Diaspora serbe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La diaspora serbe résulte de départs volontaires ou de migrations forcées, voire d'expulsions violentes. Il y a actuellement 4,5 à 5,5 millions de Serbes de la diaspora dans le monde, sur 12 à 13 millions de serbe dans le monde, un serbe sur trois ne vit pas en Serbie, dont 4 millions ont la nationalité serbe[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

On distingue communément six grandes vagues d'émigration :

  • La première vague de migrations serbes est due à l'occupation turque entre 1400 et 1800, elle est donc forcée. Elle fut principalement dirigée vers les confins militaires, mais aussi vers tous les pays d'Europe.
  • La seconde vague d'émigration quitta la Serbie, entre 1800 et 1941 avant la deuxième guerre mondiale, principalement à destination des États-Unis, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande et Amérique du Sud, plus particulièrement le Chili et l'Argentine. Cette vague n'est pas forcée mais motivée par des raisons économiques.
  • La troisième vague de départ résulte de l'occupation de la Yougoslavie pendant la Seconde Guerre mondiale). On incorpore aussi dans cette troisième vague les émigrés politiques de la Yougoslavie communiste de 1945 à 1961. Ce mouvement migratoire est forcé.
  • La quatrième vague d'émigration est motivée par une volonté individuelle d'ouverture vers l'extérieur donc pas seulement économique mais aussi politique: le régime de Tito voulait diminuer les risques d'explosion sociale dans le pays, en autorisant les yougoslaves à émigrer. Les serbes se rendaient à l'étranger comme travailleur temporaire, « travailleurs invités » ou « résidents étrangers » entre 1960 et 1989, principalement vers des pays d'Europe ; Autriche, Belgique, Danemark, France, Allemagne, Grèce, Italie, Pays-Bas, Suède et Royaume-Uni). Une proportion importante de ces Serbes retournera en Yougoslavie dans les années 1980, après avoir capitalisé.
  • La cinquième vague migratoire est due aux guerres de Yougoslavie entre 1990 et 1999. Cette migration est une fuite des cerveaux et des travailleurs qualifiés, vers le Canada et les États-Unis, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. La plupart des immigrés serbes en Europe sont dans cette période des Roms ou des paysans serbes sous-qualifiés.
  • La sixième vague, de 2000 à nos jours, est une émigration économique.

La puissance économique de la diaspora[modifier | modifier le code]

La diaspora serbe est proportionnellement la plus importante d'Europe, 1 serbe sur 3 vit hors de Serbie, tous les ans celle-ci réinvestit en Serbie via des transferts, 2,4 milliards de dollars en 2005[2] et 5,5 milliards de $ en 2009[3]. On estime que le capital de la diaspora est d'environ 25 milliards de $[réf. nécessaire].

Les serbes de Serbie et la diaspora serbe[modifier | modifier le code]

Le gouvernement de Belgrade a déclaré que la diaspora serbe comptait 8 millions de personnes[1],[4]. La Serbie a pu évaluer précisément sa diaspora vivant à l'étranger grâce au renouvellement des pièces d'identité (serbe latin lična karta) lors mise en place de la carte d'identité biométrique au format « carte de crédit » selon les normes UE et US.

Europe:

Amériques:

Océanie/Afrique:

Asie:

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Alexis Troude, Géopolitique de la Serbie, éditions Ellipses (ISBN 2-7298-2749-8), page 269
  2. Encyclopédie Universalis 2008 (données statistiques de la Serbie, le Monde en Chiffres)
  3. http://www.blic.rs/Vesti/Ekonomija/187110/Srpska-dijaspora-poslala-55-milijardi-dolara-u-2009
  4. http://www.politika.rs/rubrike/Tema-nedelje/izmedju-matice-i-rasejanja/Dijaspora-moze-da-promeni-Srbiju.lt.html