Boris Vallaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vallaud.
Boris Vallaud
Image illustrative de l'article Boris Vallaud
Fonctions
Député de la 3e circonscription des Landes
En fonction depuis le
(5 mois et 21 jours)
Élection 18 juin 2017
Législature XVe
Groupe politique Nouvelle Gauche
Prédécesseur Monique Lubin
Secrétaire général adjoint de la présidence de la République

(2 ans, 1 mois et 13 jours)
Président François Hollande
Prédécesseur Nicolas Revel
Successeur Thomas Cazenave
Biographie
Date de naissance (42 ans)
Lieu de naissance Beyrouth (Liban)
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste
Père Pierre Vallaud
Conjoint Najat Vallaud-Belkacem
Profession Haut fonctionnaire

Boris Vallaud, né le à Beyrouth (Liban)[1], est un haut fonctionnaire et homme politique français.

Ancien collaborateur d'Arnaud Montebourg, il est secrétaire général adjoint de la présidence de la République du 17 novembre 2014 au 30 décembre 2016.

Investi par le Parti socialiste, il est élu député dans la 3e circonscription des Landes lors des élections législatives de 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

Najat Vallaud-Belkacem, son épouse.

Né en 1975 à Beyrouth, Boris Vallaud est le fils de l'historien Pierre Vallaud[2] et d'une professeur d'histoire[3]. Il indique avoir « gardé un attachement romantique [au Liban] et à la Méditerranée »[4].

En 2000, Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris[5], où il rencontre Najat Belkacem[6] qu'il épouse le à Hontanx[7] (Landes). Ils sont parents de jumeaux (un garçon et une fille) : Louis-Adel et Nour-Chloé, nés en 2008[8],[9].

Il entre ensuite à l'ENA. Il est issu de la promotion Léopold Sédar Senghor dont est notamment issu Emmanuel Macron[10],[11].

À la sortie de l'école, Boris Vallaud est directeur de cabinet du préfet du Gard puis secrétaire général de la préfecture des Landes de 2006 à 2008[11]. Il entre ensuite au service d'Arnaud Montebourg comme directeur général des services au Conseil général de Saône-et-Loire (2008-2012)[12], puis comme directeur de cabinet au ministère de l’Économie (2012-2014)[13].

Il est nommé secrétaire général adjoint de la présidence de la République le 17 novembre 2014[14]. En décembre 2016, il quitte le secrétarait général de l'Élysée, tout en restant conseiller du président François Hollande[15]. Avant le renoncement de François Hollande à se présenter à l'élection présidentielle de 2017, il travaille avec Constance Rivière, sa conseillère spéciale chargée de la culture et de la citoyenneté, et Guillaume Bachelay, numéro 2 du PS, sur les idées de sa possible campagne[16]. Libération relève que « pendant le quinquennat, il réussit la prouesse de passer de la fronde à la hollandie, sans perdre son âme »[17].

Député de la XVe législature[modifier | modifier le code]

Il se présente aux élections législatives de 2017 dans la 3e circonscription des Landes, où était élu Henri Emmanuelli[18]. À l'issue du premier tour, il arrive en 2e position avec 25,33 % des suffrages exprimés, dix points derrière Jean-Pierre Steiner, candidat La République en marche ![19]. Il l'emporte au second tour en obtenant 50,75 % des suffrages. Il est l'un des trois seuls députés socialistes non sortants à avoir été élus lors de ces législatives[20]. Il est porte-parole du groupe Nouvelle gauche[21].

Au début de la législature, le Journal du Dimanche le situe parmi « les 10 députés qui vont peser dans le quinquennat » : « Depuis son élection dans les Landes, il donne de la voix : il a été l'un des cinq députés socialistes à ne pas voter la confiance au gouvernement d'Édouard Philippe et se montre l'un des plus acerbes sur l'action de l'exécutif »[22].

Membre de la commission des Affaires sociales[1], il s'oppose au projet de réforme du code du travail par ordonnances : Mediapart indique qu'il « entend porter une contradiction moins radicale que celle des Insoumis et des communistes, mais en réfutant une quelconque continuité avec la loi sur le travail de Myriam El Khomri, dont il a participé à l'élaboration depuis l'Élysée, tout en reconnaissant ne pas avoir gagné tous les arbitrages »[20]. Pour Les Échos, il « s'est révélé lors des travaux sur la réforme du Code du travail [...]. Tandis qu'Adrien Quatennens se faisait remarquer dans l'hémicycle, c'est au sein de la commission des Affaires sociales que le nouveau député des Landes s'est illustré, se positionnant comme co-rapporteur de la mise en application de la loi et en proposant un grand nombre d'amendements »[21]. Il ne participe pas à la manifestation du 12 septembre, organisée par la CGT, alors que le PS appelle à y participer[23]. Il est l’invité d’honneur de la Fête de la rose de Frangy-en-Bresse organisée par Arnaud Montebourg[17].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www2.assemblee-nationale.fr/deputes/fiche/OMC_PA719930
  2. Christophe Gautier, « Portrait : Qui est Boris Vallaud, l'époux de Najat Belkacem ? », (consulté le 21 mai 2017).
  3. Mariana Grépinet et Éric Hacquemand, « Najat et Boris Vallaud, chacun son tour », Paris Match, semaine du 19 au 25 octobre 2017, page 80-85.
  4. Corinne Laurent, « Boris Vallaud, artisan d’une alternative de gauche », sur la-croix.com, (consulté le 17 septembre 2017).
  5. Fiche de Boris Vallaud sur sciences-po.asso.fr
  6. Jérémy Pastor, « Qui est Boris Vallaud, le mari de Najat Vallaud-Belkacem ? » sur planet.fr, 21 juillet 2014
  7. 3e paragraphe Sur le site pouvoir-et-seduction.net
  8. « Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes et porte-parole » sur L'Express, 16 mai 2012.
  9. « Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes et porte-parole » sur Le Nouvel Observateur, 16 mai 2012.
  10. « PORTRAIT - Ancien directeur du cabinet d'Arnaud Montebourg à Bercy et époux de Najat Vallaud-Belkacem, Boris Vallaud a été nommé secrétaire général adjoint de l'Elysée. », sur lCI, (consulté le 21 mai 2017).
  11. a et b Boris Vallaud devrait être nommé secrétaire général adjoint de l'Élysée sur Sud Ouest, 31 octobre 2014
  12. « Arnaud Montebourg et Boris Vallaud présentent le projet Center Parc », Le Journal de Saône-et-Loire,
  13. Nouveau dir.cab pour Montebourg, Le Figaro, 18 avril 2013.
  14. « Boris Vallaud nommé secrétaire général adjoint de l'Élysée », RTL, avec AFP, (consulté le 19 novembre 2014)
  15. Audrey Ludwig, « Landes : Boris Vallaud quitte le secrétariat général de l’Élysée » sur Sud Ouest, 28 décembre 2016
  16. David Revault d’Allonnes, « Présidentielle : Hollande mise sur l'absence de plan B », sur lejdd.fr, (consulté le 23 décembre 2016).
  17. a et b Pierre Steinmetz, « Boris Vallaud, la rose sans les épines », sur liberation.fr, (consulté le 17 septembre 2017).
  18. Emmanuelle Pédezert, « Landes : dans l'arène, Vallaud, l'héritier d'Emmanuelli » sur Sud Ouest, 15 mai 2017
  19. Ministère de l'Intérieur - Troisième circonscription des Landes
  20. a et b « Boris Vallaud: «La gauche socialiste ne rebondira qu'en recréant du commun» », sur Mediapart, (consulté le 22 juillet 2017).
  21. a et b Alexandre Rousset, « Assemblée : les cinq révélations de la session extraordinaire », sur lesechos.fr, (consulté le 24 août 2017).
  22. David Revault d'Allonnes et Christine Ollivier, « Les 10 députés qui vont peser dans le quinquennat », sur lejdd.fr, (consulté le 2 août 2017)
  23. Vincent Dewitte, « Landes : Boris Vallaud opposé à la loi travail, mais toujours pas décidé à défiler », sur sudouest.fr, (consulté le 17 septembre 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]