Didier Mencoboni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Didier Mencoboni
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nationalité
Activité
Site web

Didier Mencoboni, né à Guingamp en 1959, est un artiste français. Il vit et travaille à Ivry-sur-Seine. Il est représenté par la galerie Éric-Dupont à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à l'école des beaux-arts de Quimper, Didier Mencoboni est pensionnaire de l’Académie de France à Rome à la villa Médicis de Rome de 1990 à 1991[1].

Il reçoit une bourse pour un voyage en Islande en 1994. En 1999 il reçoit le prix de la fondation Pollock Krasner.

Il enseigne à l'École nationale supérieure d'art de Bourges[2].

Travail artistique[modifier | modifier le code]

Didier Mencoboni est un artiste complet et complexe. Ses supports sont divers, toiles, soies, papier, bois tout comme ses médiums, gouache, caséine, acrylique, aquarelle. Myriam Simon avait posé deux questions qui pourraient résumer la démarche de Didier Mencoboni : « qu’est-ce que la peinture ? » et « comment montrer la peinture ? »

L’artiste incarne l’image d’un peintre organisé, calme, mathématique, géométrique et rigoureux. Ce sont les œuvres de Klee, Matisse, Miro ou encore Gasiorowski et Opalka qui ont occupé une place importante dans son approche de l’art et confortent son importante relation à l’art abstrait. Cette même abstraction alliée au concept et à la couleur est le moteur de sa création.

Il élargit le registre d’expression de la peinture en mélangeant la couleur à l’utilisation répétée de motifs géométriques pour mettre en valeur leur qualité décorative.

Certains jugent d’ailleurs son travail comme « décoratif » mais on pourrait parler davantage d’approfondissement de la peinture comme s’il cherchait à aller au-delà des limites. Une limite de la peinture qui semble inexistante au vu de son travail et de son approche artistique. « J’ai toujours été “travaillé” par la notion d’infini et par le désir d’un projet plus ambitieux que la réalisation d’un tableau », dit-il.

François Barré en parlant de son travail, aborde le thème de « relation » et de « manière d'être entre les choses » :

« La relation, cette manière d'être entre les choses pour les faire tenir ensemble, entre deux instants, deux espaces, deux points de vue, n'est pas dissociable de l'être même de ces choses. Elle les constitue tout autant que les matières et les formes, les figures et les traits qui semblent les rendre tangibles et les font advenir. »

Didier Mencoboni consacre une grande partie de son travail au traitement de l’ensemble. Il effectue depuis 1990 une série de petits tableaux intitulés …Etc…, Actuellement cette œuvre « romanesque » comme il la qualifie lui-même, comporte plus de 1 999 tableaux, ce qui fait d’elle une œuvre insaisissable dans sa totalité physique. « J’arrive aujourd’hui à une œuvre qui n’a pas de forme précise et elle en devient un matériau que je peux réinvestir. » Mais il ne se limite pas uniquement à la peinture la plus formelle ; il la met aussi en espace. Comme le dit François Barré, « les tableaux s'accrochent dans le temps comme dans l'espace. » En travaillant de manière sérielle, sur des ensembles intitulés les piles, les étagères, les projections, les soies, il met en espace ses propres peintures. C’est donc une façon de matérialiser son trait.

« Le désir d’œuvre infinie de l’artiste s’ouvre ainsi sur de nouveaux territoires, de nouvelles architectures, d’incroyables projections, des dessins d’une précision extrême jusqu'à des volumes ; sculptures ou installations qui ne sont autres que des fuites en avant pour inventer un temps et un espace propres à la peinture. »

— Anne Kerner

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 1983 : Attention peinture fraîche, galerie d’Art contemporain des musées de Nice
  • 1987 : galerie Arlogos, Nantes
  • 1990 : galerie de l’Ancien Collège, Châtellerault
  • 1991 : Credac, Ivry-sur-Seine
  • 1992 :
    • musée des Beaux-Arts, Mulhouse
    • Centre d’art et de culture La Coupole, Combs-la-Ville
    • Vitrine de l’École des Beaux-Arts de Valenciennes
  • 1993 : École régionale des beaux-arts de Rouen
  • 1994 : École des Beaux-Arts de Quimper
  • 1995 : galerie Stadler, Paris
  • 1996 : Credac, Ivry-sur-Seine
  • 1997 : galerie Éric-Dupont, Paris
  • 1998 :
    • École nationale d’Arts décoratifs, Aubusson
    • Frac Provence-Alpes Côte d’Azur, Marseille
  • 2000 : Frac Alsace, Sélestat
  • 2001 :
    • galerie Éric-Dupont, Paris
    • galerie Archétype, Bruxelles
  • 2003 : galerie Éric-Dupont, Paris
  • 2005 : Gravité martienne, galerie Éric-Dupont, Paris
  • 2006-2007 : Un an, galerie Éric-Dupont, Paris
  • 2008 :
    • galerie Éric-Dupont, Paris
    • galerie Catherine-Putman, Paris
  • 2009 : Guest Room, Project Room, Bruxelles
  • 2010 : Episode VIII, galerie Éric-Dupont, Paris
    • S’y perdre, galerie municipale Jean-Collet de Vitry-sur-Seine
    • Révolutions, Guest Room, Bruxelles
    • Vers la frontière, Château des Villeneuve-Tourrettes, Hors-les-murs FRAC PACA, Tourrettes-sur-Loup
  • 2011 : Recto/Verso, Guest Room, Bruxelles
  • 2012
    • Didier Mencoboni, Chapelle de la Visitation, Thonon-les-bains, France
    • Épisode IX : Révolutions, galerie Éric-Dupont, Paris
  • 2015 : galerie municipale Fernand-Léger d'Ivry-sur-Seine

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • 1982 :
    • En garde!, Rennes
    • Tours multiple, Tours
    • Centre d’Art de Brétigny-sur-Orge
  • 1983 : Atelier d’art contemporain, Saint-Brieuc
  • 1984 : Atelier 84, ARC, musée d'art moderne de la ville de Paris
  • 1985 :
    • Une autre collection pour le Musée, galeries contemporaines, Mnam, centre Georges Pompidou
    • Deuxième biennale d’art contemporain, CCC, Tours
  • 1986 :
    • Art français: Positions, BIG, Berlin
    • Whanki Foundation Exhibition, Korea Gallery, New York
  • 1987 : Credac, Ivry-sur-Seine
  • 1991 :
    • Villa 2, Académie de France à Rome, Villa Médicis, Rome
    • Villa 2, Villa Lemot, Clisson
  • 1993 : galerie Stadler, Paris
  • 1996 : Écarts et carrés, Uzès
  • 1998 :
    • Que faisiez-vous il y a dix ans?, galerie Éric-Dupont, Paris
    • Le sentiment géographique, Clermont-le-Fort
    • L’abstraction et ses territoires, musée de Montbéliard, Montbéliard
    • Tableaux d’une histoire, Villa Arson, Nice
  • 1999 :
    • Decora(i)on, Teclasala, Barcelona
    • Hypothèses de collection, musée du Luxembourg, Paris
    • 30 artistes 1969-1999, Assemblée nationale, Paris
  • 2000 : Objets/projets, Centre d’art Shed im eisenwerk, Frauenfeld (Suisse)
  • 2001 :
    • Déplacements, Espace d’art Lillebonne, Nancy
    • Effervescence, galerie Georges-Philippe-et-Nathalie-Vallois, Paris
  • 2002 :
    • Paris / Brooklyn, Plus Ultra Gallery, Brooklyn
    • La voie abstraite, Fondation d’Art Cont. Daniel & Florence Guerlain, Les Mesnuls
    • À tension, fort fragile, galerie municipale, Vitry-sur-Seine
    • YesterdayearNowadays’, Hales Gallery, Londres
    • Voilà la France, Fondation Marcovaldo, Caraglio, (Italy)
  • 2003 :
  • 2004 :
    • Sportivement vôtre, domaine de Chamarande
    • Spike gallery, New York
    • Le Syndrome de Babylone, Villa du Parc, Annemasse
  • 2005 :
    • De la méthode, du système de l'art, galerie de l'ancien collège, Chatellerault
    • Signes & signé, Galerie de l’ancien collège, Chatellerault
    • Chromatiques, Frac PACA
  • 2006 :
    • Profils de quinze ans de création artistique en France, musée Nenaki, Athènes
    • Profils de quinze ans de création artistique en France, musée Pera, Istanbul
    • Cabinet de dessins no 2, musée d’art moderne, Saint-Étienne
    • Comme un mur, carte blanche à Philippe Piguet, galerie Christine Phal, Paris
  • 2007 :
    • Ligne B Connexion aux Abattoirs…, Les Abattoirs, Toulouse
    • L’Amour de l’art, musée des beaux-arts, Agen
    • Fait en France, National Art Gallery, Sofia et musée national de Riga (Lettonie)
    • Sublime Objets, musée national d’art, Bucarest
    • Pourtraire, école des beaux-arts de Rennes
  • 2009 : Je, tu, il ou elle…, collection Frac Picardie, galerie nationale de la tapisserie, Beauvais

Commandes publiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Académie de France à Rome, « Pensionnaires Villa Medici », (consulté le 8 décembre 2012)
  2. École nationale supérieure d'art de Bourges, « Les enseignants-chercheurs », (consulté le 8 décembre 2012)
  3. Voir sur lamontagne.fr du 22 décembre 2011.
  4. Voir sur lamontagne.fr du 31 juillet 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Stéphane Thépot, « Toulouse injecte de l’art dans le métro au risque de l’indifférence », in Le Monde, 30 juin 2007, p. 1 et 24
  • 2006 : Didier Mencoboni, Made In France, Paroles d’artistes, Art Absolument, no 17 — Philippe Piguet et Didier Mencoboni, Art Absolument, mars
  • 2002 : Sally O’Reilly, Yesteryear Nowadays, Time Out London, p. 53, 28 août – 4 septembre — Jérôme Stern, Miser sur l’art contemporain, La Tribune de l’économie, 22 février
  • 2001 : André Parinaud, Didier Mencoboni, Univers des Arts, no 63, p. 7, octobre — Alexandre Grenier, etc, etc, etc., Pariscope no 1740, p. 170, 26 septembre — Anne Kerner, L’artiste du mois, Beaux Arts magazine no 208, p.25, septembre
  • 2000 : Jean-Claude Le Gouic, Nouvelles Abstractions, pour un autre regard, Revue Ligéia — Myriam Simon, La peinture en perpétuelle construction, Le Revenu, no 6385, p. 66, octobre — Eric Mangion, entretien avec Didier Mencoboni, in Correspondance, édité par Pascal Neuveux, le Frac Alsace et le Frac Provence Alpes Côte d’Azur, février — Philippe Piguet, La peinture démultipliée de Didier Mencoboni, L'Événement du jeudi no 1037, 2 mars —Philippe Piguet, Mencoboni en tous sens, L’Œil no 514, p. 92, mars
  • 1999 : Robert Bosco, Abstracion y decoracion, El periodico del arte no 20, mars — Patricia Brignone, art press, no 250, p. 85, octobre
  • 1998 : Nicolas Chardon, Range ta Chambre, Le Journal des expositions, no 59, novembre
  • 1997 : Philippe Dagen, Didier Mencoboni, Le Monde, p. 26. 22 janvier
  • 1996 : Marcel Cohen, Livre Ultima Thulé, Credac, Ivry-sur-Seine
  • 1995 : Olivier Kæppelin, Les marins de Melville, galerie Stadler, Paris
  • 1993 : Nathalie Viot, in catalogue Figures imposées, Combs-la-Ville
  • 1993 : Point de vue, édition de l’école des beaux-arts de Rouen, 15 lithographies à 30 exemplaires. Texte de Gérard Roudaut
  • 1991 : Olivier Kæppelin, entretien dans le catalogue Villa 2, Rome, 1991
  • 1989 : Philippe Cyroulnik, in catalogue Les Visiteurs du soir
  • 1987 : Philippe Piguet, in catalogue de la Fondation Wankhi — Philippe Cyroulnik, entretien dans le catalogue du Credac
  • 1986 : Philippe Piguet, entretien dans la Revue Figura Séville no 6, Séville
  • 1984 : Didier Mencoboni, in catalogue Ateliers 84, Arc, Paris — Philippe Cyroulnik, entretien dans le catalogue Art français : Positions
  • 1983 : Alain-Julien Lafferrière, in catalogue Peinture Fraîche, musée de Nice
  • 1982 : Didier Mencoboni, in catalogue du centre culturel de Brétigny-sur-Orge — Didier Mencoboni, in catalogue Tours multiple

Liens externes[modifier | modifier le code]