensions entre Belep et Nenema, Paris, EPHE, N°75, 1962, article pp. 3-29,
  • Neumann M. 2012. Gouvernances autour de la mine de Poum. Rapport de stage. Unpublished. Université de Bremen, allemand.
  • Kowasch M., Batterbury SPJ et Neumann M. 2015 sous presse. Contested sites, land claims and economic development in Poum, New Caledonia. Journal of Settler Societies.
  • Denis Monnerie, La Parole de notre Maison, Discours et cérémonies kanak aujourd'hui (Nouvelle-Calédonie) (Poum, Arama), Pais MSH, 2005 (ISBN 2-7351-1027-3) (notice BnF no FRBNF39139155)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Neumann M. 2012. Gouvernances autour de la mine de Poum. Rapport de stage. Unpublished. Université de Bremen, allemand.
  2. Évolution de la population entre 2004 et 2014, la population aux différents recensements, les populations légales 2014 sur le site de l'Institut de la statistique et des études économiques de Nouvelle-Calédonie.
  3. http://www.lnc.nc/article/brousse-et-iles/nord/poum/le-festival-cebu-nyabi-bat-son-plein